20/06/2008

indignation Directive de la Honte

manifnatio
 

50 évasions au centre fermé de Vincennes ravagé par un incendie allumé par des manifestants! AP | 22.06.2008 | 21:30

 Le sinistre a éclaté alors qu'un retenu de nationalité tunisienne a été retrouvé mort la veille dans sa chambre.

L'incendie serait lié à une manifestation de protestation organisée au lendemain du décès d'un retenu tunisien de 41 ans, a-t-on indiqué de source policière.

 Dans un communiqué, la préfecture de police de Paris note que cette manifestation "non déclarée" s'est déroulée à partir de 15h25 à proximité immédiate du centre et que, vingt minutes plus tard, "plusieurs foyers d'incendie volontaire ont été détectés".

Ils ont touché les centres CR1 et CR2, d'une capacité de 140 places chacun, selon des témoins joints sur place.

Les deux centres ont dû être évacués, dans une ambiance tendue, vers le gymnase de l'école de police toute proche. Sur les quelque 240 retenus enregistrés dans les deux centres en milieu de journée, environ 160 ont été évacués, une quinzaine ont été hospitalisés et 35 se trouvaient dans des tribunaux au moment du sinistre.

Les retenus devaient être transférés vers quatre autres centres de rétention: Lille, Nîmes, Palaiseau (Essonne) et Toulouse, selon la Cimade, association oecuménique d'entraide, présente sur place.

Selon un témoin, plusieurs dizaines de retenus se trouvaient dans la cour du centre et protestaient assez bruyamment pour être entendus de l'extérieur. Une épaisse fumée noire se dégageait des lieux et les policiers mobilisés portaient un masque chirurgical pour se protéger. Des policiers maintenaient à distance les personnes présentes, dont des militants associatifs.

D'après les éléments avancés par une source policière, le retenu tunisien décédé samedi serait mort d'un arrêt cardiaque. Dans un communiqué, la préfecture de police de Paris assure que "tant les premières constatations médicales que l'autopsie, réalisée dans le cadre de l'enquête en cours menée par la police judiciaire, écartent la présence de traces anormales".

A l'annonce de son décès samedi, les autres retenus "ont légitimement souhaité connaître la situation précise mais les centres sont demeurés globalement calmes toute la soirée, malgré la tentative d'incendie d'un matelas", reconnaît la préfecture.

Alors que les conditions de rétention sont régulièrement dénoncées par les associations de soutien aux sans-papiers et demandeurs d'asile, Pierre Henry, directeur général de France Terre d'asile, a déclaré à l'Associated Press que "la situation qui prévaut à Vincennes était prévisible". "Après des tentatives de suicide, des automutilations, cette situation n'est pas acceptable dans un pays démocratique", a-t-il fustigé.

M. Henry rappelle qu'il avait demandé en janvier la création d'une commission d'information parlementaire, qui n'a vu le jour que le 16 avril dernier. "C'est à la représentation parlementaire de se saisir de cette question qui est une véritable tache" en France, selon lui. AP

Espagne: immigrants africains attaquent un poste frontière à Melilla 22/06/2008

Des dizaines d'immigrants clandestins africains ont pris d'assaut dimanche matin un poste frontière de l'enclave espagnole en territoire marocain de Melilla pour tenter d'entrer en Espagne, a-t-on appris auprès des autorités.

 "La majorité a été repoussée, quelques-uns ont pu rentrer", a déclaré un porte-parole de la préfecture de Melilla, sans donner plus de précisions pour l'instant.

Selon la radio nationale espagnole, qui affirme qu'ils étaient environ 70, les immigrants n'ont pas tenté d'escalader les grillages marquant la frontière comme ils le faisaient par le passé, mais ont essayé de submerger les membres des forces de l'ordre espagnols et marocains, en attaquant notamment certains à coups de pierres.

Il s'agit du premier assaut massif d'immigrants africains sur Melilla depuis 2006. (DEC)© BELGA

La Directive de la Honte européenne provoque l'indignation de l'Amérique latine.     L'Europe devient la Honte du monde.

29193 Correa appelle à une contre attaque commune/ Chavez menace/ Evo appelle l'Afrique à les rejoindre/ le Brésil s'indigne, le Pérou, l'Argentine, l'Uruguay.... 
   
vivreeuropLa nouvelle loi de l'Union européenne sur l'expulsion des sans-papiers, aussi appelé "directive retour" <http://abonnes.lemonde.fr/archives/article/2008/06/18/les-principaux-points-de-la-directive-retour_1059948_0.html>,
a déclenché un profond sentiment d'injustice et de colère en Amérique latine, continent qui a reçu pendant des siècles des vagues d'immigrés venus du Vieux Continent. Voté mercredi 18 juin au Parlement européen,
ce texte de loi a provoqué l'indignation de plusieurs chefs d'Etat qui, tour à tour, se sont exprimés pour condamner cette initiative.

Pour sa part, le président *équatorien, *Rafael Correa, n'a pas hésité a parler de /"directive de la honte"  /appelant aussitôt à "une réponse commune avec les différents pays d'Amérique latine".

Son allié *bolivien*, Evo Morales, a proposé à l'Afrique de se joindre à ce combat pour obtenir le retrait d'une loi qui /"porte atteinte à la vie et aux droits des personnes"/. /"Nous allons mener une campagne
internationale afin de retourner la situation. Que les députés européens qui ont approuvé cette directive retour se mettent la main sur le cœur."


"NOTRE PÉTROLE NE DEVRAIT PAS ALLER VERS CES PAYS"

Ainsi, le président du *Venezuela*, Hugo Chavez, chef de file de la gauche antilibérale, a menacé de ne plus exporter de pétrole vers l'UE : "Notre pétrole ne devrait pas aller vers ces pays européens", a déclaré jeudi le chef de l'Etat vénézuélien lors d'une conférence de presse.

 De la même façon que les pays européens décideront de renvoyer des immigrants sans papier vers leur pays d'origine, les pays d'Amérique latine pourront de leur côté décider "le retour des investissements européens", a déclaré M. Chavez. Selon les derniers chiffres disponibles de la Commission européenne, la part du pétrole vénézuélien dans la totalité des importations de pétrole de l'Union européenne représentait 0,9 % en 2005.

"UNE VIOLATION DES DROITS DE L'HOMME"

De son côté, le gouvernement argentin a condamné la directive de l'UE, en lui faisant la leçon. "La question migratoire ne pourra être résolue de manière efficace que si elle est abordée en respect total des droits de l'homme", souligne un communiqué officiel.

 De nombreuses organisations des droits de l'homme ont emboîté le pas, à l'image des Mères de la place de mai, la célèbre association argentine qui tente de retrouver les enfants disparus de la dictature. "Les mesures
discriminatoires que l'on veut prendre avec les immigrants de tous les pays dits du Tiers-Monde, la prison et la déportation, sont des mesures sauvages"
, a clamé sa présidente, Hebe de Bonafini.

En *Uruguay*, dont plus de la moitié de la population est d'origine européenne, le Sénat a voté une motion rejetant un texte qui "constitue une violation des droits de l'homme, notamment le droit à la libre circulation internationale".

Au *Pérou*, le chef de la diplomatie, José Garcia Belaunde, a dénoncé une loi "discriminatoire" qui ne "cadre pas avec la tradition européenne".

Le ministre des affaires étrangères brésilien a réagi dans un communiqué indiquant que/"le *Brésil*, pays qui a reçu des millions d'immigrants et de descendants, aujourd'hui intégrés de manière harmonieuse, déplore une décision qui contribue à créer une perception négative de l'immigration".

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/06/20/la-directive-retour-europeenne-provoque-l-indignation-de-l-amerique-latine_1060657_3222.html

Commentaires

SAMEH HARAKATI http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Le drame d'une vie à suivre sur un site, la Tunisie est loin du pays des cartes postales.

Écrit par : aline | 02/04/2009

Les commentaires sont fermés.