07/11/2007

grève de la faim à Evere -

Eldorado   sur http://docbarcelone.canalblog.com/o

Nick Hannesooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

On entend fréquemment dire en France que l’Europe est un eldorado illusoire et que la vie est encore plus dure pour les immigrés, une fois arrivés en Occident. Mais ne faut-il pas rappeler qu’un éboueur en France donne à sa famille, par ses sacrifices, souvent plus d’argent qu’un professeur ou un ingénieur resté au pays. Chaque année, les sénégalais de l’extérieur envoient des millions d’euros à leur famille. En Afrique, les fonds envoyés par les travailleurs émigrés, clandestins ou non, sont d’un apport inestimable. Selon les Nations Unies, entre 2000 et 2003, près de 17 milliards de dollars ont été rapatriés en Afrique par des travailleurs vivant à l’étranger. Cette somme est supérieure au montant que perçoit le continent au titre des investissements étrangers directs. Cet argent qui revient vers le sud continue d’alimenter le rêve occidental en créant des nouvelles vocations d’« aventuriers », comme on appelle les clandestins en Afrique francophone. Les familles de pêcheurs les plus pauvres n’encouragent même plus leur enfant à faire des études tant les débouchés sont économiquement faibles au Sénégal. Est-il plus rentable de « miser » sur un enfant qui arrive à rejoindre l’Europe pour être ouvrier agricole en Espagne ou vendeur à la sauvette au Trocadéro, ou de l’encourager à faire des études dans un pays où la pêche ne rapporte plus et où chôment de nombreux diplômés ?
oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

 

Lors de plusieurs voyages effectués en Afrique noire au cours des dix dernières années, j’ai rencontré de nombreux clandestins aux destins improbables et aux histoires les plus folles. A Adis Abeba, Agadez,  Lagos ou Dakar…, des jeunes ont tout laissé pour    « monter » en Europe. Le phénomène sénégalais n’est pas isolé. C’est toute la jeunesse africaine qui souhaite partir en Occident alors que les Etats tardent à s’organiser pour trouver des solutions à long terme. Sans perspective locale et sans moyen d’obtenir un visa par la voie légale, cette émigration ne peut qu’exploser dans les prochaines années. Cela apparaît inévitable car les jeunes sont désormais prêts à tout pour quitter un quotidien où chacun de leurs projets avorte en raison du chômage et de la précarité. Et lorsqu’on est prêt à mourir, ni l’océan ni les hélicoptères ne peuvent vous arrêter. Ce départ permet de se projeter dans l’avenir. Au-delà de l’aspect purement économique, il est parfois entrepris comme un véritable rite initiatique où l’on prend son envol pour devenir un homme. Dès lors que l’on est en Europe, même si l’on gagne très peu au regard des standards européens, on est souvent le principal soutien financier de la famille, on peut se marier, on devient quelqu’un.

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo
Les mouvements de populations et les rapports Nord/Sud vont être au cœur d’enjeux planétaires cruciaux au 21ème siècle. Sans véritable connaissance des réalités locales, cette gestion des flux migratoires sera à long terme un échec pour le nord comme pour le sud.


 

HONTE A MESSIEURS ROOSEMONT ET DEWAEL

Solidaire de toutes les personnes sans papiers, l'Udep région de Bruxelles entend dénoncer une fois de plus les conséquences désastreuses de la politique menée par messieurs Dewael et Roosemont pour toutes les personnes sans papiers et les inviter à entendre l'impérieuse nécessité qu'il y a à trouver une solution à la situation des grévistes d'Evere.

 Solution qui ne saurait que comprendre des garanties fermes et définitives quant à la régularisation administrative de leur séjour en Belgique comme ils le revendiquent légitimement.

 Cette politique qui pousse des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants dans la détresse ne peut plus ici être justifiée par le "la loi c'est la loi" cher à Mme Ernould et Mademoiselle Roosemonte.

La détresse que cette rhétorique d'autruche politique amène est telle, qu'on le voit une fois de plus ici, elle peut pousser des personnes jusqu'à la mort.

Nous vous prions donc messieurs Roosemont et Dewael, non pas au nom de la loi ou de vos circulaires administratives mais au nom de la dignité humaine, de répondre incessamment à nos frères humains grévistes de la faim d'Evere en passe de trouver la mort.

Sans quoi messieurs, même la pluie de Belgique ne saurait nettoyer tous le sang déjà versé sous votre mandat.

L'UDEP région de Bruxelles

camp de réfugiés afghans

Les commentaires sont fermés.