13/07/2008

grève de la soif

Grève de la soif d’une centaine de sans papiers à l’ULB :A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir. 33169 Chers amis, il n’y a pas de mots à part dans la folie pour expliquer la  situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Nous vous appelons une fois de plus à réagir, à re-agir, comme vous le faites depuis longtemps. Dans cette lettre nous tentons d’expliquer ce qui nous arrive à la ministre mais c’est une façon détournée de le faire à vous tous. Nous vous prions de la lire. 

grevsoif

   12 juillet 2008 - Mme Turtelboom, Ministre Responsable de l’Asile et de l’Immigration.    Mme Turtelboom,  

 Le vendredi 4 juillet, après 3 mois d’attente d’une réponse de votre part à notre demande de dialogue, votre conseiller, Mr Falter se présentait à l’ULB.

 

 Nous lui avons expliqué avec les autorités de l’université, le travail de participation citoyenne et de réflexion que nous menions autour de cette université par cette occupation, et le sens civique exemplaire nous tenant beaucoup à cœur dont nous avons toujours fait preuve.

  

Nous menons cette démarche citoyenne avec nos partenaires syndicaux, ONG’S, chercheurs de l’ULB, étudiants, soutiens, associations (le FAM, la Ligue des droits de l’Homme,…), divers partis politiques (CD&V, Ps, Ecolo, Cdh, MR,…), et nombreuses composantes de la société civile Belge.

  

Nous lui avons aussi fait part de notre incompréhension face à votre silence malgré nos demandes répétées de rencontres et de dialogue (7 courriers, fax, communiqués, interpellation parlementaire). Aussi, nous l’avons remercié énormément de cette première démarche (nous vous demandons depuis des mois à vous faire part de nos humbles avis et recommandations en matière de politique d’Asile et d’Immigration).

  Nous lui avons expliqué notre désespoir et lui avons exposé la situation de chacune des personnes se trouvant dans l’occupation. Nous lui avons dit que nous tenions surtout à éviter toute action de mise en danger de nos vies, espérant qu’à travers ce dialogue, vous pourriez nous proposer une autre perspective que la clandestinité et la mort sociale à laquelle nous sommes condamnés.  

Mr Falter nous a enjoignait de n’entreprendre aucune action de ce type et d’attendre qu’il vous ait d’abord fait part de notre situation. Suite à quoi il nous donnerait votre réponse sans tarder, au plus tard mercredi ou vendredi. Nous lui avons fait confiance et avons impatiemment attendu…

  

Nous attendons avec un espoir quasi inébranlable des réponses depuis des années Madame la ministre. Et voici plus d’un an que les élections sont passées et qu’on annule accord sur accord et que l’on balaye pour nous sans répit espoir sur espoir.

  

 Fin mars, le Gouvernement s’est engagé à une régularisation des personnes ayant un ancrage durable en Belgique, de celles en procédure longue, ainsi qu’à une régularisation économique. Trois mois et demi plus tard rien n’est encore mis en œuvre et nouvel espoir balayé.

  Fin avril, après avoir arrêtés 30 de nos soutiens étudiants et raflé violemment près d’une centaine de nos occupants qui étaient venus pacifiquement vous déposer une lettre vous demandant d’écouter nos recommandations en matière de politique d’immigration, vous promettiez une circulaire qui concrétise avec précision l’accord de gouvernement pour le 20 mai, début juin au plus tard… Un énième espoir de plus balayé.    Nous sommes des êtres humains Madame la ministre et nous nous demandons jusqu’où l’on peut balayer l’espoir ?   

Ce vendredi, dix jours après la visite de votre conseiller, les occupants, pleins d’espoir, d’avoir enfin pu établir un dialogue avec vous, attendaient encore une réponse de votre part….  Un signe, un mot, un geste, un oui, un non, mais rien.

 

Notre avocate France Blanmailland nous appelait tard dans la soirée dépitée et désolée de n’avoir pu obtenir AUCUNE réponse !  Elle avait essayé d’en avoir une toute la journée mais rien.  L’Udep non plus, pas un coup de fil, pas un fax, un mail, rien. Et mercredi notre bourgmestre, Mr Decourty, vous envoyait un courrier vous priant de nous répondre.

  Pourquoi cette dénégation ? Est-ce du déni ? De la peur ? Du mépris ?  Ce soir là, tous réunis à l’ULB avec nos soutiens et attendant impatiemment depuis des jours votre réponse, nous avons pris votre énième refus de nous adresser la parole comme du déni, nous nous sentons une fois de plus floués et humiliés et avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de vous arracher une parole envers nous.   

 

Nous sommes désolée pour vous que vous soyez la dernière balayeuse d’espoir que nous avons croisé dans notre errance, avant votre arrivée le gouvernement en a balayé bien plus que vous, croyez le bien.   Maintenant, notre situation va se dégrader rapidement, avec des conséquences dramatiques. A force de balayer l’espoir, l’on découvre le désespoir.      Veuillez recevoir madame la Ministre,toute la richesse du monde et nos salutations distinguées.     Pour les personnes sans papiers occupant l’ULB, l’Udep Bruxelles.

Action FGTB - CSC – UDEP devant le Kern ce dimanche 10h30 :

 Suite à la dernière gifle donnée vendredi par Mme Turtelboom aux personnes sans papiers occupant un bâtiment de l’ULB, plus d’une centaine d’entre elles ont décidées de se lancer dans une action de mort prochaine (entre 5 et 8 jours) en entamant une grève de la soif dès le début du Kern qui se tiendra ce dimanche. 

 « Nous les sans papiers, nous sentant une fois de plus floués et humiliés par la ministre et ignorés du gouvernement, avons décidés d’entamer une grève de la soif puisque seule la mise à mort de nos vies permet de lui arracher une parole envers nous. »  Si à l’issue du Kern, aucune perspective réelle pour sortir de la clandestinité ne devait se présenter, ils mettront en œuvre leur décision de mener cette action jusqu’au bout. L’UDEP                                    
 Brussel, 11 juli 2008   Vandaag vrijdag roepen het ACV-verbond Brussel-Halle-Vilvoorde en het ABVV-Brussel iedereen op om in Brussel te verzamelen op de Kunstlaan (ter hoogte van het nummer 39), nu zondag 13 juli om 10u30, om de nodige druk  uit te oefenen op het kernkabinet van de federale regering. Zij moet eindelijk haar engagement nakomen voor de regularisatie van de “Arbeiders zonder papieren”.    Bruxelles, le 11 juillet 2008   Ce vendredi, la CSC – Fédération de Bruxelles-Halle-Vilvoorde et la FGTB-Interrégionale de Bruxelles - ont appelé l’ensemble des citoyens à se rassembler à Bruxelles, Avenue des Arts ( à hauteur du n°39), ce dimanche 13 juillet à 10H30 afin d’exercer les pressions utiles pour que le gouvernement fédéral, réunit à ce moment en kern, mette enfin à exécution les engagements qu’il a souscrit dans le cadre de la régularisation des Travailleurs Sans-Papiers.

Guy Tordeur et Phillippe Van Muylder, secrétaires généraux Bruxelles CSC et FGTB      

Les commentaires sont fermés.