14/06/2009

Soutien aux grévistes de la faim de LLN/ UCL-Occupation sans papiers de Louvain La Neuve juin 2009

dans GREVE

il y a REVE

habitantsanpap

Des voix se sont élevées pour condamner la grève de la faim entamée depuis 3 semaines par les occupants, certaines pour condamner les occupants eux-mêmes. D'autres accusent même l'UCL d'avoir provoqué cette grève en menaçant les occupants d'expulsion le 30 juin. La situation est chaque jour plus dangereuse et une position éthique et politique claire est nécessaire. L’UDEP tient à remercier tous les soutiens pour s’être mobilisé avec les occupants jusqu’ici et pour avoir pris leur responsabilité, en faveur ou contre la grève.


DANS LES FAITS : Sur le terrain, depuis les élections fédérales qui n’ont pu donner un gouvernement capable de mettre en œuvre une politique d’immigration digne, les 10 dernières occupations entrées en grève (Evere, Rue Royale, ULB 2008, Béguinage, Forest, VUB, ULB 2009,…), ont toutes donnés des titres de séjour de trois mois renouvelés aux occupants.

Certains de ces ex-occupants, après avoir renouvelé leur 9 Ter pendant 9 voire 12 mois, se retrouvent à nouveau sans papiers (30% environ). Le conditionnement de ce titre de séjour à un contrat de travail conclu sur base d’un permis B, rend celui-ci extrêmement difficile à maintenir et peut conduire à des dérives (contrats achetés, fictifs,…).

Le plus souvent pour les autres, la situation reste précaire et difficile mais est de loin bien meilleure que dans la clandestinité.Pour d‘autres, le passage par cette période de séjour légal permet de débloquer une situation et d’obtenir rapidement un titre de séjour de 1 voire 5 ans.

reguldetous

INTERDIRE LA GREVE ? Dernièrement nous avons été interpellés par des occupants et des soutiens de LLN au sujet de notre absence et de notre manque de prise de position. La grève entraîne des séquelles physiques graves et parfois irréversibles.
Pour cette simple raison, l’UDEP ne peut encourager la grève.

Concrètement nous pensons que les occupants sont adultes et responsables et qu’il ne faut pas leur interdire, mais décourager la grève en créant avec eux d’autres moyens d’actions. Ceci a été fait de façon extraordinaire à Louvain-La-Neuve par les habitants et les étudiants. Ces actions portent des fruits et ont semés d’innombrables graines.

Notre combat dure depuis 4 ans et a connu une cinquantaine d’occupations. C’est une aventure longue qui n’a pas encore créé le rapport de force suffisant pour faire plier le gouvernement, mais qui a considérablement fait changer les cœurs et les mentalités de nombreux citoyens.

SOUTENIR N'EST PAS AIDER A MOURIR :
Les occupants constatent ce rapport de force insuffisant et espèrent comme les ex-occupants obtenir un titre de séjour, même précaire.

Ils aspirent à une vie digne et meilleure. A une maison, une famille, un travail, ces choses simples dont-ils parlent souvent. Ces choses si simples et auxquelles ils n’ont pas droit. Dans leur désespoir il y a au fait beaucoup d’espoir, il y a du rêve.

- Soutenir - peut simplement signifier - être avec - écouter et informer des conséquences, aider les personnes à réfléchir dans cette situation de tension, veiller à ce que les personnes compétentes en matière de santé et juridique soient présentes,… Veiller à ce que ce bout ne rêve ne se transforme en cauchemar. D'expérience, plus une grève est isolée et plus elle est dangereuse.

 

Il y a un paradoxe entre ne pas vouloir aider quelqu’un à mettre sa vie en danger et soutenir les grévistes, mais il n’y a pas de contradiction. Nous menons un combat qui se fonde sur la décision des personnes sans papiers elles-mêmes. La force de ce mouvement tient en partie du fait qu'il arrive sur cette base à passer une alliance objective entre citoyens "Belges" et "Immigrés".

 

Ainsi, depuis octobre 2008, c’est lors des assemblées générales à Bruxelles que Camara et 200 de ses compagnons ont décidés d’initier le mouvement d’occupation des universités qui a fini par rassembler un millier d‘occupants à travers le pays. AG après AG, débats après débats, votes après votes, ce sont les personnes engagées dans le combat qui ont décidées collectivement de leur action et qui ont choisi l’occupation comme moyen de pression.

Les occupants de l’UCL qui sont engagés depuis bientôt un an dans cette action collective mènent aujourd’hui une grève de la faim, pour obtenir leurs droits, droits qui sont bafoués en raison de leur situation administrative.

Ils ont fait le choix de la grève de la faim comme moyen de pression et ont décidés de mener cette action collectivement. L’UDEP a toujours défendu et soutenu les grévistes, dans leur décision et dans leur action collective.

Aujourd'hui d'autres occupations voient le jour et le mouvement continue de grandir. A l'image des occupants, d'autres personnes sans papiers ont décidés de s'unir et de sortir de l'ombre pour revendiquer leurs droits.

Ce vendredi 12 juin, la rencontre dramatique des immigrés sans papiers avec la Ministre Turtelboom, chargée PAR LE GOUVERNEMENT de la gestion de l’Immigration, démontre qui est responsable de cette situation et où notre gouvernement place ses priorités.

Nous ne pouvons penser en tous cas qu’il représente les priorités des étudiants et des habitants et leur solidarité qui résiste à toute épreuve.


REGULARISATION MAINTENANT !


L’UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

occupengreve

 

11/06/2009

vague Verte, Nouvelle occupation vendredi 12 juin à Bruxelles UDEP/Ecolo-Manif Turtelboom

 Vague d’Occupations en l’honneur de la vague Verte

 

RUE ANTOINE DANSAERT /au croisement de la rue rempart du moine dans l'ancienne industrie Leonidas  

UDEP - Nouvelle occupation ce vendredi 12 juin à 8h à Bruxelles

Face à une priorité humaine aussi urgente, les personnes sans papiers espèrent que le parti Ecologiste fera preuve de la même intégrité et courage politique que sur les questions d’éthique au niveau régional, pour exiger des autres partis qu’ils respectent leur engagement au niveau fédéral.

 

 

A 08h00, ce vendredi 12 juin, au lendemain des élections, le mouvement des sans papiers reprend ses actions d’occupations. L’UDEP entend remettre toute la pression nécessaire pour faire réagir le gouvernement rapidement. Les personnes sans papiers attendent depuis 15 mois que les représentants appliquent la régularisation qu’ils se sont engagés à mettre en place.

 

Les nombreuses actions de grèves de la faim récentes et les grèves actuelles (UCL, Forest,…), montrent combien est insupportable la situation des personnes sans papiers et combien est nulle et irresponsable la gestion que le gouvernement fait de ce drame humanitaire.

Nous appelons le parti Ecolo, qui a toujours défendu fermement et courageusement la régularisation ; à user de tout le pouvoir que lui donne sa position actuelle pour exiger de ses futurs partenaires PS, cdH ou MR, qu’ils appliquent « l’éthique politique», sur leurs engagements au niveau fédéral.

Le mouvement d’occupation des universités touche à sa fin et il est important que continue de s’élargir la vague d'occupations et que d’autres occupations voient le jour pour rappeler l’engagement gouvernemental.

La nouvelle occupation située dans le quartier de la Senne de la ville de Bruxelles, le bâtiment vide depuis plus de 10 ans est une ancienne chocolaterie.

 

A midi les occupants de la gare du nord (Saint Lazare) et de la nouvelle occupation, rejoindrons les personnes solidaires et engagées auprès de leur lutte, associations, syndicats et citoyens, pour se rendre au cabinet de la Sinistre de l’Immigration au rond-point Schuman. De là, nous marcherons vers le cabinet de la Ministre de l'Asile et de la Migration, Annemie Turtelboom (métro Arts-Loi) jusque 14h00.

 

 

REGULARISATION MAINTENANT !

 

 

L’UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

CONTACT : GERARDO / ALEX / LINDSAY

San Papier

SAINT PAPIER (Italie/ juin 2009) "Acceuil des étudiants de l'Université de la Sapienza à l'occasion de la visite de Khadafi à Berlusconi."

"Régularisez ou partez"

Rendez-vous le 12 juin à 12h au métro Schuman

Vous le savez probablement, les membres du gouvernement n'ont pas tenu a régulariser les sans-papiers. Le Premier ministre a répété à plusieurs reprises que ce point faisait partie des «priorités à régler mais que le climat n'était pas favorable en raison des élections régionales du 7 juin».
Nous y voilà. Le 12 juin 2009, c'est après les élections
régionales! Vous ne saviez pas ce que vous alliez faire ce midi-là et bien, ne cherchez plus!

Les sans-papiers, le FAM, les syndicats,
les avocats, les étudiants, et les universités se mobilisent pour
exiger la régularisation de tous les sans-papiers.

Nous avons besoin de votre soutien pour rappeler au Gouvernement et à la Ministre concernée que leurs promesses d'il y a 15 mois sont toujours dans les cartons et que c'est maintenant ou jamais. Que pourraient-ils encore bien inventer pour différer encore ?

Rendez-vous à midi au rond-point Schuman. De là, nous marcherons vers le cabinet de la Ministre de l'Asile et de la Migration, Annemie Turtelboom (métro Arts-Loi) pour aller chanter, dénoncer, mener diverses actions et rire jusque 14h00.

Alors, si vous en avez l'occasion, rejoignez-nous car nous devons être nombreux!

Bien à vous,
Le Comité d'Actions et de Soutien aux sans-papiers
pour l'arrêt des expulsions, la suppression des centres fermés et la régularisation de tous les sans-papiers (CAS ULB)

Saint Répression

Multa e cacciata per il soggiorno illegale

IL Pd l' ha battezzato «la madre di tutti i mali». Lo critica la Chiesa in tutte le sue gerarchie. Il reato di immigrazione clandestina punisce «l' ingresso e il soggiorno illegale nel territorio dello Stato». È punito con un' ammenda da 5 a 10mila euro. Non si estingue pagando la somma in denaro. Comporta per lo straniero l' immediato processo davanti al giudice di pace e l' espulsione per direttissima. Si applica a tutti, sia chi è colto alle frontiere nell' atto di entrare in Italia, sia a chi si trova già nel nostro paese ma non ha un permesso di soggiorno. Per i magistrati il nuovo delitto ingolferà gli uffici e porterà la giustizia «definitivamente e inutilmente» alla paralisi.