01/05/2008

ps bouge tes fesses = liberté pour les manifestants

 

IMGP1611
« PS BOUGE TES FESSES,Le Parti socialiste doit réparer ses erreurs, C’est la liberté d’expression qu’il a profané,Liberté pour les manifestants détenus en centres fermés! ». 

C’est ce qui a été scandé hier soir à la fête du progrès devant le Botanique par les 300 manifestants étudiants et soutiens venus exiger du Ps qu’il assume ses responsabilités dans la répression injustifiable et brutale d’une manifestation pacifique et autorisée et mette tout son poids pour libérer les 14 manifestants incarcérés actuellement à Vottem et à Merksplas.


C’est ce qui a été dit à Monsieur Moureaux qui a passé plus d’une heure avec les manifestants qui ont fortement perturbés les festivités du Ps. Mr Moureaux s’est finalement entretenu avec une délégation. Nous ne lâcherons pas le PS Mr Moureaux, vous devez réparer votre erreur, qu’elle ait été volontaire ou involontaire. Mr Moureaux a reconnu l’erreur et a promis de contacter immédiatement le vice-premier ministre L.Onkelinx afin qu’elle demande la libération des manifestants incarcérés en centres fermés. La réponse était attendue vers 23h. A 2h du matin les manifestants étaient encore mobilisé et le groupe 68 tard 68 tôt allait décorer avec des affiches l’Office des étrangers.

 

A minuit, la manifestation ne désemplissait pas et était rejointe par quelques personnes sans papiers de l’ULB venus apporter du café et des beignets aux manifestants. Ce sont les uniques personnes sans papiers qui avaient osés braver la terreur occasionnée par les événements de mardi pour rejoindre les manifestants. La manifestation était organisée par des étudiants du Cercle des étudiants socialistes de l’ULB, le Comité d’Actions et de soutien aux sans papiers et l’UDEP.

 

Ce 1er Mai, à 17h, place Rouppe, nous tiendrons un Cercle du silence avec la FGTB qui nous y a dévolu un espace, pour exiger la libération de nos amis. Nous mettrons les graves incidents survenus hier, au cœur de cet événement hautement symbolique des conquêtes de la liberté d’expression, qui ne saurait être une fête tant que seront détenus les 14 manifestants. Tant qu’ils ne seront pas libres, nous continuerons nos actions.

 
IMGP1637
 manifestation des étudiants de l'ULB devant le Botanique

Pour nous, citoyens de ce pays, le droit à liberté d’expression ne sera pas rétabli dans notre pays, tant que les manifestants ne seront pas libres. « La Belgique est un état de droit, on n’est pas au Tibet… » ont répété les manifestants aux dignitaires socialistes qui se bousculaient pour tenter de rentrer au Botanique.

 L’enjeu de cette atteinte aux libertés fondamentales n’est pas de savoir s’il est correct que des personnes sans papiers soit détenues en centres fermés, mais de savoir s’il est juste que des personnes soient enfermés pour avoir exprimé leurs opinions pacifiquement dans le cadre d’un rassemblement autorisé. 

Notre demande d’être entendu par madame Laurette Onkelinx, vice-premier ministre et ministre de la santé et des affaires sociales, est toujours sans réponse.  Hier, une délégation a rencontré Marie Arena qui a également condamné les événements de mardi et la détention des manifestants. Par la suite, la délégation accompagnée par la ministre s’est rendue chez Mr Freddy Thielemans, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles, qui persiste dans sa mauvaise foi, aucune demande d’autorisation n’avait été introduite a-t-il martelé… La demande pourtant a été faite en deux exemplaires, l’une envoyée au bourgmestre et la seconde à la police. Les reçus des fax et les copies de la demande ont été remis à Belga et à Mr Moureaux pour confirmation.

 

Mardi, à 14h30, les manifestants voyant la mauvaise foi du Bourgmestre, envoyaient une délégation à l’Hôtel de ville afin de trouver une entente et une issue pacifique. La délégation s’est vue refuser toute rencontre ou dialogue avec le bourgmestre ou un représentant de la ville. L’autorisation de manifester avait été encore confirmée le matin même à Martin Deleixhe (0494814638), autorisation accordée de 14 à 16h, alors que la charge et les premières arrestations des manifestants ont commencées à 15h55. L’intention était donc bien de réprimer la manifestation et de procéder à une rafle collective, c’est inadmissible dans un état de droit « A aucun moment la police ne nous a demandé de nous disperser » Alain Adriaens, ex député Ecolo arrêté brutalement le mardi –Le Soir 30.04.08)

Le terme de « dispersion » employé par le bourgmestre est mensonger.

 

La manifestation de mardi faisait suite à la note déposée par la Ministre A.Turtelboom. Dans sa note, la ministre ne fait nulle part mention de la reconnaissance des attaches durables (ancrage local durable) comme critère de régularisation. Critère pourtant précisé clairement dans l’accord du gouvernement et qui devait être fixé dans une circulaire. C’est suite à cet écart entre l’accord gouvernemental et la politique définie par la ministre que la manifestation avait été programmée.

 Liberté pour Diallo, Mamadou, Sow Abou, Guinnouni, Zakarea, Saïd, Kamara, Hassan Arbai, Alpha, Amir, Djibi, Baldé, Sekou.Manifestants du Béguinage, de l’Udep ULB et de Udep Forest. - Suite au fait grave de répression de la liberté d’expression que constitue l’incarcération de 14 de nos militants en centres fermés après s’être faits raflés dans le cadre d’un rassemblent pacifique autorisé auquel ils participaient. Nous exigeons ; d’une part, la libération immédiate de toutes les personnes qui participaient au rassemblement autorisé devant l’Office des étrangers, afin d’exprimer leur opinion en matière de politique d’Immigration et qui exerçaient ce droit fondamental, dévolu légalement à toute personne, avec ou sans papiers. D’autre part, nous demandons au Parti Socialiste de condamner ces incarcérations et d’assumer sa responsabilité directe, par le biais de ses mandataires, dans cette violation de nos libertés fondamentales. Le Ps qui jusqu’à présent cherche à se déresponsabiliser, doit assumer ses responsabilités morales et réparer l’erreur qu’il a commise.   Les étudiants du Comité d’action et de soutien (ULB) et UDEP .

Contact : étudiants 0494 258 482 Udep 0477444840

  INFORMATIONS 

Suite à la mauvaise foi déplacée de certains mandataires Ps et notamment de Freddy Thielemans, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles il nous semble important de préciser certains FAITS :

Une demande d’autorisation a bien été introduite pour un rassemblement pacifique devant l’Office des étrangers par le Comité de soutien de l’ULB. (Copies des demandes et récépissés des fax envoyés à la police ET au bourgmestre transmises à Belga pour confirmation ; Fabian 0478 634 298).

Une demande de rencontre a été adressée à la ministre Turtelboom, envoyée à La Libre Belgique pour confirmation. La rencontre avait pour but de remettre à une note de recommandations en matière de politique d’immigration à la ministre. Demande répétée mais restée sans réponse.

Autorisation confirmée par la police le lundi matin à Martin Deleixhe, étudiant ULB et auteur de la demande 0494 81 46 38. Autorisation accordée de 14 à 16h !

Une délégation d’étudiants et de l’Udep s’est rendue à 14h30 rencontrer le Bourgmestre qui a refusé de les recevoir, physiquement et au téléphone ; Jalil – ULB 0472 214475).

Le bourgmestre avait bien l’intention de procéder à une arrestation collective et/ou une rafle pour les personnes sans papiers. Le terme de « dispersion » est mensonger ! Les premières arrestations ayant eu lieu à 15h55. Rtl et VRT était présentes, caméra au poing. Les bus servant à embarquer les 300 manifestants étaient rangés en bon ordre au bord du rassemblement dès 15h30 (finalement, 45 étudiants arrêtés et 90 personnes sans papiers raflées).

A 16h pile, les manifestants étaient cernés. Parmi eux, se trouvaient de nombreux enfants, dont certains ont pu échapper à la rafle. Un enfant Belge a été arrêté et emmené dans le bus- « panier à salades » (cf. images VRT). Il s’agit de Anaïs, fillette de 3 ans, qui était protégée des policiers par une voisine de l’occupation ULB, présente au rassemblement. Son frère lui, était perdu dans la mêlée et nous étions sans nouvelles de lui.

Les arrestations se sont passées de façon extrêmement et inutilement violentes (voir VRT et Alain Adriaens ex-député arrêté violemment). Lors de la charge policière à 16h, de nombreux enfants, dont certains en bas âge se trouvaient parmi les manifestants. Edwin et Giovanni de l’occupation de l’ULB entre autres et qui sont rentrés terrorisés sur le campus.

Lors de la détention, les personnes sont restées menottées dans le dos, sans droit ni à boire ni à se rendre à la toilette, pendant près de 6 heures.

Les policiers refusaient l’intervention d’un médecin réclamé dans de nombreuses cellules, pour un cas de crise (emmené en ambulance par la suite) et de malaises graves. Une personne malade a été retirée de sa cellule et placée en isolement car son état mental dérangeait les policiers. Dans sa cellule il s’urinait tellement dessus que l’urine coulait dans le couloir. Cette personne qui présentait des symptômes manifestes de crises mentales a été libérée après 8h de détention.

A 1h45, nous avons reçu des sms des détenus « Les policier frape uns sans papier », à 1h52, nouvel sms : « un sans papier tortoure par les policiers ». (1 sms venant de Fouzi, membre de l’Udep ULB). Après plusieurs témoignages de détenus libérés vers la fin de la nuit, nous avons appris qu’il s’agit d’un guinéen, Mohamed Camara, actuellement incarcéré à Merksplas.(Son avocat qui lui a rendu visite ce matin – 02 508 89 91 ou 02 332 58 70) . Mr Camara a été frappé et étranglé, il criait «  ne m’étranglez pas s’il vous plait ! ». Il s’est finalement échappé dans le couloir et a été ramené dans sa cellule où 7 policiers se trouvaient seuls avec lui. A ce moment là, on entendait que des cris et on ne pouvait plus voir ce qu’il se passait (Témoin 0471375776).

Outre les nombreuses maltraitances, l’humiliation était la norme lors des prises d’identités. Sans papiers bousculés, insultes racistes « babouin, macaques »,…

Commentaires

info sur maisons-adress. fixe Chers Mrs.

il y a de place pour homme seul (difficile d’avoir maison et place libre) en le armée du salut et petits riens, dans le petits riens nous sommes sur que il pouvait accepte en certains conditions les personnes qui n'avait pas carte de séjour, donc que pouvais faire avec l'adresse fixe du petits riens ou d'autre maison d'accueil en que c'est donnais un attestation de domiciliation obligatoirement.

Les personnes hommes sans abris sont conseillées a parler avec le directeur de la maison de lundi à vendredi, dans le horaire de 8 jusqu'à 18 heures et ces personnes devoit parlais français ou netherlands et travail dans le maison comme activité.

En tout le cas, c’est possible faire a RDV avec le M. julien Coppens directeur principiel a bas de le président du petits riens, comme possibilité de recours.

Nous demandons anonymat dans cette information et forme de communications.

Merci.


Écrit par : robert-mens rights in belgium-homeless | 01/06/2008

info sur maisons-adress. fixe-HOMME Chers Mrs.

il y a de place pour homme seul (difficile d’avoir maison et place libre) en le armée du salut et petits riens, dans le petits riens nous sommes sur que il pouvait accepte en certains conditions les personnes qui n'avait pas carte de séjour, donc que pouvais faire avec l'adresse fixe du petits riens ou d'autre maison d'accueil en que c'est donnais un attestation de domiciliation obligatoirement.

Les personnes hommes sans abris sont conseillées a parler avec le directeur de la maison de lundi à vendredi, dans le horaire de 8 jusqu'à 18 heures et ces personnes devoit parlais français ou netherlands et travail dans le maison comme activité.

En tout le cas, c’est possible faire a RDV avec le M. julien Coppens directeur principiel a bas de le président du petits riens, comme possibilité de recours.

Nous demandons anonymat dans cette information et forme de communications.

Merci.


Écrit par : robert-mens rights in belgium-homeless | 01/06/2008

Les commentaires sont fermés.