11/01/2008

Communiqué de Presse du FORUM ASILE et MIGRATIONS

Communiqué de Presse du FAM, le vendredi 10 janvier 2008 Sans-papiers: le problèmeSans-papiers: le problème reste entier... Les débuts de solutions politiques avancées après les élections semblent s'éloigner   Asile et Migrations* (FAM) indiquait combien lalégislation en matière de régularisation des « sans-papiers » était inadaptée à la réalité sociale et En juin 2007, le Forum Asile et Migrations* (FAM) indiquait combien la législation en matière de régularisation des « sans-papiers » était inadaptée à la réalité sociale et devait urgemment évoluer... Les élections fédérales ont eu lieu débouchant sur l'accord de l'Orange bleue sur « l'asile et l'immigration »: en matière de régularisation, des mesures se profilaient insuffisantes certes mais présentant néanmoins certaines avancées notamment en ce qui concerne la régularisation des personnes pour cause de longues procédures.

 Depuis lors, le Gouvernement (enfin installé à durée déterminée) semble avoir fait un pas en arrière. Nous constatons aujourd'hui que ces avancées minimales ne se retrouvent nulle part dans la déclaration du nouveau gouvernement alors que les partis qui composent cette coalition ont soit négocié ce texte (MR, VLD, CD&V et cdH) soit rappelé entre-temps leur volonté d'aller plus loin (PS) dans les mesures proposées en matière de régularisation par la défunte coalition « Orange-Bleue ».

  En ce début d'année, quoi d'étonnant alors que cent-cinquante sans-papiers regroupés au « 91 de la rue Royale » aient décidé d'entamer une nouvelle grève de la faim dans l'espoir d'obtenir une régularisation de leur séjour en Belgique ? Cette action est le résultat d'une décision collective prise au sein de l'assemblée générale de l'UDEP (Union pour la défense des sans-papiers). Elle exprime la volonté de ces personnes de voir leur situation enfin prise en compte en ayant recours à ce type de pratique. 

 On pourrait dire que c'est une grève de la faim de plus, que les « sans-papiers » ne renouvellent pas beaucoup leurs méthodes... Mais qu'en est-il de la réponse du politique? Ne faut-il pas acter également que ce n'est que quand les personnes concernées mettent réellement leur vie en jeu que cela bouge « un peu » sur le plan politique ?  Si le FAM regrette une fois de plus que des personnes en arrivent à ce type de pratique extrême, nous soutenons néanmoins cette action collective en ce qu'elle vise non pas simplement la régularisation de quelques personnes en grève de la faim mais rappelle que rien ne bouge et questionne la politique menée.

 Nous pensons que les sans-papiers ont raison d'interroger le Ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael, sur sa politique de régularisation afin de savoir si la grève de la faim est devenue un nouveau critère qui serait appliqué de façon discrétionnaire par l'Office des Étrangers.  

 

Nous invitons donc tous les partis à mettre immédiatement en place les quelques mesures positives prévues en octobre dernier et, au-delà, à prendre enfin à bras le corps le dossier des sans-papiers, ce compris la question des « attaches durables » car il s'agit d'un problème crucial qui se pose et se posera encore durant les législatures à venir.    mesures positives prévues en octobre dernier et, au-delà, à prendre enfin à bras le corps le Contact: Frédérique Mawet, 0473 884 774 *: Le Forum Asile et Migrations est une plate-forme pluraliste, indépendante de plus de 120 organisations (francophones et néerlandophones) luttant pour une autre politique d’asile et de migrations.  

 

02/01/2008

JUSQU’À LA RÉGULARISATION COLLECTIVE

ONBEGRENSDE HONGERSTAKING TOT DE COLLECTIEVE REGULARISATIE 6590
Op dinsdag 1 januari 2008 hebben de 150 hongerstakers die de gebouwen van de Franse gemeenschap op de Koningsstraat 91 bezetten unaniem besloten een hongerstaking aan te vatten totdat hun administratieve situatie collectief geregulariseerd zal worden.
Het misprijzen en de totale onverschilligheid van Minister Dewael ten aanzien van de brief die hem werd opgestuurd door 300 mensen zonder papieren die een symbolische hongerstaking van 48 uur hielden in de maand november en die sinds december een staatseigendom bezet houden op de Koningsstraat heeft ertoe geleid dat deze mensen zonder papieren overgaan tot deze wanhopige actie (zelfs na uitgenodigd te zijn geweest in het Federaal Parlement heeft de heer Dewael zich niet verwaardigd een antwoord te geven aan deze mensen).
UDEP ondersteunt deze mobilisatie en herinnert nogmaals aan de dwingende noodzaak dat de regering de weg volgt van een algemene regularisatie van mensen die leven in België.  Het bestaan en het dagelijks overleven van duizenden mensen mag niet afhangen van de willekeurige administratie van een Minister.
Het aftakelen van de humanitaire omstandigheden van de mensen zonder papieren, wat slechts verergerd wordt door de Europese Richtlijn over de opsluiting en uitzetting van personen van vreemde herkomst, toont de noodzaak om een politiek te voeren die verantwoordelijk en in overeenstemming met de Mensenrechten is.  ( http://www.directivedelahonte.org)
UDEP (verening ter verdediging van de mensen zonder papieren)
CONTACT - 0475 575700 (in het Nederlands- Alexis)
______________________
Recevez mes souhaits d'une année 2008 -d'espoir- pour tous ,d'une vie
meilleure et surtout de soutien et solution pour les Sans Papiers.
Unizo heeft een deur geopend,hun bondgenoten de CD&V is in de regering nu.
Er is nu meer dan hoop,deze partij brengt in samenspraa:een menselijke oplossing!!!
Wij hebben een interculturele en interfilosophische beweging van solidaires
burgers.Mouvement interculturel et interphilosophique de citoyens solidaires.
Nous nous exprimons dans les trois langues nationales.L'anglais est la
"lingua franca."Belangrijk in deze Stad en Land centrum van Europese
Tant qu'il y aura quelqu'un pour traduire une autre langue,nous pourrons comprendre
le problème spécifique d'un chaqu'un.Toute langue et culture a sa valeur.Nous -la -respectons,
car il s'agit de moyen de communication d'humains,- que nous sommes tous-!
Offentlich verstehen Sie das mit vereinte Kraft , Wir etwas erreichen konnen!!!
Hasta Pronto,
Sincerally yours,
Christian Boone______________ 

GRÈVE DE LA FAIM ILLIMITTÉE JUSQU’À LA RÉGULARISATION COLLECTIVE6510

 

Ce mardi 1er janvier 2008, les 150 grévistes occupant les bâtiments de la Communauté Française, 91 rue Royale à Bruxelles, ont décidé à l’unanimité d’entamer une grève de la faim jusqu’à la régularisation collective de leurs situations administratives.

 

Le mépris et la totale indifférence du Ministre Dewael envers la lettre qui lui a été adressée par 300 personnes sans papiers qui avaient mené une grève de la faim symbolique de 48h au mois de novembre et qui occupent depuis décembre un bâtiment de l’Etat rue Royale ont amené ces personnes sans papiers à se lancer dans cette action du désespoir (même après avoir été interpellé au Parlement Fédéral, Monsieur Dewael n’a pas daigné donner de réponse à ces personnes).

 

L’UDEP soutient cette mobilisation et rappelle une fois encore l’impérieuse nécessité que le gouvernement s’inscrive dans la voie d'une régularisation massive des personnes vivant en Belgique. L’existence et la survie quotidienne de milliers de personnes ne peuvent dépendre de l’arbitraire de l’administration d’un Ministre.

 

La dégradation des conditions humanitaires des personnes sans papiers que le projet de Directive européenne sur la rétention et l’expulsion des personnes étrangères ne fait qu’aggraver, démontre l’urgence d’établir enfin une politique conforme aux Droits de l’Homme et responsable ( http://www.directivedelahonte.org ).

  

UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

 

Contacts (portes paroles):

0494/384 442

0486/783 195

0472/895 961


Les équatoriens rentrent en grève de la faim!

25 immigrants sans papiers équatoriens sont rentrés en grève de la faim dans l'occupation d'un bâtiment de l'état situé en plein coeur de la capitale européenne. Ces personnes avaient déja occupé le siège du principal syndicat de Belgique (FGTB) et avaient mené le mois passé une grève symbolique de 48h pour dénoncer l'arbitraire et le traitement inhumain dont ils sont victimes depuis des années en Belgique. Ils ont adressé une lettre au ministre de l'intérieur lui demandant de prendre leur demande de régularisation en considération.

Aujourd'hui, leur porte parole ( Alex et Ludmilla) ont été invités par l'ambassade où il a été reçu par l'Ambassadeur. Celui ci a été informé de la situation et s'est montré très préoccupé par le sort réservé à ses ressortissants en Belgique.

Les équatoriens qui sont organisés au sein du mouvement UDEP avec lequel ils ont pu défendre Angelica et sa famille, entendent bien faire entendre leur voix auprès du ministre de l'intérieur Dewael.

Il y a 150 sans papiers qui sont en grève de la faim dans cette occupation, hommes, femmes, enfants, venant de Guinée, du Maroc, de Mauritanie, d'Iran, de l'Algérie, du Kurdistan,... et d'Asie.

Ce samedi matin, une délégation diplomatique de l'Ambassade viendra rencontrer les ressortissants équatoriens en grève de la faim au 91 rue royale.

Pour les migrants équatoriens, L'UDEP (Union de défense des personnes sans papiers).

CONTACT -
0486 03 95 57 Porte parole équatoriens- ALEX
0475 575700 Alexis (avocat)

17/10/2007

replongés dans le cauchemard de la clandestinité

Lettre ouverte des personnes sans papiers et de leurs soutiens aux partis « humanistes et chrétiens » de Belgique
Cher Cdh, Beste CD&V,
Nous, les personnes sans papiers et leurs soutiens, nous souvenons bien vous avoir rencontré plusieurs fois avant et après les élections du 10 juin 2007. Nous nous rappellons surtout de vos engagements et vos promesses quant au sort que vous allez réserver à plus 100 000 femmes hommes et enfants qui se trouvent en situation de détresse intolérable en Belgique.
  • Vous vous êtes engagés à mettre, enfin, en œuvre une politique de régularisation qui mette fin aux pratiques inhumaines, discriminatoires et arbitraires menées par le gouvernement sortant et que vous critiquiez tant.
  • Vous vous êtes engagés à œuvrer pour la mise en place d’une politique d’immigration basée sur des critères clairs, justes et humains écrits dans une loi et appliqués vite et avec fermeté par une commission indépendante de régularisation.
Or, c’est le contraire qui s’est produit. C’est ce qui ressort de l’accord en matière d’immigration que vous avez conclu. Cet accordne règle en rien l'état d'inhumanité et de désespoir dans lequel se trouvent plongés des dizaines de milliers d'êtres humains en Belgique.
Nous constatons : que les décisions de régularisation seront toujours soumises au pouvoir discrétionnaire du Ministre de l’Intérieur, une absence de critères clairs et permanents fixés par une loi et l’absence d’une commission indépendante de régularisation.
Pour la régularisation des sans papiers clandestins qui se trouvent depuis le 1er janvier 2006 en Belgique s’ils ont une offre d’emploi, nous constatons un manque flagrant de clarté concernant ce critère : y aura-t-il une régularisation de tous les sans-papiers présentant un contrat de travail ou seulement pour ceux dont le contrat concerne un métier en pénurie. Dans les deux cas, la grande majorité des personnes sans papiers ne pourront pas bénéficier de ce critère et vont se trouver à la merci des employeurs et des patrons ; les portes seront grandes ouvertes au chantage, au marchandage et à la spéculation.
Quant aux personnes se trouvant dans le cadre d’une procédure d’asile ou de régularisation, nous constatons une reconduction de la même politique menée par le Gouvernement sortant. Nous estimons que les éléments nouveaux dont vous avez parlés ne vont toucher qu’une petite partie de demandeurs d’asile (ceux qui ont des dossiers en cours).
Pour le volet « centres fermés », notre déception est grande. Le changement du nom de l’infrastructure d’accueil des familles avec enfants ne va pas leur apporter de nouveaux éléments : ils continueront à être privés de liberté. Pour les autres sans papiers l’augmentation de la capacité d’accueil des centres fermés est annonciatrice d’un durcissement de la politique de répression et d’expulsions.
Nous voici replongés dans le cauchemard de la clandestinité. Avec vous, chrétiens et humanistes, nous pensions voir le bout du tunnel, vous en avez fait un labyrinthe.
L'Udep et assemblée des voisins
(L’UDEP est un mouvement social où les personnes sans papiers oeuvrent a leur défense par la revendication de la régularisation)


frères de sans porte plainte

contre l'Etat belge !

19/10/2007

frères de sans estime que la nouvelle loi sur les pratiques du commerce des mouvements humains, envisagé dans des propositions d'accord, est discriminatoire et ne respecte pas les principes de l'égalité des chances inscrit dans la constitution. n'est pas conforme à la directive européenne relative aux pratiques déloyales (ex:enfermer des enfants ou des êtres humains pour des faits de nationalités). Cette régularisation choisie porte aussi préjudice aux belges.

C'est une première. frères de sans vient de déposer une plainte contre l'Etat belge auprès de la Commission européenne pour non-respect du droit communautaire. Plus précisément, la plainte concerne la transposition dans le droit belge de la directive européenne relative aux pratiques déloyales (ex:enfermer des enfants ou des êtres humains pour des faits de nationalités). «La Belgique avait jusqu'à la fin juin 2007 pour réfléchir la question, le gouvernement sortant a attendu le terme de la législature pour ne pas assumer ses responsabilités. La nouvelle proposition d'accord de l'orange bleu propose une régularisation choisie, qui ne respecte pas l'égalité des chances devant la loi, alors que la sagesse (le monde associatif) avait rendu un avis négatif sur l'avant-projet que nous avions nous-mêmes vivement critiqué. Interdit notamment l'enfermement d'enfants. Nous exigeons une régularisation humaine de la situation des clandestins.

Objectif : mettre en place un système harmonisé à l'échelon européen

A l'origine, un constat : les importantes disparités entre les législations nationales constituent un frein à la libre circulation des humains en Europe et créent une insécurité juridique et réele, tant pour les belges que pour les nomades amis citoyen du monde venu nous visiter.L'objectif de la directive visait donc à mettre en place un système harmonisé : un « think tank ».
Et de rappeler «la forte croissance des expulsions ».

«La philosophie de la proposition est assez favorable à la liberté du commerce, mais pas au prix de la liberté humaine. Or la nouvelle proposition de législation belge tend plutôt à cadenasser la liberté des humains. Elle continue d'imposer aux citoyens une série de feux rouges sans que l'on ait la preuve de leurs sens. La loi se base clairement sur un parti pris : les commerçants sont des rois.

Que risque l'Etat belge ? La Commission va examiner la plainte de frères de sans et vérifier si la sagesse a été bien ou mal transposée. «Si elle estime que non, elle mettra la Belgique en demeure de formuler ses arguments, avance le juriste de frères de sans :??grain d'orge ?. Si elle n'est pas convaincue, elle émettra un avis motivé auquel l'Etat belge sera invité à se conformer. Si l'Etat belge refuse de modifier la loi, elle l'assignera devant la Cour de justice des Communautés européennes. Et si la juridiction européenne confirme le manquement, la Belgique pourrait au final être passible d'une astreinte:un million d'euro. Voilà un dossier qui risque de prendre du temps. Mais gardons espoires dans nos actions.

frères de sans déposeront plainte jeudi contre la Belgique pour violences institutionnelles, a-t-on appris mardi lors d'un point presse.

La mère a indiqué avoir été enfermée avec ses enfants, une pression psychologique suffisante pour la pousser au suicide. Elle pense que si elle meurt, ses enfants seront libérés. Le pire c'est qu'elle a raison, et que vous l'encouragez à continuer son suicide. Elle refusait de monter dans un avion. « Ce sera au juge d'instruction à identifier les responsabilités », ont indiqué florian ruymen et gerardo cones. Elles n'ont subi aucune violence institutionnel durant leur transfert ? Voilàla question.

Les agents de l'état ont alors décidé de l'enfermer.

La personne expulsée avait le droit la première fois de s'opposer à son expulsion.

Les enfants... ont indiqué que la médiatisation de cette affaire avait permis aux personnes extérieures de se rendre compte de ce qui se passe dans les centres fermés et « qu'il est horrible d'être enfermé ».

Elle a déclaré qu'elle espérait que les autres enfants actuellement détenus en centres fermés puissent sortir à leur tour et rester en Belgique. Elle a exprimé le souhait de devenir plus tard avocate et a promis qu'elle aiderait les enfants.

Selon l'Union de défense des sans-papiers, le centre fermé abrite actuellement deux jumeaux, un autre enfant, une veuve, et l'espoir de se sentir responsable de cette triste réalité.

«Je vais déposer plainte contre l'Etat belge»

Victoire d'une vaste mobilisation, nous voulons la libération imédiate de Colette, et des dommages et intérêt pour les dégats irréversibles sur l'âme de la belgique.

«J'ai été vendu par les humanistes et les socialistes aux autorités belges», nous dit un sans papier. «La Belgique voulait visiblement se débarrasser de moi. Nous avons les preuves que ma visite a été signalée aux autorités belges par les services de renseignement belges.» Son arrestation relève d'un mauvais film d'espionnage: chez elle le matin.Une voiture de police banalisée nous a arrêtés. Il était 6h00 du matin, à vérifier. Ce que je pensais n'être qu'un simple contrôle de routine a fini par mon arrestation. »

Colette est sous le coup d'un mandat d'arrêt et d'une demande d'extradition vers le Congo ?? à vérifier? Il lui est reproché d'avoir peu d'argent. Des compléments d'information sont demandés. La Belgique envoie un dossier assez mince. La Belgique est inculpé d'offense à un droit fondemental.

Mais la plaidoirie de ses avocats est excellente. «Ils ont rassemblé 180 arguments en ma faveur. Parmi ceux-ci, un rapport du département d'état américain faisant état de torture. Les juges ont vu que la définition fait du terrorisme ne correspond pas à mon profil.»

A l'audience frères de sans n'en croit pas ses oreilles. Il est libéré. «Je m'imaginais plutôt le modèle d'avion qui allait m'emmener. J'étais dans un état second. Je sortais de cinq jours de cachot pour avoir refusé. Cinq jours dans une pièce suffocante, quasiment sans lumière sans autorisation de promenade. Sans autorisations de séjours.»

Vaste mouvement
de solidarité

Et de conclure: «Paradoxalement, cette détention a donné à mon combat démocratique une publicité qu'il n'a jamais eue jusqu'ici.»

Car c'est un vaste mouvement de solidarité qui s'est développé autour de son affaire. Un travail remarquable en mobilisant une large frange de l'opinion publique. Goldman a rencontré l'ambassadeur Perruti. Les sénateurs Pierre Galand, Jean Cornil (PS) ont pensé à moi. Les humoristes m'ont également apporté leur soutien.» Sans compter les centaines d'anonymes du 123 rue royale.

« Tout cela pour rien. Je vais donc déposer une plainte contre l'Etat belge. Demander un dédommagement, cela fait partie du combat démocratique. Je suis un citoyen belge, c'est aussi un devoir pour moi de tenter d'élargir l'espace démocratique en Belgique.»

Mais avant, un autre procès l'attend: l'appel de sa liberté. Ne pas mentionner que je défends une sensibilité de gauche ou de droite et utiliser le mot artiste. c'est directement m'assimiler à l'autre bord. Il ne s'agit pas de juger mes convictions mais bien mes actes. Et ceux-ci ont été de traduire et d'interpeler. M'opposer au discours d'un ministre que je n'ai ni agressé, ni insulté, ni entarté.»

A La Haye, un premier coup d'arrêt a été donné au démantèlement de ce que l'on appelle l'Etat de droit. C'est un encouragement pour toutes les luttes de défense des droits démocratiques. Mais quelle sera l'attitude des tribunaux belges?





J'estiment Colette victime d'une discrimination provoquée par l'Etat lui-même. Une plainte est déposée.

frères de sans a déposé plainte auprès du tribunal de première instance de Bruxelles contre l'Etat belge. C'est le rapport de la commission parlementaire sur les mouvements humains qui est, en fait, visé. Reprise sur la liste de ces mouvements, la liberté des enfants que la justice belge viole la Convention européenne des droits de l'homme. La première audience est fixée maintenant.

La défense plaidera donc qu'il y a eu `des manquements fautifs clairement identifiés dans le chef de la commission d'enquête parlementaire tant dans sa manière de travailler que dans ses conclusions´. Colette demande donc une réparation du préjudice moral, estimé à un million d' euro, et la publication du jugement éventuel dans le `Moniteur belge´ ainsi que dans deux journaux belges à tirage national.

Pour le directeur du bureau européen des droits de l'homme et de l'église, la `liste noire´ que contient la proposition, `a été créée de manière totalement négligente. Elle a cependant été utilisée pour susciter d'innombrables incidents d'intolérance et de discrimination´.

Un argument encore répété par l'attachée de presse, la mauvaise image du pays, il ne faut pas aller chercher très loin pour trouver des exemples de discrimination. Ainsi, la plainte, a dû être déplacée en dernière minute parce que le Centre pour l'égalité des chances ne trouvent pas de cadre juridique pour recevoir ces plaintes.

CAS D'ÉCOLE

Le Centre pour l'égalité des chances n'a pas encore dans ses compétences les discriminations nationales, il faudra attendre pour cela l'adoption de la proposition, mais Caroline/Goldman, la directrice du Centre, estime savoir qu'il n'y a pas discrimination, et pas de cadre légal pour recevoir la plainte. Il va donc falloir aller voir, l'omnibusman médiateur fédéral, notre ami. S'il y a discrimination lorsque l'enfant est enfermé, nous avons déjà reçu quelques coups de fil de humains se plaignant de discriminations au droit d'exister. Mais, de manière générale, ils viennent plutôt demander s'ils ont le droit de dire qu'ils font partie de la Belgique.

Il est vrai que ce nom sent le soufre. Le rapport `belgique´, mis en question, parlait notamment d'un mouvement nuisible et dangereux dont un des objectifs est de s'infiltrer dans les rouages du pouvoir, que celui-ci soit économique ou politique. Et la commission d'enquête belge n'a pas fait preuve d'originalité en cela puisque la France, pour prendre l'exemple le plus marquant, a également inscrit la barbarie sur sa liste, suite à une commission parlementaire. Et que la Belgique, en tant que personne morale, y est visé par une plainte pour recel, escroquerie et exercice illégal de la torture. Alors, vraiment inoffensive, la démocratie ?frères de sans a déposé plainte auprès du tribunal de première instance de Bruxelles contre l'Etat belge. C'est le rapport d'une proposition de l'orange bleu qui est, en fait, visé. Reprise en attachement.

03/08/2007

POSITION DES PARTIS

CD&V – dinsdag 31 juli 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel, leden van het Burencomité en van de CIRE (Frédérique Mawet, directrice) werden ontvangen op de zetel van de CD&V deze dinsdagmorgen 31 juli 2007.
Wij verwachtten vooral de evolutie te leren kennen die het standpunt van de CD&V ondergaan heeft sinds onze laatste ontmoeting op 25 juni laatstleden, in verband met de opmerkingen en suggesties die we toen geformuleerd hebben.

Kort gezegd, op 25 juni ll. Heeft de CD&V een regularisatie voor alle vreemdelingen in België die hier langer dan zes jaar zijn en die tenminste één keer een legaal verblijfsdocument in bezit hadden (studentenkaart, oranje kaart,…) in overweging genomen. Dat komt neer op het uitsluiten van alle illegalen sinds de invoering van de nieuwe procedure. De aanvragen zullen voorgelegd worden aan een onafhankelijke adviescommissie (waar de DVZ nochtans deel van uitmaakt !)
Op die dag hebben de vertegenwoordigers van de CD&V ons duidelijk laten weten dat eveneens iedereen binnen de categorie valt van degenen die een regularisatieaanvraag zullen kunnen indienen (naast de voornoemde categoriën), die zich tenminste één keer zijn gaan melden bij de administratie voor 1 juni 2007. Dus duidelijk iedere vreemdeling(e) die een 9.3 heeft ingediend voor deze datum, zelfs als hij/zij afgewezen werd aan het einde van de procedure.
We hebben opgemerkt hoezeer deze datum van de 1ste juni een willekeurige afbakening vormt en dat op die manier alle illegalen uitgesloten worden die schrik hebben om een regularisatieaanvraag in te dienen: onder hen vooral vrouwen met kinderen zoals Angelica en haar mama, die volgens deze regel geen regularisatie zouden kunnen verkrijgen.
We stelden voor dat indien een begrenzende datum onmisbaar is in de toekomstige wet (om overgangsregelingen mogelijk te maken?) dat dit een datum moet zijn die valt na de uitvaardiging van de wet. Indien dit niet het geval is zullen duizenden illegalen zich uitgesloten zien van het voordeel van deze wet.
Dit voorstel zal voorgelegd worden aan de werkgroep van de CD&V.
CD&V – mardi 31 juillet 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP, de membres de l'Assemblée des Voisins et du CIRE (Frédérique Mawet, Directrice) a été reçue au siège du CD&V ce mardi matin 31 juillet 2007.
Nous attendions surtout de connaître l'évolution de la position du CD&V par rapport à notre entrevue du 25 juin dernier, en regard des remarques et suggestions que nous avions formulées alors.
En gros, le 25 juin dernier, le CD&V envisageait une régularisation pour tout étranger en Belgique depuis 6 ans et qui avait au moins une fois eu un titre de séjour légal (carte d'étudiant, carte orange…) Autant dire l'exclusion de tous les clandestins de la nouvelle procédure. Les demandes seront soumises à une commission d'avis indépendante (l'OE en ferait néanmoins partie ce qui serait contradictoire car un membre de cette commission indépendante ne peut être à la fois juge et partie!)
Ce jour, les représentants du CD&V nous ont clairement fait savoir qu'entreraient dans la catégorie de ceux qui pourront introduire une demande de régularisation, en plus des catégories précitées, les clandestins qui se sont, au moins une fois, signalés à l'administration avant le 1er juin 2007. En clair tout étranger qui a introduit un 9.3 avant cette date, même s'il a été l'objet d'un refus au terme de la procédure.
Nous leur avons fait remarquer combien cette date du 1er juin comprenait en elle l'arbitraire en ce qu'elle excluait tous les clandestins qui "ont peur" d'introduire une demande de régularisation ; parmi ceux-ci figurent essentiellement des hommes et femmes avec enfants dont Angelica et sa Maman qui, selon cette règle, ne pourraient se voir régulariser.
- Suggestion a été faite si date butoir indispensable dans la future loi (pour permettre des mesures transitoires ?) qu'elle soit postérieure à la promulgation de la loi. Faute de quoi des milliers de clandestins se verraient exclus du bénéfice de cette loi.
La suggestion sera soumise au groupe de travail CD&V.
MR – woensdag 1 augustus 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) werden deze woensdag 1 augustus 2007 om 11.00 u. ontvangen op de zetel van de MR.
Charles Michel maakte deel uit van de vertegenwoordigers van MR die ons ontvingen. De positie van MR blijft vijandig t.o.v. iedere algemene verandering van de wetgeving. Voor alle duidelijkheid zal het altijd de Minister van Binnenlandse Zaken en zijn Dienst Vreemdelingenzaken zijn die de aanvragen zal behandelen, en geen onafhankelijke regularisatiecommissie.
Nochtans werden er twee zaken naar voren geschoven waarvan iedereen het belang zal evalueren:
1. De MR wil de belangrijkste ontvangstcriteria in een wet gieten voor wat betreft de definitie van de zgn. integratiecriteria.
2. De MR wenst dat iedere persoon die in de toekomst een aanvraag 9.3 indient erkend zal worden gedurende de gehele duur van de procedure als zijnde in een toestand van legaal verblijf en dat deze personen vanaf dat moment een arbeidsvergunning zal toegekend worden. Dit zou deze personen verhinderen van in handen te vallen van koppelbazen die in handenarbeid doen en het zal de staat helpen om de circuits van zwartwerk niet langer te zien groeien. Bovendien zou dit aan deze personen (waarvan 80 % werkt) toestaan van belastingen te betalen en aldus bij te dragen aan de nationale solidariteit. Dikt lijkt ons een bewijs van de zorg voor goed bestuur vanwege de MR.
Wij houden eraan de MR (movement Réformateur) te bedanken voor deze blijk van openheid en de wil tot luisteren die zij aan de dag gelegd hebben, en voor het begrip dat zij getoond hebben.
MR – mercredi 1 août 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP et de membres de l'Assemblée des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 11h00 au siège du MR. Charles Michel faisait partie des représennnntants du MR qui nous ont reçu.
La position du MR reste hostile a tout changement notoire de la législation. En clair, ce serait toujours le Ministre de l'Intérieur et son Office des Étrangers qui traiteraient les demandes : pas de commission indépendante de régularisation.
Néanmoins, deux avancées dont chacun évaluera l'importance :
1. Le MR veut couler dans une loi les critères de recevabilité, essentiellement en ce qui concerne la définition des fameux critères d'intégration.
2. Le MR souhaite que toute personne qui introduit une demande de 9.3 à l'avenir soit reconnu, durant toute la durée de la procédure, comme en séjour régulier et puisse dès lors se voir délivrer un permis de travail. Ce qui éviterait à ces personnes de se retrouver aux mains de pourvoyeurs de main d'oeuvre et pour l'état de voir alimenter les réseaux de travail au noir. En outre cela permettrait à ces personnes (dont 80% travaillent) de payer leur impôts et de participer ainsi à la solidarité nationale. Cela nous semble être une preuve du souci de bonne gouvernance de la part du MR.
 Nous tenons à remercier le mouvement réformateur pour la preuve d'ouverture et le souci d'écoute et de compréhension qu'il a démontré.
CDh – mercredi 1 août 2007, 15h00
Une délégation de l'UDEP et des membres de l'A. des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 15h00 au siège du CDH. La délégation à été reçue par Monsieur Dominique Weerts.
1. La régularisation est un point obligé pour que le CDh entre dans un quelconque gouvernement. Il se réjouit des pas faits par le CD&V en cette matière. Le CDh s'engage à défendre son programme régularisation avec énergie.
2. Le CDh est résolument opposé à l'enfermement des enfants en centres fermés : des alternatives sont exigées.
3. Qui sera concerné par la future loi de régularisation ? 
La position bien connue du CDh (et reprise dans son programme électoral) est que, dans le cadre de la nouvelle loi, toute personne sans-papiers présente sur le territoire puissent avoir accès à la demande de régularisation, même ceux qui ne se seraient jamais déclarés.
Joëlle Milquet a tenu à être elle-même partie prenante de la discussion sur ce sujet à Val Duchesse : elle compte bien défendre à fond la position du CDh. 
4. La discussion sur la régularisation est entamée aujourd'hui, impossible de dire pour combien de temps. De toute manière, tant qu'il n'y a pas d'accord sur tout, il n'y a d'accord sur rien : jusqu'au moment de la signature de l'accord il est toujours possible que nous intervenions.
Pour preuve : Joëlle Milquet compte bien nous rencontrer prochainement.
5. Le CDh veut une commission indépendante et des critères clairs. Le CDh s'oppose à la présence de l'Office des Étrangers dans la commission de régularisation.
6. Les dés sont loin d'être joués pour une Orange-Bleue. Il y a encore beaucoup de travail avant d'arriver à un accord.
CdH – woensdag 1 augustus 2007, 15.00 u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) warden deze woensdag 1 augustus om 15.00 u. ontvangen op de zetel van CdH.
De vergadering werd verzet gezien de agenda (lopende onderhandelingen op hetzelfde moment in Val Duchesse over dit onderwerp), maar toch werd er een ontmoeting gehouden gezien de tijd ontbrak om UDEP te verwittigen. Gezien de omstandigheden werd de delegatie ontvangen door Mr. Dominique Weerts die zelf niet meedoet aan de onderhandelingen in Val Duchesse over deze materie.
1. De regularisatie is een verplicht punt opdat de CdH in om het even welke regering treedt. Er zullen semantische vondsten gedaan moeten worden gezien het woord ‘regularisatie’ de andere gesprekspartners bang maakt (= een holle eis, gebakken lucht, enz.)
2. De CdH is de enige om de regularisatie te verdedigen bij de partijen die momenteel aan de onderhandelingstafel zitten. De CdH engageert zich om haar programma voor regularisatie met energie te verdedigen.
3. De CdH is totaal tegenstander van de opsluiting van kinderen in gesloten centra: men eist alternatieven.
4. Voor wie dient de toekomstige regularisatiewet ?
De positie van CdH is goed gekend (en overgenomen in haar verkiezingsprogramma): in het kader van de nieuwe wet, zullen ALLE mensen zonder papieren die op het grondgebied aanwezig zijn, zelfs zij die zich nooit hebben aangegeven, toegang hebben tot de regularisatieaanvraag. Joëlle Milquet heeft toegezegd dat ze zelf wil deelnemen aan de discussie hieromtrent in Val Duchesse: ze rekent erop dat ze het standpunt van CdH met verve zal verdedigen. Nochtans, zoals in alle onderhandelingen, zullen er toegevingen gedaan moeten worden, en het is in dit stadium onmogelijk om te zien hoe ver dit zal gaan.
5. De discussie over de regularisatie is vandaag aangevat, het is onmogelijk om te zeggen voor hoelang. In elk geval, vooral zolang er geen akkoord bereikt is, is er feitelijk geen akkoord: tot op het ogenblik van de ondertekening van het akkoord is het altijd mogelijk dat wij zullen tussenkomen. Als bewijs kan gelden dat Joëlle Milquet erop rekent ons binnen korte tijd te ontmoeten.
6. De CdH wil een onafhankelijke commissie en duidelijke criteria tot stand zien komen. De CdH verzet zich tegen de aanwezigheid van de Dienst Vreemdelingenzaken in de regularisatiecommissie.
“Indien we tot een regeerakkoord komen”: de dobbelstenen rollen nog maar zullen misschien niet vallen als een Oranje-blauwe regering, het is niet onmogelijk dat de heer Leterme zijn ontslag bij de koning zal indienen.
Udep-Brussel
udep-bruxelles@hotmail.com heeft geschreven dat zij twee woordvoerders per regio willen, niet één enkele leider of woordvoerder. Udep zal deze zondag 5 augustus in conclaaf gaan vanaf 12.00 . Het is de bedoeling om na te denken over het huidig functioneren van de beweging en alle problemen te regelen die bezig zijn haar te ondermijnen op dit cruciale moment van onze strijd. Wij zullen geen overwinning in de wacht slepen als wij in gespreide slagorde ten strijde trekken, laten wij ons verenigen en onze inspanningen op elkaar afstemmen om onze strijd te doen uitmonden in een overwinning. Laten we stoppen met de steriele strijd die onze acties breekbaar maakt, dat iedere afdeling concrete voorstellen meebrengt om de beweging goed te laten werken.
_________________________________________________
Violences policières lors des déportations de réfugiés:

Témoignage de M. TABATA Stéphane concernant les mauvais traitements, humiliations et paroles racistes qu’il a dû subir de la part des agents de l’Office des étrangers, lors de la 3e tentative de déportation le 27/07/2006 à 10h00;
" Trop c’est trop, je voudrais à travers ces écrits, vous éclairez davantage sur les tortures morales et physiques dont j’ai été victime le 27/07/2006 à Zaventem lors de ma 3e tentative d’expulsion.
En effet, c’étaient les mêmes policiers (05) qui étaient chargés de mon rapatriement. Comme à la 2e tentative, ils avaient opté pour une maltraitance plus physique qui s’était soldée par une déchirure de ma mâchoire inférieure entraînant une incapacité de me nourrir pendant plus d’une semaine.
Cette fois-ci c’est plutôt une torture morale entraînant un déficit de mes facultés mentales, car je ne cesse de réfléchir pour enfin trouver une solution, mais hélas.
Effectivement ce 27/07/2006, vers 10h00, j’étais arrivé à l’aéroport où la police m’a directement envoyé au cachot.
Deux des policiers sont venus pour la fouille car c’est tout à fait normal pour vérifier et voir si je ne possédais pas des objets prohibés pouvant causer des dommages dans l’avion.
Mais pour cette 3e expulsion, la fouille avait pris une autre allure, car en écoutant l’un d’entre eux, il a déclaré que l’ordre venait de Bruxelles (O.E.).
Ils m’ont mis entièrement nu et m’ont fait faire plusieurs fois des accroupissements tout en écartant les fesses.Et juste après je me suis tenu debout presque 5 minutes et tous 2 regardaient ma nudité tout en discutant en langue flamande, langue que je ne comprends pas, donc je ne saurais dire exactement ce qu’ils disaient.
Le second policier de me retirer ma carte téléphonique Belgacom et de me dire qu’il ne me la remet pas car c’est avec leur argent que je me suis procuré cette carte, il continuait en disant que c’est grâce à leurs contributions que je suis nourri comme un porc 3X par jour à Vottem.
Bref ils me proféraient des injures et des propos à caractère très racistes.
Suite à cela 2 questions me sont venus à la pensée.
Est ce que les documents fournis lors de ma demande d’asile sont faux ? Ai-je trompé l’autorité belge ou européenne ?
Est ce que je suis un récidiviste ? Ai-je déjà fait l’objet d’un OQT (Ordre de Quitter le Territoire) ?
Je voudrais que mon avocat puisse contacter l’OE pour avoir de plus amples formations sur cette humiliation et propos racistes dont j’ai été victime.
Alors que suite aux violences du 06/07/2006 j’ai introduit une plainte, dont je n’ai pas encore eu de réponse.Si c’était un expulsé qui avait par erreur occasionné une violence contre un policier, tout de suite il devrait comparaître devant le tribunal.
Merci de prendre cette fois mes propos en considération pour un aboutissement heureux car je suis sous l’effet d’un choc mental (psychologique)."

Stéphane Sindah Tabata
(Ceci est la retranscription du témoignage manuscrit que Stéphane nous a fait parvenir)

Source - Cracpe ; 0476/479388 Permanence (lu au sa de 17 à 18 h 30) au 04/2320104 www.cracpe.tk  /  http://cracpe2.skynetblogs.be

Autre témoignage
DIALLO HAWA
Troisième tentative de déportation non volontaire pour DIALLO Hawa et Yousouf son fils de 2 ans emprisonnés depuis deux mois à Steenokerzeel.
Lundi fin d’après-midi Hawa reçoit une visite de sa marraine. Elle n’est pas accompagnée de son fils qui dort dans la chambre. Profitant de la visite qui était prévue depuis 3 jours les gardiens ont KIDNAPPE son enfant qui dormait voulant exercer l’ultime pression de séparer un enfant de sa mère !
La visite terminée, Hawa se retrouve face à 6 gardiens- policiers et la directrice qui l’emmènent au cachot et la tabassent « subtilement » de coups de pied dans le ventre. ILS lui disent qu’elle prend l’avion pour la Guinée Conakry le lendemain matin à 11 heures. ILS la déshabillent, lui arrachent son slip, lui font faire des flexions pour voir si elle ne cache rien. ILS disent qu’ILS ont
l’enfant. Ils lui hurlent bien fort que son enfant n’ira pas dans ses bras, que même si elle ne veut pas partir, on l’enverra sans elle dans un centre de la croix rouge, il y en a partout dans le monde !« Mon enfant, mon enfant, rendez-moi mon enfant » fût cette nuit que Hawa a passée.
Pour Yousouf ont ne sait pas quelle première nuit il a passé sans sa maman ; on ne peut que se l’imaginer parce qu’un enfant si jeune ça ne parle pas encore, ça pleure « maman ».
Peut-être lui ont-ils donné des calmants pour qu’il ne fasse pas de bruit et qu’il dorme.
SEULS EUX SAVENT COMMENT cette nuit là c’est passé pour Yousouf la toute première fois sans sa mère ! Le lendemain ils emmènent Hawa à Zaventem, dans le bureau retabassage
« Rendez-moi mon enfant »… « Je ne veux pas partir ».
« On va t’emballer comme une marchandise » ; Ils lui mettent la
camisole de force, lui emballent les jambes, lui cognent son ventre de maman, la jettent dans la camionnette, l’empoignent et la portent jusque dans l’avion, à l’arrière par l’escalier. ILS la ceinturent. Les passagers ne sont pas encore là. Son fils non plus !?! ILS sont Six, habillés en civil, des chemises à fleur comme pour les vacances…
Deux pour les bras ; deux pour les épaules et la nuque ; un pour la tête ; un assis sur une chaise en face d’elle, les genoux prêts à appuyer sur son ventre.
Les passagers entrent dans l’avion par l’avant. Son fils Yousouf arrive par l’arrière dans les bras d’une gardienne qui l’avait tondu la veille, Hawa crie, ils emmènent son fils vers l’avant de l’avion, Yousouf à vu sa mère, il pleure… Les passagers arrivent, Hawa hurle après son fils, mais celui en face l’écrase avec les genoux et l’étrangle avec ses mains pour qu’elle cesse de faire du bruit, les passagers sont là ! Un de ceux-ci a vu l’étranglement et est intervenu en frappant l’un des bras du policier « vous voulez la tuer » « Rendez-lui son enfant » puis
d’autres passagers sont intervenus exigeant qu’elle et son enfant descendent de l’avion et soient remis ensemble.Ils portent Hawa et la jettent dans la camionnette au pied de
l’escalier à l’arrière de l’avion.
Dans la camionnette retabassage, insulte « sale putain » « sale cochon noir » « la prochaine fois se sera avec les militaires … » .

Mobilisation déclenchée Amérique latine

Sans papiers
Ce vendredi 3/08 à 18h, la communauté latino sans papier donnera une conférence de presse dans l'église occupée Ste-Alène (occupation depuis le 13 juin 2006). Elle sera accompagnée par les autres occupations de l'Udep.
A la lumière du cas Angelica, hautement symbolique pour la communauté latino et pour toutes les personnes sans papiers en général, nous y présenterons la situation actuelle des migrants et les perspectives ébauchées par le futur gouvernement.
Angelica et sa mère ont donné un nouvel élan aux personnes sans papiers dans leur combat pour la reconnaissance de leur droits humains fondamentaux.
Cette rencontre fait suite aussi à la vague de mobilisations déclenchée en Amérique latine pour Angelica et pour débnoncer le traitement réservé aux migrants en Belgique (manifestation continentale hier Am-L et caraïbes - actions au Mexique pour migrants détenus aux usa-voir EFE).
Dans nos rencontres avec les partis du prochain gouvernement, ils se sont clairement prononcé en faveur du durcissement des mesures d'expulsion et du maintient de la détention en centres fermés des personnes sans papiers.
Comme communauté latino-américaine organisée, nous y présenterons nos actions pour interpeller les responsables politiques sur notre situation et en défense de notre dignité et droits humains fondamentaux. 

28/07/2007

PERSCONFERENTIE / CONFERENCE DE PRESSE - ANGELICA

PERSCONFERENTIE / CONFERENCE DE PRESSE - ANGELICA
11h30 - gesloten centrum 127 bis/ au centre fermé 127 bis
Zondag - Dimanche 11u.30
met de famile van Angelica en hun raadgevers.
Avec la famille d'Angelica, son papa et ses avocats.28 juillet 2007

- De zaak van Angelica is moet door de nieuwe minister worden behandeld

- Le cas de Angelica doit être traité par le nouveau ministre de l'intérieur
-------------------------------------------------------------------------------
Antwoord van heer Leterme /
Van de papa en de broers van Angelica Cajamarca en hun raadgevers 
 
Geachte heer Leterme,
 
Een ontslagnemende regering houdt zich stricto senso enkel bezig met de lopende zaken en moet tevens er ook voor zorgen dat de nieuwe regering en ministers niet voor voldongen feiten worden gesteld waardoor ze niet de vrijheid hebben om een politieke beslissing te nemen.
Onze raadgevers zeggen dat u strikt administratief juridisch gelijk hebt, maar dat politiek gezien de situatie veel ingewikkelder is en dat daardoor uw argument niet volledig correct is indien alle elementen van dit gepolitiseerd en gemediatiseerd dossier in overweging worden genomen.
Gezien het zwaargeladen politiek en mediatiek symbolisme van dit dossier is een eventuele beslissing van de huidige minister om niet tussen te komen in het administratief-juridisch proces van uitzetting hoe dan ook een politieke beslissing omdat ze de eventuele toekomstige beslissing van mogelijk verblijf, uitzetting of terugkeer van Angelica en haar mama voor de nieuwe minister van de nieuwe regering enorm negatief beïnvloed.
Het lijkt ons eerder politiek correcter dat de nieuwe minister van de nieuwe regering op basis van alle huidige en eventuele nieuwe elementen ,die we in de komende 24u verwachten, een beslissing kan nemen zonder dat hierdoor een dure, langdurige procedure van terugkeer moet worden ingezet. Zonder te vergeten dat in dit geval de overbodige traumatische uitzetting van een 11 jarig kind in het beste geval belachelijk en in het slechtste geval schandalig zou lijken.
 
Er is trouwens geen enkele dringende reden van openbare orde waarom Angelica en haar mama in alle urgentie maandag moeten worden uitgezet door een uittredende regering voor de nieuwe regering dit symbolisch dossier ten gronde heeft kunnen behandelen.
U dient immers te weten dat Angelica en haar mama zelfs bij een terugkeer alle mogelijke procedures zullen aanvangen om zo snel als mogelijk terug te keren naar België waar zowel de natuurlijke vader als haar Belgische schoonvader wonen.
 
We hopen dan ook dat deze surrealistische situatie kan vermeden worden in het belang van het kind en ook  van een goede politieke behandeling van dit dossier.
We danken u voor de aandacht die u aan dit dossier hebt gegeven en we hopen dat we u op een dag zullen kunnen ontmoeten als vrije mensen.
Met de meeste hoogachting,
 
twee papas en hun raadgevers
Réponse de monsieur Leterme
au papa et aux frères d'Angelica
(non publiée - en attente de l'accord de Mr Leterme)
Réponse des papas de Angelica et de leur conseillers :
 
Cher Mr Leterme,
Un gouvernement démissionaire doit s'occuper stricto-senso des affaires courantes et doit s'abtenir de prendre des décisions qui mettraient le nouveau ministre et le nouveau gouvernment devant des faits accomplis face auquels ils n'auraient plus la liberté de prendre une décision politique.
Nos conseillers disent que d'un point de  vue strictement administratif et juridique vous avez raison, mais politiquement la situation est beaucoup plus complexe. C'est pour cette dernière raison  que votre argument n'est pas correct si  l'on tient compte de tous les éléments de ce dossier politisé et mediatisé.
Etant donné que ce dossier spécifique est entouré d'une symbolique politique et médiatique, la décision éventuelle du ministre actuel de ne pas intervenir dans le processus administrativo-juridique de l'extradition est une décision politique parce qu'elle influencera négativement les possibilités de décision d'autorisation, d'extradition ou de retour de Angelica et sa maman pour le nouveau ministre du nouveau gouvernement.
Il nous paraît politiquement plus correct que le futur ministre du nouveau gouvernement puisse prendre une décision sur base de tous les éléments actuels et  de ceux que l'on pourrait attendre dans les prochaines 24heures sans devoir entamer une longue et coûteuse procédure de retour. Sans oublier que l'extradition traumatisante d'une enfant de 11 ans paraîtrait, après cet éventuel retour, ridicule dans le meilleur des cas et au pire scandaleuse. 
 
Vous devez déjà savoir que Angelica et sa maman  vont entamer, même après leur extradition, toutes les procédures possibles pour revenir le plus vite possible vers la Belgique où habitent le père naturel et le beau-père Belge.
 
Nous espérons que cette situation surréaliste sera évitée dans l'intérêt de l'enfant et qu'un bon traitement politique du dossier sera effectué.
Nous vous remercions sincèrement d'avoir pris la peine de répondre à cet appel et d'y avoir été sensible. Nous vous remercions pour Angelica et vous assurons qu'elle le fera elle même dès qu'elle sera en condition de le faire.
 
Bien à vous,
 
les papas et leurs conseillers