03/08/2007

POSITION DES PARTIS

CD&V – dinsdag 31 juli 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel, leden van het Burencomité en van de CIRE (Frédérique Mawet, directrice) werden ontvangen op de zetel van de CD&V deze dinsdagmorgen 31 juli 2007.
Wij verwachtten vooral de evolutie te leren kennen die het standpunt van de CD&V ondergaan heeft sinds onze laatste ontmoeting op 25 juni laatstleden, in verband met de opmerkingen en suggesties die we toen geformuleerd hebben.

Kort gezegd, op 25 juni ll. Heeft de CD&V een regularisatie voor alle vreemdelingen in België die hier langer dan zes jaar zijn en die tenminste één keer een legaal verblijfsdocument in bezit hadden (studentenkaart, oranje kaart,…) in overweging genomen. Dat komt neer op het uitsluiten van alle illegalen sinds de invoering van de nieuwe procedure. De aanvragen zullen voorgelegd worden aan een onafhankelijke adviescommissie (waar de DVZ nochtans deel van uitmaakt !)
Op die dag hebben de vertegenwoordigers van de CD&V ons duidelijk laten weten dat eveneens iedereen binnen de categorie valt van degenen die een regularisatieaanvraag zullen kunnen indienen (naast de voornoemde categoriën), die zich tenminste één keer zijn gaan melden bij de administratie voor 1 juni 2007. Dus duidelijk iedere vreemdeling(e) die een 9.3 heeft ingediend voor deze datum, zelfs als hij/zij afgewezen werd aan het einde van de procedure.
We hebben opgemerkt hoezeer deze datum van de 1ste juni een willekeurige afbakening vormt en dat op die manier alle illegalen uitgesloten worden die schrik hebben om een regularisatieaanvraag in te dienen: onder hen vooral vrouwen met kinderen zoals Angelica en haar mama, die volgens deze regel geen regularisatie zouden kunnen verkrijgen.
We stelden voor dat indien een begrenzende datum onmisbaar is in de toekomstige wet (om overgangsregelingen mogelijk te maken?) dat dit een datum moet zijn die valt na de uitvaardiging van de wet. Indien dit niet het geval is zullen duizenden illegalen zich uitgesloten zien van het voordeel van deze wet.
Dit voorstel zal voorgelegd worden aan de werkgroep van de CD&V.
CD&V – mardi 31 juillet 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP, de membres de l'Assemblée des Voisins et du CIRE (Frédérique Mawet, Directrice) a été reçue au siège du CD&V ce mardi matin 31 juillet 2007.
Nous attendions surtout de connaître l'évolution de la position du CD&V par rapport à notre entrevue du 25 juin dernier, en regard des remarques et suggestions que nous avions formulées alors.
En gros, le 25 juin dernier, le CD&V envisageait une régularisation pour tout étranger en Belgique depuis 6 ans et qui avait au moins une fois eu un titre de séjour légal (carte d'étudiant, carte orange…) Autant dire l'exclusion de tous les clandestins de la nouvelle procédure. Les demandes seront soumises à une commission d'avis indépendante (l'OE en ferait néanmoins partie ce qui serait contradictoire car un membre de cette commission indépendante ne peut être à la fois juge et partie!)
Ce jour, les représentants du CD&V nous ont clairement fait savoir qu'entreraient dans la catégorie de ceux qui pourront introduire une demande de régularisation, en plus des catégories précitées, les clandestins qui se sont, au moins une fois, signalés à l'administration avant le 1er juin 2007. En clair tout étranger qui a introduit un 9.3 avant cette date, même s'il a été l'objet d'un refus au terme de la procédure.
Nous leur avons fait remarquer combien cette date du 1er juin comprenait en elle l'arbitraire en ce qu'elle excluait tous les clandestins qui "ont peur" d'introduire une demande de régularisation ; parmi ceux-ci figurent essentiellement des hommes et femmes avec enfants dont Angelica et sa Maman qui, selon cette règle, ne pourraient se voir régulariser.
- Suggestion a été faite si date butoir indispensable dans la future loi (pour permettre des mesures transitoires ?) qu'elle soit postérieure à la promulgation de la loi. Faute de quoi des milliers de clandestins se verraient exclus du bénéfice de cette loi.
La suggestion sera soumise au groupe de travail CD&V.
MR – woensdag 1 augustus 2007, 11.00u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) werden deze woensdag 1 augustus 2007 om 11.00 u. ontvangen op de zetel van de MR.
Charles Michel maakte deel uit van de vertegenwoordigers van MR die ons ontvingen. De positie van MR blijft vijandig t.o.v. iedere algemene verandering van de wetgeving. Voor alle duidelijkheid zal het altijd de Minister van Binnenlandse Zaken en zijn Dienst Vreemdelingenzaken zijn die de aanvragen zal behandelen, en geen onafhankelijke regularisatiecommissie.
Nochtans werden er twee zaken naar voren geschoven waarvan iedereen het belang zal evalueren:
1. De MR wil de belangrijkste ontvangstcriteria in een wet gieten voor wat betreft de definitie van de zgn. integratiecriteria.
2. De MR wenst dat iedere persoon die in de toekomst een aanvraag 9.3 indient erkend zal worden gedurende de gehele duur van de procedure als zijnde in een toestand van legaal verblijf en dat deze personen vanaf dat moment een arbeidsvergunning zal toegekend worden. Dit zou deze personen verhinderen van in handen te vallen van koppelbazen die in handenarbeid doen en het zal de staat helpen om de circuits van zwartwerk niet langer te zien groeien. Bovendien zou dit aan deze personen (waarvan 80 % werkt) toestaan van belastingen te betalen en aldus bij te dragen aan de nationale solidariteit. Dikt lijkt ons een bewijs van de zorg voor goed bestuur vanwege de MR.
Wij houden eraan de MR (movement Réformateur) te bedanken voor deze blijk van openheid en de wil tot luisteren die zij aan de dag gelegd hebben, en voor het begrip dat zij getoond hebben.
MR – mercredi 1 août 2007, 11h00
Une délégation de l'UDEP et de membres de l'Assemblée des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 11h00 au siège du MR. Charles Michel faisait partie des représennnntants du MR qui nous ont reçu.
La position du MR reste hostile a tout changement notoire de la législation. En clair, ce serait toujours le Ministre de l'Intérieur et son Office des Étrangers qui traiteraient les demandes : pas de commission indépendante de régularisation.
Néanmoins, deux avancées dont chacun évaluera l'importance :
1. Le MR veut couler dans une loi les critères de recevabilité, essentiellement en ce qui concerne la définition des fameux critères d'intégration.
2. Le MR souhaite que toute personne qui introduit une demande de 9.3 à l'avenir soit reconnu, durant toute la durée de la procédure, comme en séjour régulier et puisse dès lors se voir délivrer un permis de travail. Ce qui éviterait à ces personnes de se retrouver aux mains de pourvoyeurs de main d'oeuvre et pour l'état de voir alimenter les réseaux de travail au noir. En outre cela permettrait à ces personnes (dont 80% travaillent) de payer leur impôts et de participer ainsi à la solidarité nationale. Cela nous semble être une preuve du souci de bonne gouvernance de la part du MR.
 Nous tenons à remercier le mouvement réformateur pour la preuve d'ouverture et le souci d'écoute et de compréhension qu'il a démontré.
CDh – mercredi 1 août 2007, 15h00
Une délégation de l'UDEP et des membres de l'A. des Voisins a été reçue ce mercredi 1 août 2007 à 15h00 au siège du CDH. La délégation à été reçue par Monsieur Dominique Weerts.
1. La régularisation est un point obligé pour que le CDh entre dans un quelconque gouvernement. Il se réjouit des pas faits par le CD&V en cette matière. Le CDh s'engage à défendre son programme régularisation avec énergie.
2. Le CDh est résolument opposé à l'enfermement des enfants en centres fermés : des alternatives sont exigées.
3. Qui sera concerné par la future loi de régularisation ? 
La position bien connue du CDh (et reprise dans son programme électoral) est que, dans le cadre de la nouvelle loi, toute personne sans-papiers présente sur le territoire puissent avoir accès à la demande de régularisation, même ceux qui ne se seraient jamais déclarés.
Joëlle Milquet a tenu à être elle-même partie prenante de la discussion sur ce sujet à Val Duchesse : elle compte bien défendre à fond la position du CDh. 
4. La discussion sur la régularisation est entamée aujourd'hui, impossible de dire pour combien de temps. De toute manière, tant qu'il n'y a pas d'accord sur tout, il n'y a d'accord sur rien : jusqu'au moment de la signature de l'accord il est toujours possible que nous intervenions.
Pour preuve : Joëlle Milquet compte bien nous rencontrer prochainement.
5. Le CDh veut une commission indépendante et des critères clairs. Le CDh s'oppose à la présence de l'Office des Étrangers dans la commission de régularisation.
6. Les dés sont loin d'être joués pour une Orange-Bleue. Il y a encore beaucoup de travail avant d'arriver à un accord.
CdH – woensdag 1 augustus 2007, 15.00 u.
Een delegatie van UDEP-Brussel en leden van de Burenraad (Assemblée des Voisins) warden deze woensdag 1 augustus om 15.00 u. ontvangen op de zetel van CdH.
De vergadering werd verzet gezien de agenda (lopende onderhandelingen op hetzelfde moment in Val Duchesse over dit onderwerp), maar toch werd er een ontmoeting gehouden gezien de tijd ontbrak om UDEP te verwittigen. Gezien de omstandigheden werd de delegatie ontvangen door Mr. Dominique Weerts die zelf niet meedoet aan de onderhandelingen in Val Duchesse over deze materie.
1. De regularisatie is een verplicht punt opdat de CdH in om het even welke regering treedt. Er zullen semantische vondsten gedaan moeten worden gezien het woord ‘regularisatie’ de andere gesprekspartners bang maakt (= een holle eis, gebakken lucht, enz.)
2. De CdH is de enige om de regularisatie te verdedigen bij de partijen die momenteel aan de onderhandelingstafel zitten. De CdH engageert zich om haar programma voor regularisatie met energie te verdedigen.
3. De CdH is totaal tegenstander van de opsluiting van kinderen in gesloten centra: men eist alternatieven.
4. Voor wie dient de toekomstige regularisatiewet ?
De positie van CdH is goed gekend (en overgenomen in haar verkiezingsprogramma): in het kader van de nieuwe wet, zullen ALLE mensen zonder papieren die op het grondgebied aanwezig zijn, zelfs zij die zich nooit hebben aangegeven, toegang hebben tot de regularisatieaanvraag. Joëlle Milquet heeft toegezegd dat ze zelf wil deelnemen aan de discussie hieromtrent in Val Duchesse: ze rekent erop dat ze het standpunt van CdH met verve zal verdedigen. Nochtans, zoals in alle onderhandelingen, zullen er toegevingen gedaan moeten worden, en het is in dit stadium onmogelijk om te zien hoe ver dit zal gaan.
5. De discussie over de regularisatie is vandaag aangevat, het is onmogelijk om te zeggen voor hoelang. In elk geval, vooral zolang er geen akkoord bereikt is, is er feitelijk geen akkoord: tot op het ogenblik van de ondertekening van het akkoord is het altijd mogelijk dat wij zullen tussenkomen. Als bewijs kan gelden dat Joëlle Milquet erop rekent ons binnen korte tijd te ontmoeten.
6. De CdH wil een onafhankelijke commissie en duidelijke criteria tot stand zien komen. De CdH verzet zich tegen de aanwezigheid van de Dienst Vreemdelingenzaken in de regularisatiecommissie.
“Indien we tot een regeerakkoord komen”: de dobbelstenen rollen nog maar zullen misschien niet vallen als een Oranje-blauwe regering, het is niet onmogelijk dat de heer Leterme zijn ontslag bij de koning zal indienen.
Udep-Brussel
udep-bruxelles@hotmail.com heeft geschreven dat zij twee woordvoerders per regio willen, niet één enkele leider of woordvoerder. Udep zal deze zondag 5 augustus in conclaaf gaan vanaf 12.00 . Het is de bedoeling om na te denken over het huidig functioneren van de beweging en alle problemen te regelen die bezig zijn haar te ondermijnen op dit cruciale moment van onze strijd. Wij zullen geen overwinning in de wacht slepen als wij in gespreide slagorde ten strijde trekken, laten wij ons verenigen en onze inspanningen op elkaar afstemmen om onze strijd te doen uitmonden in een overwinning. Laten we stoppen met de steriele strijd die onze acties breekbaar maakt, dat iedere afdeling concrete voorstellen meebrengt om de beweging goed te laten werken.
_________________________________________________
Violences policières lors des déportations de réfugiés:

Témoignage de M. TABATA Stéphane concernant les mauvais traitements, humiliations et paroles racistes qu’il a dû subir de la part des agents de l’Office des étrangers, lors de la 3e tentative de déportation le 27/07/2006 à 10h00;
" Trop c’est trop, je voudrais à travers ces écrits, vous éclairez davantage sur les tortures morales et physiques dont j’ai été victime le 27/07/2006 à Zaventem lors de ma 3e tentative d’expulsion.
En effet, c’étaient les mêmes policiers (05) qui étaient chargés de mon rapatriement. Comme à la 2e tentative, ils avaient opté pour une maltraitance plus physique qui s’était soldée par une déchirure de ma mâchoire inférieure entraînant une incapacité de me nourrir pendant plus d’une semaine.
Cette fois-ci c’est plutôt une torture morale entraînant un déficit de mes facultés mentales, car je ne cesse de réfléchir pour enfin trouver une solution, mais hélas.
Effectivement ce 27/07/2006, vers 10h00, j’étais arrivé à l’aéroport où la police m’a directement envoyé au cachot.
Deux des policiers sont venus pour la fouille car c’est tout à fait normal pour vérifier et voir si je ne possédais pas des objets prohibés pouvant causer des dommages dans l’avion.
Mais pour cette 3e expulsion, la fouille avait pris une autre allure, car en écoutant l’un d’entre eux, il a déclaré que l’ordre venait de Bruxelles (O.E.).
Ils m’ont mis entièrement nu et m’ont fait faire plusieurs fois des accroupissements tout en écartant les fesses.Et juste après je me suis tenu debout presque 5 minutes et tous 2 regardaient ma nudité tout en discutant en langue flamande, langue que je ne comprends pas, donc je ne saurais dire exactement ce qu’ils disaient.
Le second policier de me retirer ma carte téléphonique Belgacom et de me dire qu’il ne me la remet pas car c’est avec leur argent que je me suis procuré cette carte, il continuait en disant que c’est grâce à leurs contributions que je suis nourri comme un porc 3X par jour à Vottem.
Bref ils me proféraient des injures et des propos à caractère très racistes.
Suite à cela 2 questions me sont venus à la pensée.
Est ce que les documents fournis lors de ma demande d’asile sont faux ? Ai-je trompé l’autorité belge ou européenne ?
Est ce que je suis un récidiviste ? Ai-je déjà fait l’objet d’un OQT (Ordre de Quitter le Territoire) ?
Je voudrais que mon avocat puisse contacter l’OE pour avoir de plus amples formations sur cette humiliation et propos racistes dont j’ai été victime.
Alors que suite aux violences du 06/07/2006 j’ai introduit une plainte, dont je n’ai pas encore eu de réponse.Si c’était un expulsé qui avait par erreur occasionné une violence contre un policier, tout de suite il devrait comparaître devant le tribunal.
Merci de prendre cette fois mes propos en considération pour un aboutissement heureux car je suis sous l’effet d’un choc mental (psychologique)."

Stéphane Sindah Tabata
(Ceci est la retranscription du témoignage manuscrit que Stéphane nous a fait parvenir)

Source - Cracpe ; 0476/479388 Permanence (lu au sa de 17 à 18 h 30) au 04/2320104 www.cracpe.tk  /  http://cracpe2.skynetblogs.be

Autre témoignage
DIALLO HAWA
Troisième tentative de déportation non volontaire pour DIALLO Hawa et Yousouf son fils de 2 ans emprisonnés depuis deux mois à Steenokerzeel.
Lundi fin d’après-midi Hawa reçoit une visite de sa marraine. Elle n’est pas accompagnée de son fils qui dort dans la chambre. Profitant de la visite qui était prévue depuis 3 jours les gardiens ont KIDNAPPE son enfant qui dormait voulant exercer l’ultime pression de séparer un enfant de sa mère !
La visite terminée, Hawa se retrouve face à 6 gardiens- policiers et la directrice qui l’emmènent au cachot et la tabassent « subtilement » de coups de pied dans le ventre. ILS lui disent qu’elle prend l’avion pour la Guinée Conakry le lendemain matin à 11 heures. ILS la déshabillent, lui arrachent son slip, lui font faire des flexions pour voir si elle ne cache rien. ILS disent qu’ILS ont
l’enfant. Ils lui hurlent bien fort que son enfant n’ira pas dans ses bras, que même si elle ne veut pas partir, on l’enverra sans elle dans un centre de la croix rouge, il y en a partout dans le monde !« Mon enfant, mon enfant, rendez-moi mon enfant » fût cette nuit que Hawa a passée.
Pour Yousouf ont ne sait pas quelle première nuit il a passé sans sa maman ; on ne peut que se l’imaginer parce qu’un enfant si jeune ça ne parle pas encore, ça pleure « maman ».
Peut-être lui ont-ils donné des calmants pour qu’il ne fasse pas de bruit et qu’il dorme.
SEULS EUX SAVENT COMMENT cette nuit là c’est passé pour Yousouf la toute première fois sans sa mère ! Le lendemain ils emmènent Hawa à Zaventem, dans le bureau retabassage
« Rendez-moi mon enfant »… « Je ne veux pas partir ».
« On va t’emballer comme une marchandise » ; Ils lui mettent la
camisole de force, lui emballent les jambes, lui cognent son ventre de maman, la jettent dans la camionnette, l’empoignent et la portent jusque dans l’avion, à l’arrière par l’escalier. ILS la ceinturent. Les passagers ne sont pas encore là. Son fils non plus !?! ILS sont Six, habillés en civil, des chemises à fleur comme pour les vacances…
Deux pour les bras ; deux pour les épaules et la nuque ; un pour la tête ; un assis sur une chaise en face d’elle, les genoux prêts à appuyer sur son ventre.
Les passagers entrent dans l’avion par l’avant. Son fils Yousouf arrive par l’arrière dans les bras d’une gardienne qui l’avait tondu la veille, Hawa crie, ils emmènent son fils vers l’avant de l’avion, Yousouf à vu sa mère, il pleure… Les passagers arrivent, Hawa hurle après son fils, mais celui en face l’écrase avec les genoux et l’étrangle avec ses mains pour qu’elle cesse de faire du bruit, les passagers sont là ! Un de ceux-ci a vu l’étranglement et est intervenu en frappant l’un des bras du policier « vous voulez la tuer » « Rendez-lui son enfant » puis
d’autres passagers sont intervenus exigeant qu’elle et son enfant descendent de l’avion et soient remis ensemble.Ils portent Hawa et la jettent dans la camionnette au pied de
l’escalier à l’arrière de l’avion.
Dans la camionnette retabassage, insulte « sale putain » « sale cochon noir » « la prochaine fois se sera avec les militaires … » .

Commentaires

rectification cette lettre date du 8 aout 2006 et a été écrite par la marraine de Hawa
et signée par
-Les Femmes en Noir
-la CRER (coordination contre les rafles les expulsions et pour la régularisation)
-Kinderen Zonder Papieren
- le VAK (Vluchtelingen Aktie Komite)
-le CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers)
-la marraine de Awa

Écrit par : evelinedal@yahoo.fr | 04/08/2007

Les commentaires sont fermés.