26/08/2007

La force des migrants

De kracht van migranten -

La force des migrants 

Mémorandum de l'UDEP déposé à Val Duchesse au futur gouvernement  -Augustus Août 2007 -

 Memorandum overhandigd  aan de toekomstige regering –

Ensemble, transformons les défis en opportunités Laten we samen de uitdagingen in mogelijkheden veranderen

Notre pays est un pays qui se trouve à un tournant. Des évolutions importantes sont en cours et s’annoncent. Au cœur d’un monde qui se globalise, il doit compter avec l’arrivée de migrants : malgré des moyens de plus en plus répressifs mis en œuvre aux frontières de l’Europe, ils sont nombreux à continuer à prendre des risques importants pour atteindre l’Eden, empruntant le chemin des ressources naturelles dont leurs pays se voient, sans fin dépossédés au profit du vieux continent.

Ainsi, 100 000 migrants irréguliers – au moins – vivent aujourd’hui dans toutes les Régions du seul Royaume de Belgique. Avec une concentration plus importante dans ses grandes villes. Un pour cent de la population de Belgique vit donc ainsi une situation de non-droit, confinant souvent à l’esclavage. Qu’on les appelle irréguliers, clandestins ou landestins illégaux, ce sont tous des personnes Sans-papiers.

À l’heure où les négociateurs discutent de la politique que mènera le gouvernement belge dans les prochaines années, en ce moment où les problèmes institutionnels occupent l’essentiel de l’espace, il nous serait insupportable que cette communauté des personnes Sans-papiers – qui transcende les frontières régionales – puisse être oubliée : la plupart d’entre eux vivent sur le territoire du Royaume depuis de nombreuses années déjà ; en bonne entente avec le voisinage pour leur écrasante majorité.

Plutôt que de faire appel à la main-d’œuvre qualifiée des pays tiers, la bonne gouvernance impose de faire avec ceux qui sont déjà ici. D’abord parce que nous avons une responsabilité à assumer à leur égard. Ensuite parce que l’appel à cette main d’œuvre quali. ée des pays tiers les viderait de leurs forces vives, les plongeant plus encore dans le non-développement : l’appel d’air, qui se situe incontestablement dans le pillage des ressources de ces pays, s’en verrait aggravé à coup sûr.

Que notre État s’engage dans une réelle politique d’aide au développement, qui ait un impact direct sur les populations locales, réduira au contraire cet appel d’air : c’est au travers d’échanges égalitaires que se trouve la solution. Commençons par mettre cela en pratique dans notre pays : une chance égale pour tous implique l’indispensable régularisation

(...) Pour voir le texte intégral cliquez sur le lien suivant:

http://www.assembleedesvoisins.be/IMG/pdf/noteudep.pdf

Laten we samen de uitdagingen in mogelijkheden veranderen

O ns land bevindt zich op een keerpunt.  Belangrijke ontwikkelingen zijn bezig of kondigen zich aan.  In het hart van een zich globaliserende wereld dient men rekening te houden met de komst van migranten: ondanks de steeds repressievere middelen die in het werk gesteld worden aan de grenzen van Europa is   een groot aantal mensen bereid om belangrijke risico's te nemen om het Eden te bereiken en dezelfde weg te kiezen als de natuurlijke hulpbronnen waarvan hun landen zich onophoudelijk beroofd zien ten voordele van het Oude Continent.

Zo komt het dat er vandaag in België minstens (!) 100 000 niet geregulariseerde migranten leven in de verschillende regio's van België.   Met een grotere concentratie in de grote steden.  Eén procent van de Belgische bevolking leeft op die manier in een situatie van rechteloosheid, wat hen vaak tot de slavernij terugbrengt. Of men ze nu illegalen, clandestienen, of illegale verblijvers noemt, het zijn allemaal mensen zonder papieren.  Op het ogenblik dat de onderhandelaars spreken over de politiek die de Belgische regering in de komende jaren zal voeren, op dit moment dat de institutionele problemen het grootste deel van de publieke opinie bezetten zou het voor ons onverdraaglijk zijn dat de gemeenschap van mensen Zonder Papieren – die de regionale grenzen overstijgt, daarbij vergeten zou worden: het merendeel onder hen leeft al lange jaren op het territorium van het Koninkrijk, en het overgrote deel van hen in een goede verstandhouding met de buurtbewoners.

Eerder dan een beroep te willen doen op gekwalificeerde handenarbeid van derde landen, legt het 'goed bestuur' ons op dat we het moeten doen met degenen die hier al zijn.   Ten eerste omdat we een verantwoordelijkheid op ons te nemen hebben ten opzichte van hen.  Verder omdat een beroep doen op de gekwalificeerde handenarbeid van derde landen deze landen zou beroven van hun levendigste krachten, waardoor ze nog maar eens in een toestand van niet-ontwikkeling zouden belanden: de luchtstroom die zich ontegenzeggelijk in het plunderen van de hulpbronnen van die landen bevindt zou er zeker nog door verergerd worden.   Dat onze Staat zich verbindt tot een echte politiek van ontwikkelingshulp die een directe impact zou hebben op de locale bevolkingen zou integendeel deze luchtstroom kunnen verminderen: het is doorheen het proces van gelijke ruil dat de oplossing gevonden zal worden.   Laat ons beginnen met dat in ons land in de praktijk te brengen: een gelijke kans voor iedereen houdt ook de onmisbare regularisatie in. 

 (...) Klik op de link om de volledige tekst te zien:

http://kleinverzet.forumup.be/viewtopic.php?p=453&mforum=kleinverzet#453 

Universele Verklaring van de Rechten van de Mens van 1948 :

Artikel 1
Alle mensen worden vrij en gelijk in waardigheid en rechten geboren. Zij zijn begiftigd met verstand en geweten, en behoren zich jegens elkander in een geest van broederschap te gedragen.

Artikel 3
Een ieder heeft recht op leven, vrijheid en onschendbaarheid van zijn persoon.

Artikel 5
Niemand zal onderworpen worden aan folteringen, noch aan een wrede, onmenselijke of onterende behandeling of bestraffing.

Artikel 9
Niemand zal onderworpen worden aan willekeurige arrestatie, detentie of verbanning.

Artikel 10
Een ieder heeft, in volle gelijkheid, recht op een eerlijke en openbare behandeling van zijn zaak door een onafhankelijke en onpartijdige rechterlijke instantie bij het vaststellen van zijn rechten en verplichtingen en bij het bepalen van de gegrondheid van een tegen hem ingestelde strafvervolging.Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948 :

Article premier. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
Article 3. Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
Article 5. Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Article 9. Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.
Article 10. Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

UN INFINI MERCI A DIANA POUR LA TRADUCTION NEERLANDAISE....

mensen zoals Angelica...

AL FIN SE ACABO EL INFIERNO PARA ANGELICA

Angélica Cajamarca 

QUE VA PASAR CON LOS DEMAS? 

Sur un total de 13 enfants recensés hier dans les cellules voisines de celle d'Angelica au centre fermé ;

(information obtenue en communiquant à travers les barreaux avec les détenus)

il y a :

- Une famille de 3 enfants, dont un malade de 8 ans.

- 2 philipins de 2 et 6 ans

- Un petit népalais avec ses parents enfermés depuis 23 jours, il a 2 ans.

- Une femme enceinte de 4 mois.

- 2 jumeaux ( d'un an et demi), tchétchènes. Enfermés depuis 2 semaines.Cette liste sera déposée au cd&v ce matin lors de la manifestation devant le siège du parti à 11h30.

-


Publié le 2 août 2007
par Wildo

Un visage d’enfant qui secoue le pays

Belgique . Soulagement après la libération (provisoire) d’Angelica, onze ans, mais le problème des détentions d’enfants étrangers en centre fermé reste entier.

Bruxelles, correspondance particulière. Huma.fr

Lundi matin, toutes les unes de la presse belge, qu’elle soit francophone ou flamande, montraient le même visage : celui d’une petite fille brune de onze ans, Angelica, dont les malheurs ont secoué la Belgique. Cette petite Équatorienne vient en effet de passer un mois derrière les grilles et les barbelés du centre fermé « 127 bis » de Steenokerzeel, dans la banlieue de Bruxelles. Elle y avait été enfermée le 30 juin après avoir été arrêtée avec sa maman, Ana Cajamarca, à la sortie de l’école, sur dénonciation d’un habitant du quartier qui avait signalé à la police « la présence inquiétante de deux gitanes », en fait deux Équatoriennes en situation irrégulière : depuis huit ans dans le pays, la famille d’Ana - par ailleurs militante de l’Union de défense des étrangers sans papiers (UDEP) - n’avait toujours pas demandé sa régularisation, de peur d’être expulsée avec les siens, comme c’est chaque année le cas de milliers d’étrangers en Belgique (11 000 en 2006).

une liberté in extremis

Angelica et sa maman, toutes deux sous le coup d’un arrêté d’expulsion de l’Office des étrangers, ont finalement été libérées in extremis et elles ont pu regagner leur domicile à Bruxelles lundi soir. Mais ce fut une question de minutes : elles étaient dans un fourgon de police sur la route d’Amsterdam où elles allaient être placées de force dans un avion pour Quito quand l’ordre de libération du ministère de l’Intérieur est arrivé.

Ce dénouement inespéré est le résultat d’une décision de justice : le tribunal de première instance de Bruxelles avait rendu un arrêt d’extrême urgence lundi après-midi, alors qu’Angelica et Ana se trouvaient depuis le matin dans la zone des « non admissibles » de l’aéroport de Bruxelles. C’est la mobilisation des associations - UDEP, Ligue des droits de l’homme, Amnesty International - qui a sans aucun doute payé. Accourus à l’aéroport les militants, accompagnés de députés Écolo et CDH (Centre démocrate humaniste, de Joëlle Milquet, en pointe dans ce dossier), les militants ont obtenu qu’un médecin, une avocate et le consul d’Équateur rendent visite aux deux prisonnières. Leur rapport, faisant état de violences subies pendant le transfert à l’aéroport et détat psychologique alarmant de l’enfant, était suffisamment grave pour justifier la décision du tribunal : il évoque, dans ses attendus « un traitement inhumain et dégradant à l’égard de l’enfant ».

une pratique « inacceptable »

L’épouse du président équatorien, Anne Malherbe, d’origine belge, après avoir rendu visite à l’enfant dans le centre 127 bis, avait décrit la saleté, l’odeur d’urine, la promiscuité, l’absence de jouets et même de médicaments de ce lieu.

Mais la libération d’Angelica ne lève que provisoirement la menace qui pèse sur elle et les siens. Et le problème de l’enfermement des mineurs reste entier. Ils seraient actuellement 13 au 127 bis. 627 y sont passés l’an dernier. La Belgique a été condamnée en octobre 2006 par la Cour des droits de l’homme de Strasbourg pour atteinte à la convention internationale des droits de l’enfant. En février dernier, un rapport du ministère de l’Intérieur jugeait la poursuite de cette pratique « inacceptable ». Ce qui n’a pas empêché le ministre, Patrick Dewael, d’observer un mutisme total. Il faut dire que les partis flamands, sous pression de l’extrême droite raciste qui ne cesse de progresser aux élections, se satisfont de la loi actuelle. Pas les partis francophones - notamment le PS, Écolo et le CDH. La question de l’enfermement des enfants et, plus largement celle, du sort des étrangers en situation irrégulière risquent donc d’être deux chapitres épineux à ajouter à ceux dont on débat avec difficulté pour la formation du futur gouvernement fédéral.

Françoise Germain-Robin

-------------------------

Julio 28, 2007

BRUSELAS, Bélgica | EFE

La Unión de Defensa de los Sin Papeles (UDEP) intentará evitar la expulsión el próximo lunes de la niña ecuatoriana Angélica Loja Cajamarca, de 11 años, y de su madre, con la ayuda de los pasajeros del vuelo en que deben ser repatriadas a Quito tras residir ilegalmente durante cuatro años en Bélgica.

Angélica y su madre, Ana Elizabeth Cajamarca Arízaga, de 28, que llevan 28 días retenidas en un centro cerrado para inmigrantes ilegales a las afueras de Bruselas, serán repatriadas el lunes a las 18:50 hora local (16:50 GMT) en un vuelo de la línea holandesa KLM que hará escala en Amsterdam, según el chileno Gerardo Cornejo Lucaveche, portavoz de la UDEP.

La UDEP pedirá la ayuda de los pasajeros para que impidan el despegue del avión, dijo a Efe Cornejo, quien afirmó que con ello se pretende "ganar tiempo" para mantener la presión sobre las autoridades belgas.

Aunque según la ley belga Angélica y su madre no pueden ser expulsadas si se resisten, Cornejo explicó que irán al aeropuerto de Bruselas de todas maneras porque temen que sean drogadas para hacerlas subir al avión.

La UDEP y otras organizaciones han convocado una manifestación mañana frente al Centro 127 bis de Steenokerzel, a las afueras de Bruselas, donde se encuentran las dos ecuatorianas desde el 30 de junio.

Tras agotar todos los recursos legales, la única esperanza de ambas de quedarse en Bélgica es la anulación de la orden de expulsión por el ministro del Interior del Gobierno saliente, Patrick Dewaele, quien de momento se ha mostrado inflexible.

"No tenemos esperanzas. Hemos hecho todo lo humanamente posible", dijo a EFE una portavoz de la familia, quien no quiso dar su nombre por temor a ser expulsada también.

En los últimos días, Angélica ha acaparado los titulares de los principales diarios belgas y ha recibido el apoyo de parlamentarios de los partidos verdes valón y flamenco, del Partido Socialista belga y del defensor del menor, Claude Lelievre, y de organizaciones defensoras de los Derechos Humanos.

Incluso el principal candidato a ser el futuro primer ministro de Bélgica, Yves Leterme, se ha declarado "conmovido" por el caso, aunque ha insistido en que está en manos del ministro del Interior y en que se deben respetar las instituciones y la legislación belgas.

Angélica dirigió una carta a los medios de comunicación belgas el pasado lunes en el que denunciaba su encierro y decía sentir "miedo" por la expulsión, al tiempo que pedía no ser repatriada pues considera que Bélgica es "su casa", al estudiar y tener sus amigos y a su padre aquí.

Su padre, Javier Loja, quien está separado de Ana Elizabeth y tampoco tiene papeles, envió otra carta la semana pasada al Rey Alberto II y a Leterme para pedir su ayuda.

Por su parte, el presidente ecuatoriano, Rafael Correa, se entrevistó el pasado miércoles con la niña y su madre, con motivo de una visita privada a Bélgica, y se comprometió a dar un empleo a Ana Elizabeth y a escolarizar a Angélica en caso de que sean repatriadas.

El caso ha despertado indignación en Bélgica y ha llamado la atención del público sobre la práctica de mantener en centros cerrados para inmigrantes ilegales a niños, una situación que afectó a 700 menores en el 2006.

"Angélica no se da cuenta, pero ha movido muchas cosas en este país. Jamás se ha hablado tanto de un sin papeles", declaró Cornejo, quien añadió que "ahora todos los belgas saben lo que es un centro cerrado y que es una verg enza".

El diario "Le Soir", uno de los de mayor tirada en Bélgica, denuncia hoy el "infierno" vivido por la niña en el último mes y publica informes psicológicos según los cuales "presenta un estado de estrés agudo a raíz de su detención en un centro cerrado".

El periódico también revela que Angélica y su madre fueron detenidas en una parada de autobús en el distrito de Dilbeek debido a la delación "racista" de un ciudadano, quien informó a la Policía de la presencia en la calle de "dos gitanas sospechosas de ser ladronas por el color de su piel".

Según cifras de la embajada de Ecuador citadas por la agencia Belga, en el país residen unos 8.000 ecuatorianos, de los cuales solo 2.247 están registrados y tienen papeles.

-----------------------------------------------------------------

La petite sans papier Angelica
échappe à l'expulsion | 31.07.2007

Détenues depuis un mois, Angelica, 11 ans, et sa mère devaient être expulsées vers Quito lundi soir mais à la dernière minute, la justice belge a décidé leur libération.

Angelica

Angelica (Sipa)

In extremis, Angelica, une Equatorienne de 11 ans, et sa mère Ana, en séjour illégal en Belgique et menacées d'expulsion, ont été libérées après une décision de justice, a-t-on appris lundi 30 juillet auprès de l'Office belge des étrangers. L'enfant et sa mère, détenues durant un mois en centre fermé, devaient être transférées à l'aéroport d'Amsterdam en vue de leur expulsion vers Quito, en Equateur, dans la soirée.

 

Convention européenne des Droits de l'Homme

 

Mais à la toute dernière minute, alors que les deux Equatoriennes étaient acheminées en camionnette vers les Pays-Bas, le tribunal de première instance de Bruxelles a décidé leur libération, sous peine d'une astreinte financière de 500 euros par heure de retard.
La justice belge a estimé que la détention d'Angelica en centre fermé avait violé la Convention européenne des Droits de l'Homme. Evoquant des "plaies" et des "douleurs", l'avocate d'Angelica, Selma Ben Khalifa, assure que des violences ont été exercées durant cette détention sur Angelica et sa mère.

Intervention de Correa


Dès l'ordonnance rendue, les autorités belges ont décidé de rapatrier les deux Equatoriennes vers Bruxelles où elles sont arrivées dans la soirée.
Toutefois, cette demande de libération immédiate ne signifie pas qu'Angelica et Ana Cajamarca pourront demeurer en Belgique. En effet, l'Office belge des étrangers compte faire appel de la décision du tribunal, car rappelle-t-il, "l'ordonnance ne change rien à la situation irrégulière" d'Ana et Angelica.
Depuis plusieurs jours, le cas de la petite Angelica a suscité un vif émoi en Belgique. Dimanche, la femme belge du président équatorien Rafael Correa avait appelé les autorités à la clémence.
Rafael Correa, de passage à titre privé en Belgique, avait lui-même rendu visite aux deux Equatoriennes le 17 juillet et tenté d'intercéder en leur faveur, mais sans succès.
Le gouvernement équatorien a par ailleurs annoncé lundi son intention de protester pour les mauvais traitements subis par la mère et sa fillette de 11 ans.
Le ministère des Affaires étrangères "va remettre (à la Belgique), dans les prochaines heures, une nouvelle note de protestation concernant le cas de deux citoyennes équatoriennes", a-t-il indiqué.
<!--[if !supportLineBreakNewLine]-->
<!--[endif]-->

"Mauvais traitements"

La note de protestation entend souligner, selon le ministère équatorien, "le fait que les mauvais traitements physiques et psychologiques auxquels nos compatriotes ont été soumises sont inacceptables et représentent une violation des accords internationaux de protection des droits de l'homme".
En fin de semaine, le gouvernement équatorien avait déjà fait part de sa désapprobation à la Belgique.
"Nous ne pouvons tolérer que notre sœur équatorienne soit maltraitée dans une prison de Belgique et nous adressons notre plus vive protestation aux autorités belges", avait déclaré la ministre des Affaires étrangères Maria Fernanda Espinosa.
"Nous estimons qu'une personne sans papier n'est pas un délinquant, elle ne doit ni être sanctionnée ni traitée comme quelqu'un qui a commis un grave délit", avait-elle souligné.
Largement couverte par les médias belges, cette affaire a pointé du doigt l'internement d'enfants mineurs, durant des semaines voire des mois, dans des centres fermés, dénoncée depuis des années en Belgique comme contraire à la Convention internationale des droits de l'enfant.

-

 Aangepaste formateursnota brengt niet meer hoop voor de MZP

Het weinige dat voorzien was over asiel, migratie en regularisatie, in de eerste formateursnota van Y Leterme, staat opnieuw in vraag. Verbeteringen aan de huidige asielwet worden zelfs verschoven tot na juni 2008 en eventuele criteria wil men niet meer in de wet maar in een KB. Er is zelfs geen akkoord over de technisch onverwijderbaren maar men voorziet wel een uitbreiding van de capaciteit van de gesloten centra..... De nota voorziet één formidabele zaak voor de MZP nl " .....De gezinnen en de personen die niet verwijderd kunnen worden, worden niet opgesloten...." Is dat niet prachtig!

België en het Westen zijn mee verantwoordelijk dat mensen zoals Angelica vluchten.

De Ecuadoraanse Ana Cajamarca en haar 11-jarige dochter Angelica, die sinds 30 juni vastgehouden werden in het gesloten centrum 127 bis in Steenokkerzeel, zouden op maandag 30 juli worden uitgewezen. Een rechter besliste in kortgeding dat Ana Cajamarca en haar elfjarige dochter Angelica niet uitgewezen mogen worden. De Dienst Vreemdelingenzaken respecteerde die beslissing maar ging in beroep. De rechtbank van Brussel heeft maandag 6 augustus in kort geding beslist om het dossier over de uitwijzing van het Ecuadoraanse meisje Angelica en haar moeder pas op dinsdag 18 september te behandelen.

België en het Westen zijn mee verantwoordelijk dat mensen zoals Angelica vluchten.
- De "drievuldigheid" van Liberaliseren, Dereguleren en Privatiseren, opgelegd door het IMF is mede verantwoordelijk voor grote ellende in de derde wereld. Deze ellende veroorzaakt grote vluchtelingenstromen.
- De structurele aanpassingsmaatregelen waartoe het IMF Ecuador verplichtte en het dictaat van deze instelling om subsidies af te schaffen in sociale sectoren zoals onderwijs, gezondheidszorg e.a., heeft tienduizenden Ecuadoranen alle perspectief ontnomen. Zit België niet mee in de directie van het IMF die een grote verantwoordelijkheid draagt in de problemen van Ecuador?
- Is België geen lidstaat van de Europese Unie die de invoerheffingen voor Ecuadoraanse bananen fors verhoogde waardoor tienduizenden Ecuadoranen hun job in de bananensector verloren en hen er toe dwong elders in de wereld kansen te gaan zoeken?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
UDEP Antwerpen bevraagt zijn leden over hun zwartwerk.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
De tweede formateursnota en meer uitleg over al de voorgaande thema's kan je lezen op onze website www.rechtopmigratie.be

Vriendelijke groeten
Pol Van Camp

-------------------------------

Sans papiers
Ce vendredi 3/08 à 18h, la communauté latino sans papier donnera une conférence de presse dans l'église occupée Ste-Alène (occupation depuis le 13 juin 2006). Elle sera accompagnée par les autres occupations de l'Udep.
A la lumière du cas Angelica, hautement symbolique pour la communauté latino et pour toutes les personnes sans papiers en général, nous y présenterons la situation actuelle des migrants et les perspectives ébauchées par le futur gouvernement.
Angelica et sa mère ont donné un nouvel élan aux personnes sans papiers dans leur combat pour la reconnaissance de leur droits humains fondamentaux.
Cette rencontre fait suite aussi à la vague de mobilisations déclenchée en Amérique latine pour Angelica et pour débnoncer le traitement réservé aux migrants en Belgique (manifestation continentale hier Am-L et caraïbes - actions au Mexique pour migrants détenus aux usa-voir EFE).
Dans nos rencontres avec les partis du prochain gouvernement, ils se sont clairement prononcé en faveur du durcissement des mesures d'expulsion et du maintient de la détention en centres fermés des personnes sans papiers.
Comme communauté latino-américaine organisée, nous y présenterons nos actions pour interpeller les responsables politiques sur notre situation et en défense de notre dignité et droits humains fondamentaux. 
-----------------------------
 
Moi, Angelica Loja Cajamarca, de 11ans, je suis en 5eme année.
Le motif de faire cette carte c’est parce que je veux exprimer le mal que je suis en train de passer mes vacances enfermées.
Je comprends pas pourquoi on me laisse pas sortir dans la rue pour jouer avec mes amis.
Je suis très triste, déjà que le samedi 30 (juin) quand j’allais prendre le bus, le 116 pour Dilbeek, la police nous a demandé des papiers, après ils nous ont contrôlés.
J’avais très peur, j’étais nerveuse parce que la police nous a dit de rentrer dans la voiture, après ils nous avait déclare ( ?), après ils nous ont fait rentrer dans une chambre qui était toute noire et horrible, sans fenêtre, maman elle était très nerveuse. Elle pleurait beaucoup parce que elle voulait sortir, elle avait peur de que la police nous nous ramènent en Equateur et moi j’avais très peur.
Je me sentais mal, je veux voir ma famille parce que en équateur j’ai pas de famille,
Ma famille que j’ai ils sont à Bruxelles
et si je vais en Equateur je dois travailler pour aider maman,
et moi je veux être quelqu’un dans la vie.
Je sais que vous allez me sortir de là avec maman en liberté,
J’ai très peur que on me ramène en Equateur.
Aidez moi s’il vous plait, moi j’ai des amis à l’école,
et mon papa c’est le seul papa que j’ai dans la vie.
Ne me laissez pas sans papa.
Ce matin quand je me suis réveillée, je suis malade, j’ai la fièvre, j’ai mal à la tête, merci de votre compréhension.
Angelica

 

Nb ; Angelica et sa mère vivent depuis 4 ans en Belgique, à St-Jos où Angelica va à l’école. Les 2 frères d’Angelica et son père vivent également à Bruxelles. L'originale de cette lettre a été remise à son avocat.

voir aussi Condamnation de la Belgique par la Cour européenne des droits de l'homme soulignant le mépris, le traitement inhumain et dégradant avec lequel l'Office des étrangers traite les migrants en Belgique. Condamnation spécifiant notamment que le régime carcéral des centres fermés en Belgique ne peut être destiné aux enfants ( 12 octobre 2006 ). La maltraitance, les conditions de détention et le régime des centres fermés ont été dénoncés à maintes reprises par les organisations de défense des droits de l'homme ( Amnesty, Comité européen pour la prévention de la torture, Mrax, Ligue des droits de l'homme…). 

Rassemblement de soutien
   à Angelica à 12h
    ce dimanche 29 juillet
  devant le centre fermé 127bis
Train 11h30 gare du midi / 11h35 gare du nord
direction Leuven/ Arrêt Nossegem/
 Josef gorislaan 80
Trein 11.30 u. Zuidstation/11.35u. Noordstation Brussel.Richting Leuven/halte Nossegem
 
Angelica traverse une période de plus en plus difficile. La perspective d'être séparée de sa famille, de ses amis, et de la Belgique, son enfermement prolongé et la menace d'une expulsion sont de pénibles épreuves, particulièrement pour un enfant. Allez la voir au 127bis dimanche, cela lui remonte vraiment le moral et Angelica nous en remercie toujours énormément. Cela obligera aussi de plus en plus les politiques à prendre une position humaine.
Soutenez Angelica en écrivant à Patrick De Wael,
Open Vld
Melsensstraat 34
B-1000 BRUSSEL
contact@openvld.be (par la poste c'est beaucoup plus fort évidemment)
Mr De Wael, ministre de l'intérieur, entendez l'appel d'Angelica et permettez lui de sortir de sa détresse. Faites un geste Mr De Wael, un geste humain, vous avez ce pouvoir, il vous suffit d'enjoindre votre administration à ne pas l'expulser. Faites ce geste, prenez cette position morale, permettez à Angelica de continuer à grandir en Belgique, pays qui est "sa maison" comme elle le dit.
Nous nous en remettons à votre sens des valeurs humaines et de ce qui est le plus essentiel surtout, l'avenir d'Angelica.
 Merci monsieur le ministre, (signez, datez et indiquez vos coordonnées).

 

En 2006, plus de 700 enfants ont été envoyés dans les centres fermés par l'office des étrangers, dirigé par Mr De Wael.

Le centre fermé 127 bis où est incarcérée Angelica est l'un de ceux qui a le régime carcéral le plus dur en Belgique. Une enfant n'a rien à faire là!

Ce Lundi, la famille d'Angelica ira personnellement porter sa requête au palais Royal. Laissons donc vivre Angelica loin de cette prison et près de sa famille, en Belgique. C'est si précieux l'enfance. Chaque année pendant les vacances en Belgique, nous découvrons le drame d'un enfant, cette année nous avons la chance de pouvoir réparer ces drames. Pensons-y!

Ministres interpellés à Val Duchesse

Ce vendredi 27 juillet à 9h00 à Val Duchesse, l'Union de défense des personnes sans papiers (UDEP) et la Ligue des Droits de l'Homme rejoints par d'autres associations ont remis aux partis politiques démocratiques de Belgique l'appel lancé pour la libération d'Angelica Cajamarca détenue au centre fermé 127bis depuis bientôt un mois. Mr De Wael s'en est montré très gêné et s'est réfugié une fois de plus derrière son administration et sa grande voiture. C'est pourtant lui qui donne les ordres à son administration et non le contraire. Le pouvoir discrétionnaire des ministres lui permet de faire libérer Angelica sur l'heure s'il le souhaite et lui donner une chance de grandir en Belgique. Sa mère a déjà une promesse d'embauche et le consul lui même a proposé de les prendre chez lui! (voir lettre) Ses avocats ont introduit un pourvoi en cassation et préparent le mémoire, le délégué aux droits de l'enfant a rendu visite à Angelica aujourd'hui et nous a promis qu'il ferait tout ce qui est en son pouvoir (cela pourrait retarder l'expulsion), Joelle Milquet ce matin s'est engagée dans le même sens.

 Toutes ces démarches sont infiniment louables et utiles, mais seules elles n'empêcheront pas de libérer Angelica. Ecrire à Monsieur De Wael via le siège de son parti peut s'avérer très utile! Merci à vous tous qui entendez cet appel.

------------------------

Het verhaal achter Angelica
01-08-2007 Algemeen

Ik heb het geluk als schepen dat ik omringd wordt door vrienden en raadgevers die met alles en nog wat bezig zijn zodat ik soms een heel dichte kijk krijg achter de schermen van wat op de voorpagina gebeurt. De afgelopen week is één van hen druk in de weer met de zaak Angelica, ik vroeg waarom en dit zijn enkele onderdelen van een lang gesprek

citaat

Ik denk Vanessa dat ik eerst erg boos werd dat de huidige minister deze zaak absoluut zelf wou regelen terwijl het parlement in vakantie is, er geen ministerraad is van de ontslagnemende regering en de nieuwe regering nog niet gevormd is. Indien men enig democratisch fatsoen had, dan had men de zaak laten behandelen door de nieuwe minister die dan in alle politieke vrijheid had kunnen beslissen - wat ook zijn beslissing zou zijn. Het werd me dan zelfs nog kwader toen ik zag dat de minister zelf niet meer voor rede vatbaar was en zelfs tegen zijn administratie in tot op het laatste moment het meisje en haar moeder op het vliegtuig wou zetten. Wat kon het hem schelen ? Er was trouwens nog niemand die hem ervoor politiek democratisch voor terantwoording kon roepen ?

Het is in dezelfde sfeer dat de administratie er dan ook alles heeft aan gedaan om te proberen de mensen zelf zonder enig bewijs te criminaliseren (ze werden niet zonder reden opgepakt - er is geen reden tenzij een racistisch telefoontje naar de politie over zigeuners die waarschijnlijk wel iets zouden kunnen gestolen hebben) en dan ook alles op alles wilde zetten om ze toch maar op dat vliegtuig te krijgen. Hierbij zijn er waarschijnlijk fouten gebeurd, het is aan het gerecht om nu uit te zoeken wat er werkelijk gebeurd is tijdens de transfers, maar die fouten zijn slechts het resultaat van de enorme druk die door de minister en de administratie werden gelegd op het dossier waardoor het nog meer een symbooldossier werd.

En het meest gekke aan het dossier is dat het meisje in kwestie zelfs indien ze zou worden uitgewezen hoogstwaarschijnlijk hier binnen maximaal 2 jaar opnieuw zou staan omdat haar Belgische schoonvader dan met haar moeder zou getrouwd zijn en dat huwelijk dan zou gelegaliseerd geweest zijn. De vraag is dan ook of we dit geval - papieren of niet - de mensen wel op een vliegtuig moeten zetten als ze hier binnenkort toch weer legaal terug zullen zijn. Dat is pas echt kafkiaans. Het is zelfs meer kafkiaans - en dat verhard mijn verzet - dat ze volgens (ook SPA Pascal Smet) geen recht zou hebben om een regularisatieprocedure te starten om die retour-retour te vermijden omdat ze nooit misbruik heeft gemaakt van de asielprocedure en de beroepsinstanties.

Dat de OpenVLD er dus weer in slaagt om te trappen in de symboolval ipv van het dossier stilletjes af te wenden en zop dus weer het bedje heeft gemaakt van het Vlaams Belang is ook zeer verwonderlijk. Het lijkt alsof ze niets geleerd hebben uit de zaak van het gemeentelijk inschrijfrecht voor stemrecht voor migranten (die trouwens een druppel in het water was in merendeel van de gemeenten). Wel we zien nu wel hoe Open ze zijn. Over de SP.A kan ik weinig tot niets zeggen omdat ik ze niet gehoord heb en wat ik vandaag lees in de krant weerspiegelt waarschijnlijk niet wat een deel van de basis denkt en is misschien ook niet het koele onmenselijke berekend imago waarmee de partij naar buiten zou moetenkomen. De CDV komt er beter uit.

De militanten moeten trouwens ook goed beseffen dat we geen dubbel discours kunnen hebben als socialisten. We kunnen niet aan de ene kant meestappen in de liberalisering van de wereldeconomie zonder beperkingen (zoals sociale taxen) op de invoer en dan verwonderd zijn dat mensen armoede ontvluchten. We kunnen niet weigeren om troepen te sturen of sancties te treffen bij burgeroorlogen en dan verwonderd zijn dat mensen proberen te vluchten. We kunnen niet steeds minder uitgeven aan ontwikkelingshulp en dat steeds commerciëler maken en dan verwonderd zijn dat die landen geen economie kunnen uitbouwen. We kunnen niet dictators en pseudo-democratiën tolereren en dan verwonderd zijn dat mensen proberen te vluchten. Meestal vluchten ze trouwens naar de buurlanden waardoor een crisis in 1 land een regionaal probleem wordt. Wij hebben slechts de kruimels.

Hoe moet het trouwens verder. Wel persoonlijk vind ik dat de regularisatieprocedure moet afgescheiden worden van de dienst Vreemdelingenzaken en moet gekoppeld worden aan een vrijwillige terugkeer bij afwijzing en bij een voorlopig verblijf om te doen wat je zegt dat je gaat doen (trouwen, werken, studeren) bij voorlopige goedkeuring en pas nadien kan je een aanspraak maken op een langer verblijf.

Als uitsmijter zou ik zeggen dat de liberalen de eerste zijn om te vragen dat de samenleving opofferingen doet om het zwarte geld van de rijken uit het buitenland zonder veel kosten terug te laten brengen terwijl ze de laatste zijn om de verworpenen der aarde de mogelijkheid te geven om als ze hier een fatsoenlijk - meestal - arm leven hebben opgebouwd dat te kunnen doen zonder dat de dagelijkse schrik van uitlevering. Zodoende kan men zich beter concentreren op de negatieve elementen die we hier zeker niet moeten hebben.

einde citaat

 

Dit geeft op deze mooie zomerdag stof voor nadenken zou ik zeggen.

 

http://sanspapiers.skynetblogs.be   de acties van de groep in Brussel die zoals je leest bestaat uit advokaten, activisten en democraten van alle slag en gewone humanisten.

op http://64.233.183.104/search?q=cache:hBhhaKlxhU0J:vanessa...

03/08/2007

POSITION DES PARTIS

CD&V – dinsdag 31 juli 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel, leden van het Burencomité en van de CIRE (Frédérique Mawet, directrice) werden ontvangen op de zetel van de CD&V deze dinsdagmorgen 31 juli 2007.
Wij verwachtten vooral de evolutie te leren kennen die het standpunt van de CD&V ondergaan heeft sinds onze laatste ontmoeting op 25 juni laatstleden, in verband met de opmerkingen en suggesties die we toen geformuleerd hebben.

Kort gezegd, op 25 juni ll. Heeft de CD&V een regularisatie voor alle vreemdelingen in België die hier langer dan zes jaar zijn en die tenminste één keer een legaal verblijfsdocument in bezit hadden (studentenkaart, oranje kaart,…) in overweging genomen. Dat komt neer op het uitsluiten van alle illegalen sinds de invoering van de nieuwe procedure. De aanvragen zullen voorgelegd worden aan een onafhankelijke adviescommissie (waar de DVZ nochtans deel van uitmaakt !)
Op die dag hebben de vertegenwoordigers van de CD&V ons duidelijk laten weten dat eveneens iedereen binnen de categorie valt van degenen die een regularisatieaanvraag zullen kunnen indienen (naast de voornoemde categoriën), die zich tenminste één keer zijn gaan melden bij de administratie voor 1 juni 2007. Dus duidelijk iedere vreemdeling(e) die een 9.3 heeft ingediend voor deze datum, zelfs als hij/zij afgewezen werd aan het einde van de procedure.
We hebben opgemerkt hoezeer deze datum van de 1ste juni een willekeurige afbakening vormt en dat op die manier alle illegalen uitgesloten worden die schrik hebben om een regularisatieaanvraag in te dienen: onder hen vooral vrouwen met kinderen zoals Angelica en haar mama, die volgens deze regel geen regularisatie zouden kunnen verkrijgen.
We stelden voor dat indien een begrenzende datum onmisbaar is in de toekomstige wet (om overgangsregelingen mogelijk te maken?) dat dit een datum moet zijn die valt na de uitvaardiging van de wet. Indien dit niet het geval is zullen duizenden illegalen zich uitgesloten zien van het voordeel van deze wet.
Dit voorstel zal voorgelegd worden aan de werkgroep van de CD&V.
CD&V – mardi 31 juillet 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP, de membres de l'Assemblée des Voisins et du CIRE (Frédérique Mawet, Directrice) a été reçue au siège du CD&V ce mardi matin 31 juillet 2007.
Nous attendions surtout de connaître l'évolution de la position du CD&V par rapport à notre entrevue du 25 juin dernier, en regard des remarques et suggestions que nous avions formulées alors.
En gros, le 25 juin dernier, le CD&V envisageait une régularisation pour tout étranger en Belgique depuis 6 ans et qui avait au moins une fois eu un titre de séjour légal (carte d'étudiant, carte orange…) Autant dire l'exclusion de tous les clandestins de la nouvelle procédure. Les demandes seront soumises à une commission d'avis indépendante (l'OE en ferait néanmoins partie ce qui serait contradictoire car un membre de cette commission indépendante ne peut être à la fois juge et partie!)
Ce jour, les représentants du CD&V nous ont clairement fait savoir qu'entreraient dans la catégorie de ceux qui pourront introduire une demande de régularisation, en plus des catégories précitées, les clandestins qui se sont, au moins une fois, signalés à l'administration avant le 1er juin 2007. En clair tout étranger qui a introduit un 9.3 avant cette date, même s'il a été l'objet d'un refus au terme de la procédure.
Nous leur avons fait remarquer combien cette date du 1er juin comprenait en elle l'arbitraire en ce qu'elle excluait tous les clandestins qui "ont peur" d'introduire une demande de régularisation ; parmi ceux-ci figurent essentiellement des hommes et femmes avec enfants dont Angelica et sa Maman qui, selon cette règle, ne pourraient se voir régulariser.
- Suggestion a été faite si date butoir indispensable dans la future loi (pour permettre des mesures transitoires ?) qu'elle soit postérieure à la promulgation de la loi. Faute de quoi des milliers de clandestins se verraient exclus du bénéfice de cette loi.
La suggestion sera soumise au groupe de travail CD&V.
MR – woensdag 1 augustus 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) werden deze woensdag 1 augustus 2007 om 11.00 u. ontvangen op de zetel van de MR.
Charles Michel maakte deel uit van de vertegenwoordigers van MR die ons ontvingen. De positie van MR blijft vijandig t.o.v. iedere algemene verandering van de wetgeving. Voor alle duidelijkheid zal het altijd de Minister van Binnenlandse Zaken en zijn Dienst Vreemdelingenzaken zijn die de aanvragen zal behandelen, en geen onafhankelijke regularisatiecommissie.
Nochtans werden er twee zaken naar voren geschoven waarvan iedereen het belang zal evalueren:
1. De MR wil de belangrijkste ontvangstcriteria in een wet gieten voor wat betreft de definitie van de zgn. integratiecriteria.
2. De MR wenst dat iedere persoon die in de toekomst een aanvraag 9.3 indient erkend zal worden gedurende de gehele duur van de procedure als zijnde in een toestand van legaal verblijf en dat deze personen vanaf dat moment een arbeidsvergunning zal toegekend worden. Dit zou deze personen verhinderen van in handen te vallen van koppelbazen die in handenarbeid doen en het zal de staat helpen om de circuits van zwartwerk niet langer te zien groeien. Bovendien zou dit aan deze personen (waarvan 80 % werkt) toestaan van belastingen te betalen en aldus bij te dragen aan de nationale solidariteit. Dikt lijkt ons een bewijs van de zorg voor goed bestuur vanwege de MR.
Wij houden eraan de MR (movement Réformateur) te bedanken voor deze blijk van openheid en de wil tot luisteren die zij aan de dag gelegd hebben, en voor het begrip dat zij getoond hebben.
MR – mercredi 1 août 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP et de membres de l'Assemblée des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 11h00 au siège du MR. Charles Michel faisait partie des représennnntants du MR qui nous ont reçu.
La position du MR reste hostile a tout changement notoire de la législation. En clair, ce serait toujours le Ministre de l'Intérieur et son Office des Étrangers qui traiteraient les demandes : pas de commission indépendante de régularisation.
Néanmoins, deux avancées dont chacun évaluera l'importance :
1. Le MR veut couler dans une loi les critères de recevabilité, essentiellement en ce qui concerne la définition des fameux critères d'intégration.
2. Le MR souhaite que toute personne qui introduit une demande de 9.3 à l'avenir soit reconnu, durant toute la durée de la procédure, comme en séjour régulier et puisse dès lors se voir délivrer un permis de travail. Ce qui éviterait à ces personnes de se retrouver aux mains de pourvoyeurs de main d'oeuvre et pour l'état de voir alimenter les réseaux de travail au noir. En outre cela permettrait à ces personnes (dont 80% travaillent) de payer leur impôts et de participer ainsi à la solidarité nationale. Cela nous semble être une preuve du souci de bonne gouvernance de la part du MR.
 Nous tenons à remercier le mouvement réformateur pour la preuve d'ouverture et le souci d'écoute et de compréhension qu'il a démontré.
CDh – mercredi 1 août 2007, 15h00
Une délégation de l'UDEP et des membres de l'A. des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 15h00 au siège du CDH. La délégation à été reçue par Monsieur Dominique Weerts.
1. La régularisation est un point obligé pour que le CDh entre dans un quelconque gouvernement. Il se réjouit des pas faits par le CD&V en cette matière. Le CDh s'engage à défendre son programme régularisation avec énergie.
2. Le CDh est résolument opposé à l'enfermement des enfants en centres fermés : des alternatives sont exigées.
3. Qui sera concerné par la future loi de régularisation ? 
La position bien connue du CDh (et reprise dans son programme électoral) est que, dans le cadre de la nouvelle loi, toute personne sans-papiers présente sur le territoire puissent avoir accès à la demande de régularisation, même ceux qui ne se seraient jamais déclarés.
Joëlle Milquet a tenu à être elle-même partie prenante de la discussion sur ce sujet à Val Duchesse : elle compte bien défendre à fond la position du CDh. 
4. La discussion sur la régularisation est entamée aujourd'hui, impossible de dire pour combien de temps. De toute manière, tant qu'il n'y a pas d'accord sur tout, il n'y a d'accord sur rien : jusqu'au moment de la signature de l'accord il est toujours possible que nous intervenions.
Pour preuve : Joëlle Milquet compte bien nous rencontrer prochainement.
5. Le CDh veut une commission indépendante et des critères clairs. Le CDh s'oppose à la présence de l'Office des Étrangers dans la commission de régularisation.
6. Les dés sont loin d'être joués pour une Orange-Bleue. Il y a encore beaucoup de travail avant d'arriver à un accord.
CdH – woensdag 1 augustus 2007, 15.00 u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) warden deze woensdag 1 augustus om 15.00 u. ontvangen op de zetel van CdH.
De vergadering werd verzet gezien de agenda (lopende onderhandelingen op hetzelfde moment in Val Duchesse over dit onderwerp), maar toch werd er een ontmoeting gehouden gezien de tijd ontbrak om UDEP te verwittigen. Gezien de omstandigheden werd de delegatie ontvangen door Mr. Dominique Weerts die zelf niet meedoet aan de onderhandelingen in Val Duchesse over deze materie.
1. De regularisatie is een verplicht punt opdat de CdH in om het even welke regering treedt. Er zullen semantische vondsten gedaan moeten worden gezien het woord ‘regularisatie’ de andere gesprekspartners bang maakt (= een holle eis, gebakken lucht, enz.)
2. De CdH is de enige om de regularisatie te verdedigen bij de partijen die momenteel aan de onderhandelingstafel zitten. De CdH engageert zich om haar programma voor regularisatie met energie te verdedigen.
3. De CdH is totaal tegenstander van de opsluiting van kinderen in gesloten centra: men eist alternatieven.
4. Voor wie dient de toekomstige regularisatiewet ?
De positie van CdH is goed gekend (en overgenomen in haar verkiezingsprogramma): in het kader van de nieuwe wet, zullen ALLE mensen zonder papieren die op het grondgebied aanwezig zijn, zelfs zij die zich nooit hebben aangegeven, toegang hebben tot de regularisatieaanvraag. Joëlle Milquet heeft toegezegd dat ze zelf wil deelnemen aan de discussie hieromtrent in Val Duchesse: ze rekent erop dat ze het standpunt van CdH met verve zal verdedigen. Nochtans, zoals in alle onderhandelingen, zullen er toegevingen gedaan moeten worden, en het is in dit stadium onmogelijk om te zien hoe ver dit zal gaan.
5. De discussie over de regularisatie is vandaag aangevat, het is onmogelijk om te zeggen voor hoelang. In elk geval, vooral zolang er geen akkoord bereikt is, is er feitelijk geen akkoord: tot op het ogenblik van de ondertekening van het akkoord is het altijd mogelijk dat wij zullen tussenkomen. Als bewijs kan gelden dat Joëlle Milquet erop rekent ons binnen korte tijd te ontmoeten.
6. De CdH wil een onafhankelijke commissie en duidelijke criteria tot stand zien komen. De CdH verzet zich tegen de aanwezigheid van de Dienst Vreemdelingenzaken in de regularisatiecommissie.
“Indien we tot een regeerakkoord komen”: de dobbelstenen rollen nog maar zullen misschien niet vallen als een Oranje-blauwe regering, het is niet onmogelijk dat de heer Leterme zijn ontslag bij de koning zal indienen.
Udep-Brussel
udep-bruxelles@hotmail.com heeft geschreven dat zij twee woordvoerders per regio willen, niet één enkele leider of woordvoerder. Udep zal deze zondag 5 augustus in conclaaf gaan vanaf 12.00 . Het is de bedoeling om na te denken over het huidig functioneren van de beweging en alle problemen te regelen die bezig zijn haar te ondermijnen op dit cruciale moment van onze strijd. Wij zullen geen overwinning in de wacht slepen als wij in gespreide slagorde ten strijde trekken, laten wij ons verenigen en onze inspanningen op elkaar afstemmen om onze strijd te doen uitmonden in een overwinning. Laten we stoppen met de steriele strijd die onze acties breekbaar maakt, dat iedere afdeling concrete voorstellen meebrengt om de beweging goed te laten werken.
_________________________________________________
Violences policières lors des déportations de réfugiés:

Témoignage de M. TABATA Stéphane concernant les mauvais traitements, humiliations et paroles racistes qu’il a dû subir de la part des agents de l’Office des étrangers, lors de la 3e tentative de déportation le 27/07/2006 à 10h00;
" Trop c’est trop, je voudrais à travers ces écrits, vous éclairez davantage sur les tortures morales et physiques dont j’ai été victime le 27/07/2006 à Zaventem lors de ma 3e tentative d’expulsion.
En effet, c’étaient les mêmes policiers (05) qui étaient chargés de mon rapatriement. Comme à la 2e tentative, ils avaient opté pour une maltraitance plus physique qui s’était soldée par une déchirure de ma mâchoire inférieure entraînant une incapacité de me nourrir pendant plus d’une semaine.
Cette fois-ci c’est plutôt une torture morale entraînant un déficit de mes facultés mentales, car je ne cesse de réfléchir pour enfin trouver une solution, mais hélas.
Effectivement ce 27/07/2006, vers 10h00, j’étais arrivé à l’aéroport où la police m’a directement envoyé au cachot.
Deux des policiers sont venus pour la fouille car c’est tout à fait normal pour vérifier et voir si je ne possédais pas des objets prohibés pouvant causer des dommages dans l’avion.
Mais pour cette 3e expulsion, la fouille avait pris une autre allure, car en écoutant l’un d’entre eux, il a déclaré que l’ordre venait de Bruxelles (O.E.).
Ils m’ont mis entièrement nu et m’ont fait faire plusieurs fois des accroupissements tout en écartant les fesses.Et juste après je me suis tenu debout presque 5 minutes et tous 2 regardaient ma nudité tout en discutant en langue flamande, langue que je ne comprends pas, donc je ne saurais dire exactement ce qu’ils disaient.
Le second policier de me retirer ma carte téléphonique Belgacom et de me dire qu’il ne me la remet pas car c’est avec leur argent que je me suis procuré cette carte, il continuait en disant que c’est grâce à leurs contributions que je suis nourri comme un porc 3X par jour à Vottem.
Bref ils me proféraient des injures et des propos à caractère très racistes.
Suite à cela 2 questions me sont venus à la pensée.
Est ce que les documents fournis lors de ma demande d’asile sont faux ? Ai-je trompé l’autorité belge ou européenne ?
Est ce que je suis un récidiviste ? Ai-je déjà fait l’objet d’un OQT (Ordre de Quitter le Territoire) ?
Je voudrais que mon avocat puisse contacter l’OE pour avoir de plus amples formations sur cette humiliation et propos racistes dont j’ai été victime.
Alors que suite aux violences du 06/07/2006 j’ai introduit une plainte, dont je n’ai pas encore eu de réponse.Si c’était un expulsé qui avait par erreur occasionné une violence contre un policier, tout de suite il devrait comparaître devant le tribunal.
Merci de prendre cette fois mes propos en considération pour un aboutissement heureux car je suis sous l’effet d’un choc mental (psychologique)."

Stéphane Sindah Tabata
(Ceci est la retranscription du témoignage manuscrit que Stéphane nous a fait parvenir)

Source - Cracpe ; 0476/479388 Permanence (lu au sa de 17 à 18 h 30) au 04/2320104 www.cracpe.tk  /  http://cracpe2.skynetblogs.be

Autre témoignage
DIALLO HAWA
Troisième tentative de déportation non volontaire pour DIALLO Hawa et Yousouf son fils de 2 ans emprisonnés depuis deux mois à Steenokerzeel.
Lundi fin d’après-midi Hawa reçoit une visite de sa marraine. Elle n’est pas accompagnée de son fils qui dort dans la chambre. Profitant de la visite qui était prévue depuis 3 jours les gardiens ont KIDNAPPE son enfant qui dormait voulant exercer l’ultime pression de séparer un enfant de sa mère !
La visite terminée, Hawa se retrouve face à 6 gardiens- policiers et la directrice qui l’emmènent au cachot et la tabassent « subtilement » de coups de pied dans le ventre. ILS lui disent qu’elle prend l’avion pour la Guinée Conakry le lendemain matin à 11 heures. ILS la déshabillent, lui arrachent son slip, lui font faire des flexions pour voir si elle ne cache rien. ILS disent qu’ILS ont
l’enfant. Ils lui hurlent bien fort que son enfant n’ira pas dans ses bras, que même si elle ne veut pas partir, on l’enverra sans elle dans un centre de la croix rouge, il y en a partout dans le monde !« Mon enfant, mon enfant, rendez-moi mon enfant » fût cette nuit que Hawa a passée.
Pour Yousouf ont ne sait pas quelle première nuit il a passé sans sa maman ; on ne peut que se l’imaginer parce qu’un enfant si jeune ça ne parle pas encore, ça pleure « maman ».
Peut-être lui ont-ils donné des calmants pour qu’il ne fasse pas de bruit et qu’il dorme.
SEULS EUX SAVENT COMMENT cette nuit là c’est passé pour Yousouf la toute première fois sans sa mère ! Le lendemain ils emmènent Hawa à Zaventem, dans le bureau retabassage
« Rendez-moi mon enfant »… « Je ne veux pas partir ».
« On va t’emballer comme une marchandise » ; Ils lui mettent la
camisole de force, lui emballent les jambes, lui cognent son ventre de maman, la jettent dans la camionnette, l’empoignent et la portent jusque dans l’avion, à l’arrière par l’escalier. ILS la ceinturent. Les passagers ne sont pas encore là. Son fils non plus !?! ILS sont Six, habillés en civil, des chemises à fleur comme pour les vacances…
Deux pour les bras ; deux pour les épaules et la nuque ; un pour la tête ; un assis sur une chaise en face d’elle, les genoux prêts à appuyer sur son ventre.
Les passagers entrent dans l’avion par l’avant. Son fils Yousouf arrive par l’arrière dans les bras d’une gardienne qui l’avait tondu la veille, Hawa crie, ils emmènent son fils vers l’avant de l’avion, Yousouf à vu sa mère, il pleure… Les passagers arrivent, Hawa hurle après son fils, mais celui en face l’écrase avec les genoux et l’étrangle avec ses mains pour qu’elle cesse de faire du bruit, les passagers sont là ! Un de ceux-ci a vu l’étranglement et est intervenu en frappant l’un des bras du policier « vous voulez la tuer » « Rendez-lui son enfant » puis
d’autres passagers sont intervenus exigeant qu’elle et son enfant descendent de l’avion et soient remis ensemble.Ils portent Hawa et la jettent dans la camionnette au pied de
l’escalier à l’arrière de l’avion.
Dans la camionnette retabassage, insulte « sale putain » « sale cochon noir » « la prochaine fois se sera avec les militaires … » .

Mobilisation déclenchée Amérique latine

Sans papiers
Ce vendredi 3/08 à 18h, la communauté latino sans papier donnera une conférence de presse dans l'église occupée Ste-Alène (occupation depuis le 13 juin 2006). Elle sera accompagnée par les autres occupations de l'Udep.
A la lumière du cas Angelica, hautement symbolique pour la communauté latino et pour toutes les personnes sans papiers en général, nous y présenterons la situation actuelle des migrants et les perspectives ébauchées par le futur gouvernement.
Angelica et sa mère ont donné un nouvel élan aux personnes sans papiers dans leur combat pour la reconnaissance de leur droits humains fondamentaux.
Cette rencontre fait suite aussi à la vague de mobilisations déclenchée en Amérique latine pour Angelica et pour débnoncer le traitement réservé aux migrants en Belgique (manifestation continentale hier Am-L et caraïbes - actions au Mexique pour migrants détenus aux usa-voir EFE).
Dans nos rencontres avec les partis du prochain gouvernement, ils se sont clairement prononcé en faveur du durcissement des mesures d'expulsion et du maintient de la détention en centres fermés des personnes sans papiers.
Comme communauté latino-américaine organisée, nous y présenterons nos actions pour interpeller les responsables politiques sur notre situation et en défense de notre dignité et droits humains fondamentaux. 

01/08/2007

... Et tous les autres

... Et tous les autres Angelica :

Liste des enfants détenus ce mardi, établie par l'udep de bruxelles accompagnés par 2 témoins journalistes au L.Nieuws et qui parait aujourd'hui dans ce journal accompagnées de photos des enfants. Liste qui est remise ce matin à Val Duchesse aux mandataires politiques.

 

David Selimovic, 8 ans et Reto 12 ans, détenus depuis 14 jours et depuis 11 ans en Belgique. Aïsha la maman, se trouve avec eux. Ils viennent du Kosovo.

- Adam 10 ans et Hava 12 ans, avec leur maman. Depuis 2 semaines en Belgique, ayant fuit de Tchétchénie. Hava est malade. Depuis 7 jours au centre fermé.

- Qahrin Ahmed 4 ans et Delbirim 6 ans, avec leur mère. Kurdes d'Irak. Détenus depuis 1 mois au 127 bis. 

- Un garçon de 2 ans et une fille de 6 ans avec leur mère, depuis 14 jours dans le centre et 2 semaines avant en Belgique, ils sont des Phillipines. 

Mariesol Essono, enceinte de 4 mois, se trouve depuis 3 mois en Belgique et détenue(s) depuis 5 jours au 127 bis. Elle vient de Guinée-Equatorienne.

- Safal Tapadil, 2 ans. Avec son père et sa mère Népalais.

- Karim 2 ans et Asas 7 ans, avec leur papa. Ils sont d'Arabie Saoudite.

- Nous vous proposons de contacter le Ciré qui a dressé un état des lieux détaillé des centres fermés et qui réclame la fin de la détention des familles avec enfants en centres fermés, mais malheureusement pas leur suppression définitive. Au 02 629 77 10 ou 02 629 77 35

 

De 12 andere ‘Angelica’s’ van 127bis

1) Naam: David en Reto Selimovic

Samen met: mama Aïsha, papa is met drie andere kinderen op de vlucht

Tijd in centrum: 14 dagen

In België sinds: 1996

Land van herkomst: Kosovo

Politieke situatie: Sinds de Balkanoorlogen heerst in de Servische provincie onrust tussen de Albanese meerderheid die onafhankelijkheid wil en de Servische minderheid. Het gebied staat momenteel onder bestuur van de Verenigde Naties.

2) Naam: Adam en Hava Tasjajeva

Gezondheidstoestand: Hava heeft zware longontsteking

Samen met: mama, papa is spoorloos

Tijd in centrum: 7 dagen

In België sinds: paar weken, via Polen

Land van herkomst: Tsjetsjenië

Politieke situatie: De onafhankelijkheidsstrijd in de Russische deelrepubliek en het moslimterrorisme dat zich daarop heeft geënt wordt vanuit Moskou meedogenloos bestreden, zonder de burgerbevolking al te veel te ontzien.

3) Naam: Qahrin en Delbirim Ahmed

Samen met: mama, papa zit in Turkse gevangenis

Tijd in centrum: 1 maand

In België sinds: iets meer dan een maand

Land van herkomst: Koerdisch Irak

Politieke situatie: Is sinds de Amerikaanse invasie van Irak veruit de rustigste regio van het land, al vinden er in de steden waar ook veel niet-Koerden wonen nog wel regelmatig aanslagen plaats. In praktijk beschikken de Iraakse Koerden momenteel over zelfbestuur

4) Naam: jongen (2) en meisje (6)

Samen met: mama, willen onbekend blijven

Tijd in centrum: 14 dagen

In België sinds: iets meer dan twee weken

Land van herkomst: Filipijnen

Politieke situatie: In het zuiden van het grotendeels christelijke land woedt een verbeten strijd tussen het regeringsleger en moslimrebellen.

5) Naam: Mariesol Essono (4 maanden zwanger)

Samen met: alleen

Tijd in centrum: 5 dagen

In België sinds: drie maanden

Land van herkomst: Equatoriaal-Guinea

Politieke situatie: Een van de kleinste Afrikaanse landen, dat de voorbije decennia een opeenvolging van brutale dictaturen en staatsgrepen kende. Sociaal-economisch helemaal in de tang van corruptie en uitbuiting door de heersende clan.

6) Naam: Safal Tapadil (2)

Samen met: papa en mama

Tijd in centrum: niet geweten

In België sinds: opgepakt in Luik «enige tijd geleden»

Land van herkomst: Nepal

Politieke situatie: Sinds 1996 al woedt er een burgeroorlog tussen het regeringsleger en maoïstische rebellen. Die is vorig jaar wel wat geluwd toen het koningshuis instemde met een drastische inperking van haar macht.

7) Naam: Karim (2) en Asas (7) Abdul-Aziz

Samen met: papa

Tijd in centrum: onbekend

In België sinds: onbekend

Land van herkomst: Saudi-Arabië

Politieke situatie: In toenemende mate het toneel van strijd tussen de regering en moslimfundamentalisten. Sowieso een strenge islamstaat, waar vrouwen bijvoorbeeld maar weinig rechten hebben.

 

Le monde à l'envers / Rappel art 9.3.

Le monde à l'envers /
 
Il y a beaucoup de personnes qui sont expulsées et qui une fois dans leur pays d'origine, on la possibilité de rentrer en Belgique en faisant une simple demande de retour depuis ce pays. Ces personnes, ayant une promesse d'embauche par ex., obtiennent ce permis sans difficulté. Seulement la procédure est longue (plusieur années) et dommageable.
Donc plutôt que de renvoyer ces personnes chez elles et les acceuillir à nouveau après les avoir expulsées, l'article 9."(bis ter) donne la possibilité de faire cette demande depuis la Belgique, sans payer les frais d'une arrestation et d'une expulsion inutile et éviter ainsi de faire "un retour-retour".
C'est pour cette raison que l'article 9.3 doit être admis à toutes les personnes qui doivent quitter le territoire mais qui on une possibilité de pouvoir revenir si elles faisaient une demande de séjour en Belgique à partir de leur pays dorigine.
Angelica en est un exemple parfait, et ne dois donc pas retourner en Equateur, le but de l'article étant que les gens puissent faire leur demande apd du sol belge sans devoir le faire depuis le pays de retour et tomber dans une situation de retour retour (retour vers pays origine-retour vers la Belgique). C'est un des but de cet article, ce qui est apprécié ici c'est : si la personne  faisait la demande à partir de son pays d'origine, pourrait elle réintégrer la belgique ou pas?
Et ainsi éviter aux gens des séparations et des destructions de vie inutiles.

L'office des étrangers très ennuyé

- Précision importante suite à ce qui a été écrit dans la presse :
 - Pour le moment personne ne sait exactement ce qu'il s'est passé à l'aéroport ni pendant le transfert de Angelica et sa mère car les déclarations et les versions changent plusieurs fois par jour.
Par exemple, avant hier l'office des étrangers affirmait qu'Ana et Angelica n'étaient pas menottées, hier il ont annoncé qu'elles étaient menottées pendant quelque temps.
Dommage que pour ce genre d'expulsions, l'office des étrangers n'ait utilisé aucune caméra (comme c'est le cas en France et en Angleterre pour les expulsions à risque).
- Lorsque Ana et Angelica ont été arrêtées à Dilbeek, ce n'était sur base d'aucun fait criminel, mais par délation sur base d'une présomption criminelle (présomption raciste!). Leur malheur est d'avoir ressembler à 2 "gitanes".