27/07/2008

Carte blanche aux "grutiers"

Annemie, à la mer !


Communiqué de presse

 

            Le 15 juillet, les sans-papiers qui occupent un bâtiment de l’Université Libre de Bruxelles depuis le 7 avril et en grève de la faim ont reçu une proposition de l’Office des Etrangers : une carte « orange », dite médicale, de trois mois. Cette « généreuse » offre qui ne vise que les détenteurs d’un certificat médical, ne donne accès ni au marché du travail ni à un espoir de régularisation durable. Au contraire, elle tente de diviser le mouvement des sans-papiers, désespérés par l’inefficacité du monde politique belge. Après avoir promis une circulaire pendant des mois, après avoir récompensé la grève de la faim spectaculaire du Béguinage, la Ministre de l’Asile et de l’Immigration, Mme Turtelboom préfère prendre des vacances bien méritées cependant les grévistes de l’ULB ne voient pas le bout du tunnel.

 

            Mieux, ce soir, les trois iraniens « de la grue » ont obtenus une carte blanche après cinq jours de calvaire. Cette offre de l’Office des Etrangers, de loin supérieur à celle promise aux occupants de l’ULB, a provoqué de nombreuses tensions au sein des grévistes chaque jour un peu plus faible. Les vacances parlementaires, et la conscience qu’il n’y aura pas de solution avant la rentrée, avaient déjà amplement entamé leurs moral. Cette proposition les a achevé !

 

            Jusqu’à aujourd’hui, la régularisation d’une durée maximum de trois mois était le plafond que les occupants de la Maison de l’Amérique latine, de Forest et de l’ULB pouvaient espérer de mieux. Les promesses obtenues par les iraniens « de la grue » nous démontrent que plus est possible. En outre, cela prouve que la ministre n’est pas nécessaire puisque que c’est l’Office des Etrangers, Mme Turtelboom est partie ce samedi en famille au soleil, qui a émis l’offre. L’incohérence du gouvernement, malgré un discours officiel ferme, est un exemple de plus de sa « mauvaise » gouvernance.

 

Il est grand temps que cette farce prenne fin ! Il est grand temps que l’administration en charge du dossier et la ministre prennent conscience qu’ils jouent avec la vie d’êtres humains. En soufflant le chaud et le froid, ils poussent les sans-papiers écoeurés par la situation inextricable aux actions les plus folles. Y a-t-il assez de grues sur les chantiers pour accueillir tous les sans-papiers ? Pour finir, qui est le maître chanteur ?

26/07/2008

L'OFFICE DES ETRANGERS JOUE AVEC LE FEU EN PROVOQUANT L'INDIGNATION DES GREVISTES:

L'OFFICE DES ETRANGERS JOUE AVEC LE FEU EN PROVOQUANT L'INDIGNATION DES GREVISTES:

 

L'UDEP s'étonne que l'Office des étrangers après l'expérience du Béguinage, où il avait provoqué la légitime colère des grévistes de Forest, en traitant deux situations identiques de façon totalement inégale, persiste dans sa gestion irresponsable de situations aussi périlleuses et n'en tire aucune leçon.
 
Le directeur général de l'Office des étrangers, Monsieur Freddy Roosemont s'est présenté ce vendredi 25 juillet à 16h à l'occupation UDEP de Forest.
Les grévistes, accompagnés de la CSC (Jésus M.) et de leurs soutiens, se seraient vus proposer par Monsieur Roosemont un permis de séjour de 3 mois renouvelable deux fois ainsi  qu’un permis de travail C.
 
L'occupation UDEP de l'ULB, elle, n'a pas reçu la visite de l'Office.  Monsieur Roosemont ne donne aucune réponse aux grévistes, qui réclament également un permis de travail C qui leur permettrait de trouver un travail déclaré, et un permis de séjour. Ils se sentent donc légitimement spoliés et trahis. Même son de cloche à la Maison de l'A-Latine où les grévistes ignorent tout de la proposition de Mr Roosemont faite aux grévistes de Forest.
 
Ces 3 occupations se sont unies à la demande de Maître Beauthier, qui a toujours mis un point d'honneur à revendiquer le même traitement pour les occupants des 3 occupations afin d'éviter tout traitement injuste et inégalitaire.
 
Aussi, nous enjoignons les responsables de ce dossier, qui ont jusqu'à aujourd'hui montré qu'ils sont incapables de mettre en place une politique d'Immigration cohérente (telle que l'Accord du gouvernement s'y était engagé), à cesser de jouer avec le feu et à montrer un geste de bonne volonté et de bonne gouvernance. En provoquant la colère des grévistes comme vous le faites, vous ne faites que jeter de l'huile sur un feu déjà assez dangereux.
 
Accordez un permis de travail et un titre de séjour à ceux qui se sont donnés pacifiquement à cette cause depuis des années et qui maintenant sont en train de mourir pour l'obtenir.
Les blocages permanents de ce dossier montrent que nous avons tous besoin de sérénité pour le résoudre et construire enfin une politique de long terme garantissant un traitement juste et objectif des vies humaines que des milliers de migrants remettent avec tant d’espérance entre les mains de notre pays. 

 

23/07/2008

Action symbolique d'étudiants de l'ULB pour les sans-papiers

Action symbolique d'étudiants de l'ULB pour les sans-papiers

Le Comité d'Actions et de Soutien aux sans-papiers de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) a mené ce mardi matin une action symbolique au siège de l'Open Vld, rue Melsens à Bruxelles, en vue de réclamer la sortie de la circulaire de régularisation auprès de la ministre de la Politique de Migration et d'Asile, Annemie Turtelboom.

Affiches
L'action était préparée depuis dimanche. Une délégation de dix personnes, dont une majorité d'étudiants de l'ULB, a investi le hall d'entrée du siège de l'Open Vld. Le Comité d'Actions et de Soutien a placardé des affiches sur la vitrine du parti libéral flamand et a mené une occupation durant quelques minutes. "Occupation Vld, 1er jour de grève de la faim", pouvait-on lire sur une pancarte placée à l'entrée du siège du parti. Les occupants avaient emmené symboliquement avec eux du matériel de couchage. Les manifestants ont quitté les lieux dans le calme à l'arrivée de la police.

Carte d'identité détruite
Des policiers ont réclamé une pièce d'identité au responsable de l'action. Un étudiant a montré sa carte d'identité qu'il avait coupée en deux, fin de la semaine dernière, afin de protester contre la politique de migration. La police n'a pas effectué d'interpellation. La plupart des manifestants avaient coupé en deux leur carte d'identité la semaine dernière et se sont présentés ce mardi comme des sans-papiers. Ils justifient leur geste par le fait qu'ils ne veulent pas être privilégiés par rapport aux sans-papiers.

Action ludique
"L'action d'aujourd'hui était avant tout ludique et nous ne cherchions pas à nous faire arrêter. Mais nous voulons mettre la pression par tous les moyens sur la ministre Turtelboom afin qu'elle prenne ses responsabilités et qu'elle assume ses choix, sans faire porter la responsabilité à ses partenaires au gouvernement", a réagi à l'issue de l'action Martin Deleixhe, un étudiant de l'ULB.

Circulation de régularisation
"Nous sommes venus réclamer la circulaire de régularisation des sans-papiers avant le dernier conseil des ministres et avant les vacances parlementaires. Nous voulons rencontrer la ministre. Les occupants sans-papiers de l'ULB ont attendu des semaines avant de rencontrer une personne du cabinet de Mme Turtelboom. Leur action de sensibilisation n'a mené à rien, contrairement à leur grève de la faim. Les occupants sont fort inquiets. Si la circulaire ne sort pas durant les congés, les rafles et les expulsions ne s'arrêteront pas durant cette période", a expliqué Philippe Santini, membre du Bureau des Etudiants administrateurs (BEA) de l'ULB.

La soixantaine de sans-papiers qui occupent depuis le 7 avril un bâtiment de l'ULB ont entamé mardi leur 9e jour de grève de la faim.

 

(belga/7sur7) voir aussi le soir/dh/llb/..  http://www.7sur7.be/

22/07/08 13h20

 



 Après la grève de la soif des 60 grévistes à l'ULB

La soixantaine de sans-papiers qui occupent un bâtiment de l'Université libre de Bruxelles (ULB) à Ixelles ont suspendu leur grève de la soif samedi, tout en poursuivant leur grève de la faim, annonce l'Union de défense des sans-papiers (UDEP).

"Après trois jours sans boire, ni manger nous voulons montrer un geste de bonne volonté au premier ministre M. Leterme, auquel nous demandons une entrevue depuis deux jours. Nous espérons que M. Leterme accueillera cela comme un signe de notre volonté de dialogue", expliquent les sans-papiers dans un communiqué de l'UDEP.

Les sans-papiers précisent qu'ils suspendent leur grève de la soif aussi "par respect pour les célébrations du 21 juillet". "Les occupations UDEP de Forest et de l'ULB exigent la régularisation et entendent poursuivre leur action jusqu'à la mort pour l'obtenir", rappelle enfin le communiqué, tout en priant les partis de la majorité de "trouver d'urgence une issue à cette crise qui ne peut plus attendre".
 (belga/7sur7)
 
 
 
 

17/07/2008

TURTELBOUM POSE DES BOMBES

jeudi 17 juillet 2008 à Bruxelles

 TURTELBOUM POSE DES BOMBES

GREVE DE LA SOIF ILLIMITEE A L'ULB

ROI

 

Ce jeudi matin, une quinzaine de citoyens belges ont décidé de détruire leurs documents d’identité lors de la conférence de presse tenue à l’ULB. Découpant leurs cartes d’identité et leurs passeports, ils ont scandé « des papiers pour tous ou tous sans-papiers ». Ils tenaient à accomplir un geste symboliquement fort afin d’interpeller la société civile et nos responsables politiques sur l’extrême gravité dans laquelle se trouvent les grévistes de la faim et de la soif de l’ULB et des autres lieux d’occupation. Ils entendaient également rappeler que cette situation de détresse est celle de toutes les personnes sans-papiers.

 

Très émus par le geste de solidarité des étudiants et des citoyens, les grévistes tiennent la Ministre fédérale pour responsable de cette situation devenue insoutenable. La ministre ne montre en effet aucune bonne volonté pour trouver une issue à cette crise. Attitude qui ne fait que cabrer les protagonistes et empêche toute sortie sereine de cette crise.

 

A l’issue de la réunion qui s’est tenue ce jeudi entre les avocats des sans-papiers, Mr Bauthier et Mr Blanmailland et la Ministre Turtleboum, et qui n’a fait que confirmer la position aveugle de la ministre, les 80 grévistes, qui ont repris la grève de la soif depuis ce mercredi 16 juillet 22h, ont annoncés qu’ils tiendront désormais celle-ci  au finish.

 

Les 80 grévistes de la soif de l’ULB, tiennent à remercier les autorités de l’Université pour la position courageuse qu’elles ont prises ce matin lors de la conférence de presse, ainsi que celle des Bourgmestres Mme De Galan et Mr Decourty. Ils se sont engagés à ne pas procéder à l’évacuation des grévistes présents sur leurs territoires et ont également demandés l’instauration imminente d’un moratoire sur les expulsions et la délivrance d’un permis de séjour de 9 mois aux grévistes.

Ils insistent pour qu’une solution globale à la situation de toutes les personnes « sans papiers » soit mise en place le plus rapidement possible en Belgique et ont appelé Mme Turtelboom, à assumer enfin ses responsabilités de Ministre fédérale. Ils rappellent qu’ils refusent toutes responsabilités morales et pénales des conséquences des actions entamées, et qu’elles n’appartiennent qu’à la Ministre en fonction.

 AMEDHICHAM

L’UDEP à quant à elle a rappelé que cette situation est le résultat et le symptôme d’un déni et d’un déficit de démocratie. Elle appelle tous les responsables politiques à prendre la mesure de la situation et à assumer leurs responsabilités dans ce dossier qui traîne depuis bientôt 10 ans. L’UDEP les appelle d’une part, à prendre d’urgence toutes les mesures nécessaires pour trouver une issue qui mette fin à la grève de la soif ; et d’autres part à donner d’urgence d’autres perspectives que les grèves pour sortir de la détresse de la clandestinité, sans quoi dès demain nous serons confrontés à d’autres situations similaires.

 

Les grévistes ont demandé une entrevue au Roi, dans la lettre qu’ils ont adressés au palais, ils disent : « Sire, dans la situation politique, telle que vous la maintenez, c’est vers vous que nous tournons notre détresse et en vous que nous plaçons l’espérance d’une résolution de la dégradation accélérée de notre santé. »

 

UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

Contact Udep- Abdel 0485 86 15 10  Anita – 0499 810 381

Occupation ULB 123 avenue Buyl.

Plus d’infos http://sanspapiers.skynetblogs.be/

LAMOULENOIRE

13/07/2008

Grève de la soif de 70 sans papiers à l’ULB

Mme Turtelboom,

Ministre Responsable de l’Asile et de l’Immigration.

 
Mme Turtelboom,

 Le vendredi 4 juillet, après 3 mois d’attente d’une réponse de votre part à notre demande de dialogue, votre conseiller, Mr Falter se présentait à l’ULB.

 Nous lui avons expliqué avec les autorités de l’université, le travail de participation citoyenne et de réflexion que nous menions autour de cette université par cette occupation, et le sens civique exemplaire nous tenant beaucoup à cœur dont nous avons toujours fait preuve.

 

Nous menons cette démarche citoyenne avec nos partenaires syndicaux, ONG’S, chercheurs de l’ULB, étudiants, soutiens, associations (le FAM, la Ligue des droits de l’Homme,…), divers partis politiques (CD&V, Ps, Ecolo, Cdh, MR,…), et nombreuses composantes de la société civile Belge.

 

Nous lui avons aussi fait part de notre incompréhension face à votre silence malgré nos demandes répétées de rencontres et de dialogue (7 courriers, fax, communiqués, interpellation parlementaire). Aussi, nous l’avons remercié énormément de cette première démarche (nous vous demandons depuis des mois à vous faire part de nos humbles avis et recommandations en matière de politique d’Asile et d’Immigration).

 

Nous lui avons expliqué notre désespoir et lui avons exposé la situation de chacune des personnes se trouvant dans l’occupation. Nous lui avons dit que nous tenions surtout à éviter toute action de mise en danger de nos vies, espérant qu’à travers ce dialogue, vous pourriez nous proposer une autre perspective que la clandestinité et la mort sociale à laquelle nous sommes condamnés.

Mr Falter nous a enjoignait de n’entreprendre aucune action de ce type et d’attendre qu’il vous ait d’abord fait part de notre situation. Suite à quoi il nous donnerait votre réponse sans tarder, au plus tard mercredi ou vendredi. Nous lui avons fait confiance et avons impatiemment attendu…

 

Nous attendons avec un espoir quasi innébranlable des réponses depuis des années Madame la ministre. Et voici plus d’un an que les élections sont passées et qu’on annule accord sur accord et que l’on balaye pour nous sans répit espoir sur espoir.

 

 Fin mars, le Gouvernement s’est engagé à une régularisation des personnes ayant un ancrage durable en Belgique, de celles en procédure longue, ainsi qu’à une régularisation économique. Trois mois et demi plus tard rien n’est encore mis en œuvre et nouvel espoir balayé.

 

Fin avril, après avoir arrêtés 30 de nos soutiens étudiants et raflé violemment près d’une centaine de nos occupants qui étaient venus pacifiquement vous déposer une lettre vous demandant d’écouter nos recommandations en matière de politique d’immigration, vous promettiez une circulaire qui concrétise avec précision l’accord de gouvernement pour le 20 mai, début juin au plus tard… Un énième espoir de plus balayé.

 

Nous sommes des êtres humains Madame la ministre et nous nous demandons jusqu’où l’on peut balayer l’espoir ?

 

  Ce vendredi, dix jours après la visite de votre conseiller, les occupants, pleins d’espoir, d’avoir enfin pu établir un dialogue avec vous, attendaient encore une réponse de votre part….  Un signe, un mot, un geste, un oui, un non, mais rien.

Notre avocate France Blanmailland nous appelait tard dans la soirée dépitée et désolée de n’avoir pu obtenir AUCUNE réponse !  Elle avait essayé d’en avoir une toute la journée mais rien.  L’Udep non plus, pas un coup de fil, pas un fax, un mail, rien. Et mercredi notre bourgmestre, Mr Decourty, vous envoyait un courrier vous priant de nous répondre.

 

Pourquoi cette dénégation ? Est-ce du déni ? De la peur ? Du mépris ? 

Ce soir là, tous réunis à l’ULB avec nos soutiens et attendant impatiemment depuis des jours votre réponse, nous avons pris votre énième refus de nous adresser la parole comme du déni, nous nous sentons une fois de plus floués et humiliés et avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de vous arracher une parole envers nous.

 

Nous sommes désolée pour vous que vous soyez la dernière balayeuse d’espoir que nous avons croisé dans notre errance, avant vous le gouvernement en a balayé bien plus que vous, croyez le bien.

 

Maintenant, notre situation va se dégrader rapidement, avec des conséquences dramatiques. A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir.

 

 

Veuillez recevoir madame la Ministre,

toute la richesse du monde et nos salutations distinguées.

 


 

Na een rake klap zijn 73 personen zonder papieren in een dorst staking gegaan

 

Mme Turtelboom,

 

Na drie maanden wachten hebben de mensen van het udep bezitting eindelijk recht op een ontmoeting gekregen. Vrijdag 4 jullie is meneer Falter op de ULB langs gekomen.

 

We hebben hem, met de autoriteiten van het universiteit, uitgelegd hoe de mensen van deze bezitting op een specifieke manier  in het sociaal leven van studenten en burgers zich probeerde te integreren.

Deze specifieke acties deden we met onze syndicale partners, NGO’s, onderzoekers van de ULB, studenten, ondersteuningen, verenigingen (FAM, de Liga van de Mensenrechten,…), verschillende politieke partijen (CD&V, PS, Groen, Vlaamse Progresieven, MR,…) en vele ander delen van de civiele Belgische maatschappij.

 

Wij hebben hem ook een zeker onbegrip gemeld voor u stilte na onze herhaalde verzoeken om ontmoetingen en dialogen (7 brieven, faxen, persberichten, parlementaire interpellaties) te krijgen. We zijn dus heel dankbaar voor deze eerste stap naar ons toe.

 

We hebben hem onze wanhoop gemeld en hem de situatie van elk persoon die aanwezig was op de bezitting uitgelegd. We waren overtuigd dat onze acties waardevol waren en hebben hem gezegd dat we onze levens niet in gevaar wouden brengen.

We hadden ook veel hoop na dit dialoog en we dachten eindelijk een ander toekomst perspectief te kunnen inbeelden en uit onze sociale dood te kunnen komen waarin we al jaren zijn gedoemd.

  

Mr Falter heeft ons geadviseerd om ons levens niet in gevaar te brengen en te wachten tot een antwoord van Mevrouw Turtelboom dat woensdag of, ten laatste vrijdag zou vallen.

 

We zijn maar mensen Mevrouw Turtelboom, en we vragen ons af of u wel merkt dat we bestaan? Mogen we nog hoop hebben?  

Tien dagen na het bezoek van u adviseur wachten de mensen van de bezitting nog altijd op een antwoord. Maar, we hebben niks gehoord…

Waarom deze denigraatie ?  We voelen ons nogmaal bedrogen en verlaten.

We hebben dus besloten om een dorst staking te beginnen… en met ons leven te spleen.

Misschien zult u dan naar ons luisteren… Nu zal onze situatie heel snel verslechten, met dramatische gevolgen. Onze wanhoop wordt elke dag maar groter.

 

Gelieve onze

 

Il reste 24 heures aux 80 grévistes de la soif avant les premières séquelles irréversibles !!!

Appel aux responsables politiques- Diffuser largement !


les médecins sont passés à l'occupation ce matin. Ils donnent encore 24heures aux plus faibles et pas beaucoup plus aux autres pour que surviennent les premières séquelles irréversibles.
Ils ont tentés d'expliquer aux grévistes que une grève de la soif entraîne des dommages irréversibles dès la première menée à l'hôpital. Les reins se désêchent très rapidement et ne retrouvent plus jamais leur capacité, idem pour les yeux, la grève de la soif entraîne rapidement une cécité irréparable. Vu le bâtiment et la chaleur, la déshydratation est largement amplifié et ne fait qu’accélérer l’extrême.


 Les 80 grévistes le savent et sont déterminés. Le refus de réponse de la ministre a créé un tel désespoir et une telle humiliation que il est impossible pour eux de croire encore en un autre type d’action. Et quelle action proposer qui puisse sans leur mentir leur donner une perspective pour sortir de la clandestinité? Ils ont essayé tant de choses et luttent depuis si longtemps, ils ont luttés tant d’années, ont espérer et cru tant d’engagements et de promesses ?

 Cette mise à mort volontaire est le symptôme d'un déficit de démocratie et d'une absence de responsabilité politique alarmante. Comme les autorités de l'ULB, en tant qu'Udep et soutiens des sans papiers nous ne pouvons que les comprendre même si nous désapprouvons la mise a mort entamée. Nous ne pouvons que relayer ce cri et alerter encore !

 

L’Udep constate que malgré  le civisme et la citoyenneté exemplaire dont fait preuve le mouvement des personnes sans papiers depuis des années, les responsables politiques sont totalement sourds à leur détresse. Les grévistes espéraient au moins un signe du Kern de dimanche mais il faut bien constater que pour les membres du gouvernement, le péril que vit plus d’une personne sur cent en Belgique n’est pas une priorité… Pas suffisante en tous cas pour qu’au moins une discussion soit exigée au même titre que les autres priorités.

 Nos politiques, même si comme au PS et CDH, en faisaient une condition de participation au gouvernement, ont d’autres priorités. Le sacro saint institutionnel et le pouvoir d’achat comptent évidemment, les sans papiers en sont conscients, mais se demandent ce qu’il faut faire pour espérer compter encore un peu, pour arracher un mot à nos ministres… 

 

C’est pourquoi nous vous appelons à rejoindre pacifiquement la marche qui partira demain mardi à 13h de Trône et entourera symboliquement NOTRE parlement, nous y montrerons notre espoir d’encore y être « représentés » .

 

Interpellez vos représentants politiques sur la situation et sur ce déficit de démocratie,

Jusqu’à présent la seule réponse qui nous est parvenue vient de Didier Reynders (voir ci-dessous) elle est bien maigre… Qu’ils donnent un signe, une perspective aux personnes sans papiers, sans quoi il faudra faire le constat d’un triste échec, celui de notre démocratie, et que restera t’il alors à construire ?

Pour les 80 grévistes de la soif, chaque heure compte !

 

Merci.

 

Grève de la soif de 70 occupants de l'ULB, Que faire ?

 

S’assurer que cette grève se déroulera dans les «meilleures» conditions possibles. Soutiens, médecins, infirmiers, infirmières, secouristes, nous avons besoin de vous !

Parlez aux personnes «sans papiers» que vous connaissez, ne refusez pas cette grève, cela ne fera que les conforter dans leur résignation, c’est leur vie, leur décision, nous ne pouvons parler que de ce que nous ressentons. Là, il y a urgence, 72 heures disent les médecins avant des atteintes irréversibles aux yeux et aux reins. Alors que faire ? Gérer l’urgence ? OUI !!

Et après afin d’éviter ces actes désespérés réfléchir ensemble à cette crise de démocratie qui pousse les gens à se suicider.

 

Faites pression sur le Gouvernement en répondant à l’appel au rassemblement autour du parlement lancé pour ce mardi 13h sortie du métro Trône, dans le calme et la dignité, nous tiendrons un fil symbolisant à quoi tient la vie des 70 grévistes…

 

Faites pression sur les élus du gouvernement, ils sont tous responsables de cette situation, ou ils la provoquent ou ils la cautionnent. Rappelez leur que d’autres occupations se préparent, et qu’elles ont un coût humain et financier.

 

Usez de vos téléphones, contactez vos familles, voisins, amis, les médias, le monde politique, les associations de votre quartier, contactez les ambassadeurs de nos frères, profitez des marchés et diffusez cet appel à l’aide, …

 

Faites ce que vous avez toujours ou jamais fait. Nous sommes tenus à l’impossible.

 

Dans cette situation, aucun de nous n’a LA solution, aucun ne connaît LE chemin. Ayons tous les chemins, dépassons toutes les limites entre nous. Nous ne pouvons y arriver qu’en multipliant les appels et les actes de solidarité, en nous regroupant autour de toutes les personnes «sans papiers», en ralliant la manifestation de ce mardi, etc.

 

Les mots ne sont rien, seuls les actes comptent.

 

Réunion pour organiser le soutien(il y en a peu) ce lundi 18h à l’Occupation ULB 129 avenue buyl/ tram 94 bus 71 arret ULB. MERCI.

 

 


 

Grève de la soif de 70 sans papiers à l’ULB :

A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir.

Conférence de presse ce lundi 10h à l'ULB

avec Philippe Van Muylder, secrétaire fédéral FGTB Bruxelles, notre avocat, les grévistes de Forest, des représentants de l'ULB.

 

Suite à la dernière gifle donnée vendredi par Mme Turtelboom aux personnes sans papiers occupant un bâtiment de l’ULB, 70 d’entre elles ont décidées de se lancer dans une action de mort prochaine (entre 4 et 5 jours) en entamant une grève de la soif à l’issue du Kern qui s’est tenu ce dimanche et devant lequel ils s’étaient rassemblés avec leurs soutiens et le front commun syndical, pour demander qu’une solution moins dramatique leur soit enfin proposée.

 

« Nous les sans papiers, nous sentant une fois de plus floués et humiliés par la ministre et ignorés du gouvernement, avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de lui arracher une parole vers nous. »

 

A l’issue du Kern, aucune perspective réelle pour sortir de la clandestinité ne se présentant, ils ont mis en œuvre leur décision de mener cette action jusqu’au bout.

 

 

 

L’UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

 

Contact Udep- Abdel 0485 86 15 10  Anita – 0499 810 381

Occupation ULB 123 avenue Buyl.

Plus d’infos http://sanspapiers.skynetblogs.be/

 

grève de la soif

Grève de la soif d’une centaine de sans papiers à l’ULB :A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir. 33169 Chers amis, il n’y a pas de mots à part dans la folie pour expliquer la  situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Nous vous appelons une fois de plus à réagir, à re-agir, comme vous le faites depuis longtemps. Dans cette lettre nous tentons d’expliquer ce qui nous arrive à la ministre mais c’est une façon détournée de le faire à vous tous. Nous vous prions de la lire. 

grevsoif

   12 juillet 2008 - Mme Turtelboom, Ministre Responsable de l’Asile et de l’Immigration.    Mme Turtelboom,  

 Le vendredi 4 juillet, après 3 mois d’attente d’une réponse de votre part à notre demande de dialogue, votre conseiller, Mr Falter se présentait à l’ULB.

 

 Nous lui avons expliqué avec les autorités de l’université, le travail de participation citoyenne et de réflexion que nous menions autour de cette université par cette occupation, et le sens civique exemplaire nous tenant beaucoup à cœur dont nous avons toujours fait preuve.

  

Nous menons cette démarche citoyenne avec nos partenaires syndicaux, ONG’S, chercheurs de l’ULB, étudiants, soutiens, associations (le FAM, la Ligue des droits de l’Homme,…), divers partis politiques (CD&V, Ps, Ecolo, Cdh, MR,…), et nombreuses composantes de la société civile Belge.

  

Nous lui avons aussi fait part de notre incompréhension face à votre silence malgré nos demandes répétées de rencontres et de dialogue (7 courriers, fax, communiqués, interpellation parlementaire). Aussi, nous l’avons remercié énormément de cette première démarche (nous vous demandons depuis des mois à vous faire part de nos humbles avis et recommandations en matière de politique d’Asile et d’Immigration).

  Nous lui avons expliqué notre désespoir et lui avons exposé la situation de chacune des personnes se trouvant dans l’occupation. Nous lui avons dit que nous tenions surtout à éviter toute action de mise en danger de nos vies, espérant qu’à travers ce dialogue, vous pourriez nous proposer une autre perspective que la clandestinité et la mort sociale à laquelle nous sommes condamnés.  

Mr Falter nous a enjoignait de n’entreprendre aucune action de ce type et d’attendre qu’il vous ait d’abord fait part de notre situation. Suite à quoi il nous donnerait votre réponse sans tarder, au plus tard mercredi ou vendredi. Nous lui avons fait confiance et avons impatiemment attendu…

  

Nous attendons avec un espoir quasi inébranlable des réponses depuis des années Madame la ministre. Et voici plus d’un an que les élections sont passées et qu’on annule accord sur accord et que l’on balaye pour nous sans répit espoir sur espoir.

  

 Fin mars, le Gouvernement s’est engagé à une régularisation des personnes ayant un ancrage durable en Belgique, de celles en procédure longue, ainsi qu’à une régularisation économique. Trois mois et demi plus tard rien n’est encore mis en œuvre et nouvel espoir balayé.

  Fin avril, après avoir arrêtés 30 de nos soutiens étudiants et raflé violemment près d’une centaine de nos occupants qui étaient venus pacifiquement vous déposer une lettre vous demandant d’écouter nos recommandations en matière de politique d’immigration, vous promettiez une circulaire qui concrétise avec précision l’accord de gouvernement pour le 20 mai, début juin au plus tard… Un énième espoir de plus balayé.    Nous sommes des êtres humains Madame la ministre et nous nous demandons jusqu’où l’on peut balayer l’espoir ?   

Ce vendredi, dix jours après la visite de votre conseiller, les occupants, pleins d’espoir, d’avoir enfin pu établir un dialogue avec vous, attendaient encore une réponse de votre part….  Un signe, un mot, un geste, un oui, un non, mais rien.

 

Notre avocate France Blanmailland nous appelait tard dans la soirée dépitée et désolée de n’avoir pu obtenir AUCUNE réponse !  Elle avait essayé d’en avoir une toute la journée mais rien.  L’Udep non plus, pas un coup de fil, pas un fax, un mail, rien. Et mercredi notre bourgmestre, Mr Decourty, vous envoyait un courrier vous priant de nous répondre.

  Pourquoi cette dénégation ? Est-ce du déni ? De la peur ? Du mépris ?  Ce soir là, tous réunis à l’ULB avec nos soutiens et attendant impatiemment depuis des jours votre réponse, nous avons pris votre énième refus de nous adresser la parole comme du déni, nous nous sentons une fois de plus floués et humiliés et avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de vous arracher une parole envers nous.   

 

Nous sommes désolée pour vous que vous soyez la dernière balayeuse d’espoir que nous avons croisé dans notre errance, avant votre arrivée le gouvernement en a balayé bien plus que vous, croyez le bien.   Maintenant, notre situation va se dégrader rapidement, avec des conséquences dramatiques. A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir.      Veuillez recevoir madame la Ministre,toute la richesse du monde et nos salutations distinguées.     Pour les personnes sans papiers occupant l’ULB, l’Udep Bruxelles.

Action FGTB - CSC – UDEP devant le Kern ce dimanche 10h30 :

 Suite à la dernière gifle donnée vendredi par Mme Turtelboom aux personnes sans papiers occupant un bâtiment de l’ULB, plus d’une centaine d’entre elles ont décidées de se lancer dans une action de mort prochaine (entre 5 et 8 jours) en entamant une grève de la soif dès le début du Kern qui se tiendra ce dimanche. 

 « Nous les sans papiers, nous sentant une fois de plus floués et humiliés par la ministre et ignorés du gouvernement, avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de lui arracher une parole envers nous. »  Si à l’issue du Kern, aucune perspective réelle pour sortir de la clandestinité ne devait se présenter, ils mettront en œuvre leur décision de mener cette action jusqu’au bout. L’UDEP                                    
 Brussel, 11 juli 2008   Vandaag vrijdag roepen het ACV-verbond Brussel-Halle-Vilvoorde en het ABVV-Brussel iedereen op om in Brussel te verzamelen op de Kunstlaan (ter hoogte van het nummer 39), nu zondag 13 juli om 10u30, om de nodige druk  uit te oefenen op het kernkabinet van de federale regering. Zij moet eindelijk haar engagement nakomen voor de regularisatie van de “Arbeiders zonder papieren”.    Bruxelles, le 11 juillet 2008   Ce vendredi, la CSC – Fédération de Bruxelles-Halle-Vilvoorde et la FGTB-Interrégionale de Bruxelles - ont appelé l’ensemble des citoyens à se rassembler à Bruxelles, Avenue des Arts ( à hauteur du n°39), ce dimanche 13 juillet à 10H30 afin d’exercer les pressions utiles pour que le gouvernement fédéral, réunit à ce moment en kern, mette enfin à exécution les engagements qu’il a souscrit dans le cadre de la régularisation des Travailleurs Sans-Papiers.

Guy Tordeur et Phillippe Van Muylder, secrétaires généraux Bruxelles CSC et FGTB      

03/07/2008

Libération des manifestants et victoire des grévistes

LIBERATION DES 6
Après 2 mois de lutte, les 6 manifestants incarcérés en centres fermés suite à la manifestation violemment raflée du 29 avril devraient être libérés sous peu. C'est une grande victoire pour toutes les personnes sans papiers et leur soutien et pour les libertés fondamentales si malmenées en Belgique.

Merci à la coordination pour la libération des 12, à l'Udep, aux occupants sans papiers de l'ULB, au MOC, à la ligue des droits de l'homme et aux étudiants (CAS-Bea-Gauche active,Etudiants Socialistes,...).

Merci aussi aux frères de sans, au béguinage, à myriam, olivier, Anissa, Leila, Sarah, Béné, Leurquin, ... 

et surtout au large réseau de solidarité qui s'est mobilisé pour libérer ces personnes. Chacune-chacun se reconnaîtra dans la pierre qu'il a porté à cette cathédrale.

Hier, un manifestant détenu nous appellait en pleurs pour nous dire sa reconnaissance, à nous et à vous tous. Samedi soir nous devrions nous réunir à l'occupation pour fêter cela tous ensemble.

Il dénonçait ses conditions d'enfermements et criait sa volonté de se battre pour la régularisation de autres sans papiers de Belgique.

Le gouvernement qui a mis le dossier à la poubelle ne laisse aucune perspective à des milliers de gens, les condamnant à la clandestinité et à une mort sociale. Dans ce contexte quel moyen avons nous pour nous défendre, si les manifestations sont raflées (sur ordre du Ps), les engagements du gouvernement reniés, les partis (même "progressistes" ) muets et avouant ne pas faire une priorité de la condition dégradante et inhumaine de milliers de personnes,.. .???

Aussi l'Udep qui a décidé de se détacher désormais de l'agenda politique vous appelle à prendre la mesure de la situation et envisager/imaginer de nouvelles formes de luttes.

En outre, après 56 jours de grève de la faim, les 130 du Béguinage ont obtenu une carte blanche de 9 mois prolongeable et un permis de travail C (cad permis avec contrat de travail qui conditionne le futur séjour).
beguinagegrevefaim300

La liste de 161 occupants sera transmise dès jeudi à l’Office des étrangers...

« C’est une victoire. Les grévistes de la faim disposeront d’un délai de neuf mois pour décrocher un travail et espérer une régularisation via le travail. Il faut espérer que durant cette période sortiront les circulaires de régularisation des ministres Turtelboom et Milquet », a déclaré Vincent Lurquin, qui a participé aux négociations.

« Les grévistes de la faim sont des gens courageux. Ils n’ont pas exercé de chantage via leur grève de la faim en réclament directement des papiers et une régularisation définitive. Ils ont juste réclamé une régularisation temporaire pour pouvoir prouver que les travailleurs sans-papiers sont des citoyens comme les autres. Il faut à présent un réveil du politique. La balle est dans le camp à présent du gouvernement et de la ministre Turtelboom. Si on attend encore plusieurs mois, d’autres grèves de la faim risquent d’être entamées » a-t-il dit.

En effet parmis le milieu sans papiers la nouvelle a fait l'effet d'une bombe et suscité de nombreux espoirs. Evaluation à faire indispensable et désillusion d'un monde politique où les représentants sont aveugles et irresponsables et ont définitivement placé le désir de pouvoir avant toute éthique.

La lutte continue, régularisation de toutes les personnes sans papiers, suppression des camps de la honte, arrêt des expulsions.

Coordination pour la libération des 12


Suicide de la personne sans-abri qui logeait près du Palais royal

Le sans-abri, qui logeait non loin du Palais royal de Laeken et avait construit un abri de fortune avec du carton, s’est suicidé, rapporte jeudi la VRT Radio. Il s’est pendu, selon la police. Deux personnes ont découvert son cadavre alors qu’elles venaient lui apporter à manger. (jeudi 03.07.2008, Le Soir.)