26/07/2007

L'évasion des prisonniers

UDEP Bruxelles - Frères de sans

Evasion au 127 bis

Régularisation sans ...

Nous vous appelons à venir creuser un tunnel ce samedi 21 juillet au centre fermé 127 bis, afin d’organiser l’évasion des personnes sans papiers qui y sont détenues, munissez vous chacun d’une petite cuillère.

En ce jour de fête nationale, nous organisons la libération des personnes sans papiers injustement et inhumainement détenues au centre fermé de Steenookerzeel.
Pour ce faire nous creuserons un tunnel devant le centre de détention à l’aide de petites cuillères. Nous vous invitons à célébrer ce jour symbole de liberté, en libérant la Belgique des zones de non droits que sont les centres fermés et en exigeant la suppression définitive des centres fermés.
La symbolique c'est ...
                                                                                                       photos NoizzY@no-log.org
Evadés du 127 bis
Entre 150 et 200 personnes ont fait le déplacement aujourd’hui pour se  rendre au centre fermé de Steennokkerzeel. Elles répondaient ainsi à l’appel adressé aux citoyens par la petite Angelica Loja Cajamarca et à « l’Appel du 21 juillet » lancé par l’Udep Bruxelles et rejoint par de nombreuses associations, partis politiques et citoyens interpellés par la lettre d’Angelica..
Javier, le père d’Angelica était présent devant le centre où il a parlé à sa fille derrière les bareaux. Javier demande aux autorités Belges " de réfléchir à ce qu’elles sont en train de faire. Il dit qu’il est là pour que plus jamais l’on enferme des enfants et des personnes innocentes et que l’on donne le droit à tous les étrangers de travailler et l’opportunité de vivre avec dignité, pour qu’ils n’aient jamais à vivre ce que je suis en train de vivre..." conclut-il.
L’Appel du 21 juillet s’adresse à Mr Leterme et aux partis du futur gouvernement pour qu’ils prennent dès à présent leurs responsabilités politiques face à la situation de non-droit que constituent l’arrestation et l’enfermement de personnes sans papiers, détenues pour le seul motif de leur situation administrative!
Il appelle dès lors à cesser toute arrestation et tout enfermement jusqu’à ce que soit mis en place une commission de régularisation indépendante, permanente et transparente, régie par une loi claire et juste, permettant à toutes les personnes sans papiers de sortir de leur état de clandestinité.
C’est la seule possibilité de mettre un terme aux situations et aux zones de non-droits, régies par un total arbitraire, qui sévissent en Belgique pour les personnes sans papiers.
- C'est en ce sens de solidarité et de citoyenneté que nous avons creusé un tunnel devant le centre de détention à l’aide de petites cuillères.
Nous avons ainsi célébré ce jour de fête nationale symbole de liberté, en commençant à libérer la Belgique des zones de non droits que sont les centres fermés.
Signataires :
- L’UDEP Bruxelles ( Union pour la défense des personnes sans papiers)
-         Maître Selma Benkhelifa avocate.
-         Alexis Deswaef, avocat au Cabinet d'Avocats du Quartier des Libertés
- Kinderen Zonder Papieren ( collectif de soutien aux enfants sans papiers, Flandre)
- L'Assemblée des Voisins et Voisines.
- Frères de Sans (collectif  de fraternité avec les personnes sans papiers).
- Ligue des droits de l’enfant.
-Comité Tegen Armoede
-CRVI, le Centre Régional de Verviers pour l'Intégration.
...
A refusé; le MRAX (par boycott systématique de l'Udep, le mrax soutenant en fait la Crer, laquelle ne représente aucun sans papiers et fonctionnant de façon très opaque et obscure- absence de bilan financier, absence de toute consultation, usurpations répétées et dénoncées du nom de l'Udep,...).

Evasion de Ana y Angelica 
Unas 150 personas cavaron ayer un túnel simbólico ante el centro de detención de inmigrantes sin papeles, próximo a Bruselas, para pedir la puesta en libertad de la niña ecuatoriana de 11 años y su madre que permanecen allí retenidas y con una orden de expulsión desde hace dos semanas.

En declaraciones a Efe, el Chileno-Belga Gerardo Cornejo, portavoz de la Unión de Defensa de los Sin Papeles (UDEP), afirmó que se trata de “un caso inhumano”, en cuya protesta tomaron parte “unos cincuenta inmigrantes latinoamericanos y un buen número de ciudadanos belgas".

En la manifestación ante el centro también participaron varias asociaciones defensoras de los inmigrantes, miembros del Partido Socialista francófono y del ecologista Ecolo.

La niña ecuatoriana Angélica Cajamarca, de 11 años, y a su madre, Ana Elizabeth Cajamarca Arízaga, permanecen internadas y con una orden de expulsión desde hace dos semanas, cuando fueron detenidas por haber residido irregularmente en Bélgica desde 2003.

Ambas denunciaron estar encerradas “como criminales”, tal y como dijo la pequeña en una carta que remitió a los medios de comunicación del país el pasado lunes, en la que denunciaba su encierro y decía sentir “miedo” por la expulsión.

La niña pide no ser expulsada del país porque Bélgica es “su casa”, en la que estudia y donde tiene a su padre y a sus amigos.

Durante la protesta ante el centro y sirviéndose de una cuchara, cada uno de los asistentes simularon cavar un túnel para devolver la libertad a la pequeña y a su madre, en una iniciativa impulsada por la UDEP.

Correa: es una “infamia”

El presidente ecuatoriano, Rafael Correa, calificó como una “infamia” la detención de la mujer emigrante ilegal y su hija en Bélgica, y criticó el endurecimiento de las leyes migratorias en la Unión Europea (UE).

“Con consternación vimos cómo la Unión Europea ha endurecido sus leyes migratorias, olvidándose de que ellos (los europeos) fueron de una región de emigrantes y que América Latina recibió millones de inmigrantes de Italia, de España, de los Países Bajos”, entre otros, afirmó Correa en su habitual programa radial sabatino. Se refirió al caso de la ecuatoriana Ana Cajamarca y su hija Angélica, de 11 años, a las que visitó el miércoles pasado en una prisión cerca de Bruselas, durante una visita privada a Bélgica. “¡Qué infamia, qué insulto a la dignidad humana! ¿Cómo se puede concebir que haya seres humanos ilegales y por eso se castigue con prisión?”, se preguntó Correa.

Les commentaires sont fermés.