26/11/2008

C.A. de l'ULB, les sans papiers peuvent rester. communiqué BEA, C.A. et UDEP. 25 novembre 2008

Communiqués du C.A. de l'ULB, de l'UDEP et du BEA. le 25 novembre 2008 /56272

UDEP : GOUVERNEMENT IMPUISSANT, L'ULB ACCUEILLE LES MIGRANTS . 


L'UDEP se réjouit de la décision de solidarité avec la lutte des sans papiers prise par les dirigeants de l'ULB.


Il y a des centaines d'autres migrants qui mèneront ce combat pour la reconnaissance de leurs droits dans d'autres lieux à Bruxelles et sans doute en Belgique; nous l'avions annoncé fin octobre avant l'ouverture de la Turtel'Home, plus l'hiver et plus l'entêtement de la ministre Turtelboom se durcissent, et plus il y aura d'occupations.


Il y a un mouvement de plus en plus large de personnes qui refusent de se soumettre à la clandestinité perpétuelle, ce mouvement commence à s'exprimer, il se politise et est en train de trouver une expression collective.


Ceci n'est pas une menace mais un avertissement et un appel au gouvernement et à tous les partis qui le composent (Ps, MR, Cdh, VLD,cd&v), à mettre en oeuvre le plus rapidement possible l'accord sur la régularisation qu'il s'est engagé à appliquer depuis plus de 8 mois!


L'UDEP est rassurée pour les personnes qui se trouvent désormais en sécurité et à l'abri grâce à l'ULB. D'autre part, la prise de position de l'Université, assure et confirme que le combat des sans papiers de l'UDEP est légitime et juste.


L'UDEP tient a féliciter les étudiants, assistants, professeurs et les autres personnes qui ont démontrés leur solidarité avec les occupants dès les premiers jours.

L'UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

contact : Oumarou (porte parole) 0494 384 442

Nb; La composition du Comité de liaison avec les personnes sans papiers est modifiée : Régis Dandoy pour le Corps scientifique se retire et ne sera pas remplacé. Mateo Alaluf, Renaud Maes et Géraud Hougardy. Luc Massaer reste président.

arrestationssanspapiersbxl
manifestation des étudiants de l'ULB et des sans papiers raflée le 29 avril.

 


Bruxelles, le 25 novembre 2008

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L'ULB

L’ULB tolère (à titre provisoire) l’occupation

de son hall des sports par les sans-papiers


Pour des raisons humanitaires évidentes, le conseil d’administration de l’ULB a décidé de tolérer à titre provisoire l’occupation de son hall des sports par les sanspapiers qui l’occupent depuis mardi dernier.


L’Université réitère son soutien à la cause des sans-papiers et en appelle au gouvernement pour concrétiser rapidement les engagements pris en la matière.


L’ULB s’attachera également à sensibiliser ses partenaires de l’enseignement supérieur. Rappelant cependant l’urgence à rétablir des conditions normales d’enseignement, le conseil d’administration charge le comité d’accompagnement des sans papiers de trouver, en partenariat avec les représentants des sans-papiers, toutes mesures adéquates visant à limiter les atteintes à l’enseignement et à la recherche et à envisager les alternatives possibles pour héberger décemment les personnes présentes.



MonumentFerrer
Monument à l'ULB à la mémoire de F.Ferrer, il avait toujours condamné l'aveuglement qui conduit à la violence politique. Il sera exécuté sans preuve pour ses opinions.

______________________________

 

Communiqué de presse du BEA

Occupation des sans papiers à l’ULB:

L’Université contrainte de gérer l’incompétence de Turtelboom

L’Université Libre de Bruxelles (ULB) réunie ce mardi en Conseil d’Administration (CA) a décidé de ne pas expulser les personnes sans papiers qui occupent depuis une semaine le hall des sports du campus du Solbosch. Jusqu'à ce qu’une alternative pour un autre bâtiment puisse être trouvée, l’ULB « tolère » donc la présence des occupants. 

A cette fin, une médiation sera mise en place pour maintenir un dialogue avec eux.

Le Bureau des Etudiants Administrateurs (BEA), qui représente les étudiants de l’ULB, se réjouit de cette décision du CA qui se rallie ainsi en partie à la position défendue depuis les premiers jours de l’occupation par le BEA : la recherche à tout prix d’une solution négociée entre les autorités universitaires et les occupants sans papiers.

Le BEA tient toutefois à rappeler que cette situation a pour origine l’inertie du gouvernement fédéral et de la ministre Turtelboom quant à la concrétisation de l’accord de gouvernement sur la régularisation des sans papiers. De ce fait, l’ULB se retrouve obligée d’assumer dans l’urgence l’incompétence des dirigeants politiques.

L’ULB a également décidé de sensibiliser les autres universités à la situation dramatique que subissent les sans papiers et d’étendre ainsi leur mouvement. Ce faisant, l’université a pris une fois de plus ses responsabilité s et a adopté une attitude proactive digne des valeurs qu’elle défend. Le BEA rejoint cet appel, et invite l’ensemble des universités à se saisir de la question des personnes sans papiers pour qu’enfin une solution juste soit trouvée à leur situation.

 Contact : Géraud Hougardy, Etudiant Administrateur, 0486 45 85 61


Commentaires

reaction Permettez moi d'être contre cette occupation des locaux de l'ULB. Ils representent l'outil de travail de certains professeurs de certains etudiants et vous encouragez des personnes à les occuper d'une manière arbitraire. LA problematique des sans papiers est certe difficile mais des etudiants ayant payé un minerval ont le DROIT d'avoir cours et les professeurs ont le DROIT de travailler et vous ne respectez pas cela. De plus les locaux que vous occupez ne sont pas des locaux multi usages ce sont des locaux avec une specificité particulière et leurs occupation pour une activité 'de ville' met en cause le travail de personnes qui oeuvrent régullièrement pour leur maintient en bon état. Les décisions ministérielles ne justifient en aucun cas ce genre d'occupation sauvage et je reste étonnée que l'ULB permette ce genre de chose. Je n'y étudie pas je n'y travaille pas j'ai donc un avis très extérieur sur la chose mais je vous avoue que votre action est pour moi irresponsable et empiète sur les droits et libertés des étudiants des professeurs et vous finissez par être contre productifs. Je ne crois pas que la majorité de la population estudiantine et professorale vous soutienne, encore moins la population belge. Sachez que le respect des autres (même si ils sont en situation légale, si ils ont des papiers, même si ils sont belges) est prémice à toute bonne entente. Tant que vous ne comprenez pas cela je ne pense pas que vous aboutirez.

Écrit par : Geraldine Doumont | 28/11/2008

Les commentaires sont fermés.