26/07/2007

Comité Tegen Armoede aan de heer Yves Leterme/ reproduit ici le texte de Laurent Lévy : La «gauche», les Noirs et les Arabes

Aan de heer Yves Leterme, Formateur,
van Comité Tegen Armoede
 
De laatste tijd bereiken ons nogal wat klachten over de behandeling die een aantal mensen zonder papieren in ons land te beurt valt.  Deze mensen, die klaarblijkelijk geen enkele misdaad begaan hebben behalve het feit dat zij niet over de juiste papieren beschikken, worden in ons land opgesloten alsof het zware criminelen betreft.
 
Eén van de vele druppels die de emmer deden overlopen was de brief die ons bereikte van een meisje van 11 jaar dat met haar moeder wordt vastgehouden.  We zullen dat briefje hier even voor U citeren:
 
"IK ben Angelica Loja Cajamarca van elf jaar oud, ik zit in het vijfde leerjaar.
Ik schrijf naar jullie omdat ik ben opgesloten tijdens mijn vakantie en dat doet mij pijn.
Ik begrijp niet waarom ik mag niet naar buiten kan gaan om te spelen met mijn vrienden.
Ik ben triestig. Op zaterdag (30 juni) toen ik de bus 116 naar Dilbeek wou nemen, heeft de politie onze papieren gevraagd en gecontroleerd. Ik was nerveus en bang omdat we moesten in de auto stappen en een controle doen (!). Nadien moesten wij naar een donkere en lelijke kamer zonder venster binnengaan. Mijn mama was zeer nerveus en ze weent veel omdat ze naar buiten wou en ze was bang dat de politie ons naar Ecuador zou terugbrengen. Ik was ook bang !

Ik voelde me niet goed en wou mijn familie hier zien. Ik heb geen familie in Ecuador. Mijn enige familie is in Brussel. En als we terugkeren naar Ecuador , zal ik moet werken om Mama te helpen en ik zou graag iemand worden in mijn leven!

Ik weet dat jullie zullen iets doen voor onze vrijheid,
ik ben bang dat ik moet naar Ecuador terugkeren.
Help mij aub, ik heb vrienden op school en ook een Papa, en het is de enige papa die ik heb. Laat me niet zonder mijn eigen Papa aub !
Deze morgen, als ik wakker was, was ik ziek, ik heb koorts, ik heb hoofdpijn.
Bedankt voor u begrip,

Angelica"
 
Dat de Dienst Vreemdelingenzaken niet schroomt om weerloze gezinnen en vrouwen met kinderen achter tralies of prikkeldraad te steken is iets dat alleen maar onze afschuw en walging opwekt en dat ons doet denken aan toestanden die we niet zouden verwachten in een beschaafd land als het onze.
 
Als Comité Tegen Armoede zouden wij, zonder een politieke discussie aan te willen gaan, vooral de nadruk willen leggen op het feit dat België hiervoor schijnbaar al internationaal veroordelingen opliep en dat wij, als inwoners van dit land, totaal niet begrijpen waarom onschuldige mensen opgepakt en opgesloten moeten worden, terwijl er zoveel misdadigers gewoon in vrijheid rondlopen zonder dat er één vinger naar uitgestoken wordt.
 
Ook zouden we U als formateur en als één van de belangrijkste personen in de CD&V, eraan willen herinneren dat uw partij eigenlijk christelijke wortels heeft en dat katholieken en christenen normaal gesproken toch het voorbeeld van Jezus zouden moeten volgen,  d.w.z. zich niet te buiten gaan aan mishandeling van weerloze mensen.  Gedenk dan bijvoorbeeld het Bijbelverhaal over de Romeinse Honderdman, wiens knecht toch genezen werd, ondanks het feit dat hij geen jood was.  En de parabels waarin Jezus er de nadruk op legde dat de Samaritanen niet minder waren dan anderen, en vaak menselijker waren in hun optreden naar anderen toe (het verhaal van de Barmhartige Samaritaan, die als tweederangsburger toch bereid was een bestolen en mishandelde jood te helpen terwijl diens eigen volksgenoten hem gewoon lieten liggen langs de weg). 
Jezus zelf zou dus nooit een onderscheid tussen mensen gemaakt hebben op basis van ras of uit nationalistische overwegingen, dat was meer iets voor de zeloten.   
 
Daarom dat de verenigingen van mensen zonder papieren en hun sympathisanten nu de hoop koesteren dat er na de vorming van een nieuwe federale regering een veel minder schandalig en racistisch beleid tegen onschuldige mensen zonder papieren gevoerd zal worden als onder de vorige.
Als Comité Tegen Armoede ondersteunen wij alvast de vraag van UDEP om te stoppen met het onmenselijke uitwijzingsbeleid totdat er duidelijke en vooral rechtvaardige criteria geschapen zullen zijn door de nieuwe regering.   
 
Het is aan U en uw partij om te laten merken dat de hoop die de mensen zonder papieren en hun organisaties stellen in U en uw nieuwe regering niet ijdel zal zijn.
 
Debora Knol
Stefan Roumen
Comité Tegen Armoede



L'Udep reproduit ici le texte de Laurent Lévy : La «gauche», les Noirs et les Arabes. Nos frères avec ou sans papiers engagés pour la justice sociale reconnaîtront et trouverons ici des armes d'action et de réflexion à notre combat contre l'état d'esclaves modernes dans lequel nous maintient la droite comme la gauche, sous les arguments d'un racisme respectable.

Laurent Lévy

La «gauche»,

les Noirs et les Arabes

© La Fabrique éditions, 2010

Conception graphique :Jérôme Saint-Loubert Bié révision du manuscrit :Valérie Kubiak Impression : Floch, Mayenne

ISBN: 978-2-91-3372-004-5 La Fabrique éditions 64, rue Rébeval 75019 Paris. lafabrique@lafabrique.fr

Sommaire

Introduction — 9

I. Prologue : Une surprise politique — 13

II. Les termes du débat

1. Les grands principes du parti

prohibitionniste —24

2. L’argumentation féministe — 38

3. L’argumentation théologico-politique — 51

III. Les acteurs du débat

1. Les « islamogauchistes » — 66

2. Les courants politiques — 83

IV. « Combien de divisions ? » — 127

 

 

Introduction

Je ne suis pas venu vous apporter la paix,

je suis venu vous apporter le glaive […].

Je sèmerai la discorde dans les familles.

(‘Issa ben Youssef)

Sur un mur apparemment lisse, une lumière rasante

peut révéler une ligne de fracture autrement invisible.

En France, une telle ligne de fracture divise ce que l’on persévère à appeler «la gauche». C’est cette fissure irrégulière, souvent méconnue et à l’occasion occultée, cette ligne de fracture aux contours complexes que l’on se propose ici de mettre en évidence et d’analyser, en tâchant d’en montrer la matérialité et d’en évaluer les enjeux.

Le rôle de la « lumière rasante» a d’abord été joué par le débat auquel a donné lieu l’affaire qui a mobilisé les médias et le petit monde de la politique entre 2003 et 2004, à savoir la question du «foulard» et de sa prohibition à l’école

1. Il peut sembler étrange

9

1.

Sur l’ensemble de cette question, voir en premier lieu la remarquable synthèse publiée par Saïd Bouamama immédiatement après le vote de la loi « antifoulard » du 15 mars 2004, L’affaire du Foulard islamique. La production d’un racisme respectable, Le Geai Bleu, 2004, préface de Pierre Tevanian. L’ouvrage le plus complet sur la question, richement documenté et argumenté est certainement l’oeuvre de l’historienne féministe américaine Joan Wallach Scott, The Politics Of The Veil, Princeton University Press, 2007. Voir également, sous la direction de Charlotte Nordmann, Le Foulard islamique en questions, Amsterdam, 2004; Pierre Tevanian, Le Voile médiatique, Raisons d’agir, 2005 ; id., La République du mépris, La Découverte, 2006 ; Anna-Maria Rivera, La guerra dei simboli, Dedalo, 2005; Collectif sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa- Rosso, Du bon usage de la laïcité, Aden, 2008. Adde Alma et Lila Lévy, Des filles comme les autres, La Découverte, 2004, préface de Yves Sintomer et Véronique Giraud. Le superbe film documentaire Un racisme à peine voilé, de Jérôme Host, fournit de bonnes bases de compréhension ; ce film est disponible, en accès libre, sur Internet.

d’y revenir aujourd’hui dans la mesure où la totalité des arguments rationnels qui auraient dû conduire à écarter la prohibition avaient été exposés par de nombreux intervenants dès l’automne 2003

Mais ce qui a empoisonné ce débat est précisément le fait qu’il ne s’est pratiquement jamais situé sur le terrain de l’argumentation rationnelle. Il a au contraire déclenché toutes les passions2, surprenant les militantes et les militants de « la gauche » dans son ensemble, et singulièrement de la « gauche de gauche » ou gauche radicale, qui découvraient soudainement qu’au-delà de ce qui les réunissait, ils étaient divisés sur des questions décisives.

Les mêmes mots prenaient tout à coup des sens différents et les alliés d’hier découvraient entre eux des gouffres d’incompréhension.

10

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Voir en particulier, outre les références de la note précédente, les nombreuses analyses publiées sur le site animé sur Internet par le collectif Les Mots Sont Importants, http//lmsi.net, rubrique Études de cas – le voile et ce qu’il dévoile.

2.

L’anthropologue Emmanuel Terray, dirigeant de la Ligue des droits de l’homme, évoquait ainsi une « hystérie politique » in Le Foulard islamique en questions, op. cit.

plongeaient leurs racines dans l’histoire politique et

sociale de la France.

L’onde de choc de cette affaire s’est prolongée au

cours de l’année 2005 avec la réception à gauche du

texte connu sous le nom d’«Appel des Indigènes de la

République ». On a vu à cette occasion, de manière

parfois plus violente encore, se dessiner les mêmes

clivages. Puis, à partir de la mi-2005, en particulier

à l’occasion du référendum sur le projet de traité

constitutionnel européen qui a donné lieu à une campagne résolument unitaire des différents courants de

la gauche radicale, les blessures causées en son sein

se sont peu à peu cicatrisées et la fracture est redevenue presque invisible, au point d’en être souvent oubliée.

Ce livre se propose d’examiner les termes et les enjeux de ces débats des années 2004 et 2005, tant d’une manière générale qu’au sein des principales composantes de la gauche radicale

Outre les différents «courants», il sera d’ailleurs souvent nécessaire de se pencher sur l’attitude d’individualités particulières tant il est vrai que, dans ces débats, presque aucun courant politique n’a eu un comportement ou une «ligne» homogène.

11

Introduction

1.

prenante de certaines mouvances et

initiatives qui relèvent de ces

courants. Il a par ailleurs été membre

du « Collectif une école pour toutes et

tous » à partir de 2003 et a contribué

en 2005 au lancement de l’appel dit

« des Indigènes de la République ». Il

tire de ces expériences une part des

éléments d’information et de réflexion

mis en oeuvre dans le présent livre.

Naturellement, il porte seul la

responsabilité de ses analyses, qui

n’engagent aucun des mouvements

auxquels il appartient ou a pu

appartenir – et dans lesquels il connaît

des militants qui ne les partagent pas.

 

L’auteur a lui-même été partie

qu’ils ne recoupent aucun de ceux auxquels on est

accoutumé. Ainsi, on n’a pas retrouvé dans les mêmes

«camps» celles et ceux qui partageaient les mêmes

conceptions générales ou les mêmes stratégies ou

tactiques politiques. Il semble au contraire qu’à de

rares exceptions près, chaque courant, chaque organisation,

chaque mouvance ait été affecté par cette

« fracture », à un degré ou à un autre. Ce qu’aura

révélé l’affaire du foulard, puis celle de l’Appel des

Indigènes de la République, c’est le caractère pluridimensionnel

de la « gauche » – chaque dimension

étant potentiellement lourde de divisions particulières

– c’est aussi la conception même de la politique dont

ces différentes postures étaient porteuses, explicitement

ou implicitement.

12

la «gauche», les Noirs et les Arabes

I. Prologue: une surprise politique

C’est un simple fait divers qui a déclenché l’explosion

du débat sur « le foulard ». Jusque-là plus ou moins

souterrain, ne suscitant que peu d’intérêt dans le

public, il s’est emballé avec la médiatisation de « l’affaire

d’Aubervilliers». Au lycée Henri-Wallon, un certain

nombre de jeunes filles se sont présentées à la

rentrée scolaire de septembre 2003 la tête couverte

d’un foulard porté pour respecter leurs convictions

religieuses musulmanes. La réaction violente du corps

enseignant et diverses pressions exercées sur et par les

parents ont conduit à ce qu’après une semaine, il n’en

reste que deux, Lila et Alma, respectivement âgées

de 18 et 16 ans. Ces deux enfants étaient celles de

l’auteur. Qu’il lui soit donc permis, puisqu’il devra solliciter

son propre témoignage, d’écrire ce prologue à

la première personne du singulier.

Situé dans la « petite couronne » de Paris, le lycée

Henri-Wallon est un microcosme politique significatif.

On y compte ainsi, pour ne parler que de «la gauche»,

des enseignants socialistes, communistes et d’extrême

gauche. Alma avait par exemple pour professeur principal

un membre du bureau politique de la LCR, aujourd’hui

l’un des principaux animateurs du NPA,

Pierre-François Grond. L’équipe enseignante comportait

également, outre d’autres militants de ce même

parti, un responsable national de Lutte ouvrière,

13

Georges Vartaniantz, et d’autres membres de cette

organisation. Un ancien président de l’Union nationale

des étudiants de France (UNEF), passé du trotskisme

lambertiste au parti socialiste, Philippe Darriulat, était

lui aussi professeur dans l’établissement.

Les problèmes avaient commencé dès le mois de

février, lorsque Alma, seule des deux soeurs alors inscrite

dans ce lycée, s’était mise à porter le foulard au

terme d’une longue démarche personnelle l’engageant

dans la religion de sa famille maternelle. Le

proviseur m’avait alors convoqué pour m’expliquer

que sa tenue posait « des problèmes ». Que certains

parents d’élèves «d’origine juive» ainsi que «certains

professeurs » avaient émis des protestations. Le ton

était assez vite monté. Exerçant à l’époque la profession

d’avocat, j’avais étudié de près la question juridique

de la tenue vestimentaire de mes enfants. J’avais

ainsi constaté que la jurisprudence du Conseil d’État

était d’une très grande clarté et que, de manière

constante, elle refusait toute exclusion de l’école pour

cause de « foulard». Les choses s’étaient calmées et

Alma avait pu terminer plus ou moins paisiblement

son année scolaire malgré l’animosité de certains

enseignants

avaient relégué la question du « foulard » au second

plan.

de ces derniers dont je soupçonnai d’abord

qu’ils étaient des réactionnaires isolés.

J’avais tenté à cette époque de prendre conseil

auprès d’un « ami », militant « critique » du PCF

chargé dans ce parti des questions scolaires, et son

attitude m’avait laissé sans voix. Il avait commencé

par me dire : « Il faut qu’elle comprenne qu’il y a des

règles et qu’elle doit les respecter. » Mais c’est précisément

du côté du lycée que l’on résistait à l’application

de la seule règle en vigueur qui autorisait le

port du foulard dans l’établissement. «C’est pour cela

qui, mobilisés dans un mouvement social,J’ignorais encore tout des engagements politiques

14

la «gauche», les Noirs et les Arabes

qu’il faut faire une loi. Je suis d’accord sur ce point

avec Marie-George Buffet », avait-il ajouté. Répondant

à la question d’un journaliste, la secrétaire nationale

de son parti s’était en effet exprimée peu de

temps auparavant en ce sens

par une « règle » qui n’existait pas était un raisonnement

intenable et implicait dès lors le recours

à une loi d’exclusion, comme si la coercition par le

bras armé de la justice pouvait, dans l’esprit de ce

« communiste », remplacer l’action politique, ce qui

me semblait scandaleux.

En outre, sur diverses listes électroniques de discussion

de la gauche radicale, le débat avait commencé

à prendre un tour assez effrayant: des arguments relevant

de l’intégrisme laïque voisinaient avec des propos

qui passaient si près de la frontière du racisme

pur et simple qu’ils la franchissaient parfois, comme

par inadvertance.

Timidement, ce débat prenait également place dans

la presse. Dans une tribune parue dans

5 mai 2003, tous les poncifs et toutes les incohérences

de l’argumentaire prohibitionniste défilaient sous la

plume d’un enseignant communiste. Il définissait ainsi

le «problème» auquel les enseignants se trouveraient

confrontés du fait du foulard à l’école : « Un jour, ils

voient des jeunes filles modifier leur attitude et mettre

un foulard.» Les lecteurs de

doute censés comprendre qu’il y avait en effet là, sur

le plan scolaire, un « problème

logique, devait trouver une solution : et cette solution

était bien sûr la prohibition afin, poursuivait notre

enseignant, « de faire vivre ensemble et en bonne

1. Justifier une prohibitionL’Humanité duL’Humanité étaient sans2 », lequel, en toute

15

Prologue: une surprise politique

1.

majorité de députés communistes se

sont ultérieurement opposés à la loi.

Marie-George Buffet et une

2.

dire que le seul « problème » scolaire

qui ait jamais été constaté du fait du

port du « foulard » par des lycéennes a

été l’intolérance radicale de certains

enseignants : leur affirmation qu’il y

avait là un « problème ».

En vérité, il n’est pas exagéré de

harmonie […] des jeunes qui appartiennent souvent

à des milieux et à des cultures différentes ». Mais il

n’avait pas, et pour cause, préalablement montré que

ce « vivre ensemble » harmonieux avait été rompu

par quelques centimètres carrés de tissu. Et moins

encore comment, pour assurer le « vivre ensemble »,

le mieux était de « vivre séparés » en excluant les

filles voilées. Dans une telle ambiance, il était clair

que mes enfants allaient au-devant de sérieux problèmes.

Quoi qu’il en soit, c’est à la rentrée 2003 que,

de simplement conflictuelle, la situation allait devenir

explosive.

Très vite, après à peine deux semaines de cours et

de négociations diverses, Lila et Alma étaient mises à

pied dans l’attente d’un conseil de discipline dont l’issue

ne laissait guère de place au doute. C’étaient les

enseignants, et singulièrement les militantes et les

militants de gauche et d’extrême gauche, qui avaient

mené la bataille pour parvenir à cette fin. Mais je

devais apprendre, sans surprise vu l’ampleur du débat

nationalement suscité par cette affaire, que la décision

finale avait été prise au plus haut niveau, au cabinet

du Premier ministre

Compte tenu du caractère islamophobe, à mon sens

évident, des arguments prohibitionnistes, l’une de

mes premières initiatives, avant la médiatisation de

l’affaire, avait été de m’adresser au MRAP

arrivé de plaider pour cette organisation et je connais-

1.2. Il m’était

16

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Raffarin. Cette information, dont le

proviseur lui-même m’a fait la

confidence, m’a été confirmée par

plusieurs journalistes. Le ministre de

l’Éducation nationale, Luc Ferry, et le

ministre délégué à l’Enseignement

scolaire, Xavier Darcos, s’étaient euxmêmes

prononcés publiquement. Ce

dernier avait, à cette occasion, précisé

à propos de mes filles : « Quand on

n’aime pas la République française,

on va ailleurs. » Ce qui est tout un

programme, comme le remarqueront

le communiste Jean-Claude Lefort et

le Vert Noël Mamère au cours des

débats parlementaires.

Il s’agissait alors de Jean-Pierre

2.

pour l’amitié entre les peuples, le

MRAP est la principale association

antiraciste en France.

Mouvement contre le racisme et

sais l’un de ses présidents en exercice qui me conseilla

de m’adresser à Mouloud Aounit, alors secrétaire

général. Ce dernier m’offrit immédiatement d’intervenir,

de façon amicale, auprès du proviseur qu’il

avait déjà eu l’occasion de rencontrer

que je découvris, stupéfait, l’aspect politique de cette

affaire : c’étaient les professeurs de Lutte ouvrière et

de la LCR qui menaient la danse !

Lorsque les journaux s’enflammèrent

solution amiable permettant à mes enfants de poursuivre

normalement leur scolarité avait été trouvée,

le secrétaire général du MRAP tint dans ses locaux

une conférence de presse nous permettant de faire

valoir notre point de vue. Il organisa une réunion avec

certains enseignants afin de tenter une médiation, qui

échoua

l’inspection académique qui devait elle aussi se révéler

vaine : l’inspecteur d’académie, Jean-Charles Ringard,

décida en effet qu’il n’y aurait de compromis

que si les filles acceptaient de laisser voir « la racine

de leurs cheveux, le lobe de leur oreille et la naissance

de leur cou » : mot pour mot l’exigence formulée au

cours de la réunion avec les enseignants,

cela que repose l’équilibre du lycée ! » avait affirmé

l’un d’entre eux.

à leur foulard: il n’y aurait donc aucun compromis.

Jusqu’à la fin, la solidarité de Mouloud Aounit ne se

démentit pas. Mais je devais vite réaliser que cela n’al-

1. C’est ainsi2, alors qu’une3. Il m’accompagna ensuite à une réunion à«c’est surPour les filles, cela équivalait à renoncer

17

Prologue: une surprise politique

1.

enseignants du lycée, l’un d’eux lui

glissa : « Le père est un Juif converti à

l’islam ; il paraît que ce sont les

pires… » Ce qu’il démentit poliment

mais le fit bien rire.

Lors d’un de ses entretiens avec des

2.

médiatisation de cette affaire a

commencé par un article paru dans le

quotidien

ayant été avisée de la situation par

des enseignants du lycée.

Pour mémoire, il est précisé que laLibération, la journaliste

3.

enseignants nous avaient demandé de

ne pas faire état, et au cours de

laquelle ils avaient insisté sur le fait

qu’ils ne représentaient qu’euxmêmes

et ne disposaient d’aucun

pouvoir ni d’aucun mandat, ils se sont

bornés à dire que, si mes enfants

s’obstinaient à ne pas montrer les

parties de leur corps en litige, ils

considèreraient leur exclusion comme

une chose nécessaire.

Au cours de cette réunion, dont les

lait pas de soi et le mettait en situation difficile dans sa

propre organisation : le MRAP – et là encore, j’en fus

stupéfait – était divisé sur cette question.

Plusieurs enseignants du lycée, de gauche et d’extrême

gauche, choisirent de s’exprimer dans la presse.

Il y eut d’abord une tribune dans

de Philippe Darriulat. Je pus lui répondre dès le lendemain

par une tribune dans le même journal. Pierre-

François Grond publia ensuite, avec divers coauteurs,

des tribunes dans

Le Monde signéeLibération, l’Université syndicaliste1

et

et de mauvaise foi était impressionnante, mais

les réponses que j’adressai aux journaux ne furent

pas publiées

dans

mes enfants des propos radicalement contraires à ce

qu’elles exprimaient en permanence. Des militants

de cette organisation diffusèrent en outre un « communiqué

des professeurs » du lycée Henri-Wallon,

dont chaque phrase comportait au moins un mensonge

ou une approximation tendancieuse

Dans la perspective du conseil de discipline, Pierre-

François Grond était allé jusqu’à se livrer à une

curieuse enquête de police, interrogeant les élèves

pour savoir si d’aventure, Alma ne se compromettait

Rouge2. Chaque fois l’accumulation de contrevérités3. Un article haineux, paru sous pseudonymeLutte ouvrière4, mettait dans la bouche de5.

18

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Organe de la FSU.

2.

publication a depuis disparu pour

laisser place à l’hebdomadaire du

NPA,

Hebdomadaire de la LCR. CetteTout est à Nous.

3.

réponse à Philippe Darriulat, sur le

site du collectif Les Mots Sont

Importants, http//lmsi.net, rubrique

citée.

On peut les trouver, ainsi que ma

4.

même nom.

Hebdomadaire de l’organisation du

5.

également être trouvée sur

http//lmsi.net, rubrique citée. Il

convient de préciser que certains

enseignants du lycée ont témoigné

dans un autre communiqué

(également disponible sur le même

site, sous la même rubrique), rédigé

comme une lettre ouverte m’étant

adressée, de la violence politique que

faisaient régner les prohibitionnistes

dans le lycée, de la pression qui

rendait impossible tout véritable

débat, voire l’expression même de

toute opinion divergente, pourtant

bien représentées dans le corps

enseignant. Le fait, pour les

animateurs locaux de LO et pour ceux

qui l’ont diffusé, de qualifier leur texte

de « communiqué des enseignants »

n’en est que plus significatif.

L’analyse de ce texte peut

pas dans quelque prosélytisme. Étrange enquête au

demeurant, dans la mesure où s’il est naturel, en présence

d’un délit, de rechercher le coupable, il est

moins admissible en présence d’un coupable

de consacrer son enquête à chercher un délit à lui

mettre sur le dos. Mais les réponses de toutes les

lycéennes interrogées, selon lesquelles jamais Alma

n’avait cherché à «convertir » ou à entraîner qui que

ce soit, ne devaient pas décontenancer notre enseignant

« militant » : témoignant à charge devant le

conseil de discipline, il qualifia sans sourciller son

élève de « militante

dans son esprit, d’un quelconque « islamisme ».

Dans le même temps, j’étais approché par diverses

personnes me proposant leur soutien. Ainsi, la

conseillère générale communiste du canton

que le conseiller régional communiste membre du

conseil d’administration du lycée

d’intervenir en faveur de mes enfants. Des militants

de la LCR s’adressèrent à moi, soit pour m’indiquer les

actions de soutien qu’ils envisageaient, soit pour me

demander des précisions. À chaque fois je manifestais

ma surprise compte tenu de l’attitude du dirigeant

de leur organisation qui, au lycée, était l’un des

maîtres d’oeuvre de l’ordalie dont mes filles étaient

victimes. Et je compris que les choses étaient plus

compliquées que je ne l’avais imaginé, d’autant que

celles et ceux qui militaient ainsi contre l’exclusion

a priori,1 ». Militante de quoi ? Sans doute,2, de même3, se proposèrent

19

Prologue: une surprise politique

1.

piquant lorsque l’on sait que non

seulement il l’était lui-même, mais

qu’il avait en outre été naguère

dirigeant des Jeunesses communistes

révolutionnaires (JCR), organisation

de jeunesse liée à la LCR, dont les

membres ne devaient pas trouver

infamant de « militer » dans les

lycées…

Cela manque d’autant moins de

2.

iranien, et familière de l’Iran, elle

m’expliqua n’avoir aucune sorte de

sympathie pour le port du « foulard »

auquel elle avait été astreinte lors de

ses visites dans ce pays. Elle n’en était

pas moins hostile à la prohibition – de

même que le furent plus tard Shirin

Ebadi ou Marjane Satrapi.

Nathalie Buisson. Mariée à un

3.

me le dit alors, d’origine juive, marié à

une femme d’origine maghrébine et

père d’une petite fille.

Jean Brafman. Lui-même, comme il

étaient issus de tous les courants, majoritaires et

minoritaires, de la Ligue et défendaient, sur les questions

de politique générale, des positions parfois diamétralement

opposées.

Dans leur ensemble, les JCR prirent parti contre

l’exclusion et contribuèrent à l’organisation d’actions

de protestation devant le lycée

Je reçus également par courrier des soutiens de

Noël Mamère et de Alain Lipietz, personnalités des

Verts, ainsi qu’un sympathique témoignage de solidarité

de l’écrivain d’extrême gauche Didier Daeninckx,

lui-même habitant d’Aubervilliers et qui avait

dans sa jeunesse été exclu de son lycée pour cause

de… cheveux trop longs.

L’un des premiers à répondre aux appels au secours

que je lançai alors en tous sens fut Gilbert Wassermann,

fondateur et rédacteur en chef de la revue

et qui était depuis des années l’une des

chevilles ouvrières de la plupart des tentatives de réunir

la «gauche de gauche». Avec Yves Sintomer et Irène

Jamy, il publia une tribune dans

La Ligue des droits de l’homme (LDH) souhaita nous

rencontrer avant de prendre position. Un entretien

eut donc lieu entre son président Michel Tubiana, son

responsable aux questions scolaires, mes filles et moimême,

qui prit la forme d’un interrogatoire en règle,

nos interlocuteurs voulant s’assurer de la sincérité

de Lila et Alma

par un quelconque groupe «fondamentaliste».

À l’issue de cette rencontre, la LDH décida également

de nous soutenir.

Je profitai de ma participation à une rencontre

nationale organisée par «l’Appel Ramulaud

1.Mouvements,Libération.2 et du fait qu’elles n’étaient pas manipulées1» en sep-

20

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

participé à ces actions.

Ni mes filles ni moi n’avons

2.

doute par la Licra, trouvant le cas des

« soeurs Lévy » trop beau pour être

vrai, et qui y voyait une opération…

du MRAP!

Cette sincérité avait été mise en

tembre 2003, qui réunissait plusieurs centaines de

militants et militantes de la gauche radicale, pour

solliciter encore quelques soutiens. Il me paraissait

évident que les plus efficaces et les plus déterminés

devaient venir, outre des antiracistes, des féministes.

La posture prohibitionniste me semblait en effet clairement

sexiste puisqu’elle condamnait des jeunes

femmes à la déscolarisation, alors que les jeunes gens

qui auraient partagé les mêmes convictions ne risquaient

aucune sanction

tôt, reçu de Christine Delphy

cette intuition. Je m’adressai donc en particulier à

trois féministes notoires présentes à la rencontre :

elles m’assurèrent spontanément de leur appui. Toutefois,

l’une d’entre elles, responsable d’un important

réseau national et qui m’avait expliqué son refus

de l’exclusion par la formule imagée : « Je préfère

Montaigne avec le tchador au tchador sans Montaigne

», devait très vite reculer devant les réactions

de membres de son organisation, et verser ultérieurement

elle-même avec virulence dans le camp prohibitionniste.

Une autre m’adressa un communiqué

de soutien de son réseau, non sans de longs pourparlers

préalables avec l’une de ses animatrices, mais

battit également en retraite quelque temps plus tard.

2. Le soutien que j’avais, très3, me confirmait dans

21

Prologue: une surprise politique

1.

tentatives unitaires de la « gauche de

gauche » qui devaient aboutir à la

création de « Convergence citoyenne

pour une alternative à gauche »

(CCAG) à l’occasion des élections

régionales de 2004, ainsi qu’à la

campagne unitaire pour un « non de

gauche » en 2005, puis à la dynamique

des « collectifs unitaires antilibéraux »

qui se prolongea ultérieurement avec

la Fédération pour une alternative

sociale et écologique (FASE).

Cet Appel fut l’une des étapes des

2.

selon laquelle le port de la barbe

pourrait être considéré comme un

« signe religieux ostensible » n’a

jamais été prise pour autre chose

qu’une plaisanterie.

L’affirmation du ministre Luc Ferry

3.

libération des femmes (MLF),

directrice de la revue

questions féministes

Delphy est l’une des principales

théoriciennes du féminisme

d’orientation matérialiste. Voir en

particulier

Syllepse, deux volumes 1998 et 2001,

ainsi que

La Fabrique, 2008.

Cofondatrice du Mouvement deNouvelles(NQF), ChristineL’Ennemi principal,Classer, dominer,

Seule des trois, Clémentine Autain s’en tint sans barguigner

à son soutien initial.

Au cours de la même rencontre, Mouloud Aounit

essuya à sa grande surprise un refus cinglant de la

part de Christian Picquet, alors principal animateur

du courant « unitaire » de la LCR. Le panorama des

positions de la «gauche de gauche» sur cette question

était décidément terriblement embrouillé.

En attendant, l’exclusion de mes enfants fut prononcée

par un conseil de discipline unanime. On a pu

lire ensuite sous la plume de Pierre-François Grond

et de ses coauteurs que c’était «à contrecoeur» qu’ils

avaient dû « se résigner » à cette exclusion. Mais qui

a vu son sourire victorieux lorsque la décision fut

annoncée n’est pas près de l’oublier.

Un autre sujet de méditation fut pour moi le communiqué

rendu public et largement distribué dans les

boîtes aux lettres de la ville par le maire communiste

d’Aubervilliers, Pascal Baudet. Compte tenu de l’attitude

adoptée par les élus communistes auxquels

j’avais eu affaire, à laquelle s’ajoutait le soutien du

député de la Seine-Saint-Denis Patrick Braouezec, j’en

commençais la lecture avec confiance. Malgré les lourdeurs

de sa rédaction et certains accents « républicains

», je devais reconnaître que j’étais d’accord avec

la quasi-totalité de ce texte. Il y était question de «vivre

ensemble », de « respect des différences » et autres

thèmes de la même eau qui n’engageaient certes à

rien mais n’appelaient pas d’opposition tranchée. La

seule phrase avec laquelle j’étais vraiment en désaccord

était celle qui disait: «C’est pourquoi j’ai approuvé

l’exclusion…» Que l’on puisse tirer pareille conclusion

de telles prémisses, voilà qui me laissait songeur

quant à la portée du discours « républicain ». Peutêtre

n’était-ce pas un hasard si ce même maire devait

quelque temps plus tard faire donner la police contre

22

la «gauche», les Noirs et les Arabes

des familles de migrants africains sans logement qui

demandaient à être relogées après avoir été expulsées

d’appartements vides qu’elles avaient occupés.

La LCR, le MRAP et le mouvement féministe ne semblaient

pas avoir le monopole de la division sur cette

question : au parti communiste aussi, les avis les plus

opposés coexistaient.

Durant toute cette période, je fus l’objet d’attaques

plus ou moins violentes, en particulier de certains

secteurs de « la gauche ». Chaque fois que je rencontrais

une connaissance dont j’ignorais le point de vue

sur cette question du « foulard », j’étais pris d’appréhension.

Des relations amicales prirent fin. Dans

les milieux militants que je fréquentais, ces appréhensions

se révélèrent le plus souvent infondées. La

plupart des militants et militantes que je connaissais

dans ces mouvances adoptèrent soit une position antiprohibitionniste,

soit une certaine réserve. Cela dit,

lors de la campagne pour les élections régionales du

printemps 2004, certains, tout antiprohibitionnistes

qu’ils fussent

à l’écart, de crainte que les échos de cette affaire se

traduisent en fiasco électoral. Ce que je fis, non sans

amertume.

Mais des marques de sympathie me venaient aussi,

tant de proches que de nombreux anonymes. Et le

portrait-type de ces soutiens anonymes était cette

jeune femme maghrébine d’une trentaine d’années,

en jeans et cheveux au vent, qui, reconnaissant mon

visage à une sortie de métro à Paris, se retourna vers

moi et me dit avec un sourire grave : « C’est bien, ce

que vous faites… Ça doit être dur… Tenez bon ! »

in petto, me «conseillèrent» de me tenir

23

Prologue: une surprise politique

II. Les termes du débat

Seigneur Dieu ! quelles vérités élémentaires

on est obligé de rabâcher, en ce temps

où toutes les notions sont confondues.

(Lénine)

1. Les grands principes du parti prohibitionniste

Un adage populaire voudrait qu’en France, tout finisse

toujours par des chansons. La réalité est plus prosaïque

: il semble plutôt qu’en France, tout finisse

toujours par des lois. La compulsion législative est

sans doute l’une des caractéristiques de la République.

Il en fut ainsi de la « querelle du foulard

Commencé dès avant la rentrée scolaire de septembre

2003, poursuivi après la promulgation de la

loi «antifoulard» du 15 mars 2004, c’est surtout entre

ces deux dates que le débat sur le « foulard islamique

» battit son plein. Comme on l’a vu, dans

presque chaque organisation ou mouvance, il se

forma deux camps.

À vrai dire, ces deux camps n’étaient pas complètement

inconnus ; ce qui apparut de façon nouvelle

fut la profondeur du clivage, ainsi que son extension.

Dans les années précédentes, on avait déjà connu

une certaine dérive « républicaniste » d’une fraction

de la gauche, facilement tentée par les thèmes sécuritaires

et les trémolos nationalistes. Ce courant aurait

pu être symbolisé par un leader comme Jean-Pierre

1 ».

24

1.

illustré le débat sur la loi antifoulard :

Une chanson, pourtant, a bien

Le Voile à l’école

avec son talent et son humour décalé

par la grande Brigitte Fontaine.

, écrite et chantée

Chevènement et ses partisans en rupture de ban plus

ou moins avancée, ou par des écrivains comme Max

Gallo ou Régis Debray. Le premier avait inventé les

«sauvageons», plagiat par anticipation de la «racaille»

sarkozienne. Les seconds avaient pris des positions

assez tranchées sur le « foulard » dès 1989

généralement sur les sujets leur semblant mettre en

cause « l’identité française » ou les « traditions républicaines

». Cette rhétorique ainsi remise à la mode

par le président du Mouvement des citoyens

inspiré les politiques sécuritaires de la « gauche plurielle

» entre 1997 et 2002.

Si l’on pouvait y voir les bases du retour d’un thème

politique classique, il était pourtant encore difficile

d’y voir une fracture séparant « la gauche » en blocs

hostiles tant il est vrai que combattre la rhétorique

républicaine apparaissait, au sein de la gauche traditionnelle,

quasi impensable. Nul ne pouvait prétendre

à quelque légitimité politique à défaut de

s’affirmer ou au moins de se reconnaître républicain

et le débat portait dès lors sur les conséquences que

l’on choisissait de tirer, ou non, de cette affirmation ou

de cette reconnaissance. En un sens, le thème républicain,

longuement endormi, était à la disposition de

ceux qui s’en empareraient les premiers et le modèleraient

à leur manière.

Mais si elle est efficace dans ses grandes lignes, la

comparaison de la «fracture» mise à jour à la lumière

de l’affaire du foulard avec la division de la gauche

1, et plus2 avait3,

25

Les termes du débat

1.

déclenchée la première « affaire du

foulard» à l’initiative du proviseur

Ernest Chénière, plus tard député

chiraquien. Fort de son expérience, il

devait, en 2004, alors qu’il n’était plus

élu, se prononcer contre la

prohibition.

C’est en 1989, à Creil, que fut

2.

parti fondé par Jean-Pierre

Chevènement après sa rupture avec le

parti socialiste. Le MDC s’est

ultérieurement transformé en MRC,

Mouvement républicain et citoyen.

Mouvement des citoyens (MDC),

3.

voir Laurent Lévy,

communautarisme

Sur la force du mythe républicain,Le Spectre du, Amsterdam, 2005.

en fonction de son plus ou moins grand tropisme

républicain n’en est pas moins une simplification :

certains, plutôt rares, se disant « républicains » choisirent

néanmoins la réserve, voire le parti de la nonprohibition.

À l’inverse, la plupart des courants se

disant « libertaires » prirent avec plus ou moins d’enthousiasme

celui de la prohibition. Ainsi, même si

l’on peut déjà faire l’hypothèse que le républicanisme

a pu servir de colonne vertébrale au prohibitionnisme,

le nombre d’exceptions est suffisant pour ne pas les

assimiler purement et simplement.

Dans la sphère médiatique, les choses prenaient un

tour contrasté. Si le quotidien

Libération ou les hebdomadaires

Marianne

, Le Nouvel Observateur et

Charlie-Hebdo

prohibitionniste,

colonnes à toutes les opinions, penchait plutôt pour la

non-prohibition. Du côté de la presse de la « gauche

de gauche », le panorama était nuancé. La rédaction

de

parti au hasard des journalistes chargés de

les écrire. La tendance générale était plutôt prohibitionniste

mais la nuance ou le contrepoint n’étaient

pas exclus, surtout dès lors que le groupe des députés

communistes eû majoritairement décidé de ne

pas voter la loi antifoulard.

1 se firent les hérauts attitrés du combatLe Monde, tout en ouvrant sesL’Humanité semblait divisée et les articles prenaientLe Monde Diplomatique

était également divisé

pas échapper dans les temps qui suivirent à une sorte

de « guerre interne », celle-ci fut évitée en l’occurrence

par un compromis: un dossier consacré à cette

question fut partagé entre deux articles de fond déve-

2, et si sa rédaction ne devait

26

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Philippe Val – depuis devenu directeur

de France Inter – et avec la complicité

de Caroline Fourest, ce journal s’est

transformé d’icône libertaire en feuille

de propagande bushienne dans la

guerre des civilisations.

Sous l’impulsion dictatoriale de

2.

Robert prirent parti pour la

prohibition, Alain Gresh ou Dominique

Vidal prirent expressément le parti

inverse.

Si Bernard Cassen ou Anne-Cécile

loppant chacun leur thèse sur une pleine page : sur

celle de gauche, un article de Pierre Tevanian, l’un

des animateurs du collectif « Une école pour toutes

et tous » dont l’objet était la lutte contre le prohibitionnisme

et sur celle de droite, un article de Henri

Peña-Ruiz, promoteur patenté de la prohibition, alors

en passe de devenir le Grand Prêtre de la « révolution

conservatrice dans la laïcité

s’en tint à une position antiprohibitionniste discrète

mais dépourvue d’ambiguïté.

Avant d’analyser les motifs explicites autour desquels

se déroula la querelle du «foulard», il n’est pas inutile

de montrer comment, indépendamment des prises

de positions relatives à ces motifs, le choix de la prohibition

était sous-tendu par un certain nombre de

principes difficilement compatibles avec ceux traditionnellement

attachés aux positions « démocratiques

» de la gauche. Ces principes, dont l’un au

moins est nécessairement présent dans tout argumentaire

prohibitionniste, se résument dans quatre

figures qui constituent l’architecture politique et pratique

de la prohibition :

1) La fin justifie les moyens. La prohibition aurait en

effet été justifiée par le souci de protéger les jeunes

filles qui ne voulaient pas porter le foulard sous la

pression de leurs familles, et la déscolarisation de

celles qui le portaient aurait été le prix à payer pour

parvenir à ce résultat. Mais rien ne montrait que le

résultat recherché pouvait ainsi être atteint, ni qu’il

était impossible d’obtenir ce résultat à moindre frais.

Or, rares sont les prohibitionnistes « de gauche » qui

1,2 ». Politis en revanche

27

Les termes du débat

1.

Sur ce collectif, voir p. 67.

2.

Tevanian,

La Découverte, 2007.

Sur cette expression, voir PierreLa République du mépris,

admettraient faire leur l’adage selon lequel la fin justifie

n’importe quels moyens. Il est plus courant, et

plus juste, de soutenir que les moyens mis en oeuvre

doivent toujours être adéquats aux buts poursuivis.

2) Les problèmes politiques et idéologiques peuvent

être réglés par des mesures administratives, autrement

dit, par la répression et des mesures de police.

À supposer qu’il existerait bien un «problème du foulard

à l’école », il est en effet clair que ce «problème»

ne serait pas celui de comportements asociaux, relevant

de la délinquance de droit commun, mais bien de

comportements liés à certaines conceptions du monde,

à certaines attitudes sociales. Si la discussion a largement

porté sur l’existence du «problème», sur son

ampleur, sur sa portée – sans qu’au demeurant rien

de bien convaincant n’ait pu être avancé pour le

caractériser ainsi – c’est bien toujours en termes idéologiques

et politiques qu’il a été posé. Le choix d’une

«riposte» strictement répressive marque ainsi la prégnance

dans bien des politiques « de gauche » de

modèles bureaucratiques contraires aux ambitions

démocratiques affirmées par ceux-là mêmes qui ont

en l’occurrence choisi de les fouler aux pieds.

3) L’émancipation des opprimés sera le fait de ceux

qui ne le sont pas. Autrement dit on peut, on doit

même, faire le bonheur des gens sans eux, et pourquoi

pas contre eux. Beaucoup de prohibitionnistes

ont justifié leur position par ce type de paternalisme

pédagogique. C’est pour leur bien que nous voulons

contraindre ces filles à se dévoiler; c’est pour favoriser

leur émancipation. Pourtant, à supposer que le port

du foulard soit la marque d’une aliénation plus caractérisée

que nombre d’autres comportements sociaux,

pour lesquels aucune mesure de répression n’a jamais

été envisagée, force serait de reconnaître qu’il se serait

28

la «gauche», les Noirs et les Arabes

agi là d’un genre « d’aliénation volontaire » à laquelle

on opposait donc une « émancipation obligatoire »,

comme si une telle obligation d’émancipation était

même simplement possible. Le paradoxe est d’autant

plus grand que, de l’avis général, l’un des principaux

moyens d’émancipation qu’offre la société est précisément

l’apprentissage scolaire.

4) L’école publique peut choisir son public. Autrement

dit, l’école peut cesser d’être un service public

Là encore, énoncée dans sa nudité, cette figure est

inacceptable pour les tenants, «à gauche», de la prohibition.

Les croisés antifoulard disposaient toutefois

ici d’une échappatoire : il ne s’agit pas, disaient-ils,

d’interdire à qui que ce soit l’accès au service public

de l’éducation nationale ; seul « le foulard » en serait

exclu. Ce sophisme a été répété

émaillé les débats de l’Assemblée nationale: les récalcitrantes

s’excluaient d’elles-mêmes, il ne tenait qu’à

elles de rester à l’école…

On comprend bien pourquoi ces quatre figures ne se

donnaient généralement pas comme telles et se sont

donc retrouvées largement hors du « débat ». Les

motifs explicites les ont en effet dissimulées et ont

donné le ton : celui de la laïcité et celui du féminisme

en tout premier lieu, plus accessoirement celui de

«l’intégration » et divers motifs plus ou moins nationalistes

cachant mal – ou pas du tout – leur caractère

islamophobe. L’ensemble de ces motifs était

lui-même souvent subsumé sous celui de la République,

dans le cadre de la réappropriation déjà évoquée

de la rhétorique républicaine par certains

courants étatistes, nationalistes et sécuritaires de la

1.ad nauseam et a

29

Les termes du débat

1.

populaires dans les manifestations

organisées par le collectif « Une école

pour toutes et tous », était

précisément : « École publique ! Choisis

pas ton public ! »

L’un des mots d’ordre les plus

gauche. Mais c’est bien la mise en oeuvre des principes

souterrains que l’on vient d’expliciter qui a

abouti à la déscolarisation de quelques centaines de

jeunes filles. Et tous convergent vers une conception

générale de la société marquée par la domination

d’élites légitimes, la force de la loi et l’étatisme sous

une forme ou sous une autre. Ce n’est donc pas anticiper

de manière trop arbitraire sur les résultats de

notre étude que de voir là l’un des aspects fondamentaux

de la fracture révélée dans la gauche par

la lumière rasante de « l’affaire du foulard».

L’articulation des motifs explicites avec les principes

implicites, la manière dont ils ont pu s’imposer, au

rebours de toute rationalité, dans le débat public et

dans les positions soutenues par une fraction hégémonique

1

de « la gauche », voilà ce qu’il s’agit à présent

de mettre en évidence et de chercher à

comprendre. Si le motif laïque a été d’emblée mis au

premier plan, c’est le motif féministe qui a semblet-

il, en définitive, soudé le consensus prohibitionniste

– à tel point que les « ultras », les représentants des

courants les plus laïcistes de la galaxie laïciste se

réclamant de la « gauche républicaine

désormais faire du combat féministe un aspect du

combat laïque – et vice-versa. Cette nouvelle alliance

paraîtra relever d’une ironie douteuse à qui se rappelle

le caractère particulièrement sexiste des barbus

qui furent les « pères fondateurs » de la laïcité à

2 », prétendent

30

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

nécessairement majoritaire. Mais les

formes prises par le débat ont rendu

très difficiles l’expression des avis

divergents ; la diabolisation, sous

l’appellation « d’islamogauchistes »,

des antiprohibitionnistes, y a sans

doute contribué.

Hégémonique ne signifie pas ici

2.

laïques » (UFAL), présidée par

Bernard Teper, qui semblerait vouloir

jouer le rôle d’une sorte de

Congrégation pour la doctrine de la foi

laïque, ou la feuille électronique

ResPublica. Ces courants extrémistes

ont toutefois ultérieurement réussi

l’exploit de se laisser déborder dans

leurs excès rhétoriques par le courant

« Riposte Laïque » animé par Pierre

Cassen.

Par exemple, « l’Union des familles

la française, expliquant même leur hostilité au droit

de vote des femmes par le fait qu’elles auraient été

trop sensibles à la propagande des curés

1

L’argumentation laïque

C’est d’abord au nom de la « laïcité » que les bons

esprits commencèrent à s’en prendre au « foulard à

l’école » et aux lycéennes qui le portaient. Le fait

n’était pas nouveau et c’est déjà sous cet angle que

la question avait été abordée lors de chacune des précédentes

« affaires », ainsi celle qui avait une première

fois défrayé la chronique à Creil en 1989 et qui

s’était, sur le strict plan juridique, conclue par la

déroute des prohibitionnistes. Contre l’opinion du

proviseur du lycée, la juridiction administrative avait

finalement considéré que le port du « foulard islamique

» par une élève ne pouvait être considéré en

lui-même comme une atteinte au principe, tant légal

que constitutionnel, de la laïcité et ne pouvait à lui

seul justifier une exclusion. Cette solution allait de

soi, dans la mesure où le principe de laïcité avait toujours

été considéré comme s’imposant au service

public de l’école et non à ses bénéficiaires

qu’au prix d’une véritable révolution conservatrice

2. Ce n’est

31

Les termes du débat

1.

laïcité, non aux amalgames

Internet de l’IPAM.

Voir Monique Crinon, Féminisme et, sur le site

2.

précédent, voire comme texte

justifiant à lui seul l’exclusion, une

circulaire de Jean Zay, ministre du

Front populaire, interdisant en

particulier aux élèves des lycées le

port d’insignes politiques. Cette

interdiction, destinée à garantir la

paix scolaire à une époque où se

multipliaient les affrontements entre

jeunes gens d’extrême gauche et

d’extrême droite, entre communistes

et activistes des Ligues, n’avait en fait,

au-delà d’une référence formelle,

proprement rien à voir avec la laïcité –

tout au moins dans sa définition

traditionnelle. C’est donc de manière

tendancieuse qu’elle est invoquée.

Voir par exemple Henri Peña-Ruiz,

On a parfois invoqué comme

Qu’est-ce que la laïcité ?

2003; id.

Gallimard, 2005. La circulaire de Jean

Zay affirme le refus de tout

prosélytisme à l’école, mais ce refus

est bien pris en compte par la

jurisprudence du Conseil d’État.

, Gallimard,Histoire de la laïcité,

que, pour le cas particulier du « foulard

exigence put être formulée à la charge des élèves.

Mais s’il était juridiquement intenable, le motif

laïque présentait un indiscutable avantage rhétorique

– tant la question de la laïcité est sensible en

France – autant qu’un avantage identitaire pour une

certaine sensibilité de gauche. En effet, la mise en

place de l’école publique par Jules Ferry et la séparation,

en 1905, des Églises et de l’État sont le résultat

de combats menés par la gauche dans un contexte

où le rôle réactionnaire de l’Église catholique, qui ne

s’était pas résignée au principe républicain, était l’une

des données importantes des rapports de force politiques.

Ces combats demeurent des éléments du patrimoine

idéologique et politique de la gauche. Si le

principe de la séparation des Églises et de l’État n’a

plus guère été remis en cause par la République

n’en va pas de même de l’école publique, laïque et

obligatoire, souvent attaquée, et toujours défendue

avec un juste acharnement par toutes les tendances

confondues de la gauche

une part non négligeable, l’école privée soit l’école

catholique a puissamment contribué à assimiler

défense de l’école publique et défense de la laïcité.

1 », une telle2, il3. Le fait que, en France, pour

32

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

la loi du 15 mars 2004 ait été conçue

spécifiquement pour le « foulard » est

un point sur lequel il ne semble pas

utile de revenir ici. Il n’est d’ailleurs

contesté par aucun observateur

sérieux, et les parlementaires qui l’ont

adoptée en avaient pleinement

conscience. Les quelques garçons

sikhs exclus en application de la loi

font à l’évidence figure de dégâts

collatéraux.

Que, malgré ses termes généraux,

2.

institutionnel. Mais d’un point de vue

plus symbolique, les références

religieuses des autorités de l’État ont

eu dans la dernière période tendance

à se multiplier ; les discours de Nicolas

Sarkozy au Latran et à Ryad flirtent

en particulier avec la remise en cause

de la laïcité. Voir Laurent Lévy,

En tout cas du point de vue

Nicolas Sarkozy, apprenti sorcier de la

laïcité

Les Mots Sont Importants,

http//lmsi.net.

, sur le site Internet du collectif

3.

gauche ne rend que plus surprenante

– et scandaleuse – l’affirmation parfois

proférée, en particulier par Élisabeth

Guigou, ancienne ministre de la

République et députée socialiste de

Seine-Saint-Denis, expliquant devant

l’Assemblée nationale que les filles

voilées n’avaient qu’à se contenter des

écoles privées.

Cette attitude constante de la

Quoi qu’il en soit, la défense de la laïcité est depuis

plus d’un siècle un des points de ralliement de la

gauche, le Veau d’or de la République, l’une de ses

idoles sacrées

Si, appliqué à la question du « foulard à l’école »,

ce thème était d’une efficacité rhétorique redoutable

– son caractère intouchable rendant scandaleuse toute

posture suspectée de lui porter atteinte – il était néanmoins,

sur le strict plan de l’argumentation rationnelle,

totalement dépourvu de pertinence

ne tienne : on allait simplement changer la définition

même de la laïcité pour pouvoir faire entrer sous sa

juridiction le comportement des bénéficiaires du service

public. C’est ainsi que, de manière d’abord insensible,

les intégristes de la laïcité mirent en avant, et

firent partager à des secteurs de plus en plus larges

de l’intelligentsia médiatico-politique, la définition

suivante : la laïcité serait le principe de séparation

« de la sphère publique » et « de la sphère privée

Même le petit père Combes

retrouver ses ouailles. Car d’une telle définition il

n’est même pas possible de tirer l’idée d’une séparation

de l’Église et de l’État, ni d’une École publique

non confessionnelle, sauf à supposer admise la thèse,

réfutée par toute l’expérience historique et anthropologique,

que la religion appartiendrait par nature

à une quelconque « sphère privée ». Comme si les

cimetières municipaux n’étaient pas couverts de croix

1.2. Qu’à cela3 ».4 aurait eu du mal à y

33

Les termes du débat

1.

paradoxale. Elle est pourtant

employée ici ou là. Ainsi, à la tribune

de l’Assemblée nationale, le député

communiste André Gérin pouvait-il

s’écrier : « La laïcité est une valeur

sacrée de notre République ! » Lors de

la manifestation célébrant le

centenaire de la loi de 1905, on

pouvait voir cet étrange slogan :

« Laïcité sacrée ! »

La formule peut sembler

2.

arguments laïques contre

l’interdiction législative du voile »,

Du bon usage de la laïcité

Voir Marc Jacquemain, « Dixin, op. cit.

3.

critique détaillée

Spectre du communautarisme

Cette « définition » fait l’objet d’unein Laurent Lévy, Le, op. cit.

4.

sur la loi de séparation des Églises et

de l’État de 1905, d’une laïcité

anticléricale de combat.

Ardent défenseur, lors des débats

34

la «gauche», les Noirs et les Arabes

chrétiennes, comme si les églises ne trônaient pas au

centre des villages

Mais surtout, on allait donner à ce thème une nouvelle

jeunesse en le parant de toutes les vertus. Dans

le vocabulaire relooké de tout un secteur de la gauche

et de la droite à l’unisson, la laïcité allait cesser d’être

le principe de l’indépendance de la politique à l’égard

des religions, mais devenir le coeur même de toute

politique, liberté, égalité et fraternité confondues, un

principe d’ailleurs que l’on projetait d’adjoindre,

comme pour être plus sûr, à la devise de la République.

Cette nouvelle fortune de la laïcité n’avait en

tout et pour tout qu’un seul fondement: ce qui la rendait

si puissante et si désirable, c’est qu’elle était

l’instrument par lequel on condamnait le « foulard »

et avec lui l’ensemble des images fantasmatiques

véhiculées dans le débat public par cette campagne :

le « danger intégriste », le « péril islamiste », le terrorisme

rampant et tout ce qui s’ensuit.

C’est ainsi qu’André Gérin

à l’Assemblée nationale : « La laïcité est un

idéal positif, à partir duquel nous repolitiserons notre

pays. » Et pour donner une connotation « antilibérale

» à sa diatribe, il ajoutait : « L’intégrisme religieux

se nourrit de la dérégulation libérale comme

tous ceux qui se croient au-dessus des lois. » Ce qui

ne l’empêchait pas de compléter: «Je fais mienne la

proclamation solennelle du Président: “La République

s’opposera à tout ce qui sépare, à tout ce qui retranche,

à tout ce qui exclut.”» Pour ce faire, elle devait exclure

les filles voilées de l’école publique.

1.2 pouvait déclarer crânement

1.

Bernard Dréano, site IPAM.

Sur la distinction foi / religion, voir

2.

maire de Vénissieux, André Gérin est

connu comme l’un des animateurs du

courant « orthodoxe » au sein du PCF.

Friand de thèmes républicains et

sécuritaires, il est entre autres

l’auteur d’un livre sur les banlieues

dont il a confié l’élogieuse préface au

député UMP de Seine-Saint-Denis, Éric

Raoult, qui partage ses conceptions

répressives. Depuis, il s’est illustré par

une campagne contre la « burqa ».

Député communiste du Rhône,

Pourtant, ce serait une erreur de croire que l’ensemble

du mouvement laïque en France a milité pour

la prohibition. Bien au contraire, en conformité avec

le sens que la laïcité avait toujours pris dans ce pays,

de grandes organisations laïques et nombre de

groupes locaux se prononcèrent en sens inverse.

Ainsi la direction nationale de la Fédération des

conseils de parents d’élèves (FCPE), dont l’attachement

à la laïcité est l’une des caractéristiques identitaires,

se plaça résolument dans le camp antiprohibitionniste,

même si cela ne fut pas toujours la ligne suivie par l’ensemble

des militants ou des conseils locaux. Il en fut

de même des principaux syndicats enseignants (à l’exception

notable du principal syndicat des proviseurs de

lycée) et de la Ligue de l’enseignement. La Ligue des

droits de l’homme, organisation assurément laïque

même si la laïcité n’est pas son premier objet, se prononça

aussi très clairement contre la prohibition; son

président d’alors, Michel Tubiana, ainsi que son successeur

Jean-Pierre Dubois intervinrent à de nombreuses

reprises dans ce sens. De vieilles organisations

laïques comme l’Union rationaliste et sa revue

présente

les loups. Lorsque, par l’effet de la loi, les déscolarisations

d’élèves se multiplièrent

des associations ou des amicales laïques qui, au niveau

local, entreprirent de les soutenir, y compris par l’organisation

de cours de rattrapage et d’aide scolaire

à celles qui pouvaient s’engager dans une scolarité

par correspondance. Les missionnaires de la prohibition

se sont plutôt recrutés dans de petites organi-

Raisons’abstinrent également de hurler avec1, ce furent souvent

35

Les termes du débat

1.

d’élèves par l’effet de la loi est difficile

à évaluer ; pour la seule rentrée 2004,

il est en toute hypothèse supérieur à

300, et doit être plus proche de 600.

On trouvera de nombreux

témoignages sur l’application concrète

de la loi in

Le nombre des déscolarisationsLes filles voilées parlent,

op. cit.

le « Comité 15 mars et libertés » :

Voir aussi l’ouvrage réalisé par

Rentrée 2004 – Une vérité dévoilée

éd. Bayane, 2005. Ce dernier

document peut être téléchargé en

ligne.

,

sations d’activistes saisissant cette aubaine pour faire

parler d’elles et sortir de leur relatif anonymat

Il n’en est pas moins vrai qu’un certain nombre de

personnes et de regroupements, conformément aux

calculs des ultras, se découvrirent soudainement un

profond attachement à la laïcité, en faisant même un

aspect de leur identité, quand bien même ils n’en

auraient jamais soufflé mot auparavant. C’est ainsi

que le mouvement SOS-Racisme mit ce thème au

coeur de ses interventions ou que les membres de la

minorité prohibitionniste qui, au MRAP, condamnaient

le choix inverse de leur secrétaire général Mouloud

Aounit, imposèrent l’affirmation laïque comme un

des « fondamentaux » de cette organisation – ce qui

eut d’ailleurs pour effet, sans doute paradoxal à leurs

yeux, de faire du MRAP une autre organisation

« laïque » antiprohibitionniste.

Le cas le plus exemplaire à cet égard est certainement

celui de l’association Ni Putes Ni Soumises

(NPNS), produit marketing conçu par la socialiste

Fadela Amara, portée sur les fonts baptismaux par

ses grands frères de SOS-Racisme, et largement commercialisée

par le PS et de larges fractions de « la

gauche» (et de la droite). Dans le livre éponyme signé

par sa fondatrice

qu’une part très accessoire, il est simplement men-

1.2, le thème de la laïcité n’occupe

36

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

des familles laïques (UFAL), officine

dont le président Bernard Teper,

républicaniste de choc, par ailleurs

membre de la direction de Attac, ne

ménagea ni sa peine, ni ses réseaux,

ni son aptitude à l’omniprésence et au

lobbying en milieux militants, dans sa

croisade. L’UFAL et son président – qui

ont dans cette période multiplié les

outrances, développant de façon

significative, entre autres par le biais

d’Internet, en même temps qu’un

discours d’exclusion, un discours

sécuritaire et une islamophobie

compulsionnelle (que ce soit lors des

attentats de Londres de l’été 2005 ou

lors des révoltes des quartiers

populaires en octobre de la même

année) – se sont d’ailleurs vantés

et orbi

courageux combat contre quelques

adolescentes.

C’est en particulier le cas de l’Unionurbid’avoir porté à bouts de bras ce

2.

de Sylvia Zappi,

La Découverte, 2003.

Fadela Amara, avec la collaborationNi Putes Ni Soumises,

tionné parmi d’autres sans jamais être mis particulièrement

en avant, et Fadela Amara, qui ne cache

certes pas son hostilité au voile

nettement que ce serait une erreur de légiférer à son

sujet. Manque de chance, le livre, paru en septembre

2003, avait été écrit juste un peu trop tôt. Quelques

semaines plus tard, quand le parti socialiste eut pris

position pour la prohibition, NPNS se mit à faire de

la laïcité un thème central de toutes ses actions et

Fadela Amara devint l’une des plus ardentes parmi les

défenseurs de la loi antifoulard

On peut donc parler d’une recomposition du parti

laïque, ses branches les plus traditionnelles ayant été

les moins enthousiastes dans le combat prohibitionniste

alors que des organisations prohibitionnistes

en venaient à se déclarer laïques pour justifier leur

posture. La laïcité, en cette circonstance, s’est transformée

en un étendard vide de sens ou plutôt a prêté

sa forme irrécusable, inattaquable en tant que telle,

pour servir de feuille de vigne au véritable fondement

du prohibitionnisme, le rejet, rarement assumé

l’islam.

Le thème du féminisme fut instrumentalisé de la

même manière.

1, y affirme néanmoins2.3, de

37

Les termes du débat

1.

quelque tendresse le « petit foulard»

porté par les mères de familles qui

défilaient avec les marcheuses de

NPNS le 8 mars 2003.

Elle n’en évoque pas moins avec

2.

retournements de veste de la

présidente de NPNS ne s’arrêteront

pas là : elle deviendra sous-ministre de

Nicolas Sarkozy, chargée de la

kärcherisation des quartiers

populaires. Voir Laurent Lévy,

de la soupe

Comme on le sait, lesL’Odeur, http//lmsi.net.

3.

même! Ainsi, le groupe « Riposte

laïque » s’est-il démarqué de

l’islamophobie trop implicite à son gré

de l’UFAL ou de la feuille

pour en faire un thème explicite, au

centre de toute son activité.

Rarement, mais parfois tout deResPublica,

38

2. L’argumentation féministe

Et moi pour la juger qui suis-je ?

(Aragon)

Les prohibitionnistes ne pouvaient se borner à mobiliser

le thème laïque. Malgré son côté «intouchable»,

il n’était en réalité pas aussi mobilisateur que l’auraient

souhaité ses promoteurs, et pouvait même

apparaître auprès de certains comme fleurant bon

la naphtaline. En outre, du fait de son absence de

pertinence au regard de l’histoire même du principe

de laïcité en France

constante du Conseil d’État, il manquait en

partie son effet. C’est pour cela que s’est trouvé mobilisé

celui, bien plus facile à exploiter, du féminisme

Personne ne s’était jamais tant prévalu du féminisme

que durant cette période où les lycéennes

musulmanes furent exposées sur le devant de la

scène. Il ne s’agissait plus de critiquer ou de combattre

le patriarcat, la division de la société en genres;

il suffisait de rejeter, sans le moindre effort d’analyse

et en s’appuyant sur les clichés les plus sommaires,

l’islam et plus précisément ce nouvel ennemi: le «garçon

arabe

était du côté des prohibitionnistes car si la laïcité

mobilisait assez peu l’opinion publique, il n’en allait

pas de même de l’égalité entre les sexes. Et dans un

pays où, chaque semaine, trois femmes meurent sous

les coups de leur compagnon, où les salaires des

1, sur laquelle était fondée la jurisprudence2.3 ». Encore une fois, l’efficacité rhétorique

1.

principal théoricien, Jean Baubérot,

seul membre de la Commission Stasi,

chargée d’un rapport au président de

la République sur cette question, à

avoir voté contre ce rapport.

Rappelée en particulier par son

2.

Christine Delphy,

Sur l’argumentation féministe, voirClasser, Dominer,

op. cit.

, Pierre Tevanian,

La République du mépris

Joan W. Scott,

Monique Crinon,

, op. cit.,op. cit., ainsi queop. cit.

3.

Souilamas,

arabe

Voir Éric Macé et Nacira Guénif-Les Féministes et le garçon, L’Aube, 2005.

femmes restent, en toute illégalité, inférieurs à ceux

de leurs collègues masculins, où le droit à l’interruption

volontaire de grossesse se heurte à des procédures

et des pratiques qui en restreignent toujours

plus le libre exercice, où le corps des femmes est un

argument de vente pour la moitié des produits industriels,

où la représentation nationale est l’une des

plus mâles d’Europe, il semblait rassurant de laisser

entendre que la dernière Bastille à faire tomber pour

parachever l’émancipation féminine se trouvait dans

les banlieues, sillonnées de hordes sauvages de caïds

et de barbus en djellaba, et prenait la forme d’un

morceau de tissu.

Il est aussi significatif qu’étrange de pouvoir évoquer

comme document emblématique, à propos d’un

clivage politique au sein de la gauche, et au moment

où l’on se penche sur le thème du féminisme, un texte

paru dans le magazine

colonnes de ce journal féminin, dont le caractère progressiste

n’avait jamais frappé les imaginations, qu’on

put prendre connaissance de la pétition «Notre appel

à Monsieur Jacques Chirac » et de ses prestigieuses

signataires

de promouvoir l’adoption d’une loi prohibant le foulard

à l’école. Semblant se considérer investies d’une

mission de salubrité publique et certaines de représenter

une opinion unanime, les signataires déclaraient

: « Le voile islamique nous renvoie toutes,

musulmanes et non musulmanes, à une discrimina-

Elle. C’est pourtant dans les1, pressant le président de la République

39

Les termes du débat

1.

parmi les premières signataires :

Élisabeth Badinter, Fadela Amara,

Edmonde Charles-Roux, Sonia Rykiel,

Nicole Garcia, Yvette Roudy, Colline

Serreau, Catherine Breillat, Julia

Kristeva, Isabelle Huppert, Éliette

Abecassis, Josiane Balasko, Caroline

Eliacheff, Antoinette Fouque, Inès de

la Fressange, Benoîte Groult, Corinne

Lepage, Élisabeth Roudinesco, Bettina

Rheims, Isabelle Adjani, Emmanuelle

Béart, Dominique de la Garanderie,

Leïla Babès, Catherine Millet, Michelle

Perrot, Line Renaud, Muriel Robin,

Ariane Mnouchkine, Valeria Bruni-

Tedeschi, Françoise Héritier, Jane

Birkin, Dominique Méda, Françoise

Chandernagor…

Citons, pêle-mêle et entre autres,

tion envers la femme qui est intolérable. Toute complaisance

à cet égard serait perçue par chaque femme

de ce pays comme une atteinte personnelle à sa

dignité et à sa liberté. » La liberté et la dignité des

lycéennes voilées semblaient oubliées dans cette

déclaration mais sans doute les pétitionnaires ne les

considéraient-elles pas comme des femmes « de ce

pays ». Elles concluaient : « Nous toutes, citoyennes

de ce pays, attendons de la République un symbole

fort pour défendre nos droits et de vous, Monsieur le

Président, un soutien indéfectible à notre cause légitime.

Sinon, l’égalité et la laïcité ne seraient que des

mots. » Racoleur, l’article était annoncé dès la page

de couverture du magazine, transmué pour la circonstance

en feuille militante, sur laquelle se déployait

comme accoutumé l’image suggestive d’un évanescent

mannequin anorexique.

De même que les ultras de l’intégrisme laïque

étaient loin de représenter le mouvement laïque dans

son ensemble, le « féminisme de

de représenter le mouvement féministe dans son

ensemble. Ce dernier se montra plus paralysé que

levé en masse pour la croisade prohibitionniste. De

nombreuses militantes féministes, investies quotidiennement

dans la défense des droits des femmes,

choisirent simplement de se taire sous la pression

des courants prohibitionnistes, afin d’éviter les risques

d’éclatement d’organisations ou de regroupements

aux équilibres fragiles.

De petites organisations féministes, comme Femmes

publiques ou Femmes plurielles, prirent toutefois clairement,

et dès l’origine, une position antiprohibitionniste

tranchée. Il en fut de même de certaines

personnalités, dont la plus emblématique, compte

tenu à la fois de son importance dans l’histoire et

dans la théorie du féminisme et du rôle actif qu’elle

a joué dans la lutte antiprohibitionniste, est certai-

Elle» était bien loin

40

la «gauche», les Noirs et les Arabes

nement Christine Delphy

féministe fut profondément divisé sur cette question.

Ce n’était pas la première fois qu’il l’était, les

débats sur la parité par exemple n’avaient pas toujours

été de tout repos ; de même, il y existait d’importantes

divergences sur la question de la répression de la prostitution

Mais le débat sur le «foulard» y prit comme

dans l’ensemble du pays un tour passionnel.

Le fait que le mouvement féministe ne se soit pas

engagé en bloc pour la défense de jeunes filles que

la loi se proposait de réprimer est d’autant plus paradoxal

que cela n’avait pas été le cas en 1989. Une

première explication est sans doute celle que donne

de manière ironique Christine Delphy qui a théorisé,

entre autres choses, les relations entre la pensée féministe

et celle de l’antiracisme

important, qu’elles sont féministes, les féministes sont

des hommes comme les autres

les rend pas comme par magie imperméables au discours

ambiant et il ne suffit pas d’être ou de se dire

«féministe» pour porter sur toute question un regard

spontanément féministe.

Le premier argument spécifiquement « féministe »,

ou se voulant tel, mis en avant dans le débat est tiré

d’une interprétation aussi sommaire qu’intemporelle

de la « signification » du foulard, souvent qualifié,

pour les besoins de la cause, de voile

1. Il demeure que le mouvement2.3 : « Mis à part le fait,4. » Le féminisme ne5, de tchador6 ou

41

Les termes du débat

1.

Gaspard, Huguette Bouchardeau,

Françoise Collin ou Clémentine

Autain, au nombre des féministes

notoires à s’être prononcées contre la

prohibition.

On peut aussi citer Françoise

2.

Féminismes en questions – Éléments

pour une cartographie

2005

Voir Christelle Taraud, Les, Amsterdam,

3.

Voir Christine Delphy, op.cit.

4.

Conversation avec l’auteur.

5.

foulard ne refusent généralement pas

de l’appeler « voile » ; en toute

hypothèse, il s’agit de traduire en

français ce qu’en arabe on désigne

comme «hijab ».

Les femmes musulmanes portant le

6.

iranienne, particulièrement austère et

couvrante, de hijab.

Le tchador est une version

de burka

le symbole et l’instrument de l’oppression des femmes

musulmanes – et à travers elles des femmes tout

court. Ainsi, beaucoup de féministes, tout comme les

féministes de

vue d’un foulard ; mais l’inverse était sans doute plus

vrai encore, et beaucoup de personnes se sentant

« agressées » à la vue d’un foulard se prétendirent

féministes, voire en conclurent ou se persuadèrent

qu’elles l’étaient, venant grossir les rangs du « féminisme

prohibitionniste ». Si certaines femmes voilées

se bornent, avec un certain à-propos, à leur suggérer

une bonne psychothérapie pour soigner cette phobie

on n’en est pas moins obligé de prendre en

compte, comme un fait, cette réaction comme physique

de refus du foulard, cet arc-réflexe qui se donne

pour féministe.

Pour de nombreuses féministes, en particulier parmi

celles qui avaient contribué aux grands combats pour

l’émancipation et les droits des femmes dans les

années 1970, le foulard apparaissait comme la

marque d’une régression au regard de leurs luttes

passées, et elles supportaient difficilement le spectacle

de ces jeunes femmes s’engageant dans une

voie qui leur semblait tellement étrangère à celle

qu’elles avaient défrichée et à laquelle elles avaient

consacré des années de militantisme. Mais cette interprétation

unilatérale du « foulard » qui servit de justification

essentielle au prohibitionnisme militant

soulève immédiatement une remarque : c’est la pre-

1. Le voile serait, par essence même, à la foisElle, se dirent «agressées» par la simple2,

42

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

traditionnelle des femmes afghanes,

qui couvre la tête d’un genre de

panier grillagé à travers lequel elles

peuvent voir, mais qui masque la

totalité de leur visage.

La burka est la tenue vestimentaire

2.

psychanalystes observent que le

sentiment d’agression personnelle en

présence d’un voile renvoie les

femmes, sous couvert d’opinion, à une

part de leur propre inconscient.

fabula naratur

je raconte »), semblent leur dire les

femmes voilées.

L’idée n’est pas absurde, et certainsDe te(« c’est ton histoire que

mière fois dans l’histoire du féminisme que pour lutter

contre ce que l’on estime être une forme d’aliénation

et d’oppression des femmes, c’est aux femmes

que l’on considère opprimées que l’on décide de s’en

prendre. Ce « féminisme contre les femmes », tout

comme le « féminisme de

même phénomène: au mieux, un féminisme approximatif,

au pire un féminisme factice. Pourtant, on ne

peut se borner à ce constat dans la mesure où des

militantes, dont le féminisme n’avait rien de factice,

ont participé à ce concert.

Leur réponse à cette objection consistait en deux

arguments. Le premier est une simple application du

principe évoqué plus haut, « la fin justifie les

moyens » : l’exclusion de l’école des élèves voilées

serait le seul moyen, pour les filles de familles musulmanes

ne souhaitant pas porter le foulard, de résister

à la pression de leur entourage. Ce serait ainsi

une aide qui leur serait apportée dans « leur propre

chemin d’émancipation

au seul milieu scolaire n’empêcherait aucun père

de famille de contraindre sa fille à porter le foulard en

dehors de cet espace du collège ou du lycée de l’enseignement

public. En outre, elle pourrait – et cela a

été le cas – conduire à la déscolarisation de filles de

plus de 16 ans.

Le second argument opposé consiste à dire que les

filles voilées ne seraient pas elles-mêmes des victimes

mais des complices des oppresseurs, elles auraient

choisi leur camp et devraient en assumer les conséquences.

Cet argument guerrier est particulièrement

mal venu dans la mesure où personne n’a jamais pu

Elle », semble relever du1 ». Mais la prohibition limitée

43

Les termes du débat

1.

employée à l’Assemblée nationale par

le député communiste de Seine-Saint-

Denis François Asensi pour justifier

son soutien à la loi d’exclusion.

C’est la formule par exemple

citer un seul cas d’une fille voilée voulant rendre obligatoire

pour les autres ce qu’elle s’impose à ellemême.

En outre, ce que montre un examen attentif

des réalités, c’est que nombre d’entre elles appartiennent

à des fratries dans lesquelles certaines soeurs

le portent et d’autres non, ou encore le portent contre

le souhait ou la volonté de leurs parents. Cette théorie

policière de la « complicité » ou du « camp choisi»

était étrangère à l’arsenal militant du féminisme qui,

jusqu’alors, ne s’était jamais retourné contre les

femmes s’identifiant à des modèles qu’il rejetait.

L’un des éléments qui a fait du débat sur le foulard

un faux débat est précisément le refus d’entendre ce

que les filles voilées pouvaient bien avoir à en dire

et même d’envisager, au-delà de leur propre discours,

la portée de leur choix indépendamment de la tradition

dont elles pouvaient se réclamer. Or, si l’on met

à part les travaux simplement apologétiques ou journalistiques

en quête d’exotisme orientaliste, les études

des sociologues comme le discours des intéressées

laissent apparaître des significations bien plus complexes

et multiples au choix du foulard par de jeunes

musulmanes dans la France d’aujourd’hui. Le besoin

d’affirmation identitaire ou personnelle dans un

monde aux repères brouillés, la volonté de résistance

culturelle aux moules dominants ou le souci d’une

adhésion scrupuleuse à des règles religieuses vécues

comme impératives s’y mêlent et s’articulent, ren-

1,

44

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

commission Stasi de ne pas entendre

de femmes voilées : « Nous ne sommes

pas convaincus par vos arguments »,

leur disait-on à l’avance. L’un des buts

de l’ouvrage précité

parlent

un rééquilibrage, même limité, au

débat.

Ce fut le choix explicite de laLes filles voiléesest précisément de proposer

dant caduque toute tentative d’une explication simpliste

de cette réalité

Ainsi, dans le mouvement féministe comme ailleurs,

le débat à propos du foulard a divisé les tenantes et

tenants d’une dogmatique abstraite, cantonnée dans

l’ignorance plus ou moins consciente et plus ou moins

volontaire, et donc plus ou moins coupable, des réalités

vécues, et celles et ceux qui reconnaissaient sous

le voile des êtres pensants, faits de chair et de sang,

et parfaitement dignes d’écoute et de respect.

Il ne semble pas qu’on ait assisté à de tels déchirements

dans le mouvement féministe à propos d’autres

pratiques vestimentaires ; et là encore, comme dans

le cas du prohibitionnisme «laïque», on ne peut s’empêcher

de s’interroger sur les raisons qui font un sort

particulier au foulard, dans des termes impensables,

par exemple, pour les talons-aiguilles ou pour la minijupe.

On a dit que la femme voilée se soumettait ainsi

au désir de l’homme ; il est pourtant difficile de faire

du hijab un attribut particulièrement érotique. On a

reproché au foulard d’être en toute hypothèse un

marqueur d’identité sexuelle, inadmissible en tant

que tel ; le point n’est pas inexact, mais de tels marqueurs

sont nombreux dans des usages qui ne sont

que rarement remis en cause,

condamnés, et on a pu entendre ce reproche dans la

bouche de femmes qui n’hésitent pas à porter du

rouge à lèvres ni à chausser des talons hauts

1.a fortiori réprimés ou2.

45

Les termes du débat

1.

Dounia Bouzar,

pas

Nordmann

islamique en question

Françoise Gaspard et Farhad

Khosrokhavar,

République

Joan W. Scott,

et Véronique Giraud, introduction à

Alma et Lila Lévy,

nombreux travaux cités ; Collectif,

filles voilées parlent

Voir entre autres, Saïda Kada etL’une voilée, l’autre, Albin Michel, 2003 ; Charlotteet alii, Le Foulard, op. cit. ;Le Foulard et la, La Découverte, 1995 ;op. cit. ; Yves Sintomerop. cit., et lesLes, op. cit.

2.

militante « historique » de la LCR,

Jeannette Habel, le pointant du doigt

du haut de ses talons lors d’un débat

public pour l’interpeller : « Les

hommes, eux, ne portent pas la burka,

n’est-ce pas, Laurent Lévy ! »

L’auteur garde le souvenir d’une

À propos de la minijupe, on peut citer cette éclairante

remarque de l’anthropologue italienne Anna-

Maria Rivera, militante féministe et antiraciste, dans

un article publié au début de l’année 2004 par le quotidien

communiste indépendant

introduire une réflexion sur la querelle française du

« foulard », elle rappelait ce souvenir personnel de

l’époque où elle était une jeune activiste féministe

dans le Mezzogiorno profond : « À la fin des années

1970, les jeunes femmes que nous étions quittèrent

tout à coup minijupes et jeans moulants pour revêtir

de longues jupes à fleurs. La “jupe féministe” se répandit

dans les écoles et les universités et il n’y eut ni proviseur

ni professeur qui parvînt à avoir raison de ce

signe ostentatoire. Toutes, peut-être, n’en étaient pas

conscientes mais cette façon de se vêtir

Il Manifesto. Poursi féminine

était le résultat du mécanisme qui peut se définir

comme “retournement du stigmate”: la transformation

d’un signe d’une appartenance dévalorisée en

emblème orgueilleusement affiché, selon le classique

modèle de

d’ironie, la multitude (comme on dirait de nos jours)

des jeunes femmes de tous âges qui composaient la

marée du mouvement féministe redonna vigueur à

un costume qui, dans l’opinion commune, pouvait évoquer

une féminité traditionnelle et passivement acceptée.

Dans cette tenue (qui par la suite, comme il arrive

souvent, devint une mode) il y avait le manifeste du

mouvement: la critique de l’émancipation à tout prix,

le droit de définir sa propre appartenance singulière

de genre. C’était surtout un symbole ironique et puissant

de rébellion contre la marchandisation du corps

féminin

black is beautiful. Avec un brin de génie et1

46

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

bien sûr italienne. L’auteure prend

soin de ne pas filer la métaphore et

précise qu’elle n’entend pas

« procéder ici à une assimilation entre

le

islamique et la jupe féministe. » Mais

elle poursuit : « La comparaison,

L’opinion commune évoquée estfoulard [en français dans le texte]

L’argument du prohibitionnisme « féministe », tiré

d’une interprétation univoque de la signification du

foulard, se prolonge et s’explique par un second argument,

tiré de la situation des femmes musulmanes

dans divers pays du monde où l’islam est la religion

dominante, voire exclusive, de la société. L’Arabie

Saoudite, l’Iran, l’Afghanistan, la région de Kano au

Nigeria et surtout l’Algérie de la guerre civile ont

ainsi été mobilisés en exemples. Ces exemples renforçaient

la stigmatisation des filles voilées comme

«complices» de l’oppression des femmes musulmanes

dans ces pays. Il va de soi que ces arguments n’étaient

guère convaincants: d’une part, on voit mal comment

de jeunes françaises seraient comptables de ce qui

se passe en Afghanistan ou au nord du Nigeria, à quoi

elles ne peuvent rien et que, généralement, elles

réprouvent sans ambages ; d’autre part, il y aurait

quelque forfanterie occidentale à croire que la répression

de lycéennes françaises serait de nature à venir

en aide aux femmes du monde musulman. Le caractère

français du port du hijab est ainsi d’une certaine

manière dénié, et l’islam de France est considéré

comme l’incursion en France d’une civilisation étrangère,

exigeant ses Charles Martel. Cette assimilation

de la question du foulard à une question étrangère,

qui fait ici une nouvelle apparition dans le discours

du prohibitionnisme féministe, aura été l’une des

constantes du débat – et une marque de ses implicites

xénophobes, quelle que soit l’allure « géopolitique

» qu’ils ont pu prendre.

Le thème de la situation des femmes en Algérie, ou

dans divers pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique,

invite à comparer la ligne de fracture relative au «fou-

47

Les termes du débat

toutefois, me permet de remarquer

une banalité oubliée dans la

querelle

autour de la loi française “contre le

voile” : la liberté féminine – pour

reprendre une formule abusive – ne se

mesure pas aux centimètres de corps

exposés aux regards. »

lard» à une autre ligne de fracture, qui avait quelques

années plus tôt opposé, dans l’appréciation de la situation

algérienne lors de la guerre civile, les courants

«démocratique» et «éradicateur» de la gauche. Celles

et ceux qui, même en dénonçant le Front islamique

du salut (FIS), avaient désapprouvé le coup d’État par

lequel il avait été mis fin au processus électoral algérien

lorsqu’il avait été au bord de la victoire, et celles

et ceux qui l’avaient applaudi. Si certains « éradicateurs

», comme le sociologue d’orientation marxiste

Saïd Bouamama, auteur d’analyses sans complaisance

de la situation algérienne, violemment hostiles au FIS

ont néanmoins choisi le camp antiprohibitionniste

dans la querelle du foulard en France, on a retrouvé

la plupart des autres dans le camp prohibitionniste

par un réflexe d’assimilation de deux situations pourtant

profondément différentes. Les militantes et militants

français qui avaient noué au cours de la guerre

civile des relations étroites avec les féministes algériennes

1,2

ont, très souvent, cru poursuivre ce même

combat en militant contre le port du foulard en France

– comme si le foulard avait été en lui-même l’enjeu

essentiel de la situation algérienne des années précédentes.

Prévalait ainsi l’interprétation théologique

du foulard comme marque d’intégrisme. C’est sans

doute, pour une part, ce qui explique l’engagement

radical de l’association Femmes solidaires

combat prohibitionniste.

3 dans le

48

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Racines de l’intégrisme

dans lequel le FIS est caractérisé

comme «fasciste ».

Saïd Bouamama, Algérie – Les, EPO, 2000,

2.

algériennes ont pris le parti

prohibitionniste dans le débat

français, comme s’il s’agissait d’une

continuité de leurs combats dans leur

pays, à tel point que certaines d’entre

elles, pourtant toujours algériennes et

toujours féministes, mais

antiprohibitionnistes, en vinrent à se

définir comme « ex-féministes

algériennes ».

La plupart des féministes

3.

françaises (UFF), organisation de

femmes longtemps liée au PCF. Lors

de la Fête de l’Humanité de 2009, elle

poursuivait ce combat douteux en

organisant un débat avec André Gérin

sur le « problème de la burka ».

Anciennement Union des femmes

Quoi qu’il en soit, la querelle du foulard aura profondément

affecté l’unité du mouvement féministe en

France. On a ainsi pu voir des cortèges de manifestations

se diviser, certains groupements refusant de

défiler, sur des mots d’ordre pourtant communs, avec

des femmes voilées. À l’occasion de la « journée des

femmes» du 8 mars 2005, l’association Ni Putes Ni

Soumises, entraînant une part du mouvement derrière

elle, faisait carrément sécession et organisait

son propre cortège deux jours plus tôt, au motif que les

mots d’ordre retenus par les organisatrices n’insistaient

pas assez sur la défense de la laïcité républicaine

et de la mixité. Et à la manifestation « officielle»

organisée par le Collectif national pour les droits des

femmes, qui fédère la plupart des organisations féministes,

le Collectif des féministes pour l’égalité

Collectif une école pour toutes et tous s’imposaient

dans le cortège, voilées et non voilées manifestant

dans la joie avec les gays et les lesbiennes des « Panthères

Roses », mêlant les slogans contre la prohibition

à ceux pour le libre choix de sa sexualité.

Quelques mois plus tard, lors de la manifestation

organisée à l’occasion du trentième anniversaire de

la loi Veil libéralisant l’interruption volontaire de grossesse,

les militantes voilées du Collectif des féministes

pour l’égalité étaient cette fois chassées

1 et lemanu militari

par les organisatrices. À la vue de l’une de ces féministes

voilées qui portait une pancarte marquée d’un

des slogans de la manifestation « Mon corps m’appartient

», une militante furieuse s’écria : «Toi, ton

corps t’appartient ? ça m’étonnerait ! » S’il lui avait

49

Les termes du débat

1.

l’égalité est un mouvement féministe

qui comprend des femmes

musulmanes, voilées ou non, et des

femmes non-musulmanes ; il a été

créé par des militantes du Collectif

une école pour toutes et tous (CEPT).

Le Collectif des féministes pour

appartenu, sans doute aurait-elle dû éprouver, dans

l’esprit de cette militante, le besoin de le montrer de

manière ostentatoire.

Dans ce climat de tension, de nombreuses féministes

préférèrent donc rester sur la réserve, ne pas

intervenir dans ce débat complexe et passionnel, complexe

parce que passionnel ; la crainte d’une fracture

irréversible du mouvement devait conduire, sur cette

question précise, à sa paralysie. Mais cette réserve,

cette paralysie même, ne profitait sur le fond qu’au

camp prohibitionniste. Ainsi, le Collectif national pour

les droits des femmes refusait la participation de

femmes voilées à ses réunions .

Le 4 février 2004, lors d’un grand rassemblement au

Trianon à Paris qui réunissait, à l’initiative du Collectif

une école pour toutes et tous, quelque cinq cents

personnes pour protester contre la loi alors en discussion

à l’Assemblée, Christine Delphy, très émue,

devait faire référence à ce refus : « Essayons de voir

le positif : le lien est désormais fait entre les féministes

et les jeunes femmes voilées, dont beaucoup

développent un féminisme non pas contre mais avec

l’islam. Et pourquoi pas ? Il y a longtemps que nous

dialoguons avec celles qui sont catholiques et féministes,

protestantes et féministes, juives et féministes.

Et si je termine par cette lueur rose dans un ciel

plombé, c’est que j’ai vu et entendu hier soir s’exprimer,

lors d’une réunion de “progressistes”, l’arrogance

coloniale et raciste la plus éhontée ; et que

j’en ai conçu un grand découragement. Si j’essaie ce

soir de vous convaincre que d’un mal peut sortir un

bien, c’est que j’essaie d’abord de me convaincre moimême;

et j’espère que vous m’y aiderez

1. »

50

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

document essentiel in Christine

Delphy,

Voir le texte complet de ceop. cit.

3. L’argumentation théologico-politique

Sganarelle : Qu’est-ce donc que vous croyez ?

Dom Juan: Ce que je crois ?

Sganarelle : Oui.

Dom Juan: Je crois que deux et deux sont quatre

et que quatre et quatre sont huit.

Sganarelle : La belle croyance ! […] Il faut avouer qu’il se met

d’étranges folies dans la tête des hommes.

(Molière – Dom Juan, Acte III scène 1)

L’assimilation du port français du hijab avec la situation

en Afghanistan ou dans d’autres pays où dominent

des conceptions guerrières de l’islam a conduit

les prohibitionnistes à énoncer, sous une forme plus

ou moins euphémisée, leur conception : la prohibition

aurait relevé du, bien sûr nécessaire, bien sûr

essentiel et bien sûr urgent, combat contre le nouvel

ennemi identifié par le Pentagone et le complexe militaro-

industriel américain, une fois retombées les dernières

poussières du Mur de Berlin : l’intégrisme

musulman.

En témoigne l’emploi répété, sans la moindre distance

critique, d’une série de mots pris comme autant

de synonymes pour définir un «ennemi» que l’on ne

prend jamais la peine d’identifier avec une précision

raisonnable: intégrisme, fondamentalisme, islamisme

Dans le contexte de l’après 11 septembre 2001

mots résonnent comme autant de bombes, comme

1.2, ces

51

1.

sens propre, l’intégrisme est un

courant dissident de l’Église

catholique, parfois nommé

traditionalisme, refusant le tournant

considéré comme « moderniste » du

Concile Vatican II, et que le

fondamentalisme désigne un certain

nombre de courants réactionnaires du

protestantisme aux États-Unis et dans

certains autres pays. L’emploi de ces

mots à propos de l’islam ne peut

qu’être métaphorique – une

métaphore de qualité au demeurant

médiocre, compte tenu des différences

existant entre les structures et les

traditions des religions en cause. Sur

le mot « islamisme », voir

Pour mémoire, on soulignera qu’auinfra.

2.

«

avions de ligne sur les tours jumelles

du World Trade Center, à New-York.

Date à laquelle, comme chacun sait,les musulmans» ont fait exploser des

un fracas meurtrier qu’il est légitime de dénoncer et

de combattre par tous moyens, fût-ce au prix d’approximations

sémantiques, d’à-peu-près rhétoriques,

de confusions historiques et sociologiques, et plus généralement

d’une ignorance totale. Et dans ce combat,

la «voilée» et le «barbu» sont les figures majeures de

l’ennemi.

Ce qui a construit l’image courante de l’islam en

France, de son histoire et de son actualité, ce ne sont

pas les recherches savantes de ceux qui l’ont étudié

de près, c’est le travail patient de l’imagerie médiatique,

forte de sensationnalisme orientaliste, dont ont

été abreuvées les représentations communes

vision qui en est sortie, loin de permettre de comprendre

la réalité du monde musulman ou celle de

l’islam en France, fournit tous les instruments nécessaires

à remplacer leur connaissance par de simples

jugements, négatifs et sans appel. Durant les mois

qui précédaient la « querelle du foulard », cette campagne

prit des proportions invraisemblables

semaine sans qu’un ou plusieurs magazines n’arborent

en page de couverture des images de hijab ou

de burka, de barbus à l’air féroce, de foules musulmanes

déchaînées. Le thème de la guerre ouverte

entre « l’Islam » et « l’Occident » était devenu une

constante de « l’information », et tout folliculaire en

mal de reconnaissance professionnelle se faisait spécialiste

de l’islam, sans avoir besoin de chercher ses

sources au-delà des articles de ses collègues ou des

1. La2. Pas une

52

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

impressionnant réalisé par Thomas

Deltombe dans

Découverte, 2004. Pour les besoins de

ce livre, un véritable modèle du genre

par l’accumulation de faits qu’il

analyse et la pertinence de son

commentaire, Deltombe a dépouillé

des centaines d’heures de journal

télévisé, afin de dégager les grands

traits de la construction médiatique du

«musulman» dans l’imaginaire

français.

Voir sur ce point le travailL’Islam imaginaire, La

2.

médiatique

de Jérôme Host

voilé

judicieusement compte dans ses

premières images de ce matraquage.

Voir Pierre Tevanian, Le Voile, op. cit. Le documentaireUn racisme à peinementionné en note 1, rend

livres à grand tirage, lesquels ne puisaient d’ailleurs

le plus souvent qu’aux mêmes sources d’information;

le système s’entretenait ainsi de lui-même. Quant aux

rares ouvrages savants, ils étaient dans bien des cas

le fait d’auteurs choisissant délibérément d’alimenter

le thème de la guerre des civilisations et participant

ainsi de la prophétie autoréalisatrice. Les quelques

auteurs s’efforçant de penser contre et malgré le courant

firent généralement l’objet dans les médias d’un

assourdissant silence

Dans un tel contexte, l’emploi acritique de mots

comme «islamisme », « intégrisme » ou « fondamentalisme

», ou encore d’une expression comme « l’islam

politique » ne peut être que la reprise des clichés

dominants tels qu’ils ont été élaborés en tant qu’objet

de crainte ou de répulsion par des années de propagande

guerrière ou de facilité journalistique. Ainsi,

le mot « islamisme » est parfois utilisé comme signifiant

simplement « islam

les mots « islamique » et « islamiste », donnant ainsi

une coloration douteuse à tout ce qui a trait à l’islam.

Et comme l’on passe vite de ce que l’on appelle

« intégrisme » à l’image du « terrorisme », on a ici

1.2 ». Ou encore, on identifie

53

Les termes du débat

1.

les ouvrages pourtant

remarquablement documentés de

François Burgat (

La Découverte, 1995 ;

l’heure d’Al-Qaïda

2005), ou de Bruno Etienne

(

Voir en particulier parmi d’autresL’Islamisme en face,L’Islamisme à, La Découverte,L’Islamisme radical, LGF, 1989 ;

L’Islam en France

parler de Jacques Berque ou de

nombreux auteurs de la génération

précédente. Pour une bonne synthèse

à destination du grand public,

débarrassée de tout préjugé

orientaliste, par un journaliste

arabisant, observateur attentif depuis

plusieurs décennies du monde

musulman et des réalités françaises,

voir Alain Gresh,

République et le monde

Un intéressant panorama des

différents courants de l’islam en

France a été dressé par Bernard

Dréano,

, CNRS, 2000), sansL’Islam, la, Fayard, 2005.op. cit.

2.

classique à propos de questions qui

demeuraient de l’ordre de l’exotisme,

ces deux mots étaient souvent

employés comme synonymes, pour

désigner ce que l’on n’hésitait pas, par

ignorance, à appeler la religion

«mahométane». Une telle confusion

n’est plus aujourd’hui admissible.

Dans l’imprécision du français

affaire à un continuum sémantique qui va sans heurt

apparent de l’islam au terrorisme

Bernard Dréano

différentielle de ces mots ainsi articulée : «Nous

utiliserons le concept d’islam politique pour parler de

l’ensemble des tendances qui fondent tout ou partie

de leur action politique et sociale sur un positionnement

religieux, d’islamisme pour parler de celles des

tendances de l’islam politique qui considèrent comme

surdéterminante leur interprétation religieuse, de

salafisme celle des tendances de l’islamisme dont l’interprétation

religieuse, en général littérale (sans interprétation

de la lettre des textes sacrés), dresse les

croyants contre le reste de la société, de djihadisme

celles des tendances du salafisme qui privilégient la

violence comme moyen d’action.»

Les ultras du camp laïque protestent avec énergie

contre la caractérisation de leur attitude comme islamophobe,

et plus encore contre son assimilation à

un racisme. D’une part, disent certains, leur combat

n’est pas dirigé contre la religion musulmane en général,

mais seulement contre l’intégrisme musulman

en particulier ; et de citer en exemple de « bons »

musulmans, des musulmans « modérés », auxquels

ils donnent volontiers un bon point et sont même disposés

à accorder le Bon Dieu sans confession

part, disent d’autres, l’islamophobie n’est rien d’autre

que la critique, en elle-même légitime, d’une religion,

l’islam, un simple exercice des Lumières de la Rai-

1.2 propose une tentative de définition3. D’autre

54

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

significatif rapprochement avec les

porte-parole de certaines fractions de

la « gauche » national-républicaine,

devait déclarer que « derrière tout

musulman, il y a un intégriste, et

derrière tout intégriste un terroriste ».

Le plus fameux raccourci pour

exprimer cette thèse est la célèbre

« caricature » présentant le prophète

de l’islam avec une bombe cachée

sous son turban.

Philippe de Villiers, dans un

2.

Site IPAM.

3.

Chebel est ainsi en France l’une des

figures les plus représentatives du

« bon musulman ».

L’anthropologue et essayiste Malek

son, ou la mise au goût du jour d’un traditionnel anticléricalisme

bien de chez nous, et n’est donc en

aucune manière assimilable à un racisme.

Le problème de la première objection est qu’à défaut

de définir d’une manière précise ce qu’ils entendent

par « intégrisme », au motif sans doute que tout le

monde le sait bien par la lecture assidue de

du

que constituent les oeuvres croisées de Caroline Fourest

et de Philippe Val, les prohibitionnistes en développent

Marianne,Nouvel Observateur ou du catéchisme islamophobe

de facto

permettant d’y englober qui ils veulent.

La dénonciation de « l’islamisme » ou de « l’intégrisme

» ainsi dégagée de toute définition ou caractérisation

rigoureuse était naturellement pain béni

pour les prohibitionnistes : car à défaut d’une analyse

objective, ils établissaient une équivalence facile

entre ces épouvantails à la mode et la question du

foulard. Cette équivalence étant posée, il ne pouvait

plus être question de faiblir : ce n’était plus seulement

la laïcité de l’école que menaçaient quelques

lycéennes voilées, ce n’était même plus la République,

ce n’était plus l’égalité entre les sexes, c’était la Civilisation,

rien moins. Et la preuve en était doctrinale.

Les parangons de la prohibition développèrent ainsi

dans l’improvisation théologique – ce qui est un

comble lorsque l’on prétend promouvoir la laïcité –

un nouvel argument pour justifier leur posture : ils

affirmèrent, le Coran dans une main et un recueil de

une conception hyperextensive, leur

hadith

les femmes n’était pas en islam une obligation religieuse,

en accord sur ce point avec un certain nombre

de musulmanes et de musulmans, mais tranchant

1 dans l’autre, que le port du « foulard » par

55

Les termes du débat

1.

musulmane, les paroles du prophète

Muhammad, telles qu’elles ont pu être

recueillies par ses contemporains.

Les hadith sont, dans la tradition

chemin faisant dans des débats internes à une religion

dont ils ne connaissaient pas grand-chose et

pour la discussion de laquelle ils n’avaient en toute

hypothèse aucune compétence. Le tour était joué : ils

en tiraient la conclusion que le port de cet attribut

vestimentaire était tout simplement la manifestation

d’une adhésion à ce fameux islam intégriste. Les

mêmes tiraient la même conclusion d’un autre principe

théologique suivant lequel la religion « c’est dans

son coeur et non pas dans son vêtement », faisant de

certaines conceptions occidentales un principe universel

Dès lors, ledit « foulard », ainsi caractérisé

comme l’apanage des « intégristes », devait à l’évidence

être combattu sans pitié.

Quoi qu’il en soit, l’emploi intempestif des épithètes

«intégriste » ou « islamiste » pour désigner la plupart

des manifestations d’appartenance à l’islam

à l’évidence de l’islamophobie, puisqu’il permet de

dénoncer d’une formule la plupart des musulmans

comme terroristes en puissance.

Si l’anticléricalisme ne dit pas toujours son nom il est

au nombre des réflexes les plus profondément enracinés

de toute une fraction de la gauche française.

En France, ce réflexe a d’indiscutables lettres de

1.2 relève

56

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

propre de l’universalisme, toujours

abstrait, qui tient aujourd’hui lieu de

doxa occidentale. Le politologue Gil

Anidjar, professeur à l’université de

Columbia, disait dans une conférence

que le concept même de « laïcité »

était un concept typiquement chrétien.

De la salle, une intervenante

l’interpella : « Alors moi, qui suis une

musulmane laïque, vous allez dire que

je suis chrétienne ? » Après un instant

de réflexion, il répondit : « En un sens,

oui…»

Ce qui est soit dit en passant le

2.

des expériences douloureuses,

expliquent qu’ils évitent, dans leur

milieu professionnel, de se rendre aux

soirées organisées entre collègues, de

peur d’intriguer ou de choquer par

leur abstention d’alcool et de voir d’un

coup les regards se détourner à leur

passage. Le livre

parlent

de ce type à propos de Hanifa Cherifi,

médiatrice désignée par le

gouvernement pour les « problèmes de

voile », qui n’hésitait pas à raconter

aux lycéennes avec qui elle tentait une

médiation qu’elle jeûnait pendant

Ramadan et s’abstenait d’alcool, mais

« sans le dire » : « Parfois, je

commande même un truc, et

discrètement, je ne le bois pas. »

Certains musulmans, instruits parLes filles voilées(op. cit.) relate une anecdote

noblesse qui expliquent sa permanence. Alors que dans

nombre de pays ou de régions du monde c’est au nom

ou avec le soutien de telle ou telle religion qu’ont à

l’occasion été menés les combats émancipateurs qui

ont scandé l’histoire

plus souvent, en tout cas à l’époque moderne, contre la

puissance temporelle et spirituelle de l’Église catholique.

La puissance du clergé, qui a mis plus d’un siècle

et demi à se résigner au fait accompli de la Révolution

française et à accepter l’idée même de l’État républicain,

était pour la gauche du

principaux obstacles à vaincre ; et cette lutte contre

le clergé s’est transformée dans des secteurs entiers

de la gauche en athéisme militant.

Le jeune Marx disait de la religion qu’elle est «d’une

part l’expression de la misère réelle et d’autre part

une protestation contre la misère réelle, le soupir de la

créature accablée, le coeur d’un monde sans coeur, l’esprit

d’un temps privé d’esprit.» Que dans un monde à

la dérive, où aucune perspective crédible ne semble

ouverte aux victimes du système dominant, où les

grandes synthèses idéologiques qui pouvaient souder

les oppositions ont fait long feu, où la vie sociale est

déstructurée et où la « misère réelle » d’un «monde

sans coeur» et d’un « temps privé d’esprit » prend des

proportions qu’on croyait définitivement dépassées, il

n’y a sans doute pas à s’étonner que des jeunes gens

toujours plus nombreux cherchent dans des idéologies

religieuses, susceptibles de structurer leur vie quotidienne

et de rendre leur vie tout court psychiquement

supportable, un moyen d’étayer leur existence et un

langage donnant sens au monde. Avant de partir en

guerre contre des conséquences, les militants anticlé-

1, en France, ils furent menés leXIXe siècle l’un des

57

Les termes du débat

1.

fréquente dans l’histoire est sans

doute dû à un certain francocentrisme.

Il explique la tendance à

considérer la conjoncture française

des siècles passés comme dotée d’une

validité universelle, dans l’espace et

dans le temps.

L’oubli de cette réalité pourtant très

ricaux ou antireligieux auraient pu se préoccuper des

causes, et constater qu’une part d’entre elles se trouve

précisément dans les échecs passés et dans l’impuissance

présente de la gauche dans son ensemble, et de

la gauche radicale en particulier.

Cela dit, le problème de l’anticléricalisme, dirigé

dans la France d’aujourd’hui principalement contre

l’islam, est que cette religion – dans sa version sunnite,

presque seule représentée dans ce pays – est

précisément une religion sans Église, donc sans véritables

prêtres : les imams ne sont pas des curés

musulmans, et la Mecque n’est pas un Vatican oriental.

L’anticléricalisme se trouve ainsi privé d’objet. Il

est dès lors réduit à une simple hostilité à la religion

musulmane: la lutte contre l’islam est la principale

préoccupation des anticléricaux d’aujourd’hui. Un

Michel Onfray, qui fait profession d’athéologue, l’exprime

très clairement: si toutes les religions sont pour

lui détestables, celle des musulmans l’est plus encore

que les autres. Et l’on finit par prendre pour articles

de foi les diatribes de Voltaire contre l’islam, alors

même qu’elles n’étaient sous sa plume, comme pour

ses lecteurs, que des attaques transparentes contre la

puissance du catholicisme dominant, contre l’Église

apostolique et romaine, contre l’Infâme.

Que la critique de toute idéologie, religieuse ou non,

soit légitime, n’interdit pas de réfléchir à ce que l’on

fait lorsqu’on la met en oeuvre. L’islamophobie

contemporaine ne se borne jamais à une simple «critique

de l’islam », laquelle supposerait une étude

patiente et objective. Généralement elle procède

même d’une ignorance méprisante de sa réalité. Ce

n’est pas un système de croyances, de pratiques ou

de pensée, ce n’est pas un corps de doctrine qu’elle

vise, mais la population de celles et ceux qui y adhèrent.

Or, si la critique d’une religion est assurément

légitime, la stigmatisation, sous couvert de critique

58

la «gauche», les Noirs et les Arabes

religieuse, de toute une population ne l’est pas

en cela que l’on peut assimiler l’islamophobie à une

forme de racisme, ce que font d’ailleurs la plupart

des mouvements antiracistes du monde, si bien qu’il

y a lieu de s’interroger sur les longues et tumultueuses

discussions que ce principe a pu susciter en France,

jusque dans les rangs d’une organisation antiraciste

progressiste comme le MRAP.

C’était donc au tour du mouvement antiraciste de

se diviser sous la pression de l’islamophobie ambiante.

Cette division devait s’illustrer de façon publique à

l’occasion d’une manifestation organisée «contre tous

les racismes » le 7 novembre 2004. La Licra, SOSRacisme,

le CRIF, l’Union des étudiants juifs de France

et l’Union des familles laïques (UFAL) refusèrent de

participer à cette manifestation au motif que, parmi

les signataires de l’appel, dont ils avaient accepté les

termes, on trouvait le Collectif des musulmans de

France et le Collectif une école pour toutes et tous.

Ils justifièrent au plus fort leur refus lorsque, au dernier

moment, l’Union des organisations islamiques

de France

quarante organisations initiatrices. Le Mouvement

des jeunes communistes (JC

manifestation, prenait fait et cause pour les scissionnaires.

Les arguments mis en avant pour contester la

participation de ces organisations à la manifestation

étaient essentiellement fondés sur la mise en cause

de leur sincérité dans le combat contre l’antisémitisme.

Dominique Sopo, président de SOS-Racisme,

expliquait ainsi que ces trois organisations n’avaient

1. C’est2 ajouta sa signature à celle des quelque3), tout en participant à la

59

Les termes du débat

1.

blasphème, et islamophobie

http//lmsi.net

Voir Laurent Lévy, Censure, droit au,

2.

islamiques de France est l’une des

principales associations musulmanes

françaises. L’UOIF est en particulier

l’organisatrice d’un rassemblement

annuel au Bourget, qui attire un

public allant bien au-delà de sa propre

influence, et constitue pour de

nombreux musulmans un temps fort

de l’année.

L’Union des organisations

3.

Mouvement lié au PCF.

pas leur place dans un cortège antiraciste : « Ce sont

des organisations qui ne sont pas au clair sur des

questions fondamentales comme l’égalité hommefemme,

l’homophobie et la laïcité et qui laissent en

leur sein se produire des dérapages antisémites

Avec une stratégie d’entrisme dans les rangs progressistes,

ils cherchent une estampille de respectabilité

»

Peu importait dès lors que le Collectif des musulmans

de France, par exemple, ait déclaré dans un

communiqué antérieur à cette manifestation : «Nous

ne pouvons tolérer, ni accepter, qu’un acte discriminatoire

d’ordre social, culturel, ethnique, religieux

ou sexiste soit cautionné […] Ainsi, nous refusons,

notamment, toute forme de complaisance à l’égard

de l’extrême droite, de l’antisémitisme et de l’islamophobie

» Quant au refus de la participation du

Collectif une école pour toutes et tous, il reposait sans

doute sur sa caractérisation « d’islamogauchiste ». Il

est clair que le fond de l’affaire était en réalité la

mention de l’islamophobie parmi les racismes à combattre

; les organisations scissionnaires avaient en

effet souhaité que la manifestation soit exclusivement

dirigée contre l’antisémitisme.

Les objections paradoxales à l’assimilation de l’islamophobie

à un racisme sont au nombre de deux.

La première, on l’a vu, consiste à dire qu’elle est simplement

une critique légitime de la religion musul-

1 […]2!3.

60

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

été portée contre le MRAP lui-même,

ce qui avait valu à l’avocat Arno

Klarsfeld, qui l’avait proférée, d’être

reconnu coupable de diffamation

envers cette organisation par le

tribunal correctionnel.

Une telle accusation avait naguère

2.

7 novembre 2004.

Cité par Sylvia Zappi, in Le Monde,

3.

caractérise ainsi le CMF : « Un groupe

qui tire ses origines du mouvement

social des banlieues à l’époque de la

“marche des beurs”, en particulier en

région Rhône Alpes […] Ce

mouvement se réclame de la laïcité.

Ses militants participent aux

mouvements associatifs progressistes

en France, dont l’altermondialisme

n’est qu’une des formes, constituent

des alliances et développent des

échanges avec des mouvements non

musulmans, parfois très éloignés des

conceptions musulmanes. »

Bernard Dréano, op. cit.,

mane; cette objection repose donc sur un travestissement

de la notion même d’islamophobie, dont Bernard

Dréano propose une définition : « Il ne s’agit pas

de l’appréciation que l’on peut avoir de la religion

musulmane en tant que corps de doctrine, ni des prescriptions

qui en découlent, appréciation qui peut être

négative pour certains, et exercer son droit de critique

n’est pas faire acte d’islamophobie. Il s’agit de

la stigmatisation des musulmans dans leur “essence”,

de leur attribuer collectivement des comportements

négatifs jugés “caractéristiques”, en les rattachant

ou non à des prescriptions religieuses, sans tenir

compte de la réalité des pratiques, et à partir de quoi

on justifie […] des discriminations

gourous du groupe Riposte laïque voit dans le célèbre

« coup de tête » de Zinedine Zidane lors de sa dernière

Coupe du Monde le résultat d’une éducation

musulmane.

La seconde est la plus stupéfiante venant de la part

de militants de la gauche antiraciste : elle consiste à

dire que l’islamophobie ne peut pas être assimilée à

un racisme puisque les musulmans ne constituent

pas une «race». Or, s’il est un point bien acquis dans

la pensée antiraciste – comme dans la génétique des

populations – c’est que les «races» en général n’existent

pas en tant que réalités naturelles, biologiques,

mais sont des constructions sociales. Il n’y a pas plus

de «race juive » que de «race rom», de « race noire»

ou de «race maghrébine» et cela n’empêche pas d’observer

ni de combattre les racismes antisémite, antirom,

négrophobe, ou antimaghrébin. C’est le racisme

qui constitue les races ; c’est l’essentialisation de certaines

populations auxquelles le racisme prétend attri-

1. » Ainsi, l’un des

61

Les termes du débat

1.

même forme de racisme, justifiée par

des

qui a fourni, en France, la base de

l’antisémitisme contre les juifs et leurs

supposés comportements

caractéristiques. »

Op. cit. Et d’ajouter : « C’est laa priori d’hostilité à une religion,

buer des caractéristiques communes spécifiques et

socialement significatives, les distinguant comme

objet de rejet ou de discrimination

Comment une certaine « gauche » a pu se compromettre

dans l’élaboration et la diffusion de l’islamophobie

la plus caricaturale, voilà qui est bien illustré

par la fortune de la best-selleuse médiatique Caroline

Fourest

contre l’usage du terme «islamophobie». Confondant

tout à loisir la lutte contre un « islamisme » qu’elle

s’abstient bien entendu de définir et une détestation

de l’islam qu’elle prétend n’être pas hostilité aux musulmans,

elle en vient à dire que « les associations antiracistes

qui l’utilisent sont devenues de véritables

chiens de garde au service de la religion». Elle reprend

quelques lignes plus loin sa formule dans les mots suivants:

«Le terme “islamophobie” transforme les associations

antiracistes qui l’emploient en chiens de garde

de l’intégrisme. » Cette formule révèle bien qu’elle

identifie religion et intégrisme – cette identification

étant dans son discours limitée au cas de l’islam. C’est

également tout à loisir qu’elle confond la situation

française avec celles des pays où l’islam est religion

officielle, en évoquant les « procès en apostasie » et

la « persécution des musulmans laïques » auxquels

1.2. Cette auteure produit ainsi un long plaidoyer

62

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

analyse théorique du racisme, Colette

Guillaumin,

Gallimard, 2002, ou Albert Memmi,

Voir en particulier, pour uneL’idéologie raciste,

Le Racisme

également les

question juive

Pierre Tevanian,

raciste

, Gallimard, 1982. VoirRéflexions sur lade Jean-Paul Sartre, etLa Mécanique, Dilecta, 2008.

2.

obscurantiste

sont extraites les citations ici

commentées. Après avoir milité

essentiellement pour le libre choix de

la maternité et contre l’homophobie

dans la revue

Fourest est aujourd’hui éditorialiste à

Voir Caroline Fourest, La Tentation, Grasset, 2005, dontPro-Choix, Caroline

Charlie-Hebdo

divers ouvrages et dans ses

chroniques, une rémunératrice

spécialité du discours islamophobe

« de gauche ». Sur cette auteure, qui

rappelle elle-même comment Mona

Chollet a pu la définir comme « exféministe

», et à laquelle Joan W. Scott

(

développements, ironisant sur le « prix

du livre politique » décerné à

l’ouvrage précité, voir le dossier de

documents du site Les Mots Sont

Importants (http//lmsi.net, rubrique

, et s’est fait, dansop. cit.) consacre d’intéressants

Études de cas, Caroline Fourest

).

risquerait de procéder, en France, l’Union des organisations

islamiques de France

La seule explication que l’on puisse trouver à la

répétition à l’envi de ces objections intenables est que

le refus de reconnaître l’existence de l’islamophobie

et sa place dans l’idéologie raciste est une expression

de l’islamophobie elle-même – comme le refus

de reconnaître une forme quelconque de racisme est

une expression de ce racisme.

Et la conséquence de cette explication a quelque

chose de terriblement angoissant : l’islamophobie a

tellement pénétré la société qu’on la trouve, sous couvert

de laïcité, de féminisme ou d’anticléricalisme,

même si c’est souvent de manière inconsciente, jusqu’au

sein d’organisations antiracistes, chez des militants

«de gauche»: aussi paradoxal que cela paraisse,

cela signifie bien que l’on a trouvé jusque dans le

MRAP un courant que l’on peut en un sens qualifier

de « raciste ». Une membre du bureau national pouvait,

lors de l’un de ses congrès, ironiser sur la position

de la Ligue des droits de l’homme en disant: «La

Ligue, c’est la Ligue arabe ! » On a aussi vu, sur des

listes de diffusion de ce mouvement, un militant, par

ailleurs adhérent de la LCR, tenter de décrédibiliser

la posture antiprohibitionniste d’un membre du

bureau national, Ahcène Taleb, en le dénonçant

comme «musulman pratiquant », ou celle de Pierre

Tevanian en laissant entendre qu’il était peut-être

bien lui-même converti à l’islam.

Cette explication par l’islamophobie demande toutefois

elle-même à être expliquée : pourquoi tant de

préventions à l’égard de la religion musulmane ?

Qu’elle serve de dérivatif au racisme antimaghrébin

1.

63

Les termes du débat

1.

religieuse. La méconnaissance de son

sujet dont fait preuve cette

« spécialiste » frise une fois de plus

l’indécence.

Comme si l’UOIF était une autorité

ne suffit pas à expliquer sa prégnance au sein même

d’une gauche radicale traditionnellement « antiraciste

», parmi des militants qui se mobilisent par

ailleurs contre toutes les discriminations lorsqu’elles

ne peuvent être mises en relation avec la question

religieuse

de la société française par le thème de la

« guerre des civilisations », par l’angoisse obscure

massivement diffusée d’une civilisation étrangère qui

viendrait menacer un ordre établi, par la crainte d’un

retour au Moyen Âge auquel est assimilé l’Islam dans

son ensemble, bref, par l’idée d’un « complot islamiste

» qui aurait son centre occulte quelque part

dans les montagnes afghanes, et dont toute expression

de l’islam serait la manifestation.

Est-ce cette analyse de l’état du monde qui détermine

l’islamophobie? Est-ce l’inverse? Les deux mouvements

sont sans doute à l’oeuvre simultanément,

et s’étayent l’un l’autre, l’ensemble plongeant ses

racines dans les processus de colonisation et de décolonisation,

leurs imageries respectives, leurs représentations

populaires et leurs contradictions propres.

Si l’islamophobie a trouvé une source dans le racisme

antimaghrébin, elle a trouvé un affluent dans la montée

du thème idéologique du « danger islamique »,

qui rend plus facile encore l’expression, à travers

elle, du racisme classique.

Ainsi, si l’on a accusé de la rage islamiste les

lycéennes voilées, c’est peut-être bien parce que l’on

a effectivement cru, à travers cet entrecroisement de

confusions diverses, qu’elles en étaient atteintes – et

donc porteuses.

*

1. Il semble en fait qu’il faille y voir la pénétration

64

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

prohibitionnistes de la LCR est par

ailleurs l’animateur du réseau

Éducation sans frontières (RESF).

Ainsi, l’un des plus farouches

Pas plus qu’ils n’étaient soudainement devenus féministes,

les Français ne s’étaient pas dans leur masse

enrôlés dans les armées d’une laïcité de combat. Si

l’on veut chercher les raisons du succès public du

programme prohibitionniste, il faut à coup sûr regarder

ailleurs.

Une explication convaincante, et sans doute « islamogauchiste

» avant l’heure, avait été proposée en

son temps par Pierre Bourdieu à propos de l’affaire de

Creil, en 1989, dans un article qui ne fut hélas publié

qu’à titre posthume

mineur, d’ailleurs aussitôt oublié, le voile des

grands principes, liberté, laïcité, libération de la

femme etc., les éternels prétendants au titre de maître

à penser ont livré, comme dans un test projectif, leurs

prises de position inavouées sur le problème de l’immigration

: du fait que la question patente – faut-il

ou non accepter à l’école le port du voile dit islamique

? – occulte la question latente – faut-il ou non

accepter en France les immigrés d’origine nord-africaine

? – ils peuvent donner à cette dernière une

réponse autrement inavouable. »

C’est sans le dire, et pour certains de ses promoteurs

sans en avoir conscience, à cette question qu’a

répondu à sa manière, et par la négative, la loi du 15

mars 2004.

1 : « En projetant sur cet événement

65

Les termes du débat

1.

un autre »,

direction de Charlotte Nordmann,

Voir « Un problème peut en cacherin Collectif sous la

op. cit.

III. Les acteurs du débat

I’ll let you be in my dreams if I can be in yours.

(Bob Dylan)

1. Les « islamogauchistes »

Évoquons pour commencer les principaux courants

qui se sont opposés au discours dominant.

Les antiprohibitionnistes :

le Collectif une école pour tou-te-s

Si, au fur et à mesure que s’amplifiait la campagne

de presse, un vague consensus national se construisait

autour du principe de la prohibition, cela n’allait

pas sans résistance. Premières concernées par

cette campagne, les personnes issues de l’immigration

coloniale et postcoloniale, ces « immigrés » des première,

deuxième et troisième génération ont ainsi

globalement et massivement été antiprohibitionnistes

– mises à part certaines exceptions anecdotiques systématiquement

mises en avant par les médias. Déjà

montrés du doigt et frappés par les politiques sécuritaires,

victimes de discriminations et d’exclusions

de toutes sortes, premières cibles des violences policières,

ces « indigènes » des deux sexes, qu’ils soient

ou non «croyants», comprenaient spontanément que

cette campagne était dirigée contre eux; qu’il s’agissait,

à travers leur religion de référence, même s’ils

ne s’en réclamaient pas eux-mêmes

de plus.

1, d’une stigmatisation

66

Mais ils n’étaient pas seuls. Nombre de militants

«blancs » partageaient leur refus de la prohibition et

analysaient le projet de loi comme étant à la fois

sexiste et raciste, en ce qu’il visait spécifiquement

des jeunes femmes et en leur seule qualité de musulmanes.

Ces antiprohibitionnistes, d’abord isolés et

submergés par l’hégémonie du discours ambiant,

devaient rapidement trouver des points de ralliement

pour produire un autre discours. Dès avant la rentrée

scolaire 2003, divers appels ou pétitions circulaient

sur Internet et dans certains milieux militants.

Deux de ces appels, qui développaient de manière

voisine leur argumentation antiprohibitionniste,

devaient assez vite se fédérer autour de la pétition

intitulée

diffusée sur son site Internet par le collectif «Les Mots

Sont Importants ».

C’est ainsi qu’après plusieurs réunions informelles,se

constituait à l’échelle nationale le « Collectif une école

pour toutes et tous» dont l’objet était de s’opposer au

projet de loi par différents modes d’action, allant de la

publication de textes à la manifestation de rue, en

passant par l’organisation de débats publics. Le film

documentaire réalisé par un militant du collectif,

Jérôme Host, et intitulé

Oui à la laïcité, non aux lois d’exception2 etUn racisme à peine voilé3,ser-

67

Les acteurs du débat

1.

qualifier de mensongère l’affirmation

par Bernard Teper, président de

l’UFAL, qui déclarait devant la

commission Stasi : « Nous pouvons dire

[…] que la majorité des personnes

d’origine maghrébine sont favorables

à la loi car elles demandent d’être

protégées des pressions intégristes. »

Ces personnes en effet, quelle que soit

leur relation avec l’islam, n’adhèrent

généralement pas à la théologie de

bazar du parti prohibitionniste qui fait

du « foulard » un emblème

« intégriste ».

À cet égard, on peut sans hésiter

2.

prohibitionnisme radical, accueillit ce

texte en transformant le titre en

au foulard dans l’école laïque !

permettant de qualifier les signataires

de « provoile » malgré les termes

exprès du texte qui disait « nous ne

sommes pas des partisans du voile » et

continuait en précisant : «Nous

sommes simplement partisans d’une

école laïque qui oeuvre à

l’émancipation de tous et non à

l’exclusion. »

Le quotidien Libération, malgré unOui— titre

3.

Voir note 1, p. 9.

vit d’appui à cette campagne. Quelque temps plus tard

était créé le « Collectif des féministes pour l’égalité ».

L’une des caractéristiques de ces collectifs est qu’ils

rassemblaient des militantes et des militants dont les

références intellectuelles et culturelles étaient très

variées, des mécréants et des religieux d’origines

diverses et d’horizons politiques différents. Ils constituèrent

des lieux de rencontre tout à fait inaccoutumés,

des lieux de convergences, d’intelligence

collective, d’imagination, de réflexions, de confrontations

et d’enrichissement mutuel d’une grande

intensité.

Les idéologues du parti prohibitionniste trouvèrent

cet assemblage trop hétéroclite pour être honnête et

cherchèrent une caractérisation politique à ces collectifs

pas comme les autres qui prétendaient que

l’école devait être pour toutes et tous. Derrière tout

cela ils eurent tôt fait de flairer l’odeur de soufre de

Tariq Ramadan – depuis quelque temps constitué en

ennemi public numéro un par la plupart des médias.

Ce dernier, qui n’était pour rien dans l’initiative, avait

en effet été en étroite relation avec les fondateurs du

Collectif des musulmans de France, partie prenante

du Collectif une école pour toutes et tous, et continuait

à faire pour nombre d’entre eux figure de référence

intellectuelle. Pour charger le trait, ils décrétèrent

que le Mouvement de l’immigration et des banlieues

(MIB), mouvement notoirement séculier, était désormais

contaminé par l’intégrisme – ce qui fit bien rire

dans les cages d’escalier. Et pour les personnalités de

la gauche radicale n’ayant rien à voir ni de près ni de

loin avec l’islam, ils répandirent l’idée que les « islamistes

» avaient trouvé pour complices, ou pour «idiots

utiles

1 », quelques « gauchistes » en mal de combat

68

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

prohibitionnistes de la rhétorique

anticommuniste, désignait dans les

années 1950 les « compagnons de

route » du PCF. Elle est devenue quasi

rituelle dans la dénonciation des

Cette expression, tirée par les

tiers-mondiste. Ils introduisirent donc dans le vocabulaire

politique un nouveau syntagme : on avait

affaire avec ce collectif à un complot « islamogauchiste

», néologisme calqué sur la vieille expression

stalinienne «hitlérotrotskiste ». Il est difficile de retracer

l’origine de cette nouvelle expression, qui semble

avoir été d’abord utilisée par les intégristes laïques

de l’UFAL et de la feuille électronique ResPublica,

mais le fait est qu’elle s’est répandue comme une traînée

de poudre dans de larges secteurs de la mouvance

prohibitionniste, et a été reprise telle quelle par des

auteurs aussi «divers» que Alain Finkielkraut, Pierre-

André Taguieff ou Caroline Fourest.

Bien au-delà des membres du Collectif une école pour

toutes et tous, cette appellation en vint à désigner la

plupart des antiprohibitionnistes, autrement stigmatisés

comme « provoile », et en particulier les signataires

de la pétition « Oui à la laïcité, non aux lois

d’exception» accusés de « faire alliance» avec ce que

le parti islamophobe qualifiait en vrac « d’extrême

droite islamiste ». Cette dernière expression était forgée

à la faveur d’un nouveau glissement sémantique

permettant d’y englober à peu près n’importe quel

courant culturel, politique ou religieux se réclamant

de l’islam, et de confondre dans une même stigmatisation

des organisations vaguement réactionnaires

comme l’Union des organisations islamiques de

France, d’autres qui l’étaient franchement, comme

le Parti des musulmans de France

1 de Mohamed

69

Les acteurs du débat

militantes et militants de la gauche

antiprohibitionniste.

1.

trouve à Strasbourg, est une

organisation très marginale dans le

« paysage islamique français »,

d’orientation sectaire – d’aucuns

diraient « communautariste » – et dont

les thèmes flirtent volontiers avec

l’idée de la séparation des musulmans

de la communauté nationale et qui ne

recule pas devant la rhétorique

antisémite et la provocation. Il tient

souvent lieu d’épouvantail pour les

islamophobes, sans considération

pour son peu d’influence réelle. Sur

Le PMF, dont la base principale se

Latrèche, et des mouvements ouverts au dialogue et

dans l’ensemble plutôt « progressistes » comme le

Collectif des musulmans de France.

Or, il se trouve que la grande réunion qui devait

déboucher sur la création du Collectif une école pour

toutes et tous, réunion organisée par diverses organisations

musulmanes « citoyennes » et à laquelle

étaient invités un certain nombre de militantes et de

militants de la gauche radicale, fut précisément organisée

le jour même où Mohamed Latrèche menait à

Paris une manifestation « provoile » à laquelle, par

hypothèse, ceux qui allaient devenir les militants du

collectif s’abstinrent de participer

Lors des manifestations plus tard organisées par le

collectif, certains prohibitionnistes firent courir le

bruit qu’il s’agissait là de défilés de « voilées encadrées

par des barbus ». Fort heureusement, il existe

des images pour rétablir la vérité de ces cortèges

joyeux où hommes et femmes de tous âges, voilées

et non voilées, musulmans et non musulmans,

membres ou non du collectif, défilaient côte à côte

sur des mots d’ordres communs

Ainsi, parallèlement à la chasse à « l’intégriste », la

chasse à « l’islamogauchiste » était ouverte. On se mit

à les traquer et à les dénoncer à longueur de colonnes,

visant tour à tour Pierre Khalfa ou Annick Coupé, en

passant par Michel Tubiana, Patrick Braouezec, José

1.2.

70

la «gauche», les Noirs et les Arabes

les différents courants de l’islam de

France, voir Bernard Dréano,

Sur la manière dont se sont effectuées

les « rencontres » de militantes et de

militants de courants de la gauche

radicale et d’organisations

musulmanes à l’occasion de la

création du Collectif une école pour

toutes et tous et du Collectif des

féministes pour l’égalité, voir

Catherine Samary,

op. cit.op. cit.

1.

Fourest d’écrire que cette réunion

était organisée « en marge » de la

manifestation du PMF (Caroline

Fourest,

Cela n’empêchera pas CarolineLa Tentation obscurantiste,

op. cit.

).

2.

Jérôme Host,

voilé,

illustration.

Certains extraits du film précité deUn racisme à peineen donnent une belle

Bové ou Alain Gresh, la majorité du MRAP ou les organisateurs

du Forum social européen.

Dans cette chasse à l’islamogauchiste, l’un des outils

fétiches des ultras fut la censure. On ne compte plus

les cas dans lesquels la projection du film

à peine voilé

autre, les salles mises à disposition des collectifs pour

une telle initiative leur étant retirées inopinément à

la suite de pressions du parti prohibitionniste. Ce fut

le cas à Bagnolet, municipalité communiste, à la

demande d’élus des Verts

d’une projection à Montreuil

Gonesse. À l’université de Paris VIII (Saint-Denis)

l’administration coupa le courant dans l’amphithéâtre

où la projection était prévue. Sans doute aucun film,

depuis la grande époque du porno clandestin, n’avait

autant provoqué la fureur des censeurs. Les ultras

le qualifiaient de «film pyromane» au motif sans doute

qu’il risquait, selon eux, de mettre le feu aux banlieues

en faisant témoigner des filles voilées victimes

d’exclusion scolaire et en montrant des militantes et

militants apportant témoignages et analyses. Mais

partout où il put être diffusé – et il y eut plusieurs

dizaines de représentations – il connut un succès certain

et suscita de passionnantes discussions, permettant

souvent de comprendre et de faire partager la

posture antiprohibitionniste. C’est sans doute cela que

les très républicains censeurs voulaient éviter

L’un des avantages de ce nouveau certificat d’infamie,

«islamogauchisme», était que comme « hitlérotrotskysme

», il était conçu pour comporter dans son

Un racismefut interdite d’une manière ou d’une1. Il ne put jamais être question2 ou à Garges-lès-3.

71

Les acteurs du débat

1.

prohibitionniste, même si elle fut

minoritaire au sein de ce parti, est

constamment demeurée active.

Au niveau national, la fraction

2.

Jean-Pierre Brard, l’un des champions

de la loi tendant à l’exclusion des

lycéennes voilées de l’école publique.

Ville dont le député-maire était

3.

dans cette campagne de censure est

souligné par Joan Scott,

Le rôle de l’UFAL de Bernard Teperop. cit.

libellé même une dénonciation sous couvert de caractérisation.

Il renforçait l’idée du « complot islamiste»

et leur prétendue alliance avec les intégristes devait

faire obstacle à toute discussion avec les militants de

la gauche radicale. La passion « laïque » était devenue

croisade. En même temps que la gauche antiraciste

ou la gauche féministe, c’est l’ensemble des

secteurs de la gauche radicale qui se trouvait ainsi

mis en demeure de choisir son camp.

Les nouveaux anticolonialistes :

l’Appel des Indigènes

Ce sont des Français comme les autres, mais il y a certaines

de

nos valeurs qui leur paraissent inaccessibles.

(Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre)

Les «islamogauchistes», dont certains, n’hésitant pas

à « retourner le stigmate », finirent par revendiquer

ce qualificatif, avaient eu l’occasion, dans leur lutte

contre la prohibition du foulard à l’École, de se

confronter à nombre d’arguments qui leur semblaient

à l’évidence relever du « racisme républicain

le mépris pour les femmes voilées, présentées

comme de pauvres victimes incapables de penser par

elles-mêmes ou comme des agents plus ou moins

inconscients d’une offensive intégriste, on pouvait en

effet voir ressurgir tous les lieux communs de l’idéologie

colonialiste : présentation méprisante de l’islam,

pratique politique consistant à opposer de

prétendus «musulmans modérés» à la grande masse

des autres, paternalisme pédagogique s’arrogeant le

droit et le devoir d’expliquer aux dominés ce qui est

bon pour eux, choix de la répression par la loi, thé-

1 ». Derrière

72

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

du mépris

Voir Pierre Tevanian, La République, op. cit.

matique de « l’intégration républicaine

abstrait de l’universalisme occidental

Le Collectif une école pour toutes et tous avait été

l’occasion de rencontres entre militantes et militants

issus de la tradition anticolonialiste et de descendants

de colonisés, dont les luttes de leurs parents avaient

contribué à forger la mémoire et la conscience politique.

La thématique anticolonialiste faisait ainsi sa

réapparition dans l’analyse du prohibitionnisme.

Quant aux « immigrés des deuxième et troisième

génération », dénoncés aux sommets de l’État pour

leur « insolence

claque avec le succès, à gauche, de l’opération Ni

Putes Ni Soumises par laquelle la question des quartiers

populaires était ramenée à celle du comportement

du « garçon arabe ». Ils se rappelaient avec

amertume la récupération idéologique et politique

des « Marches pour l’égalité » des années 1980, auxquelles

les plus anciens avaient apporté leur contribution,

et sur lesquelles le parti socialiste au pouvoir

avait mis une OPA avec la création de SOS-Racisme.

Le débat sur la loi antifoulard et le large consensus

national autour du prohibitionnisme dont le PS, censé

représenter « la gauche », avait été le véritable fer de

lance, avait tout naturellement renforcé leur méfiance

à l’égard des institutions politiques et de la gauche. À

cela s’ajouta un simple fait divers au début de l’été

2004 : l’affaire dite « du RER D ». Lorsqu’une malheureuse

mythomane se plaignit d’avoir été victime

d’une agression antisémite, elle qui n’était pourtant

1 », discours2.3 », ils avaient reçu une première

73

Les acteurs du débat

1.

Lévy,

communautarisme

Sur cette thématique, voir LaurentLe Spectre du, op. cit.

2.

toujours abstrait,

Sophie Bessis,

La Découverte, 2003 ; Anna-Maria

Rivera,

Sur la critique de l’universalisme,idem. Voir en outreL’Occident et les autres,op. cit. ; Immanuel Wallerstein,

L’Universalisme européen

2006; Marcel Detienne,

mystère de l’identité nationale ?

Panama, 2008.

, Demopolis,Où est le,

3.

illustré avec cette sortie : « Le

problème est celui de l’insolence des

immigrés de la troisième génération. »

C’est Xavier Darcos qui s’était

pas juive, par une bande de jeunes de banlieue, pour

moitié noirs et pour moitié arabes, la « classe politique

» et les médias unanimes multiplièrent dans

l’urgence déclarations et analyses de ce dangereux

phénomène. Quand, après quelques heures, la supercherie

fut dévoilée, personne ne songea à présenter

des excuses aux prétendus « nazillons de banlieue »

que l’on avait traînés dans la boue

L’idée germa parmi certains «islamogauchistes» de

provoquer un grand débat national autour de la nouvelle

question coloniale en convoquant des « Assises

de l’anticolonialisme postcolonial». Autour d’un noyau

initial se rassemblèrent des militantes et des militants

de divers horizons. Pour eux, les thématiques de l’idéologie

coloniale contribuaient à expliquer les aspects

les plus saillants du racisme contemporain, elles fondaient

et justifiaient les relégations et discriminations

dont étaient victimes les populations « issues de l’immigration

», ici qualifiées comme « issues de la colonisation

». L’une des volontés de ces initiateurs, outre

la mobilisation des victimes de ces discriminations,

était de soumettre cette hypothèse à de larges secteurs

de l’opinion publique, et particulièrement à

ceux qui se réclamaient de « la gauche », et de réhabiliter

les thèmes et les analyses de l’anticolonialisme

Réunir des « Assises » à cette fin leur semblait

le meilleur moyen de donner quelque publicité à ces

analyses et de «contribuer à l’émergence d’une dynamique

autonome qui interpelle le système politique

et ses acteurs, et, au delà, l’ensemble de la société

française », et ce « dans la perspective d’un combat

1.2.

74

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

coupable

Laurent Lévy,

http//oumma.com.

Voir Marie-Léonie n’est pas, http//ToutEsEgaux.net ;Trois fois merci,

2.

appartenait pas en propre et avait été

exprimé à plusieurs reprises, en

particulier par les historiens Pascal

Blanchard, Nicolas Bancel, et

Françoise Vergès. Voir

coloniale

par ailleurs en sociologie une source

dans l’oeuvre de Abdelmalek Sayad.

Ce type d’analyse ne leurLa République(Albin Michel, 2001). Il avait

commun de tous les opprimés et exploités, pour une

démocratie sociale véritablement égalitaire

lancement de leur appel intitulé « Nous sommes les

Indigènes de la République » souleva des tempêtes

de protestations où l’on retrouva en première ligne

les principaux protagonistes de la querelle du foulard,

cette dernière se trouvant ainsi expressément

élargie aux questions connexes du passé colonial de

la France et des discriminations persistantes au sein

de la « République ».

Un certain nombre des formules employées dans

l’Appel des Indigènes ont été la cible privilégiée des

attaques et ont cristallisé les débats qui ont eu lieu

au sein de la gauche et au-delà.

En premier lieu, l’appréciation portée par l’Appel

sur la loi antifoulard, qui n’avait pourtant rien de

centrale dans le texte et aurait pu en être retranchée

sans en changer la portée. Elle n’était évoquée que

dans l’énumération de diverses pratiques et divers

comportements qui, pour les initiateurs de l’Appel,

pouvaient s’interpréter comme le prolongement de

pratiques et de comportements liés à l’idéologie coloniale.

Parmi d’autres discriminations et stigmatisations,

elle était évoquée ainsi : « Discriminatoire,

raciste, sexiste, la loi antifoulard est une loi d’exception

aux relents coloniaux. » Cinq caractérisations

en une courte phrase qui résumaient les analyses

antiprohibitionnistes. Mais l’Appel en lui-même, de

portée beaucoup plus générale, ne pouvait être considéré

comme un simple prolongement de ce combat.

1 ». Le seul

75

Les acteurs du débat

1.

« Assises de l’anticolonialisme

postcolonial » connu sous le nom

d’« Appel des Indigènes de la

République », ou plus simplement

« Appel des Indigènes ». Le texte de

cet appel et la liste de ses premiers

signataires peuvent être consultés sur

http//oumma.com ; il est également

cité et commenté par Évelyne Perrin,

Extraits de l’appel pour des

Jeunes maghrébins de France – la

place refusée

Logiques Sociales, 2008.

, L’Harmattan, collection

C’est pourtant ainsi qu’il fut reçu par nombre de ses

détracteurs.

Une autre des formules de l’Appel qui provoqua

d’incroyables cris d’orfraie dans certains secteurs de

la gauche, fut celle qui énonçait cette évidence : «La

République de l’Égalité est un mythe.» Pourquoi cette

affirmation somme toute banale a-t-elle pu sembler

scandaleuse à toute une partie de la gauche ? Les

Indigènes mettaient le doigt où cela faisait mal, car

derrière le mythe de l’égalité républicaine, c’est le

mythe républicain lui-même qui se trouvait atteint

Comme on l’a vu, divers courants de « la gauche »

avaient depuis quelques années, sous l’impulsion de

certains intellectuels et du Mouvement des citoyens de

Jean-Pierre Chevènement, remis au goût du jour le

thème de la République, Grande et Généreuse, enveloppée

dans un drapeau tricolore sans tache et sans

faux pli. Et ce thème était loin d’être dépourvu d’écho

dans la société française, dont il avait longtemps

constitué, principalement à gauche, l’une des références

politiques les plus consensuelles. Toutefois, la

formule visée était en elle-même difficilement contestable,

et il suffit de l’inverser pour s’en assurer : on

douterait sans doute de la bonne foi de qui viendrait

à dire que la République de l’Égalité est une réalité

dans la France d’aujourd’hui. En somme, on ne reprochait

pas aux Indigènes de dire une chose erronée,

mais de dire une chose qu’ils auraient dû taire. Pour

les républicanistes, il semble en effet secondaire que

la République tienne ou non ses promesses, de liberté,

d’égalité, ou de fraternité – mots d’ordre jamais

contestés en tant que tels, et même expressément

revendiqués par les Indigènes dans leur appel ; c’est

la promesse elle-même qui compte. La réalisation du

1.

76

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

communautarisme

Voir Laurent Lévy, Le Spectre du, op. cit.

projet, le respect du programme, c’est une autre histoire,

à la limite accessoire, dont la critique relèverait

du mauvais esprit, d’un genre d’impiété

subversive et de mauvais aloi. Dénoncer comme

«mythe» la République de l’Égalité revenait en effet

dans l’esprit des « enragés de la République

dénoncer comme « mythique » le mot d’ordre de ses

sectateurs. En réalité, on reprochait aux Indigènes

de constater que la République avait, depuis ses origines,

qu’on les fasse remonter à 1848, 1870, 1946

ou 1958, porté des politiques concrètes d’inégalité,

dont les politiques coloniales ou néocoloniales avaient

été le témoignage le plus accablant.

Il n’y en avait pas moins une cohérence profonde

dans l’indignation républicaine suscitée par l’Appel

des Indigènes. Les courants les plus républicanistes de

la gauche étaient également les plus étatistes, ceux

qui de manière constante avaient repris à leur compte

le thème électoral et politique de l’insécurité : et ces

options étaient également dénoncées par l’Appel des

Indigènes. S’affirmer blessés dans leur sensibilité

républicaine avait pour eux quelque chose de plus

noble que se reconnaître blessés dans leur amour de

la matraque et de la grenade lacrymogène, du

contrôle d’identité et du charter – surtout s’ils avaient

pris l’habitude de justifier leur compulsion sécuritaire

par leur rigueur républicaine. Le plus grave

pour eux était sans doute le rappel que la République

avait toujours été une République coloniale

qu’accentuait le titre même de l’Appel, et que non

seulement elle n’avait pas tenu ses promesses mais

que ces promesses se révélaient être un leurre.

1 » à2, rappel

77

Les acteurs du débat

1.

Jallon, La Découverte, 2000.

Titre d’un ouvrage de Hugues

2.

Manceron, historien et dirigeant de la

Ligue des droits de l’homme,

Voir à ce sujet le livre de Gilles

Marianne et les colonies

Découverte, ainsi que Pascal

Blanchard, Nicolas Bancel et

Françoise Vergès,

, Laop. cit.

Mais ce qui, dans les cénacles médiatico-politiques,

fit le plus hurler les adversaires de l’Appel fut cette

petite phrase : « Une frange active du monde intellectuel,

politique et médiatique français, tournant le

dos aux combats progressistes dont elle se prévaut, se

transforme en agents de la “pensée” bushienne. » Le

plus surprenant dans les réactions suscitées par cette

phrase est la manière dont, bien au-delà de ceux auxquels

pensaient les rédactrices et rédacteurs de l’Appel,

un nombre invraisemblable d’intellectuels, de

personnalités politiques ou de journalistes ont pu se

sentir visés. Sans doute l’Appel visait-il juste, mais

les dimensions réelles de sa cible lui avaient échappé;

la «frange» était plus large que prévu

donnée plus loin dans le texte, au lieu de soulager

celles et ceux qui se seraient sentis visés à tort, fit

l’objet d’une significative surinterprétation : « Frauduleusement

camouflée sous les drapeaux de la laïcité,

de la citoyenneté et du féminisme, cette offensive

réactionnaire s’empare des cerveaux et reconfigure

la scène politique. Elle produit des ravages dans la

société française. Déjà, elle est parvenue à imposer

sa rhétorique au sein même des forces progressistes,

comme une gangrène. » Pour toute personne refusant

de se considérer comme « agent de la “pensée”

bushienne », il était facile de se dire que cela ne la

concernait pas. Que la rhétorique de la guerre des

civilisations ne l’avait pas atteinte, que les Indigènes

exagéraient le danger, ou au contraire qu’ils lançaient

un salutaire appel à la vigilance. Mais non : dans un

bel ensemble, le choeur des idéologues à la mode, y

compris à l’extrême gauche

1. Et la précision2, se considéra simple-

78

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

parlent

d’extrême gauche propose cette

explication : « Pourquoi des gens de

gauche se sont-ils sentis visés par les

Indigènes ? Parce qu’ils ne sont pas de

gauche, mon frère

paternalisme est là, même à gauche. »

Dans le livre Les Filles voilées, op. cit. une militante « voilée »(rires). Parce que le

2.

suivant, les reproches adressés à

l’appel par le bureau politique de la

LCR.

Voir en particulier, au chapitre

ment renvoyé de l’autre côté de la barrière.

Les réactions les plus politiques au sein de la gauche

radicale visaient trois points principaux.

Le premier consistait à reprocher à l’Appel de «tout

ramener » à la question coloniale : s’agissant d’un

appel visant précisément à critiquer la permanence

de l’idéologie coloniale dans les représentations et

les pratiques dominantes, l’importance que cette question

y prenait était dans la nature des choses. Mais

l’Appel disait pourtant explicitement qu’on ne pouvait

y résumer l’ensemble de ces représentations et

pratiques. Un de ses sous-titres énonçait précisément:

« Le traitement des populations issues de la colonisation

prolonge, sans s’y réduire, la politique coloniale.

» Le reproche était donc au mieux le fruit d’une

lecture superficielle, au pire celui d’une lecture de

mauvaise foi.

Le deuxième, le plus fondamental sans doute dans

les courants traditionnels de la gauche radicale,

consistait à reprocher à l’Appel d’oublier la « question

sociale », entendue comme « question économique

», et à lui substituer une « question ethnique »,

dont certains acceptaient et d’autres refusaient d’admettre

l’existence, mais dont tous s’accordaient à

dire qu’elle ne pouvait en aucun cas être mise au premier

plan. Les Indigènes auraient au moins pu

prendre la précaution élémentaire de colorier leur

Appel d’un peu de lutte des classes ; ne pas en parler

revenait à la nier et cette négation renvoyait l’Appel

dans le purgatoire de la pensée prémarxiste, si

ce n’est dans l’enfer de la pensée réactionnaire. Or,

l’Appel n’était pas un « manifeste » mais une dénonciation

de certains aspects de la réalité sociale. De

plus, outre sa dénonciation de l’impérialisme ou de

la gestion de la force de travail des migrants par les

politiques patronales, il débouchait sur la nécessité

d’unir les combats « de tous les opprimés ».

79

Les acteurs du débat

Le troisième point concernait la volonté exprimée

par l’Appel de voir émerger une « dynamique autonome

» des victimes des discriminations. Sur le fond,

c’était sans doute là la critique la plus grave de la

part de certaines fractions de la gauche radicale. Subjectivement

grave, dans la mesure où l’Appel mettait

en cause le rôle central que voulaient bien s’attribuer

les organisations traditionnelles ; objectivement

grave, dans la mesure où il récusait par avance un

combat émancipateur qui serait soumis à la tutelle

de ces organisations. C’est ainsi qu’au cours d’un

débat public, Michel Tubiana, pourtant « islamogauchiste

» avéré, compara au grand scandale de l’assistance,

la démarche des Indigènes à celle du CRIF

la taxant ainsi implicitement de «communautarisme».

Comme le remarqua Pierre Zarka, évoquant en

termes généraux la légitimité d’initiatives autonomes

et l’hostilité qu’elles rencontraient trop souvent de la

part des partis institués : « une chose qui a par

exemple valu bien des reproches aux Indigènes de la

République, c’est justement qu’ils n’ont demandé

l’autorisation à personne pour lancer leur Appel

Enfin, l’Appel des Indigènes fut très naturellement

dénoncé comme « islamiste ». Peu importait à cet

égard qu’il ne comportât aucune connotation religieuse

de quelque sorte que ce soit. La puissance rhétorique

de la dénonciation du « danger islamiste» est

telle que les républicanistes auraient eu tort de s’encombrer

de trop de scrupules. Le fondement de cette

accusation, s’il ne pouvait être trouvé dans les termes

1,2

80

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

institutions juives de France, sans

doute le prototype de l’organisation

véritablement communautariste dans

notre pays.

Conseil représentatif des

2.

« Alternative citoyenne en Île de

France », février 2005 (souvenir de

l’auteur). Ancien directeur de

Propos tenus lors d’une réunion de

L’Humanité

signataire de l’Appel, était alors

membre de l’exécutif du PCF, et l’un

des animateurs de son courant

« refondateur ». Il est aujourd’hui l’un

des animateurs de l’Association des

communistes unitaires (ACU) et de la

Fédération pour une alternative

sociale et écologique (FASE).

, Pierre Zarka, lui-même

de l’Appel, était tiré de la liste de ses initiateurs au

nombre desquels, parmi des personnalités connues

pour des engagements politiques et sociaux n’ayant

rien à voir avec l’islam, des organisations classiquement

laïques de lutte de l’immigration, des militants

de la gauche radicale, des anti-impérialistes et des

altermondialistes, on trouvait un certain nombre de

personnes de confession musulmane et des structures

se revendiquant expressément de l’islam, comme le

Comité des musulmans de France ou le site Internet

Oumma.com

citoyen. Le plus étonnant est que l’on puisse s’en étonner.

Et le plus scandaleux que l’on puisse s’en

scandaliser

Mais avant même que ces attaques ne soient lancées,

l’Appel des Indigènes reçut dès sa publication

plus d’une centaine de signatures par jour. Il répondait

manifestement à une attente, et aux côtés de

signatures de militantes et de militants de l’antiracisme,

des droits humains ou de la gauche radicale,

ce fut la longue cohorte d’hommes et de femmes issus

de l’immigration postcoloniale qui témoignaient ainsi

leur joie et leur fierté de voir enfin exprimé publiquement

un sentiment qu’ils portaient en eux. C’est

ainsi qu’un signataire de la première heure, professeur

d’origine maghrébine, racontait : « Ce n’est plus

pareil dans la salle des profs. Depuis que j’ai trouvé

l’Appel, depuis que je l’ai signé, j’ai l’impression

d’avoir grandi de cinq centimètres ! » Ou cette étu-

1. On peut être à la fois musulman et2.

81

Les acteurs du débat

1.

média ne saurait être qualifié

« d’intégriste ». Il suffit de le consulter

pour le savoir, ce qui prive de toute

excuse ceux qui, comme l’intégriste

laïque Jean-François Chalot ou le

propagandiste bushien Alexandre

Adler, prétendent le contraire. Ouvert

à diverses sensibilités, musulmanes ou

non, il se caractérise, sur le plan

politique, par des options le plus

souvent « progressistes ».

Pas plus que le CMF, cet important

2.

dénonce ceux qui « se présentent en

tant que musulmans donc et pas en

tant que citoyens. » (« Ces

altermondialistes en perte de

repères »,

Comme le fait Bernard Cassen, quiPolitis, 20 janvier 2005).

diante qui disait : « Quand je l’ai lu, j’ai cru que je

l’avais écrit ! »

Ce que les initiateurs de l’Appel attendaient des

Assises projetées était déjà pour une part atteint par

sa seule publication. Le «débat colonial» était ouvert

La question du colonialisme occupa une place d’autant

plus centrale dans le débat public de l’année

2005 que, au moment même où était lancé « l’Appel

des Indigènes », le législateur adoptait de son côté

une loi qui, passant dans un premier temps inaperçue,

vantait les mérites de « l’oeuvre » colonisatrice de la

France outre-mer. Si les débats provoqués par cette

loi furent souvent réduits à la question des « lois

mémorielles » et de l’indépendance scientifique des

historiens à l’égard de la politique et de l’État, ils

affrontèrent également la question même de la permanence

des thématiques colonialistes dans la pensée

dominante.

Cette question s’imposa ainsi symboliquement tout

au long de l’année, ponctuée par un grand nombre de

publications

le paysage idéologique, politique et éditorial

révoltes des quartiers populaires à la fin de cette même

1.2, au point de s’installer durablement dans3. Les

82

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

livre, axé sur la « fracture cachée » de

« la gauche », ne permettent pas

d’insister sur les reproches faits à

l’Appel des Indigènes par certains

secteurs de la corporation des

historiens, qui entendaient faire de

l’histoire une chasse gardée ; aussi

bien, l’intention des Indigènes n’étaitelle

pas de faire oeuvre d’historiens,

mais de provoquer un débat politique

(voir LL,

mémorielle ou question politique ?

http//oumma.com). Cela n’empêcha

pas un Gilles Manceron, par exemple,

de signer l’appel en ligne dès qu’il en

eut connaissance ; sans doute

n’agissait-il pas en tant qu’historien

du colonialisme, ni en tant que

dirigeant de la LDH, mais simplement

en tant que citoyen qui se trouvait être

tout cela à la fois.

Les dimensions et le propos de ceDébat colonial, question,

2.

Fracture coloniale

2005.

Voir entre autres : Collectif, La, La Découverte,

3.

s’invitent à la rentrée littéraire

http//lmsi.net. Le courant d’études et

de recherches « postcoloniales »,

largement ignoré en France

jusqu’alors, a pris depuis ces

évènements un certain développement

qu’il est difficile de ne pas leur

associer.

Voir Laurent Lévy, Les Indigènes,

année donnèrent à l’ensemble une portée politique

concrète et soulignèrent l’urgence, pour la gauche radicale,

d’un retour sur ses propres insuffisances.

2. Les courants politiques

Le paradoxe est que, dans leur croisade, les militants

prohibitionnistes et les contempteurs de l’Appel des

Indigènes issus de la « gauche de gauche » se trouvaient

dans une alliance avec les courants les plus

défraîchis de la gauche tout court, et singulièrement

sa fraction dominante, celle-là même dont ils prétendaient

contester l’hégémonie, le parti socialiste

tous courants confondus. Car si l’on s’intéresse ici

avant tout à la gauche radicale, il convient de ne pas

perdre de vue que ce n’est pas elle qui porta l’essentiel

du combat prohibitionniste mais bien le parti

socialiste qui occupa massivement le terrain lors des

débats parlementaires. Cette loi fut ainsi l’oeuvre

d’une majorité associant droite et «gauche» dans un

combat commun. Que des fractions, même marginales,

de la gauche radicale aient pu conférer un rôle

central à une question permettant une telle alliance

«républicaine» transcendant le clivage traditionnel de

la gauche et de la droite, et mettant en évidence un

clivage interne à son propre camp, voilà sans doute

l’un des aspects les plus significatifs de toute cette

histoire.

Il y aurait trop ou trop peu à dire sur l’attitude du

parti socialiste. Il a été le principal promoteur de la loi

anti-foulard et ses députés l’ont votée avec une belle

unanimité, non sans avoir laissé planer, pendant tout

le débat, le doute sur leur vote final : non parce qu’ils

reprochaient à la loi de conduire à l’exclusion de

jeunes lycéennes, mais parce que bien au contraire ils

lui reprochaient de ne pas le faire assez sûrement.

83

Les acteurs du débat

On a même pu voir le cynisme poussé à ses conséquences

les plus extrêmes, lorsque le porte-parole

du groupe socialiste alla jusqu’à assumer l’éventualité

d’une loi tellement discriminatoire qu’elle en

deviendrait contraire à la Constitution. Comme il était

mis en garde par un député UMP, s’inquiétant : «Imaginons

l’effet que produirait une annulation du texte

par le Conseil constitutionnel ! », le socialiste Jean

Glavany répondit sans se démonter : « À la suite d’un

recours déposé par qui

Dans la polémique qui a suivi l’Appel des Indigènes,

on a également trouvé au parti socialiste nombre des

protestations les plus véhémentes. C’est ainsi que pour

avoir signé cet appel, Fernanda Marrucchelli, élue

communiste du XX

municipale étrangère dans la capitale, s’est vue convoquée

– en vain – par son maire, le socialiste Michel

Charzat, pour la sommer de rétracter publiquement sa

signature. Elle devait plus tard expliquer comment,

en cette occasion, elle avait ressenti concrètement ce

qu’avaient pu vivre les communistes américains à

l’époque de la chasse aux sorcières, et les communistes

dissidents à la grande époque du stalinisme.

1e arrondissement, et seule élue

En revanche, plusieurs raisons conduisent, tout en

évoquant d’autres mouvances de la vie politique française,

à centrer plus particulièrement l’analyse sur la

manière dont ces débats ont traversé le Parti communiste

français et la Ligue communiste révolutionnaire.

D’une part, malgré leur disproportion numérique en

84

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

des parlementaires pour saisir le

Conseil constitutionnel. Or,

l’Assemblée était quasi unanime sur le

principe de la loi, à laquelle seuls

36 députés se sont opposés.

Comme on le sait, il faut un tiers

2.

janvier 2009, la LCR revendiquait

environ 3000 adhérents ; à la même

époque, les chiffres officiels pour le

PCF étaient de l’ordre de 130 000 ;

même s’il faut faire la part du

volontarisme des chiffres et de l’écart

pouvant exister entre le nombre

d’adhérents et le nombre de militants

effectivement actifs, et même si la LCR

avait fini, sur le plan électoral, par

dépasser le PCF, par le double effet de

l’amélioration des résultats de l’une et

de l’effondrement de ceux de l’autre, il

s’agit d’un écart non négligeable. Pour

mémoire, le NPA créé à l’initiative de

Au moment de sa dissolution en

termes de nombre d’adhérents

constituaient les deux plus importantes de la «gauche

de gauche ». D’autre part, compte tenu de leur

influence dans divers secteurs du mouvement social,

la manière dont ces débats se sont déroulés en leur

sein a contribué d’une manière ou d’une autre à irriguer

le débat public bien au-delà de leurs rangs. Par

ailleurs, on y a retrouvé, sous des formes variées,

tous les thèmes en cause. Enfin, ils illustrent, précisément

par la diversité des positions qui y ont été

adoptées, comment la ligne de fracture révélée par

la « question indigène » traversait la plupart des courants

de la gauche, même les plus structurés autour

de lignes politiques et idéologiques que l’on pouvait

penser bien établies.

2, ces deux forces

Le cas du Parti communiste français

Le positionnement du PCF dans la querelle du foulard

n’y a pas fait l’objet de débats importants. Le

groupe communiste à l’Assemblée nationale a majoritairement

voté contre la loi, mais les prohibitionnistes

ont demandé – et obtenu – leur liberté

d’expression et de vote

1. Ce vote n’était toutefois pas

85

Les acteurs du débat

la LCR a tenu son premier congrès en

déclarant plus de 10 000 adhérents.

1

« communistes et républicains », sept

ont ainsi choisi, en toute connaissance

de cause et parfaitement informés des

conséquences de leur choix, de

prendre le « chemin du déshonneur »

et de condamner quelques centaines

de jeunes filles, pour la plupart issues

de milieux populaires, à la

déscolarisation. Il s’agit de François

Asensi, Jean-Pierre Brard, Jacques

Brunhes, André Gérin, Jacques

Desallangre, Muguette Jacquaint et

Jean-Claude Sandrier. Les quatre

premiers ne se bornèrent pas à voter

la loi, mais intervinrent à la tribune

pour la soutenir. Ces députés, le fait

est remarquable, ne représentent pas

un « courant » particulier du PCF ; on y

trouve aussi bien des « légitimistes »

ou des « orthodoxes » que des

communistes « critiques ». On trouve

la même diversité parmi ceux qui ont

choisi de résister à l’air du temps et se

sont prononcés contre la loi. Sont

intervenus dans le débat pour

s’opposer à la loi : Marie-George

Buffet, Daniel Paul, Frédéric Dutoit,

Michel Vaxès, Patrick Braouezec,

Jean-Claude Lefort, Georges Hage, et

Jacqueline Fraysse. Huguette Bello,

députée communiste de la Réunion,

non inscrite au groupe, est également

intervenue en ce sens.

Parmi les députés du groupe

dépourvu d’ambiguïté et les discours prononcés montrent

en fait une grande diversité d’approches. Si, par

exemple, Jean-Claude Lefort, Georges Hage ou Patrick

Braouezec ont remarquablement soutenu une opposition

raisonnée et circonstanciée à la loi et au principe

même de la prohibition, d’autres parlementaires

communistes, et singulièrement Marie-George Buffet,

en ont surtout condamné certains aspects, sa limitation

à la question du voile et plus généralement la

méthode employée par le gouvernement, tout en

adoptant quelques-uns des thèmes des prohibitionnistes

comme l’attribution au « foulard » d’une signification

univoque de symbole et instrument

d’oppression. On a vu que

sur la question. La revue

une publication officielle du PCF, est éditée par l’institut

Espace Marx qui en dépend, consacra un numéro

spécial à la laïcité, la situant dans le camp prohibitionniste.

La Fondation Gabriel Péri, présidée par

Robert Hue, compta parmi ses premières publications

la retranscription d’une conférence de Caroline

Fourest. Il n’y eut par ailleurs aucune expression

publique de la direction du parti en tant que telle, ni

d’aucun dirigeant notoire susceptible de représenter

une « ligne officielle ». Il est probable que, si un véritable

débat avait eu lieu au PCF comme il a eu lieu

dans la LCR, le même clivage y serait apparu – clivage

dont rendent compte à leur manière les positions

adoptées par les députés communistes. Comme

on l’a vu, Marie-George Buffet elle-même s’était dans

un premier temps prononcée pour une loi ; et l’association

Femmes solidaires, très liée au parti, se mobilisa

dans le camp prohibitionniste. En revanche, les

personnes qui animaient alors le secteur «immigration

et antiracisme » du PCF, Serge Guichard, Fernanda

Marrucchelli et Moustapha Gueye, se prononcèrent

clairement contre la loi.

L’Humanité avait été diviséeLa Pensée qui, sans être

86

la «gauche», les Noirs et les Arabes

Le débat, du moins au niveau des cercles dirigeants,

devint plus âpre lors de la publication de l’Appel des

Indigènes. Deux militants du parti, Moustapha Gueye

et Abdelmajid Guelmani, faisaient partie du collectif

de ses initiateurs et un bon nombre de militants et

de responsables communistes furent parmi les premiers

signataires. La plupart d’entre eux appartenaient

à la sensibilité critique constituée autour des

«refondateurs », comme Pierre Zarka ou Roger Martelli,

mais ce n’était pas le cas de tous et par ailleurs,

certains membres de ce courant manifestèrent même

de l’hostilité à l’Appel

le soutenir sans le signer. L’exécutif du parti évoqua

cet Appel à quatre reprises. Au cours de l’une de ces

réunions, ses signataires furent qualifiés de « rougebruns

» par Marie-Pierre Vieu, une militante alors

proche de l’ancien secrétaire national Robert Hue.

Une telle stigmatisation tendant à assimiler les signataires

à des antisémites négationnistes traduisait bien

la violence des oppositions.

Clémentine Autain qui, sans être membre du PCF,

était alors élue apparentée communiste au Conseil

municipal de Paris, où elle occupait le siège d’adjointe

à la jeunesse, fut également l’une des premières

signataires de l’Appel des Indigènes. Elle ne résista

toutefois pas à la pression de ses proches, en particulier

dans les milieux féministes, et demanda le

retrait de sa signature lorsqu’elle apprit que le texte

avait également reçu celle de Tariq Ramadan. Elle

expliqua dans une tribune au journal

1 tandis que d’autres préféraientLe Monde

qu’elle partageait le contenu de l’Appel, mais qu’elle

ne voulait pas voir son nom associé à celui de l’intellectuel

musulman. Elle faisait ainsi jouer ce qu’elle

qualifiait de « principe de précaution»; de fait, après

87

Les acteurs du débat

1.

prohibitionnistes militants et, entre

autres, le député de Seine-Saint-Denis

François Asensi.

De même qu’on y trouvait de rares

sa signature et la publicité qui lui avait été donnée

dans la presse, elle s’était retrouvée dans une situation

intenable et la pression de certains de ses soutiens

et de ses relations féministes était devenue trop

forte.

Cette affirmation de solidarité « malgré tout » avec

l’Appel ne fut pas prise au sérieux par nombre de ses

initiateurs, considérant que la « ramadanophobie »

n’était que l’une des modalités de ce qu’ils s’efforçaient

de dénoncer ; il en résulta de leur part une certaine

méfiance. De même, nombre d’initiateurs de l’Appel

accueillirent d’une manière globalement négative l’initiative

prise par Roger Martelli et d’autres militants

«refondateurs » de diffuser un texte de soutien « critique

» invitant à le soutenir, malgré ses «excès», en

se concentrant sur le fond des questions qu’il posait.

Les Indigènes n’étaient pas disposés à voir émousser

leur discours pour le seul plaisir de se voir reconnus

par les milieux de la gauche traditionnelle.

Il n’est d’ailleurs pas exagéré de dire que nombre

d’initiateurs de l’Appel attendaient le PCF au tournant,

à tel point que leur surprise fut grande de voir

arriver une quantité non négligeable de signatures

issues de ce parti et même de membres de sa direction,

si bien que si la volte-face de Clémentine Autain

les déçut, ils n’en furent pas étonnés. Il en alla de

même lors de la défection de certains signataires

communistes à l’occasion de la « première Marche

des Indigènes de la République» organisée le 8 mai

2005 pour le soixantenaire simultané de la capitulation

allemande et des massacres coloniaux de Sétif

et de Guelma en Algérie.

Cette défection, qui passa largement inaperçue, fut

le résultat d’un incident relevé avec complaisance par

les médias: l’annonce par l’humoriste antisémite Dieudonné

de sa participation à la marche. Lui-même

n’était pas signataire de l’Appel ; et lorsque l’une de

88

la «gauche», les Noirs et les Arabes

ses amies, Ginette Skandrani, militante dont les dérives

antisémites avaient valu sa mise à l’écart de la plupart

des mouvements de solidarité avec la Palestine et son

exclusion du parti des Verts, avait tenté, à plusieurs

reprises, de signer «en ligne» l’Appel des Indigènes, sa

signature avait été refusée. Mais s’il est techniquement

possible d’enlever une signature d’une pétition, il est

plus difficile d’empêcher

participer à une manifestation de rue qui rassemble

cinq à sept mille personnes. Dieudonné, entouré de

ses gardes du corps, accompagné par les caméras des

journalistes, fit donc une brève apparition dans le cortège.

Plusieurs responsables communistes

des Verts, annoncèrent alors publiquement leur retrait

de la manifestation. Si ce geste pouvait s’expliquer par

leur crainte de prêter le flanc dans leurs organisations

à de nouvelles attaques, alors qu’on était à quelques

semaines d’une échéance électorale européenne, il

traduisait néanmoins une défiance que les Indigènes

purent légitimement trouver mal placée : on n’avait

jamais vu qui que ce soit abandonner, par exemple,

une manifestation en faveur des mal logés, ou le cortège

du premier mai, au prétexte de la présence de

l’humoriste.

Car s’il est une fracture à gauche qui, à défaut d’avoir

été toujours bien analysée, est bien connue, c’est bien

celle qui existe entre ses principaux courants et les

populations issues de l’immigration postcoloniale

La mémoire récente de l’immigration

manu militari un individu de1, mais aussi2.3 fait volontiers

89

Les acteurs du débat

1.

membres de la direction, Serge

Guichard, Fernanda Marrucchelli et

Élizabeth Gauthier.

Parmi lesquels trois militants alors

2.

Gauche et les quartiers populaires – le

rendez-vous manqué

1999.

Voir par exemple Olivier Masclet La, La Dispute,

3.

l’immigration maghrébine

contemporaine.

On n’évoque ici pour l’essentiel que

grief au PCF de plusieurs manquements ou faux pas,

invoquant ainsi une attitude ambiguë au cours de la

guerre d’Algérie – en particulier le vote des « pouvoirs

spéciaux » au gouvernement de Guy Mollet –,

un long refus à admettre le principe du droit de vote

des immigrés étrangers, le mot d’ordre « Produisons

français », les « affaires » de Vitry et de Montigny en

1981 et, dans la période la plus récente, la participation

du PCF aux calamiteux gouvernements de la

«gauche plurielle» par laquelle il avait avalisé et soutenu

diverses politiques impopulaires, comme le toutsécuritaire

mis en oeuvre par Jean-Pierre Chevènement

et Daniel Vaillant, la non-régularisation des sanspapiers

et la poursuite des expulsions, y compris par

«charters», l’association aux «politiques de la ville»…

Si ces griefs ne sont jamais dépourvus de fondement,

ils reposent parfois sur une vision erronée du cours

des choses et souvent sur une simplification de réalités

contradictoires. Il n’est pas question d’examiner

ici chacun de ces griefs mais il est possible de

saisir, à travers certains exemples, la cohérence d’ensemble

de ce qui est en jeu

Les ambiguïtés de la posture du Parti communiste

dans ses rapports avec les migrants se traduisent

dans certaines publications des années 1970, dernière

période au cours de laquelle le PCF a réellement

envisagé d’exercer des responsabilités

1.

90

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

antérieure aux années 1960, on lira

avec intérêt le beau texte de rupture

de Aimé Césaire avec le PCF, connu

sous le nom de

Thorez

d’articles de

la question coloniale a été publié par

Alain Ruscio, (La Dispute). Un choix,

plutôt accablant, de textes du PCF et

de l’Internationale communiste de

1920 à 1965 a été publié par Jacob

Moneta (

coloniale

choix, animé par le parti pris inverse,

avait été publié en 1962 aux Éditions

Sociales sous le titre

communiste français contre le

colonialisme

Pour la période « classique »,Lettre à Maurice. Un recueil plutôt bienveillantL’Humanité consacrés àLe PCF et la question, Maspero, 1971). Un autreLa Lutte du parti.

gouvernementales tendant à un changement radical

de société

Georges Marchais, alors secrétaire général du PCF

écrivait ainsi en 1975

qui travaillent ou vivent aujourd’hui en France sont

des ouvriers avec leur famille

part importante de la classe ouvrière dans notre pays.»

Et non

auxquels il est normal que le parti de la classe

ouvrière française [et non

les faits sa solidarité active, dans l’esprit de l’internationalisme

prolétarien [et non de la solidarité de classe

– LL]. Pour ces raisons, le parti communiste français

n’a jamais cessé d’être aux côtés des travailleurs immigrés…

» Et non de les considérer comme étant ici chez

eux. Plus loin, il ajoutait : « Les travailleurs immigrés

connaissent une situation intolérable, indigne des traditions

d’hospitalité et d’humanisme qui sont pour

beaucoup dans le rayonnement de la France dans le

monde. » Et non indigne de leur propre humanité.

Entre-temps, il avait précisé : « La participation des

travailleurs immigrés aux luttes de la classe ouvrière

élève leur conscience de classe mais aussi leur sentiment

national. […] Loin de les éloigner, la participation

aux luttes de la classe ouvrière rapproche les

travailleurs immigrés des luttes de leurs propres

peuples.» Et non de la classe ouvrière «française ». Il

indiquait en outre: «Si l’on ajoute à cela les problèmes

posés par le logement et l’intégration des travailleurs

1.2 : «Les quatre millions d’immigrés(sic), qui constituent unede notre pays. « Ils sont des travailleurs étrangersde France – LL] affirme dans

91

Les acteurs du débat

1.

gouvernement », d’un niveau

d’exigence très supérieur à celui de

bien des partis d’extrême gauche

d’aujourd’hui, prévoyant outre la

nationalisation de tout le secteur

bancaire et financier et des plus

grands groupes industriels, une

extension considérable des droits des

salariés et des citoyens, une

démocratisation de l’administration,

une grande réforme de l’État et une

grande réforme de la fonction

publique, avait été signé en 1972 avec

le parti socialiste, dont l’influence

électorale était alors, et jusqu’en

1978, inférieure à celle du PCF.

Un «Programme commun de

2.

et immigrés – le combat du PCF

Éditions Sociales, 1975.

Préface à André Vieuguet, Français,

immigrés et de leur famille

les grandes concentrations ouvrières, on mesure mieux

l’étendue du problème de l’immigration. » Et non des

problèmes des immigrés.

Dans le même livre, André Vieuguet abordait la

question symboliquement et politiquement décisive

des droits civiques pour les immigrés de nationalité

étrangère: le refus d’envisager leur droit de vote était

longuement motivé sur le mode « positif » de ce que

seraient les droits qu’il conviendrait de leur accorder

: « Notre point de vue découle de notre position

générale […] : ni assimilation, ni isolement national.

Nous voulons le plus grand respect de l’immigré

comme travailleur en France et comme citoyen de

son pays. » Et pas du « nôtre », celui où il vit et qu’il

fait vivre, quelle que soit son intention éventuelle de

s’y établir ou non de manière définitive.

Ces formulations, résultats de tensions contradictoires,

ne résument pourtant pas l’ensemble de la

position du PCF à l’époque, et moins encore aujourd’hui

À plus forte raison, elles n’expriment pas le

sentiment ou l’attitude de tous les membres de ce

parti. Mais elles illustrent comment, dans la mémoire

longue du PCF, les immigrés étaient d’abord considérés

comme « étrangers » avant d’être partie intégrante

de la classe ouvrière «

vieille idée marxienne suivant laquelle « les ouvriers

n’ont pas de patrie », qui constituait plus un programme

qu’un constat, avait disparu de la culture

communiste entre le Front populaire et la Libération.

Elle n’y est jamais revenue

(sic) à la vie urbaine dans1.de notre pays ». La2.

92

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

exemple évolué sur la question des

droits civiques, et il se prononce

désormais pour le droit de vote des

étrangers résidents.

La position officielle du PCF a par

2.

accepté, fin 2001, le vote d’une loi

réprimant l’injure faite au drapeau

tricolore ou à l’hymne national. La

seule députée communiste présente

lors des débats, Muguette Jacquin,

s’est abstenue au motif, non que le

principe lui semblait inadmissible,

mais que les peines prévues étaient

C’est ainsi que le PCF a volontiers

Dans un ouvrage paru en 1976 pour donner un fondement

sociologique au nouveau nom que le PCF donnait

alors au rassemblement qu’il appelait de ses

voeux,

l’économiste communiste Claude Quin ne consacre

que deux ou trois phrases à la question de l’immigration.

La résolution adoptée alors par le congrès

se bornait à souligner que « les travailleurs immigrés

sont particulièrement exploités », et n’évoquait la

question du racisme qu’au milieu de l’énumération

suivante : « Nous combattons la violence, la haine, le

racisme, l’immoralité. »

Le livre de l’historien Roger Martelli paru en 1979

sous le titre

mot. Le cas de cet auteur, qui allait dans les années

suivantes devenir l’un des animateurs du courant

«refondateur» du PCF, est particulièrement significatif

dans la mesure où il a ultérieurement révisé sa position

sur la question nationale, notamment dans un

important livre de 1998 intitulé

Nation ?

répondre par la négative. Évoquant son antiprohibitionnisme

en 2003, il confiait d’ailleurs : « Sur ces

questions, j’ai viré ma cuti

pas le seul dans ce cas au parti communiste, mais la

culture ancienne, qui n’a jamais été remplacée par

une construction collective cohérente, y a laissé plus

que des traces.

En 1981, un incident particulièrement significatif

fit la une des journaux : l’affaire dite « du bulldozer

de Vitry ». La municipalité réactionnaire de Saint-

Classes sociales et union du peuple de France,La Nation, quant à lui, n’en dit pas unFaut-il défendre la, question à laquelle il semblait désormais1 ! » Il est clair qu’il n’était

93

Les acteurs du débat

trop élevées. Cela n’est peut-être pas

sans rapport avec le fait qu’on l’ait

retrouvée parmi les prohibitionnistes

lors du vote de la loi antifoulard.

1.

Apprenant l’exclusion de ses filles,

Roger Martelli lui avait par ailleurs

écrit : « Ce n’est pas ça la

République ! » Et comme on l’a vu, il

fut plus tard signataire de l’Appel des

Indigènes.

Conversation avec l’auteur.

Maur, dans le Val-de-Marne, avait fait en sorte d’éviter

le maintien sur son territoire d’un foyer qui

accueillait des travailleurs immigrés, pour la plupart

maliens, et avait organisé, avec la complicité du préfet

du département, un coup de force: les travailleurs

concernés avaient été installés nuitamment sur la

commune de Vitry-sur-Seine, administrée par les

communistes, dans un immeuble édifié pour y loger

de jeunes postiers. Un projet important de la municipalité

était ainsi autoritairement réduit à néant, les

élus étant simplement mis devant le fait accompli.

Il fut donc décidé de mettre en scène le refus «populaire

» de ce coup de force. S’ils acceptaient volontiers

l’idée d’une opération « coup de poing », de

nombreux communistes refusèrent de s’y associer

car ils ne voulaient pas s’en prendre à des ouvriers

immigrés dont le besoin de logement était évident.

Le maire en exercice ne se conforma lui-même

qu’avec réticence à la décision prise. Ainsi, plusieurs

élus, entourés d’un certain nombre de militants, se

présentèrent sur le chantier, juchés sur une pelleteuse,

et endommagèrent les accès au nouveau foyer

et ses raccordements aux réseaux, le rendant inhabitable.

L’affaire fit grand bruit

protestations à l’intérieur du parti, au point

de devenir une pomme de discorde tant nationale

que locale. Les motifs de cette opération n’étaient liés

qu’à la volonté de la ville de réaliser l’un de ses pro-

1. Elle suscita de nombreuses

94

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

dans le même temps à Montigny-lès-

Cormeilles, dans le Val d’Oise.

Le jeune maire de cette ville, alors

inconnu du grand public, n’était autre

que le futur secrétaire général du

parti, Robert Hue. Il s’agissait là de

« faire intervenir la population »

contre le développement du trafic de

stupéfiants, par la dénonciation

publique d’une « famille de

marocains ». La logique politique

spectaculaire était dans les deux cas

la même, et les deux actions avaient

été décidées par la direction du parti.

Divers témoins en attribuent

l’initiative à Charles Fiterman, alors

« numéro 2 » du PCF, et bientôt

ministre d’État.

Une autre opération fut organisée

jets mais ce qui était mis en évidence, dans les commentaires

de presse, était le refus de voir s’installer

ces travailleurs maliens. Dans le débat qui s’ensuivit,

la direction du parti ne joua pas de finesse et se

laissa entraîner dans une argumentation douteuse

sur la nécessaire « répartition » des immigrés, et plus

généralement des pauvres, entre les communes. On

évoqua ici ou là la notion de « seuil de tolérance » à

propos de la quantité d’immigrés qu’une ville pouvait

accepter au sein de sa population; c’était prendre

en compte, sans s’y opposer, une xénophobie populaire

que l’on attribuait un peu vite aux habitants. Le

thème, plus tard mis au goût du jour par Michel

Rocard affirmant que la France ne pouvait pas

« accueillir toute la misère du monde », trouvait ici

une première illustration à un niveau local. La «municipalité

ouvrière », fière de sa population modeste,

s’enorgueillissait à juste titre d’une politique « au service

des travailleurs». Mais il ne lui semblait pas aller

de soi de considérer les nouveaux occupants du foyer

d’abord comme des «ouvriers» ou des «travailleurs».

Plus de vingt ans plus tard, les connotations racistes

de l’opération devaient d’ailleurs refaire surface de

manière tout à fait explicite. À l’occasion d’un film

documentaire consacré au PCF

une militante de la ville voisine d’Ivry-sur-

Seine, adjointe au maire de cette commune, sur cet

incident qu’elle avait vécu à l’époque. En lieu et place

d’une quelconque autocritique, elle tenta de justifier

l’opération en expliquant : « Il faut bien voir que les

municipalités communistes… on était devenus les

dépotoirs !… on nous a mis les immigrés… les immigrés.

» L’élue, en parlant, comptait sur ses doigts tout

ce qu’on «avait mis» aux municipalités communistes,

1, Yves Jeuland interrogeait

95

Les acteurs du débat

1.

Documentaire intitulé Camarades.

transformées en « dépotoirs », et l’énumération des

détritus se limitait à ces deux choses : « les immigrés…

les immigrés ». Le scandale fut moins large

mais n’en fut pas moins intense sur le plan local.

Un autre élément « à charge » souvent invoqué

contre le PCF est le mot d’ordre, apparu au tournant

des années 1970 et 1980, de « Produire français ».

Bien qu’il ait toujours été présenté comme signifiant

« produire en France », et non « produire avec des

travailleurs français», le moins que l’on puisse dire est

que sa mise en avant, à une époque où les politiques

étatiques multipliaient les incitations au « retour au

pays » envers les immigrés, était d’une maladresse

difficile à considérer comme totalement innocente.

On pourrait penser que certains secteurs de la direction

du PCF n’auraient pas été fâchés d’entretenir

une certaine confusion pour faire bénéficier son mot

d’ordre du soutien des fractions xénophobes que l’on

pensait pouvoir identifier dans la population – et que

l’émergence d’un certain vote populaire pour le Front

national devait à sa façon mettre bientôt en évidence.

Si aucune « lumière rasante » n’avait donc laissé

apparaître les lézardes existant au sein du PCF, elles

n’en étaient pas moins anciennes ; derrière des unanimismes

apparents coexistaient des sensibilités, voire

des lignes politiques distinctes. Deux pôles de sensibilité

étaient apparus à l’intérieur du parti au cours

des années 1990. L’un, que l’on qualifie à l’occasion

de conservateur, identitaire ou orthodoxe, souhaitait

reprendre la route de la tradition communiste, qu’elle

estimait abandonnée. Le second pôle était celui que

l’on qualifie habituellement de « refondateur », en

référence à la conception de l’un de ses inspirateurs,

le philosophe Lucien Sève, estimant nécessaire de

« refonder » le communisme. Après 2002, les refondateurs

apportèrent une importante contribution à

toutes les tentatives unitaires qui eurent lieu au sein

96

la «gauche», les Noirs et les Arabes

de la gauche radicale

ait trouvé dans ce courant le plus grand nombre des

membres du PCF qui voulurent soutenir l’Appel des

Indigènes de la République.

La combinaison d’une culture délégataire de la politique

– éloignant progressivement le parti communiste

des milieux populaires tout en écartant ces

derniers de l’action politique – et de l’abandon, lui

aussi progressif, de tout l’effort de réflexion théorique

qui avait caractérisé le communisme historique, l’avait,

entre autres choses, fait passer à côté de l’émergence

des luttes autonomes des nouvelles générations issues

de l’immigration. Il n’avait pas mesuré les enjeux des

«marches pour l’égalité » des années 1980 et avait

accueilli avec indifférence ou hostilité la création du

Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB).

De la même façon, il était passé à côté de la lutte des

OS immigrés de Talbot à Poissy derrière lesquels un

Pierre Mauroy précurseur voyait déjà un complot islamiste

manipulé par les ayatollahs iraniens. Cette cécité

persisterait dans les années suivantes.

1. Il n’est pas étonnant que l’on

En effet, quelques années, plus tard on verra le PCF,

à présent totalement dépourvu de théorie ou de ligne

politique cohérente, avoir le plus grand mal à analyser

les évènements du 11 septembre 2001. On n’oublie

pas comment Robert Hue, alors secrétaire

national du parti, avait alors tenu à exprimer sa solidarité

« avec le peuple américain et les dirigeants

qu’il s’est donné ». Début octobre, alors que les premières

bombes à fragmentation tombaient sur les

populations civiles d’Afghanistan, à l’occasion d’une

réunion-débat organisée par Espace-Marx, Patrice

Cohen-Seat, président de cette association et faisant

97

Les acteurs du débat

1.

composantes essentielles de

l’Association des communistes

unitaires (ACU), partie prenante de La

Fédération.

Ils constituent à présent l’une des

alors figure de «numéro 2» du parti, déclarait devant

un public attentif : « Bush a tout bon ! » Il ajoutait :

« Nous sommes passés dans les années 1930 à côté

du danger nazi; nous ne sommes pas obligés de commettre

la même erreur aujourd’hui face à un danger

de même nature. »

Dans une perspective voisine, en juillet 2005, à l’occasion

de la visite en France du criminel de guerre

Ariel Sharon, le PCF renonça à participer au défilé

de protestation organisé par l’ensemble des mouvements

de solidarité avec la Palestine. Son responsable

aux questions internationales, Jacques Fath,

expliqua qu’une telle manifestation était devenue

inopportune à la suite des attentats qui avaient ensanglanté

la ville de Londres quelques jours plus tôt.

Il pourrait sembler que ces développements nous ont

éloignés de notre propos général. Mais si l’on comprend

que derrière la question du « foulard » ou de

la réception de l’Appel des Indigènes, c’est celle du

rapport des différentes forces politiques avec l’immigration

postcoloniale qui est en jeu, on comprend

par là même qu’il est aisé d’y retourner

que le mythe du « retour au pays » a été largement

abandonné par les familles immigrées, leurs

enfants héritent, même s’ils acquièrent la nationalité

française, d’une image de pièce rapportée à la

« nation française », dans laquelle il leur appartiendrait

de se fondre en abandonnant une identité liée à

des origines devenues obsolètes. Ils ne sont pas considérés

comme des Français «comme les autres» mais

renvoyés à un statut d’importation récente. Une vieille

militante communiste dit ainsi un jour des lycéennes

voilées : « Mais enfin, elles sont chez nous, tout de

même! » Elle oubliait qu’elles étaient également chez

elles.

que l’on soit « Français de papiers ». Et c’est

. Alors pourtantIl ne suffit pas aux nationalistes et aux républicains

98

la «gauche», les Noirs et les Arabes

ce qui explique, dans le camp prohibitionniste, la

nécessité de les « éduquer » à la laïcité républicaine,

qui ne leur a pas été transmise avec leurs gènes.

C’est ainsi que l’un des plus acharnés des députés

prohibitionnistes du groupe « communistes et républicains

», Jean-Pierre Brard, dans son discours à

l’Assemblée nationale, montrait le fond de sa pensée,

et qu’apparaissait dans sa nudité le caractère

simplement raciste de son positionnement: «Discuter

aujourd’hui de sa pertinence et de son actualité [de la

laïcité], c’est d’abord réfléchir sur la manière de faire

vivre la loi de 1905 pour tous, y compris pour ceux

qui sont arrivés récemment dans notre pays. » Pourtant,

élu de banlieue, l’honorable parlementaire ne

pouvait ignorer que la plupart des lycéennes qu’il se

proposait d’exclure de l’École publique n’étaient arrivées

« récemment dans notre pays » que du fait de

leur jeune âge : ces « immigrées de la deuxième ou

de la troisième génération» y étaient arrivées, comme

lui-même, en sortant du ventre de leur mère. La question

du « foulard » était ainsi réduite à celle de l’intégration

d’étrangères, ou de quasi-étrangères,

d’arrivée récente, dans le giron de la République ;

or, c’est dans bien des cas de françaises dûment

estampillées – et généralement de françaises de naissance

– qu’il parlait de cette manière.

Ce choix de les ramener à un statut d’extranéité est

caractéristique d’un grand nombre d’interventions

dans le débat et pour l’essentiel représentatif du

grand consensus qui s’établit alors au sein de la représentation

nationale. Cette assimilation des personnes

issues de l’immigration à des personnes étrangères,

c’est-à-dire à des personnes privées de droits politiques,

en situation d’infériorité dans le pays, est

typique du racisme nationaliste.

Citons pour finir les propos tenus lors de ces débats

par le très orthodoxe – et très islamophobe – André

99

Les acteurs du débat

Gérin. Celui-ci terminait son discours par une formule

qui donnait la mesure de la confusion dans

laquelle il entendait maintenir le débat : « Comme,

hier, Maurice Thorez tendait la main aux chrétiens,

tendons aujourd’hui la main aux musulmans

problème est que la «main tendue» de Maurice Thorez

était celle des communistes en direction des chrétiens

de France pour aller vers une union de tous les

opprimés, au-delà de leurs différences de conception

du monde, et pas pour les « civiliser » ou leur montrer

un quelconque « droit chemin ». En outre, ce

n’était pas au nom des communistes qu’André Gérin

prétendait alors tendre la main aux «musulmans»,

c’était au nom de la représentation nationale, autrement

dit de la France elle-même. Et il s’agissait non

d’associer les musulmans de France à des combats

communs, mais de leur enseigner la bonne conduite

républicaine. Une stratégie d’ouverture était ainsi

singée en un discours d’exclusion. La « main tendue»

communiste, dans son acception originelle, aurait dû

conduire à l’antiprohibitionnisme.

1 ! » Le

Le cas de la Ligue communiste révolutionnaire

Quatre ans après la période considérée, la LCR s’est

dissoute pour fonder un Nouveau parti anticapitaliste,

le NPA. Il n’est naturellement pas possible d’étudier

les positions du NPA lui-même à une époque où

il n’existait pas ; mais on peut noter que si certains

dirigeants de la LCR, qui vont être évoqués ici, jouent

toujours leur rôle dans le NPA, d’autres s’en sont

écartés. Il semble au demeurant que le débat se pose-

100

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

célèbre discours de Maurice Thorez,

alors secrétaire général du PCF,

radiodiffusé le 17 avril 1936, dans

lequel il disait notamment : « Nous te

tendons la main, catholique, ouvrier,

employé, artisan, paysan, nous qui

sommes des laïques, parce que tu es

notre frère, et que tu es comme nous

accablé par les mêmes soucis. » Voir

Collectif,

Éditions Sociales, 1976.

André Gérin fait ici référence à unCommunistes et Chrétiens,

rait en termes différents au sein de ce nouveau parti.

La manière dont il s’est déroulé dans la Ligue n’en

est pas moins significative de l’attitude de la gauche

radicale.

Organisation relativement récente – elle avait été créée

en 1973, succédant à la Ligue communiste dissoute

par le gouvernement – la LCR prenait sa source au

milieu des années soixante dans le courant trotskiste

de la IV

quelque sorte l’une de ses préoccupations premières.

Ses membres ont toujours été très actifs dans le mouvement

social, ce qui a rendu son influence significative

alors même qu’elle est longtemps restée

groupusculaire. Son influence électorale s’est ellemême

développée à partir de 2002 avec la mise en

avant de son jeune leader, Olivier Besancenot.

Effet d’une plus grande tradition de débat interne?

ou d’un plus grand investissement de ses militants?

Quoi qu’il en soit, la LCR fut le lieu de véritables

affrontements autour des questions qui nous préoccupent.

De vifs débats, souvent publics, ont ponctué

ces deux années et c’est sans doute au sein de la Ligue

que les argumentations les plus complètes ont été

échangées. De façon plus claire encore que pour le

PCF, on a vu la Ligue se diviser sur la question du

foulard, puis sur l’Appel des Indigènes, suivant des

lignes de fracture autonomes différentes des clivages

classiques de cette organisation. La fracture passait

à l’intérieur de presque chaque courant; et si le camp

des partisans de l’Appel des Indigènes, ou de ceux

qui souhaitaient que la LCR le soutienne sous une

forme ou sous une autre, était peut-être un peu plus

large, il recouvrait pour l’essentiel celui des antiprohibitionnistes.

N’ayant pas de représentation parlementaire, la

LCR n’était pas en situation de voter pour ou contre

e Internationale, et l’internationalisme était en

101

Les acteurs du débat

la loi antifoulard, et la position qu’elle pouvait adopter

demeurait sans autre effet que sa participation

ou non aux initiatives menées contre la loi ou pour

soutenir ses victimes. En revanche, le soutien à l’Appel

des Indigènes, dont l’objectif de départ était l’organisation

d’Assises, supposait une participation

nécessairement visible, ce qui explique sans doute la

plus grande difficulté à trouver un consensus viable

au sein de l’organisation.

En ce qui concerne le « foulard », le consensus a pu

être obtenu en oblitérant de façon adroite la question

de la prohibition, pour ne retenir que la question

de la loi. Ainsi que le rappelle Catherine Samary

la LCR avait adopté, en 1989, de manière tout à fait

consensuelle, une posture antiprohibitionniste en

s’opposant aux exclusions de Creil : « Cela n’a pratiquement

pas fait débat à l’époque. La défense du

droit à l’école publique apparaissait comme une évidence,

quelle que soit l’hostilité au port du foulard,

contre toute discrimination et logique “civilisatrice” en

fait répressive : l’émancipation passe par les choix et

l’engagement individuels, l’instruction est un enjeu

fondamental notamment pour les femmes, ces exclusions

sont injustes : ces jeunes filles ne menacent personne…

Tels étaient en tout cas les motifs de base de

notre positionnement d’alors.» Elle témoigne aussi, en

tant qu’antiprohibitionniste, de certains aspects de

l’état d’esprit qui a pu régner à la Ligue à partir de

2004, face à la nouvelle querelle du foulard : « Au

mieux, j’étais devenue naïve, perdant mes repères

par antiracisme, avec quelques autres, féministes de

longue date comme Christine Delphy ; au pire, j’étais

quasiment devenue une “musulmane progressiste”

1,

102

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

de la IV

dont elle fut l’une des dirigeantes,

Catherine Samary a été membre

active du Collectif une école pour

toutes et tous et du Collectif des

féministes pour l’égalité, et signataire

de l’Appel des Indigènes.

Économiste, militante de toujourse Internationale et de la LCR,

(comme on me l’a dit), voire j’avais renoncé au féminisme

en étant instrumentalisée par un projet caché

visant à la destruction “du” mouvement féministe

(porté, évidemment par Tariq Ramadan et ses amie-

s); au-delà, c’est la boussole des solidarités de classe

qui était menacée : du voile aux Indigènes (que j’ai

également soutenus) une continuité fut établie, dans

la vision fantasmée de “l’ennemi intérieur”

En 2004 quelque chose avait donc changé. S’il s’est

trouvé certains défenseurs de la loi qui, à l’instar de

Christian Picquet

arguments «républicains» les plus classiques comme

la laïcité, c’est de très loin le thème féministe – plus

ou moins agrémenté selon les cas d’un anticléricalisme

vaguement islamophobe, et d’une analyse fantasmatique

du « danger intégriste » en France – qui

constitua le fondement le plus important du prohibitionnisme

au sein de cette organisation. Non que toutes

les féministes de la Ligue aient été prohibitionnistes,

mais le secteur «femmes» du parti était dominé par

une personnalité forte, dotée d’une grande légitimité

au sein de la LCR, Josette Trat, et elle prit fermement

parti pour la prohibition dans des termes qui ne semblaient

pas négociables. Cette militante adhérait de

manière radicale aux différents arguments « féministes

», en particulier sur l’appréciation unilatérale

de la « signification du voile », et les soutenait avec

énergie dans les débats internes. Elle analysait en particulier

la position de Tariq Ramadan, dont elle voyait

la main derrière le Collectif une école pour toutes et

tous et l’Appel des Indigènes, comme fondamentalement

antiféministe, ce qui constituait un élément à

charge décisif contre ces mouvances. Sur cette question

du féminisme, dont elle était la « spécialiste »

1. »2, fondaient leur position sur les

103

Les acteurs du débat

1.

Op. cit.

2.

oppositionnel volontiers qualifié de

« droitier » par ses camarades.

Animateur d’un courant

reconnue, la direction préféra reprendre son argumentation,

partagée en outre par Maya Surduts, présidente

du Collectif national pour le droit des femmes

et militante de la LCR, et éviter le conflit interne –

d’autant que la querelle du foulard prenait, dans les

débats des instances dirigeantes, une place qui devenait

démesurée : ainsi, à quinze jours des élections

régionales pour lesquelles la LCR faisait listes communes

avec Lutte ouvrière (LO), une réunion de la

direction nationale pouvait-elle consacrer plus des

deux tiers de son temps à « parler chiffons»? Si pour

les antiprohibitionnistes la question du foulard soulevait

des enjeux décisifs, aux yeux de tous les autres

elle devenait surtout paralysante pour l’organisation.

Pour autant, ces débats internes ne transparaissaient

que peu dans le débat public. Si les diverses

prises de position étaient bien présentes dans

l’hebdomadaire de la LCR, c’est dans les manifestations

organisées contre la prohibition que ses militantes

et militants étaient visibles, arborant

autocollants, badges et drapeaux de leur organisation.

C’est en tant que militant de la LCR, par exemple,

que Léon Crémieux, membre du bureau politique,

intervint au rassemblement du 4 février 2004 organisé

par le CEPT au Trianon. De tous les courants politiques

c’est certainement la Ligue qui, avec les Verts,

a fourni le plus de militants au combat contre l’interdiction

du foulard, à tel point qu’il fallait vraiment

être au courant des conflits internes de l’organisation

pour ne pas penser, de l’extérieur, qu’elle avait dans

son ensemble rejoint le parti antiprohibitionniste.

La solution trouvée par la direction de la Ligue pour

tenter de mettre fin à un conflit interne qui pouvait se

révéler mortifère fut d’opter pour une position « nini

» : ni voile ni loi. La loi, désignée comme « loi Chirac

», était dénoncée comme « discriminatoire », sans

spécifier autrement la « discrimination » en question,

Rouge,

104

la «gauche», les Noirs et les Arabes

et était donc rejetée en tant que telle ; mais l’analyse

du caractère « oppresseur » du foulard était affirmée

tout aussi nettement, si bien que la LCR se déclarait

à la fois contre la loi et contre le foulard. La question

du prohibitionnisme était ainsi passée à la trappe

comme si le litige avait simplement opposé celles et

ceux qui étaient en faveur de la loi et celles et ceux qui

s’y opposaient. Mais en réalité le débat « pour ou

contre la loi » ne recouvrait pas celui qui opposait

prohibitionnistes et antiprohibitionnistes. Nombreux

étaient les prohibitionnistes qui estimaient simplement

qu’une loi n’était pas nécessaire à l’exclusion

des lycéennes voilées : on se souvient qu’un dirigeant

de l’organisation, Pierre-François Grond, avait à cet

égard donné l’exemple en contribuant avant la loi

aux exclusions du lycée Henri-Wallon d’Aubervilliers.

En définitive, le « ni-ni » officiel auquel durent ainsi

se résigner les antiprohibitionnistes de la LCR, sans

pour autant abandonner leur combat, n’était dans

les faits rien d’autre qu’une version extralégale du

prohibitionnisme.

Dans ses

Daniel Bensaïd

illustration» des choix de la direction de la Ligue dans

les querelles du foulard et des Indigènes. Oublieux

de la part prise par des secteurs entiers de la gauche

radicale – et par au moins un dirigeant de premier

plan de son propre parti – dans la campagne prohibitionniste,

il explique ainsi ce qu’il semble limiter à

une manoeuvre de la droite avec la complicité du parti

socialiste : « Fixer l’attention sur la loi en question

permettait de sceller une union sacrée républicaine

entre droite de droite, droite du centre et gauche du

Fragments mécréants1, le philosophe2 se livre à un genre de « défense et

105

Les acteurs du débat

1.

Lignes & Manifestes, 2005.

2.

l’université de Paris VIII et auteur de

très nombreux ouvrages, Daniel

Bensaïd, membre fondateur de la LCR,

peut en être considéré à bien des

égards comme le principal théoricien.

Professeur de philosophie à

centre. » S’il juge la loi « inutile » c’est dans l’esprit

du ni-ni : la réglementation antérieure, affirme-t-il

permettait déjà d’agir en cas de besoin. Semblant

considérer que

justifiaient pas l’exclusion, il admet implicitement

que de telles mesures pouvaient être justifiées dans

certains cas sans qu’il soit pour cela besoin de loi. Il

n’en reconnaît pas moins l’ambiguïté du « ni-ni»: « Il

s’agit […] d’un compromis boiteux, d’une fausse symétrie

entre deux défis relevant de registres et de temporalités

différents. » On ne saurait, poursuit-il,

« banaliser le port du voile ». Et de conclure : « Ici et

maintenant, la loi et le voile sont à combattre. Pas

par les mêmes moyens. » Par quels « moyens » propose-

t-il de combattre la loi ? On n’en saura pas plus.

Par quels « moyens » propose-t-il de combattre le

voile ? L’histoire avait hélas déjà avancé une réponse.

Il a beau opposer « le rythme lent de la transformation

des moeurs » à celui « de la décision législative

ou de la procédure judiciaire », on sait bien qu’il est

plus rapide d’exclure une lycéenne que d’adopter une

loi ou de mener un procès.

C’est à la manière dont on le met en oeuvre que l’on

peut juger de la signification d’un mot d’ordre. Si

Daniel Bensaïd insiste sur le fait que « le combat

contre l’enfermement des femmes [que le port du

voile] signifie se situe sur le terrain des luttes communes,

de la confiance à reconquérir, de la persuasion

plutôt que de la coercition », on aurait dû pouvoir en

conclure que les exclusions devaient être combattues

et que le « ni loi » du mot d’ordre imposerait de lutter

contre les applications de cette loi : mais on n’a rien

vu de tel de la part de la Ligue – si ce n’est à travers

1,tous les cas de « port de foulard » ne

106

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

du Conseil d’État allait en sens

contraire : le port du foulard ne

pouvait en aucun cas justifier à lui

seul une exclusion scolaire, si bien

que les exclusions justifiées l’étaient

par d’autres comportements (refus de

certains cours, par exemple).

On se souvient que la jurisprudence

les initiatives de sa minorité antiprohibitionniste

« luttes communes », la « persuasion » et la « reconquête

de la confiance » seraient pour plus tard. La

défense assumée par le théoricien de l’organisation du

«compromis boiteux » sur lequel la Ligue a construit

son consensus est donc elle-même boiteuse. Sous le

brio de l’argumentation pointe le sourire victorieux

des partisans de la prohibition.

La question scolaire n’est pas la seule dans laquelle

la « question du voile » ait été posée à la LCR ou à ses

militants majoritaires. Ainsi, Josette Trat et Maya

Sorduts, déjà mentionnées, ne sont pas pour rien dans

la décision du Comité national pour le Droit des

femmes de refuser les militantes voilées. À deux

reprises au moins, des femmes voilées se virent refuser

le droit d’adhérer à la Ligue au nom de la « signification

» attribuée à leur tenue vestimentaire –

comme si des femmes « enfermées » et soumises

s’étaient bêtement trompées d’adresse en demandant

leur adhésion à une organisation « révolutionnaire

». À moins que l’on ait craint un « entrisme

islamiste ». La majorité de la LCR fonde en effet, au

moins pour partie, son refus du « voile » sur l’affirmation

d’une offensive intégriste mondiale dont il

serait, en France, le signe visible

une première fois dans le département du Nord, et

une autre à Saint-Denis dans la propre cellule d’Alain

Krivine. Dans ce dernier cas, la militante concernée,

déjà active aux JCR et dans des organisations comme

«Agir contre la guerre» ainsi que dans divers réseaux

de soutien aux sans-papiers ou de lutte contre les

1. Les2. Le cas se présenta

107

Les acteurs du débat

1.

d’octobre 2004 « contre les

exclusions » d’Alain Krivine, porteparole

de la LCR, n’y ait eu comme le

remarque Catherine Samary (

aucun écho, ni aucune suite : le mal

était fait depuis la rentrée précédente,

avec la position prise par Pierre-

François Grond ; et le mot d’ordre

adopté confortait les prohibitionnistes.

Il est significatif qu’un communiquéop. cit.)

2.

voile et de la laïcité, des enjeux de

société

Voir Catherine Samary, Au-delà du.

violences policières, fut placée devant l’alternative

suivante : son adhésion était acceptée si elle acceptait

de retirer son foulard dans ses activités militantes;

ce qu’elle ne pouvait accepter

d’une réplique de la loi antifoulard appliquée non

plus à l’école publique mais à la Ligue elle-même.

Si les débats à la LCR sur la question du foulard restèrent

pour une large part internes, il n’en alla pas

de même de ceux relatifs à l’Appel des Indigènes. Ce

fut là une condamnation sans appel.

Une première salve fut tirée par Christian Picquet,

membre du bureau politique, dans une tribune

publiée par l’hebdomadaire

habituel, dont l’emphase n’aurait pas été reniée par

un sénateur radical-socialiste des années trente, il

dénonçait le caractère selon lui antirépublicain de

l’Appel, se conformant ainsi au ton général de l’organe

dans lequel il avait choisi de s’exprimer. En effet,

depuis le lancement de l’Appel, chaque numéro de

1. Il s’agissait en sommeMarianne. Dans son style

Marianne

communautarisme, d’islamisme, et même de racisme,

à l’endroit des Indigènes. Mieux que quiconque,

semble-t-il, la rédaction de

dans les franges de l’intelligentsia dénoncées par

ces derniers. La tribune de Christian Piquet était l’expression

individuelle d’un dirigeant notoirement

connu comme oppositionnel minoritaire dans son organisation

résonnait de cris indignés, d’imputation deMarianne s’était reconnue2

et ne pouvait donc prétendre engager la Ligue

dans son ensemble. Les Indigènes attendirent donc une

prise de position officielle de la LCR elle-même. La signature

de leur Appel par de nombreux militants de cette

108

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

elle pense que le « problème » pourrait

bien ressurgir, mais où elle compte

sur la relative jeunesse des militants

pour avoir gain de cause le moment

venu (conversation avec l’auteur).

Elle est depuis membre du NPA où

2.

choisi d’intituler son livre, paru en

août 2003 aux éditions Syllepse,

République dans la tourmente

même tropisme le conduira à

s’éloigner, en 2009, du NPA pour se

Christian Picquet avait par exempleLa. Le

organisation, dont deux membres de son bureau politique

1

et des responsables de son secrétariat antiraciste,

pouvait laisser espérer qu’elle resterait à tout le

moins sur la réserve, ne partirait pas en guerre contre

la perspective des Assises, et choisirait même peut-être

d’y participer. La réponse à cette attente prit la forme

d’un communiqué du bureau politique

Le paragraphe de l’Appel qui pointait les «ravages»

produits dans la société française par l’offensive de

la pensée bushienne, et soulignait qu’elle était « parvenue

à imposer sa rhétorique au sein même des

forces progressistes, comme une gangrène », paragraphe

dont on a vu combien il avait été attaqué par

le camp « républicain », faisait ici l’objet d’un réquisitoire

à la Vychinsky : « “Frauduleusement”, “imposture”,

“gangrène”… Autant de termes qui relèvent

d’une entreprise de criminalisation des divergences

existant au sein des forces progressistes sur un certain

nombre de questions sensibles, qui conduisent à

considérer que l’ennemi principal est à débusquer au

plus proche. Une telle stratégie du soupçon, brandissant

de manière désincarnée les notions de “France”

et de “République”, fait table rase de l’histoire du

mouvement ouvrier et démocratique, les dramatiques

divisions qui l’ont traversée, opposant aux compromissions

et trahisons des uns les résistances et combats

héroïques des autres. » Criminalisation, ni plus

ni moins. Le bureau politique n’avait pas lésiné sur

le vocabulaire. La surinterprétation du texte de l’Appel

ne manquait toutefois pas d’être dénoncée au sein

2.

109

Les acteurs du débat

rapprocher avec quelques-uns des

membres de son courant, à travers un

groupe nommé « Gauche unitaire », du

Parti de gauche fondé par Jean-Luc

Mélenchon. Il a à ce titre participé lors

des élections européennes de 2009 au

« Front de gauche » constitué entre ce

dernier et le PCF.

1.

Léon Crémieux, qui quoique

appartenant à des courants différents

de la majorité, avaient tous deux

milité contre la prohibition.

Il s’agit de Léonce Aguirre et de

2.

texte, voir Laurent Lévy,

trop

Pour une analyse critique de ceUne voix de, http//lmsi.net.

même de la Ligue. Ainsi, le secrétariat antiraciste de

l’organisation remarquait avec bon sens: «Dire comme

l’Appel qu’une offensive réactionnaire se dissimule

“frauduleusement” sous les drapeaux de la “laïcité,

de la citoyenneté et du féminisme”, et qu’il s’agit d’une

“imposture”, ce n’est pas “faire table rase de l’histoire

du mouvement ouvrier et démocratique”, c’est

au contraire se réclamer de ses combats et dénoncer

leur détournement à d’autres fins.» Un autre passage

du communiqué était aussi particulièrement étrange:

« Les bons sentiments peuvent conduire à une bien

mauvaise politique. Tel est le cas de celle qui en viendrait

à condamner par principe toute idée de loi commune

pouvant être décidée démocratiquement par

l’ensemble du peuple, dans le respect de toutes ses

composantes, politiques, sociales, ethniques, religieuses.

» On pourrait se borner à remarquer qu’une

telle «idée» n’était condamnée ni par principe ni d’une

autre manière dans l’Appel des Indigènes, mais l’étrangeté

était ailleurs : elle était de voir la Ligue, organisation

originellement trotskiste, d’inspiration marxiste

révolutionnaire, se mettre à promouvoir l’idée d’une

«loi commune» qui serait, dans une démocratie bourgeoise,

« décidée démocratiquement par l’ensemble

du peuple », et mieux encore, « dans le respect de

toutes ses composantes, politiques, sociales, ethniques,

religieuses». Le plus savant des historiens ou des politologues

serait sans doute en peine de donner un seul

exemple de législation répondant à tous ces critères ;

il n’est d’ailleurs pas certain qu’une règle aussi unanimement

admise ferait l’objet d’une loi : elle s’appliquerait

d’elle-même. L’accusation était donc absurde,

comme le principe qu’elle sous-tendait. On pouvait

voir dans la phrase suivante une tentative d’explication

rationnelle : «Une chose est d’être en désaccord,

de disputer et de s’affronter sur telle ou telle décision,

à propos […] de la loi sur l’interdiction à l’école des

110

la «gauche», les Noirs et les Arabes

signes religieux ostensibles. C’est inévitable et légitime.

Autre chose est de [la] stigmatiser […] comme

“discriminatoire, sexiste, raciste, […] loi d’exception

aux relents coloniaux”. » Nous y étions donc. La loi

«respectueuse de toutes les composantes du peuple»

n’était autre que la loi antifoulard, que la LCR avait

pourtant elle-même condamnée comme « discriminatoire

», mais dont il aurait fallu taire qu’elle discriminait

à raison du sexe de ses victimes et de leur

appartenance à la communauté musulmane.

Dans un autre registre, plus proche de ce qui constituait

le coeur de l’Appel des Indigènes, le communiqué

du bureau politque dénonçait le caractère réducteur

de l’analyse postcoloniale et ajoutait : « Si l’on suit

l’appel, il y aurait une sorte d’héritage héréditaire

de l’oppression subie (et par contrecoup de la culpabilité

des oppresseurs). Cette invocation du “nom du

père” introduit une sorte de droit du sang dans le

combat contre les discriminations et rejoint une quête

des origines qui, pour être à la mode, n’en tend pas

moins à ethniciser ou confessionnaliser les conflits

politiques. » Mais ces griefs sont purement imaginaires

et ne peuvent trouver de justification dans

aucune des formulations de l’Appel.

Dans une tribune collective publiée dans

sept militants et dirigeants de la Ligue

ainsi que ces accusations ne résistaient pas à

une lecture honnête de l’Appel : « Ce que la persistance

des discriminations doit au maintien des représentations

coloniales et des rapports de domination

n’a rien d’héréditaire. Nulle part l’Appel ne rend les

descendants des colons ou esclavagistes français coupables

du passé de leurs ancêtres. Au contraire, il se

proclame héritier “de ces Français qui ont résisté à la

Rouge,1 remarquèrent

111

Les acteurs du débat

1.

Léonce Aguirre, Sandra Demarcq,

Jacques Fortin, Emmanuel Sieglmann

et Flavia Verri.

Catherine Samary, Léon Crémieux,

barbarie nazie et de tous ceux qui se sont engagés

avec les opprimés, démontrant, par leur engagement

et leurs sacrifices, que la lutte anticoloniale est indissociable

du combat pour l’égalité sociale, la justice

et la citoyenneté”. […] En réalité, il n’est pas question

d’héritage de sang, mais de transmission culturelle

des représentations. […] Le fait que l’histoire

coloniale n’est pas l’entrée exclusive pour rendre

compte des discriminations racistes n’implique pas

que cette entrée soit insignifiante ou inopérante. »

Cette même tribune proposait une hypothèse éclairante

sur les raisons ayant poussé le bureau politique

de la LCR à une analyse aussi négative. Ses auteurs

expliquaient ainsi : « Si des camarades se sont crus

visés par l’Appel, c’est le résultat du positionnement

ambigu de la majorité de la LCR sur le foulard. Le

même Appel n’aurait probablement pas suscité la

même hostilité avant la controverse sur l’interdiction

du voile à l’école. »

Comme on le voit, même exprimé en termes mesurés,

c’est à un débat très sérieux que se livraient les militants

de la LCR. Mais la rigueur des tenants de la participation

aux Assises proposées par les Indigènes ne

suffisait pas à faire bouger les lignes internes; demeurait,

là comme ailleurs, une part importante d’irrationnel,

de non-dit, dans le point de vue officiel.

D’ailleurs, les termes et le ton du communiqué du

bureau politique se retrouvaient dans une tribune

signée quelques jours plus tard dans le quotidien

Libération

par un échantillon très significatif d’auteurs :

Daniel Bensaïd, le plus prestigieux des théoriciens de

la Ligue, Samuel Johsua, l’un des dirigeants de sa majorité

faisant le plus autorité, et Roseline Vachetta, l’une

de ses porte-parole. En lui donnant une diffusion beaucoup

plus large, cette tribune officialisait la position

prise bien mieux que le communiqué lui-même.

112

la «gauche», les Noirs et les Arabes

Ces trois militants emblématiques allaient plus loin

encore dans la manipulation du texte de l’Appel.

Après avoir repris tel quel le réquisitoire sur la « criminalisation

des divergences », ils affirmaient : « Il y

a, à gauche, un débat parfaitement légitime à propos

de questions comme la laïcité et sur la signification

du voile présenté comme traduction d’une

injonction religieuse. Comment admettre le retour de

ces pratiques si détestables qui assimilent à l’ennemi

(ici, au racisme colonial) ceux et celles qui ne partagent

pas l’analyse de l’appel sur cette question ? »

Poursuivant leur diatribe, et allant cette fois au-delà

du texte du BP, ils attribuaient à l’Appel des développements

imaginaires, en interrogeant : « Peut-on

accepter, au nom d’une culpabilité “postcoloniale”,

de qualifier de féministe un “féminisme islamique”

qui mêle les notions “d’être féminin”, de “complémentarité”

des sexes, de défense de la famille comme

base indestructible de la société ? »

Dans la tribune précitée de militants favorables aux

Assises, l’inquiétude quant aux conséquences pour

la LCR de son attitude était clairement exprimée: «Le

plus grave, c’est la méfiance que nous risquons de

susciter auprès de militants dont Daniel Bensaïd,

Samy Johsua et Roseline Vachetta reconnaissent qu’ils

“sont nos amis, des alliés de toujours dans le combat

pour l’égalité et contre le racisme, et le resteront”.

C’est effectivement le cas et il convient d’en finir avec

la rumeur entendue jusque dans nos rangs et qui voit

une force politique derrière les Assises : l’islamisme.»

Voici donc esquissée, au sein même de la Ligue, une

explication politique de l’attitude de sa direction. Bien

qu’elle n’ait jamais été exprimée publiquement

comme telle, la crainte du « péril islamiste » pourrait

bien être à la base de la position rigide de la majorité

de la LCR sur la « signification» du foulard et sur

l’Appel des Indigènes. Une islamophobie, vécue

113

Les acteurs du débat

comme posture politique et non comme racisme, fondée

sur une vaste analyse géopolitique somme toute

jumelle de celle-là même dont l’ensemble des médias,

dans la foulée de la diplomatie américaine, avait fait

un lieu commun du débat public. Ainsi la majorité de

la LCR fondait au moins pour partie son refus du

« voile » et de l’Appel des Indigènes sur l’affirmation

d’une offensive intégriste mondiale dont il aurait été,

en France, le signe visible

Quoi qu’il en soit, les arguments des minoritaires pouvaient

difficilement être entendus par la direction de

la LCR : ce qu’elle jugeait pervers, quant au fond,

dans l’Appel des Indigènes, et ce qui justifiait qu’elle

s’y oppose, c’était le fait que, pareillement à la querelle

du foulard – que l’on pouvait au moins attribuer

à la droite en parlant de la « loi Chirac » – il était de

nature à « diviser » l’organisation, en fait à révéler

en son sein une ligne de fracture qu’elle préférait

ignorer. Elle craignait en outre que l’un de ses courant

minoritaires, « Socialisme par en bas », récemment

intégré à l’organisation, ne mette à profit ces débats

pour y étendre son influence. Dans un courrier

adressé à l’un des initiateurs de l’Appel, Samy Johsua

lui reprochait son caractère «diviseur» en termes

extrêmement révélateurs : « Sur une question de ce

genre, d’une exceptionnelle gravité, ça te paraît raisonnable

de faire passer la frontière entre la majorité

et la minorité de la LCR?» Ainsi, du seul fait qu’il

révélait une frontière politique passant à l’intérieur

même de la LCR, l’Appel était jugé nécessairement

déraisonnable. Ce n’était plus le fond des questions

posées qui était en cause mais l’unité de la Ligue. Or,

1.

114

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

voile et de la laïcité, des enjeux de

société

Voir Catherine Samary, Au-delà du.

pour ce hiérarque révolutionnaire, il fallait bien qu’on

se le dise: aucune question pertinente ne saurait diviser

la LCR.

Autres courants politiques

Dans la gauche radicale, le PCF et la LCR n’ont pas eu

le privilège de la division sur ces questions. Ils partagèrent

leur trouble avec la quasi-totalité des autres

courants ou mouvances. On ne peut entrer ici dans

le détail des débats de chaque organisation ; au

demeurant on y trouverait pour l’essentiel les arguments

que l’on a vu à l’oeuvre dans les deux premières,

comme dans les mouvements féministes et

antiracistes. Ce fut en particulier le cas au sein des

Verts, à ceci près que dans leur grande majorité, ils

ont adopté une position antiprohibitionniste et soutenu

la démarche des Indigènes.

Les courants nationaux-républicains ont naturellement

été les moins divisés de tout le paysage politique,

comme par définition. Du PRS

Mélenchon au Mouvement républicain et citoyen de

Jean-Pierre Chevènement, en passant par la galaxie

confuse des diverses chapelles de chevènementistes

plus ou moins mal repentis comme le minuscule

MARS d’Éric Coquerel

se définissant comme «gauche républicaine», on n’a

pas entendu une voix dissonante.

Mais dans l’extrême gauche, un autre courant s’est

révélé étrangement unanime: le groupe Lutte ouvrière

1 de Jean-Luc2, ou les diverses mouvances

115

Les acteurs du débat

1.

disparu avec la fondation par Jean-

Luc Mélenchon du Parti de gauche

(PG), en janvier 2009.

Pour la république sociale. PRS a

2.

république sociale. Le MARS, devenu

« MARS – Gauche Républicaine » à la

suite de sa fusion avec un autre

groupe post-chevènementiste, s’est

depuis fondu dans le PG, dont Eric

Coquerel est devenu l’un des

principaux responsables.

Mouvement d’action pour la

(LO), alors animé par Arlette Laguiller. On a vu comment

les militants de cette organisation – dont un responsable

national, Georges Vartaniantz – avaient été,

aux côtés de leurs camarades de la LCR, parmi les

organisateurs de l’affaire d’Aubervilliers. Ce n’était

pas là le choix personnel de quelconques franc-tireurs.

L’étrangeté ne réside certes pas dans le fait que ce

mouvement ait été unanime – la fantaisie n’est guère

le genre de la maison –, elle se trouve plutôt dans son

investissement soudain sur des questions habituellement

hors de son champ de préoccupations. À l’inverse

d’un autre mouvement trotskiste comme le Parti

des travailleurs

à la République laïque qui motivait LO ; tout au

plus cette organisation se gargarise-t-elle à l’occasion

d’un anticléricalisme de bon aloi. Ce sont les

arguments prétendument féministes qui l’ont retenue.

Or, l’une des caractéristiques de LO, et l’une de

ses divergences avec la LCR, est d’avoir toujours

considéré comme négligeables, comme petites-bourgeoises,

et donc comme potentiellement contre-révolutionnaires,

les revendications ou combats relevant

du « sociétal » plus que du « social ». Le féminisme,

comme l’écologie ou l’altermondialisme, étaient

affaires de nantis. Quant à la lutte contre l’homophobie,

n’en parlons même pas. « N’oubliez jamais

la lutte des classes », avait dit Lénine, et LO n’oubliait

jamais Lénine, au point de ne jamais penser à autre

chose. Sa soudaine conversion au féminisme avait

donc de quoi surprendre les observateurs les plus

bienveillant. Elle reste d’ailleurs inexpliquée, faute

d’une autocritique publique de ses positions antérieures

; mais le fait est là. Que ce soit dans l’igno-

1, ce n’est pas un attachement atavique

116

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

communiste internationaliste,

aujourd’hui POI, Parti ouvrier

internationaliste, le PT était

l’organisation du courant

« lambertiste » du trotskisme, qui a

fourni tant et tant de cadres au parti

socialiste et à Force ouvrière (FO).

Anciennement OCI, Organisation

rance des courants réels du féminisme militant ou

dans un simple but de publicité, on vit donc Arlette

Laguiller s’afficher avec un large sourire et se faire

photographier, bras dessus bras dessous, entre une

ancienne ministre de Jacques Chirac et une future

ministre de Nicolas Sarkozy: Corinne Lepage et Fadela

Amara, elles-mêmes nouvelles nées au féminisme.

La lutte contre « l’intégrisme » valait bien cette pantomime.

Dans les mouvances anarchistes, on est normalement

bien loin du républicanisme et du culte du recours à

la loi; mais comme on l’a vu, le prohibitionnisme peut

très bien se passer de la loi. En revanche, le vieux

slogan « Ni Dieu ni Maître » appartient à l’identité

libertaire. Et si, à l’occasion de ces débats, il a refait

surface dans les milieux les plus divers, il s’est trouvé

avivé dans les mouvances qui en sont le terreau privilégié.

Mais le contexte idéologique, historique et

politique d’aujourd’hui est sans commune mesure

avec celui qui avait légitimement pu lui donner naissance.

Les « serviteurs de Dieu » étaient alors précisément

les «serviteurs des maîtres». Il s’agissait pour

les anarchistes de refuser la tutelle commune d’un

système d’oppression et de son instrument de légitimation,

en un temps où l’athéisme n’était pas seulement

une position philosophique mais une saine

révolte contre l’ordre dominant. Au demeurant, ces

athées radicaux, s’ils connaissaient bien l’existence

des « maîtres » auxquels ils s’affrontaient dans leurs

combats quotidiens, niaient par définition l’existence

d’un « Dieu ». La symétrie du slogan n’était donc

qu’apparente. S’ils entendaient libérer la société de

ses maîtres, ils ne pouvaient prétendre la libérer d’un

«Dieu» auquel ils ne croyaient pas : ils voulaient par

contre la libérer de l’emprise des prêtres. Le slogan

n’en fait pas moins partie du folklore et a justifié de

117

Les acteurs du débat

la part de ses adeptes un prohibitionnisme qui, s’il

n’a pas pris les formes outrancières qu’il a pu avoir

dans les milieux républicanistes, n’en a pas moins

été largement partagé.

La plupart des courants libertaires ont ainsi opté

pour un prohibitionnisme « ni-ni » sur un fondement

anticlérical

politiques libertaires, deux, la Fédération Anarchiste

et Alternative Libertaire, se prononcèrent pour la

prohibition, mais la troisième, l’Organisation Communiste

Libertaire, milita contre. Quant à la Confédération

Nationale du Travail (CNT), organisation

syndicale d’orientation libertaire, elle se trouva divisée

dans les mêmes termes que les autres courants de

la gauche radicale.

Ces courants de l’extrême gauche (Lutte ouvrière,

libertaires, mais aussi certains secteurs de la LCR –

aujourd’hui du NPA – ou du PCF) en restent volontiers,

lorsqu’il s’agit des luttes de l’immigration, au

classique mot d’ordre « Français, immigrés, même

patron, même combat!» Or, si ce mot d’ordre a bien

un sens lorsqu’il s’agit de convaincre les travailleurs

« français » de ce que les immigrés ne sont ni leurs

ennemis ni leurs concurrents mais leurs camarades

et de dépasser les tentations racistes ou nationalistes

de la classe ouvrière, il en a un autre lorsqu’il s’agit

d’interdire aux immigrés de faire valoir les revendications

spécifiques que justifie leur oppression spécifique.

Dès lors qu’il tend à refuser aux immigrés

leur voix propre, le mot d’ordre devient un des éléments

de la domination qui s’exerce sur eux.

De son côté, le mouvement altermondialiste connaissait

également les mêmes divisions que la gauche

1. Sur les trois principales organisations

118

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

aurait été envisageable, comme

l’illustre par exemple la position de

Saïd Bouamama, hostile au « foulard »

mais plus hostile encore aux politiques

d’exclusion.

Un « ni-ni » antiprohibitionniste

radicale, souvent posées dans les mêmes termes, mais

avec un rapport de force différent : à aucun moment

les prohibitionnistes n’ont pu s’y imposer. Si la participation

de Tariq Ramadan – laquelle constituait un

critère pour le parti islamophobe – aux différentes

éditions du Forum social européen (FSE) a été contestée

par certains intervenants ou observateurs français,

elle n’a pas pour autant été empêchée par ses

organisateurs. C’est plus du dehors du mouvement

altermondialiste que le reproche est venu ; mais pas

seulement. On a ainsi vu Femmes solidaires se désolidariser

du FSE d’Athènes, du fait de la présence de

l’intéressé ; au sein d’une organisation comme Attac,

la polémique avait fait rage, mais seulement aprèscoup,

à propos de sa participation à l’édition française

du FSE en novembre 2003.

Mais le point culminant de la tragi-comédie altermondialiste

fut sans doute atteint durant le FSE de

Londres en octobre 2004. C’était la première édition

de ce Forum postérieure à la querelle franco-française

du « foulard», et certains de ses organisateurs,

en particulier la coalition « Respect » qui mêlait dans

ses rangs musulmans et non-musulmans, étaient

proches du SWP

« d’islamogauchiste » par les républicanistes hexagonaux.

Plusieurs ateliers et débats étaient organisés

sur la question du « foulard» et de sa prohibition

en France. Les différents séminaires et réunions plénières

faisaient la part belle à la critique du prohibitionnisme

mais aussi plus généralement à celle de

l’islamophobie. Une table ronde, où intervenait Christine

Delphy pour le Collectif une école pour toutes et

tous, était intitulée, en termes affirmatifs : « Le hijab,

1, organisation elle-même qualifiée

119

Les acteurs du débat

1.

principale organisation trotskyste de

Grande-Bretagne. Le SWP devait

quelque temps plus tard être écarté de

Respect.

Socialist Worker’s Party, la

un droit de choisir pour les femmes ». Une autre s’intitulait

: « Conséquences de la guerre sans limites :

politiques sécuritaires et islamophobie» ; une autre :

« Montée de l’islamophobie en Europe » ; une autre,

encore plus explicite : « L’interdiction du voile, une

attaque contre la femme musulmane ». Tariq Ramadan

était annoncé dans pas moins de six débats si

bien qu’il dut renoncer à honorer certaines invitations.

Les prohibitionnistes des délégations françaises

ne supportaient pas de voir les altermondialistes d’Europe

si éloignés de leur universalisme franco-centré.

Soulevant l’indignation générale, Bernard Cassen,

président d’honneur de Attac et directeur du

Diplomatique

pour se livrer, écumant, à un plaidoyer si long en

faveur de la loi française et de la répression des

lycéennes voilées qu’il fallut, non sans difficultés, lui

couper la parole de crainte qu’il n’épuisât le temps

disponible, interdisant de s’exprimer à toutes celles et

ceux qui avaient demandé à intervenir.

De retour en France, analysant comme l’effet d’une

censure le fait de n’avoir pas pu parler aussi longtemps

qu’il l’aurait voulu, il écrivit le très long texte

de ce qu’il n’avait «pas pu dire à Londres». Il y expliquait

: « La principale raison pour laquelle je suis

favorable à la loi est qu’elle empêche l’école de se

transformer en “marché” dont les différentes religions

veulent se tailler des parts. Ce n’est pas un

hasard si les autorités religieuses catholiques et

judaïques ne voulaient pas non plus de ce texte. La

brèche ayant été ouverte par le voile islamique – qui,

toutes choses égales par ailleurs, constitue un signe

aussi “ostensible” que celui des marques et des

logos –, elles auraient pu, elles aussi, “faire jouer la

concurrence” et faire arborer leurs propres signes

“ostensibles” à l’école en espérant qu’ils attireraient

de nouveaux adeptes. À la fin de l’année, chacune

Monde, arracha le micro d’une intervenante

120

la «gauche», les Noirs et les Arabes

d’elles aurait fait le bilan de sa campagne marketing.

L’école ne doit pas devenir un espace où les jeunes

sont autant de “cibles” livrées au prosélytisme

aux pressions, qu’ils soient le fait des marques ou

des religions. C’est là une conception authentiquement

néolibérale dont je suis ahuri que des altermondialistes

puissent la soutenir. » S’il fallait suivre

Bernard Cassen dans son raisonnement, pour le coup

véritablement « ahurissant », ce ne sont pas seulement

les filles en foulard qu’il aurait fallu exclure de

l’école, mais aussi toutes celles et tous ceux qui portent

des crocodiles cousus à leur chemise et des virgules

dessinées sur leurs chaussures.

Bernard Cassen est revenu sur la question des

désaccords au sein du mouvement altermondialiste

dans la tribune précitée publiée par

2005 et intitulée « Ces altermondialistes en perte

de repères ». La thèse de cet article tenait en une

phrase : certains altermondialistes, constituant selon

lui « une frange très minoritaire», se font « balader»

par Tariq Ramadan, qui leur aurait « fait perdre tous

leurs repères ». « Le phénomène, soulignait-il, a de

quoi intriguer. Il tient au moins à trois facteurs : l’ascendant

et le talent de Ramadan ; la naïveté de certains

de ses “compagnons de route” ; et, pour un tout

petit nombre d’entre eux, la tentation d’un projet

politique sur le modèle britannique.»

Montrant le bout de l’oreille étatiste, il reprochait

à son adversaire d’avoir « plusieurs fois dit que, pour

lui, le respect des lois se limite “à tout ce qui ne s’oppose

pas au principe islamique” ». Le mépris des lois

qui heurtent la conscience des citoyens, la désobéissance

civique, constituent pourtant l’un des pôles de

toute résistance aux ordres dominants et l’un des

1, voirePolitis le 20 janvier

121

Les acteurs du débat

1.

jurisprudence du Conseil d’État, le

port dudit « foulard islamique » ne

constitue pas par lui-même un acte de

prosélytisme.

Comme l’a constaté la

thèmes de l’altermondialisme. Faut-il par exemple

selon Bernard Cassen condamner les militantes et

les militants qui violent délibérément la loi, comme

ceux du Réseau éducation sans frontières (RESF), ou

les faucheurs volontaires d’OGM, sans parler des salariés

qui contraignent les dirigeants de leurs entreprises

à négocier en les empêchant illégalement de

quitter leurs locaux ? Sans doute, puisqu’il enfonce

le clou républicain : « La loi est la loi dans un pays

démocratique. »

Certains de ces thèmes seront repris par Bernard Teper,

au moment où la crise d’Attac battra son plein, dans un

article fleuve intitulé « Altermondialisme et internationalisme

laïque et républicain », offert au public en

2006 pour fêter la Nativité. La contribution de cet intégriste

du républicanisme laïque relève à coup sûr de la

caricature; mais il s’agit d’une caricature plutôt ressemblante

et y jeter un coup d’oeil permet de rendre

compte de manière utile des lignes de clivage et des

débats internes au mouvement altermondialiste quant

aux questions qui nous intéressent ici.

Reprochant à un texte adopté par Attac en 2005 de

ne rien dire sur « l’organisation du vivre-ensemble »

et de se rendre ainsi incapable de savoir comment

passer du succès en 2005 du « non de gauche » à un

véritable projet, il en attribue la responsabilité au

«concept totalitaire de consensus

des débats de l’association « de nombreuses

questions que se pose le peuple ». Et ces questions

sont ainsi formulées : « communautarisme anglosaxon,

relativisme culturel et discrimination positive

ou République avec liberté, égalité, fraternité, laïcité

et droits universels. » Questions qui, à n’en pas douter

constituent bien une obsession populaire…

«Les néocommunautaristes de gauche, précise-t-il,

largement représentés à la tête de nombreuses orga-

a priori» qui écarterait

122

la «gauche», les Noirs et les Arabes

nisations, alimentent […] la crise de la représentation

politique remplaçant les réponses aux questions du

peuple par des stratégies de prise de contrôle, ici des

organisations, là-bas des collectifs

« un mondialisme sans corps et sans chair » qui les

empêcherait «de se lier au peuple ». «Voilà, poursuitil,

une frange minoritaire de l’altermondialisme qui

refuse le primat de l’égalité et de l’émancipation

citoyennes en enfermant chaque citoyen, y compris

dans la sphère publique, dans sa communauté religieuse,

ethnique ou de descendant de colonisés.»

Bernard Teper déplore ainsi : « Le seul débat qui

semble compter réellement dans le mouvement social

est celui qui porte sur la régularisation de tous les

sans-papiers. » Quant à lui, il lui « paraît impossible

de laisser libre cours à une immigration incontrôlée.

Cela déstabiliserait les structures politiques et sociales

des pays d’immigration et serait fatidique pour eux si

ils renonçaient à décider souverainement qui a le droit

et ne l’a pas de s’installer sur leurs territoires. […]

Nous devons donc être d’accord sur le droit de circulation

des personnes mais pas sur le droit d’installation

pour tous les habitants de la planète. » Mais,

au-delà de ces banales positions xénophobes qui, quoi

qu’on puisse en penser, sont représentatives d’importants

courants de l’opinion, même à gauche, le comble

du paradoxe est atteint, lorsque notre auteur décrète:

«La libre circulation et surtout d’installation de la force

de travail est une revendication capitaliste reprise par

l’extrême gauche communautariste.» C’est en somme

au service du capital que militent les défenseurs des

sans-papiers, comme André Gérin l’avait suggéré à

l’Assemblée nationale à propos des prohibitionnistes.

1.» Et il leur reproche

123

Les acteurs du débat

1.

Attac lorsqu’il s’est avéré que des

élections internes y avaient été

manipulées, la remarque ne manque

pas de sel, compte tenu du camp dans

lequel se trouvait à cet égard Bernard

Teper.

Pour qui a suivi les débats relatifs à

S’il y a une grande vérité dans les élucubrations de

Bernard Teper, c’est que, à travers des caractérisations

qui lui appartiennent, il met bien en évidence

la fracture de « la gauche » que ce livre s’attache à

analyser. En témoignent ses relations avec Alternative

citoyenne, une petite organisation créée à l’occasion

des élections régionales de 2004 par des

militants unitaires de plusieurs horizons de la gauche

radicale pour favoriser la présentation, en Île-de-

France, d’une liste de candidatures élaborée par des

organisations politiques traditionnelles et des acteurs

et actrices du mouvement social. Constituée sous le

nom de « Gauche populaire et citoyenne » au terme

de délicates et souvent houleuses négociations avec le

PCF et de petites formations « républicaines », cette

liste avait obtenu plus de 7 % des voix

Dans un communiqué de mai 2006, Alternative

citoyenne, évoquant l’UFAL de Bernard Teper, tenait

«à se démarquer totalement de cette organisation ».

C’est le sens même de l’unité de la gauche radicale

que cherchait à clarifier ce communiqué : « Le rassemblement

des forces antilibérales est la condition

d’une alternative à gauche; ce rassemblement ne peut

toutefois se faire que pour (entre autres) construire

une société plus juste, plus fraternelle, dépasser les

structures sociales entraînant chômage, précarité et

misère, mettre fin aux discriminations de toutes

sortes, aux barrières qui tendent en permanence à

opposer les unes aux autres des communautés artificiellement

désignées comme irréconciliables. Ce

véritable changement suppose que l’on refuse la

1.

124

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

après des discussions plus houleuses

encore, avec la liste socialiste dirigée

par Jean-Paul Huchon. Claire Villiers,

syndicaliste et fondatrice de AC !,

Malika Zediri, porte-parole d’un autre

mouvement de chômeurs, l’APEIS,

François Labroille, syndicaliste,

Mouloud Aounit, secrétaire général du

MRAP, et Tarek Ben Hiba, militant

associatif de l’immigration, avaient

ainsi été élus au Conseil régional, dont

Claire Villiers devait devenir viceprésidente.

Elle avait fusionné au second tour,

guerre des civilisations comme modèle social. Or,

force est de constater que parmi les mouvements qui

se réclament de l’antilibéralisme, certains s’arc-boutent

sur un tel modèle, et cherchent à entraîner la

gauche dans différentes variantes du nationalisme,

du souverainisme, ou d’une affirmation culturelle

uniformisée autour des schémas dominants, au détriment

des migrants ou des Français d’origine extraeuropéenne

récente. »

Bernard Teper répondit par un communiqué intitulé

«Alternative citoyenne privilégie l’alliance avec l’intégrisme

au détriment de l’unité du combat antiraciste».

Concluant que «l’heure est au dialogue » et affirmant

refuser « l’anathème », il soutenait néanmoins que

«nombre de responsables d’Alternative citoyenne »,

qu’il qualifiait de «communautaristes», agissaient «de

concert avec les islamistes», menant «un combat incessant

contre la laïcité », et qu’ils avaient « trahi l’immense

majorité des populations d’origine maghrébine».

Dans la feuille électronique national-républicaine

ResPublica, qui est l’un de ses organes, on prétendit

que cette mouvance était «l’alliée fidèle du PC», constituée

«de nombreux militants des Indigènes de la République

», et de « diviseurs prêts à faire perdre leur

camp, plutôt que de travailler à l’unité et à ses indispensables

compromis.»

Unité, alliances, divisions, les classiques thèmes de toute

stratégie politique étaient ainsi posés. À l’évidence, la

question pertinente n’est pas de décider, en renvoyant

indéfiniment la balle de l’un à l’autre camp, qui porterait

la responsabilité de la division, mais dans quelle

mesure elle refléterait des conceptions irréconciliables.

Car si l’irruption dans le débat politique de la «question

indigène » avait mis en lumière un clivage jusqu’alors

souterrain à l’intérieur de la gauche de la

gauche, elle en avait aussi précisé certains contours

125

Les acteurs du débat

et permettait d’en découvrir les racines les plus profondes.

Dans le parti prohibitionniste et hostile à l’appel

des Indigènes, on a en effet identifié une tendance

majeure structurant l’ensemble : celle du républicanisme.

Mais elle seule ne suffit pas à comprendre

pourquoi certains courants n’ayant

voir avec elle ont mêlé leurs voix à la sienne. Or, les

choses s’éclairent si l’on comprend le point commun

de ces courants avec le tropisme républicain. Et ce

point commun est l’attachement à une conception de

la politique dans laquelle l’autonomie de groupes particuliers

de la « société civile » est par avance récusée,

dans laquelle il appartient aux institutions – et

aux « partis » qui en sont, qu’ils le veuillent ou non,

partie prenante – de donner le ton, de dicter comportements

et attitudes, de modeler la société.

a priori rien à

126

la «gauche», les Noirs et les Arabes

IV. « Combien de divisions?»

Voici un peuple uni, tous ayant une même langue.

C’est ainsi qu’ils ont pu commencer leur entreprise,

et dès lors tout ce qu’ils ont projeté leur réussirait

également. Or ça, paraissons ! et ici même, confondons

leur langage de sorte que l’un n’entende pas

le langage de l’autre.

(Genèse, 11 ; 6-7)

«La gauche, combien de divisions?» Voici une question

que les serviteurs du système en place pourraient

bien, singeant le maréchal Staline

On a vu comment, sur la seule question du « foulard

», la ligne de clivage que l’on pouvait identifier

dans la gauche traversait pratiquement tous les courants

de toutes ses organisations. Il en va de même,

à certains égards, de la question des politiques «sécuritaires

» pour laquelle la ligne de clivage est voisine,

même si l’on peut gager qu’elle n’aurait pas divisé

dans les mêmes termes une organisation comme la

LCR.

Un point commun significatif entre ces deux fractures

est qu’elles concernent toutes deux le traitement

républicain des populations « indigènes » :

populations qui, précisément, ne disposent d’aucune

voix politique spécifique et dont la pratique politique

n’a jamais été de se doter de « représentation » dans

le champ institutionnel. Et il est vrai que les institutions

républicaines ne sont pas faites pour permettre

aux victimes de préjudices spécifiques, porteuses en

tant que telles de demandes spécifiques, de donner

1, poser avec ironie.

127

1.

attribue, au cours de la Seconde

Guerre mondiale, cette question des

forces militaires en présence, au vu du

refus de l’Église de soutenir les alliés :

« Le Pape, combien de divisions ? »,

comme il aurait demandé « Combien

de bataillons ? » Il importe peu que la

formule soit apocryphe.

C’est en effet à Staline que l’on

force politique à ces demandes. La politique institutionnelle,

représentative et délégataire, est toujours

«généraliste ». D’une certaine manière, les fractures

révélées par la querelle du « foulard » et de l’Appel

des Indigènes exigent une critique de la politique telle

qu’elle est comprise et pratiquée dans la tradition

dominante – qui est par définition celle des dominants

Les débats que nous avons analysés étaient à

leur façon le reflet détourné de cette exigence. Ils en

étaient également le masque.

Aux élections régionales du printemps 2004, le débat

sur le « foulard», pourtant à peine achevé par la promulgation

de la loi du 15 mars, fut pour ainsi dire

absent de la campagne électorale. Mais dans certains

cas, comme en Île-de-France, il s’y invita malgré tout

de plusieurs manières.

Ainsi, lorsque les listes des candidatures furent arrêtées

pour la liste de la « Gauche populaire et

citoyenne », liste unitaire soutenue par le PCF et par

«Alternative citoyenne en Île-de-France», le PCF proposa

que la tête de liste dans le département fortement

symbolique de la Seine-Saint-Denis soit une

personnalité issue de l’immigration, et choisit – hors

de ses propres rangs – le secrétaire général du MRAP,

Mouloud Aounit ; Marie-George Buffet ne figurant

qu’en deuxième position. Jean-Pierre Brard préféra

en conséquence soutenir la liste socialiste conduite

par Jean-Paul Huchon, « un véritable laïque », plutôt

que d’appeler, avec sa famille politique, à voter pour

un antiprohibitionniste notoire – lequel obtint un score

nettement supérieur à ce dont le PCF aurait pu rêver

1.

128

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

faute d’entreprendre cette critique

que l’organisation issue de l’Appel des

Indigènes, le Mouvement des

indigènes de la république (MIR),

tendu vers sa transformation en Parti

des indigènes de la république (PIR), a

laissé s’enliser son discours et son

action dans les sables mouvants d’un

genre de

choix du mot « parti », est révélateur à

cet égard.

C’est sans doute pour une partno man’s land politique. Le

en se présentant seul. Le jugement porté par le

député-maire de Montreuil sur le candidat socialiste

devait reposer sur de solides informations : malgré

les résultats du premier tour, ce dernier refusa en

effet avec la plus grande énergie que Mouloud Aounit

soit à nouveau tête de liste dans le « 9-3 » pour le

second tour et imposa à la secrétaire nationale du

PCF de prendre sa place. En outre, il fallut qu’Alternative

citoyenne menace de se retirer des négociations

pour obtenir que Tarek Ben Hiba et Malika

Zediri demeurent sur la liste en position éligible.

Lors des élections européennes qui suivirent, c’est

encore en Île-de-France qu’une nouvelle conjoncture

politique se produisit, avec la présence d’une liste

largement décentrée des questions de politique générale,

constituée hors de toute perspective unitaire et

hors des appareils de la gauche politique, la liste

Europalestine. Cette liste séduisit un grand nombre de

jeunes, et en particulier des jeunes issus de l’immigration

postcoloniale, exclus depuis longtemps de la

politique traditionnelle dont ils avaient reçu plus de

coups que de bienfaits et qui en toute hypothèse ne

laissait aucune place à leurs aspirations

le thème de la solidarité avec les luttes du peuple

palestinien était particulièrement populaire dans ces

milieux. Cette liste obtint un score appréciable dans

certains quartiers, passant parfois devant les listes

de la gauche radicale qui auraient dû y être prépondérantes

si elles avaient su prendre en considération

les besoins et revendications de leurs populations. Il

s’agissait là d’une autre expression de la fracture

cachée de « la gauche » et d’un avertissement que

tous ne surent pas apprécier à sa juste valeur.

1. En revanche,

129

« Combien de divisions?»

1.

Sadia en deuxième position sur la liste

« Populaire et Citoyenne » du

communiste Francis Wurtz ne pouvait

y suppléer.

La simple présence de Hamida Ben

Cependant, les litiges entre les principaux courants

de la gauche radicale furent pratiquement oubliés en

2005 à l’occasion du référendum sur le Traité constitutionnel

européen (TCE), dont le succès inespéré

constitua sans doute un grand malentendu. La campagne

donna lieu à la constitution d’un front en apparence

largement unitaire qui vit voisiner sur les

mêmes tribunes toute la « gauche du non », depuis

ses courants altermondialistes nettement antiprohibitionnistes,

par ailleurs favorables à la construction

d’une « autre Europe », jusqu’aux courants nationaux-

républicains les plus ultras, qui coloraient le

débat de thèmes flirtant volontiers avec le souverainisme

le plus cru.

On vit ainsi ces derniers défendre le «non » à partir

d’arguments de nature à faire fuir toute une frange

de l’électorat populaire – notamment l’électorat dont

l’islam est la religion de référence – soutenant, par

exemple, que l’une des raisons de s’opposer au TCE

était qu’il garantissait la liberté de manifester sa religion

dans l’espace public et menaçait ainsi, selon eux,

la laïcité qui venait d’obtenir contre quelques adolescentes

un succès aussi glorieux que méritoire.

Il fallut bien du caractère aux secteurs progressistes

de la communauté musulmane pour appeler

néanmoins à voter «non» au référendum. C’est pourtant

ce que firent le Collectif des musulmans de

France, Tariq Ramadan et la rédaction du site

Oumma.com. Ils savaient bien qu’en votant contre le

projet de TCE, ils mêlaient leurs voix à celles de certains

de leurs pires ennemis : bien sûr celles de l’extrême

droite, de Le Pen à de Villiers, mais aussi celles

des républicanistes, les plus ardents partisans de la

prohibition. Mais ils votaient également contre la

droite et contre le parti socialiste, c’est-à-dire contre

les acteurs essentiels des politiques, tant intérieure

qu’extérieure, qu’ils entendaient combattre, et sur-

130

la «gauche», les Noirs et les Arabes

tout contre l’accentuation des politiques néolibérales

les plus réactionnaires et leur cortège de conséquences

désastreuses.

Faire campagne pour le «non» n’allait pas de soi,

compte tenu du tour pris par le débat : loin de mettre

une sourdine à leurs obsessions pour les besoins d’une

campagne unitaire, les islamophobes « de gauche »

en rajoutèrent. C’est ainsi que François Delapierre,

l’un des responsables du mouvement PRS animé par

Jean-Luc Mélenchon, et aujourd’hui « bras droit » de

ce même Mélenchon au sein du Parti de Gauche, tenta

de s’opposer à la participation de Hamida Ben Sadia

1

à une réunion publique. Hamida Ben Sadia avait

pourtant été candidate, en deuxième position derrière

le communiste Francis Wurtz, sur une liste

d’union lors des précédentes élections européennes,

et était tout à fait qualifiée pour parler de l’Europe.

Mais selon ce farouche républicain, elle devait être

écartée à cause des opinions qu’elle avait défendues,

entre autres par sa participation au Collectif Une

école pour toutes et tous, opinions qu’il considérait

« antilaïques » et donc « antirépublicaines ».

Avec de tels prolégomènes, conclure du succès du

« non de gauche » que la voie était ouverte, pour la

gauche radicale, à une union durable vers des succès

politiques plus avancés, avait quelque chose d’une

vue de l’esprit. Telle fut cependant la conclusion de la

plupart de ses courants. L’unité avait permis de rejeter

un Traité constitutionnel européen pour lequel

avaient milité la totalité des médias, la quasi-totalité

131

« Combien de divisions?»

1.

l’homme et du Collectif des féministes

pour l’égalité, Hamida Ben Sadia est

l’auteure d’une autobiographie qui

retrace son parcours, de son enfance

dans l’immigration en France à son

mariage forcé en Algérie, sa périlleuse

traversée de la guerre civile en tant

que militante laïque, féministe et

progressiste au sein du FFS (Front des

Forces Socialistes, parti d’opposition

fondé par Hocine Aït Ahmed), et son

retour en France, son combat pour

récupérer ses enfants après son

divorce, son itinéraire de militante.

Hamida Ben Sadia est décédée alors

que ce livre était à l’état d’épreuves. Il

est dédié à sa mémoire.

Militante de la Ligue des droits de

de l’intelligentsia à la mode, la majorité du parti socialiste,

la majorité des Verts et la quasi-totalité de la

droite classique, dans le cadre d’une campagne disproportionnée

quant à ses moyens. On estimait à plus

de 30 % les voix du « non de gauche » parmi le total

de 53 % du « non ». David avait vaincu Goliath, la

stratégie était gagnante. L’unité devenait donc une

fin en soi.

Mais à y regarder de plus près, c’est moins l’unité

des organisations qui avait permis le succès que celle

qu’elle avait provoquée « à la base », dans de larges

couches de la population. Pour de nombreux militants

du « non », c’était la première fois qu’ils s’engageaient

dans un combat expressément «politique »,

et ils le faisaient à travers des structures nouvelles,

souples, des comités et des collectifs divers dans lesquels

se trouvaient indistinctement mêlés membres

d’organisations classiques et «inorganisés» de toutes

catégories. Cette manière de pratiquer la politique

faisait perdre une part de leur capacité de nuisance

aux rodomontades républicanistes.

L’attitude des courants républicanistes fut particulièrement

significative lors de ce qui fut sans doute

l’un des évènements politiques majeurs de ces dernières

années en France : le grand mouvement de

révolte qui anima près de quatre cents quartiers

populaires entre octobre et novembre 2005

Pour caricaturale qu’elle soit, l’analyse proposée

par Bernard Teper et les intégristes républicains de

1.

132

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Alèssi Dell’Umbria,

l’article de Saïd Bouamama cité plus bas. Dans un article récapitulant dans

Voir Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005. Une révolteprotopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2006 ; Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent..., Paris, La Découverte, 2006 ; Collectif, Banlieue, lendemains de révolte, Paris, La Dispute, 2006 ;C’est de la racaille ? Eh bien j'en suis !, Paris,L’Échappée, 2006. Voir égalementRouge les principaux mouvements qu’avait eu à affronter le pouvoirchiraquien, Christian Picquet oublie significativement de mentionner celui des quartiers populaires.

l’UFAL est éclairante. Dans un communiqué

public le 7 novembre 2005 et sobrement mais clairement

intitulé « Les habitants des banlieues ont droit

à la sûreté – Le gouvernement doit assurer l’ordre

social et républicain », cette organisation déclarait

sans autre forme de procès : « Croire un instant aux

discours de compassion envers les délinquants maffieux

et les tenants de l’islam politique qui tiennent

les citoyens et leurs familles en otage dans les banlieues,

c’est se rendre complice d’une imposture. »

Ainsi étaient définis les jeunes en révolte, et les « islamogauchistes

» qui prétendaient le contraire n’avaient

qu’à bien se tenir. Le reste était à l’avenant : «Nous

ne pouvons tolérer plus longtemps l’alliance de fait

du ministre de l’Intérieur avec les délinquants maffieux

et les caïds de l’islam politique dans les banlieues.

[…] Nous ne pouvons tolérer plus longtemps

de voir des policiers se faire tirer dessus au fusil de

chasse […]»

Mais le nec plus ultra, au centre de ce communiqué,

et qui en exprimait le mieux l’analyse, était le

paragraphe suivant : « Encouragés par les discours

de victimisation d’intellectuels, voire de militants

pyromanes se réclamant de la gauche, qui stigmatisent

en permanence la République, les caïds des quartiers

et de l’islam politique ont semé dans toutes les

banlieues les graines d’une guerre organisée contre

les couches populaires et le modèle social républicain

sans que le gouvernement ne réagisse en conséquence.

» Autrement dit, lançons la soldatesque

républicaine sur la racaille intégriste.

On pourrait imaginer que la plume républicaine des

dirigeants de l’UFAL avait dérapé dans l’excitation

des premiers jours d’un mois d’émeute. Mais un an

1 rendu

133

« Combien de divisions?»

1.

texte, voir Laurent Lévy, «Un

communiqué islamophobe »,

http//Oumma.com.

Pour une analyse détaillée de ce

plus tard, dans l’article précité, le président de cette

officine « républicaine » persiste et signe. C’est ainsi

qu’il énonce : « Au moment de l’explosion autodestructrice

d’une jeunesse “hors circuit” en novembre

2005, au sein des forces antilibérales, le mouvement

spontané de sympathie ne se tourne pas vers les victimes

des violences: agents des services publics, habitants

des quartiers. C’est tout le contraire. Chez certains

membres fondateurs d’Attac s’opère un curieux renversement:

ce sont les agresseurs eux-mêmes qui sont

considérés d’emblée comme les victimes, rompant ainsi

avec le civisme élémentaire. » Les malheureux policiers

malmenés par les hordes mahométanes valent

assurément mieux que les jeunes visiteurs d’un transformateur

électrique, d’ailleurs strictement interdit

au public

Pierre Le Goff, qualifiant simplement ces révoltes

d’« actes de vandalisme des banlieues », et leurs

auteurs de « lumpenprolétariat ». Citant à nouveau

Le Goff, il rappelle : « Il est d’autres périodes dans

l’histoire de France où le chômage était massif,

comme dans les années trente, sans qu’on assiste

pour autant à de pareils phénomènes de destruction.

» Considérant ces révoltes du haut de sa grande

sagesse paternelle, il explique : « Il est simpliste et

même juvénile d’y voir un mouvement social. » Et

avec des accents de Grand Timonier, il pontifie :

«Toute violence au sein du peuple doit être déclarée

illégitime. »

En guise de cautions intellectuelles, il cite la philosophe

prohibitionniste Catherine Kintzler : « Toute

comparaison, même rhétorique, avec un mouvement

populaire ou même une révolte, est elle-même inique.

1. Pour ne pas se sentir isolé, il cite Jean-

134

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

http//Oumma.com.

Voir Laurent Lévy, «L’intolérable – Sur le drame de Clichy-sous-Bois »,

Un mouvement populaire peut être violent, mais personne

dans le peuple n’en craint la violence car elle

s’exprime toujours dans un cadre, dans un “service

d’ordre”. Un mouvement populaire s’attache à créer

des solidarités qui ne reposent ni sur des lieux ni sur

des identifications substantielles (d’ethnie, de religion,

de sexe, d’âge) mais sur des analyses et des revendications

claires, exprimées dans la langue commune

à tous. Il s’adresse à des interlocuteurs désignés, il

s’expose et s’affiche en plein jour, à visage découvert

dans le centre des villes. Il se déplace pour témoigner,

il se dépayse. Il réunit hommes et femmes, jeunes et

vieux. Or ici nous avons l’aphasie, le repli sur des territoires

considérés comme des chasses gardées, l’obscurité,

l’exclusivité masculine.»

On peut citer en contrepoint de cette « analyse » la

remarque suivante de Saïd Bouamama, fondée sur

les enquêtes sociologiques de terrain qu’il a réalisées

au cours des révoltes : «Les jeunes des milieux populaires

en général et, parmi eux, ceux issus de l’immigration

postcoloniale en ont été les acteurs exclusifs.

Cependant les postures des parents et des générations

précédentes n’ont pas été la condamnation massive

et le rejet. Si la crainte est présente dans le discours

des plus âgés, la reconnaissance de la légitimité de la

révolte est l’attitude dominante. Nous assistons en

quelque sorte à une “révolte par procuration” révélatrice

de l’ampleur de la paupérisation, de la précarisation

et du sentiment d’injustice vécus par

l’immigration postcoloniale et ses enfants français

1

135

« Combien de divisions?»

1.

« Le Sud dans le Nord – Héritage colonial, mondialisation et immigration », in Saïd Bouamama, Les Classes et quartiers populaires, éditions du Cygne, 2009. Le caractère « exclusivement masculin » évoqué par Catherine Kintzler est lui-même discutable, les « mères » et les« soeurs » ayant souvent couvert ou soutenu de diverses manières les jeunes acteurs du mouvement.

Et Bernard Teper de conclure: «Les banlieues françaises

ont déjà connu depuis les années 1980 de telles

flambées de violence. La différence est que l’idéologie

du bloc des Indigènes de la République

autres collectifs du même type, s’est propagée. Elle

donne une apparence de sens, une identité à l’improvisation

chaotique d’une jeunesse en manque de

repères.» Voir les « Indigènes de la République » derrière

une révolte qui confirmait certes leur analyse

et dont ils ont condamné la répression, mais qu’ils

n’avaient pas prévue et dans laquelle ils n’avaient

aucune part, est leur attribuer un pouvoir auquel ils

ne prétendaient pas – et manifester une méconnaissance

totale de ce qui animait les révoltés de

novembre, ceux-là mêmes que ResPublica caractérisait

comme «cette toute petite minorité de casseurs

qui, en novembre-décembre 2005, a incendié trois

cents écoles, brûlé autobus et voitures de travailleurs

et de chômeurs, détruit des entreprises où travaillaient

ceux qui en ont le plus besoin, tué deux

passants ».

Mais le plus grave, aux yeux de ce dirigeant d’Attac,

semble être la position adoptée par ses contradicteurs,

au sein de son organisation, alors en pleine

crise, à propos de l’amnistie : « Il fallait entendre la

fraction de militants qui ont obtenu, lors de la Conférence

nationale des comités locaux d’Attac, que le

communiqué de l’association demandant au président

de la République l’amnistie pour les manifestants

arrêtés par les forces de l’ordre pendant le

mouvement anti-CPE, demande en même temps l’amnistie

pour les jeunes auteurs de violence pendant

novembre 2005. »

Cette question de l’amnistie est certainement celle

par laquelle l’approche de « la gauche » à l’égard de

la révolte des quartiers populaires, et plus générale-

(sic) et

136

la «gauche», les Noirs et les Arabes

ment de la politique au sens large, s’exprime le mieux.

Et le traitement différencié des militants anti-CPE de

2006 et des révoltés de 2005 lui donne un éclairage

particulièrement intéressant

Jusqu’où peut-on nier le caractère « politique » de

ce que l’on appelle « le problème des banlieues»? Et

comment peut-on nier celui des émeutes de novembre

2005 ? L’ensemble des réactions, quand elles ne se

limitaient pas à demander ou à approuver le déluge de

répression qui s’est abattu sur la jeunesse des quartiers

populaires, en atteste. Le gouvernement Villepin

lui-même a bien dû se considérer comme interpellé

politiquement par cette révolte, puisque, au-delà de

la brutalité policière et judiciaire, il a entendu

«répondre » par une loi sur « l’égalité des chances

: et l’on ne répond « politiquement » qu’à une interpellation

« politique ». Ce qui a pu conduire de nombreuses

voix « de gauche » à contester ce caractère

politique de la révolte ne tient pas à son contenu, à

l’exigence de dignité, d’égalité et de justice qu’elle

exprimait, mais aux formes qu’elle a empruntées.

Comme le remarque Saïd Bouamama : « Il est à cet

égard assez cocasse de voir certaines voix de “gauche”

critiquer la forme prise par la révolte et bouder les

initiatives de soutien aux jeunes incarcérés. Devant

une situation insupportable les dominés empruntent

les canaux d’expressions disponibles. Que ceux qui

prétendent incarner une alternative sociale soient

absents de ces quartiers populaires participe donc des

formes prises par la révolte. Si le fond de la révolte

est le résultat de la domination, sa forme est, elle,

1.2»

137

« Combien de divisions?»

1.

Voir Laurent Lévy, « Les étudiants et la racaille – Sur une hiérarchie des évidence s, http//lmsi.net

2.

Loi au demeurant scandaleuse dans son contenu, mais qui n’a, le fait est hélas significatif, retenu l’attention et suscité la mobilisation de « la gauche » que pour l’une de ses dispositions, précisément l’institution du CPE. Le mouvement social conduisit au retrait de cette mesure – mais non de la loi elle-même.

issue de l’état des canaux d’espoirs sociaux dans ces

quartiers populaires

se pose à l’évidence en des termes différents selon

que ce caractère politique est ou non reconnu.

Seules organisations à le faire, les Indigènes de la

République puis le MRAP ont, dès qu’a commencé la

répression judiciaire de ce mouvement, demandé

l’amnistie des révoltés

à nouveaux frais lorsque certains jeunes manifestants

anti-CPE ont à leur tour fait l’objet de condamnations

pénales. Car cette fois de nombreuses voix

se sont élevées pour que ces jeunes gens bénéficient

d’une amnistie. On vient de voir comment, au grand

scandale de ses franges républicanistes, alors en passe

de perdre leur combat interne à ce mouvement, Attac

avait alors pris position pour les manifestants de mars

comme pour les révoltés de novembre, en demandant

l’amnistie des uns et des autres. Mais ces réactions

demeurèrent isolées. La pétition lancée par

1. » Or, la question de l’amnistie2. Mais la question a été posée

L’Humanité

anti-CPE évita soigneusement d’y associer les

jeunes condamnés à la suite du mouvement de la fin

2005. Il ne s’agissait pas d’un simple oubli. La question

avait en effet été discutée au plus haut niveau

du PCF, et celles et ceux qui demandaient l’extension

du mot d’ordre d’amnistie aux révoltés de novembre

avaient été mis en minorité. De courageuses initiatives

individuelles qui tentaient de mobiliser l’opinion

publique en sens inverse se soldèrent par autant

d’échecs.

L’amnistie, qui ne peut résulter que d’une loi, est un

, par exemple, pour l’amnistie des militants

138

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Article cité.

2.

porte-parole de la LCR, et Salah Amokrane, animateur des

« Motivé-e-s » de Toulouse, ont porté la même exigence.

Dans une tribune parue dans Libération, Olivier Besancenot, alors

acte politique d’une grande portée: celui par lequel la

société décide

des actions qu’il vise. Et oublier le caractère

délictueux d’un acte politique, c’est accepter de faire

rentrer son auteur dans le monde des acteurs politiques

légitimes. Pour le meilleur et pour le pire. C’est

ainsi qu’ont été amnistiés – à la suite d’une longue

campagne menée en particulier par Victor Hugo – les

anciens communards ; et plus récemment, les actes

commis pendant la guerre d’Algérie ou pendant les

évènements de mai-juin 1968.

Que disent donc les « politiques » en refusant l’amnistie

aux révoltés de novembre 2005 ? Bien sûr, au

premier degré, ils leur disent qu’ils continueront à

voir figurer sur leurs casiers judiciaires la marque

d’infamie de « violences en réunion

jamais précisé le contexte de ces «violences», comme

s’ils avaient été condamnés à la suite d’une quelconque

rixe. Mais surtout, ils leurs disent qu’ils refusent

de les considérer comme de possibles acteurs

politiques. Qu’ils ne sont bons qu’à la délinquance.

Ils leur disent choisir pour eux le statut de symptômes

d’un mal sur lequel ils prétendent agir sans eux; qu’ils

entendent les voir demeurer de simples objets de politique

et leur refuser d’en devenir sujets, les laisser à

leur seul statut de « racailles ». La politique, leur

disent-ils en somme, est une chose trop sérieuse pour

ne pas la laisser aux politiciens.

Qu’il soit ici permis à l’auteur de conclure ce passage

en citant l’article qu’il avait à l’époque consacré

à cette question

a posteriori d’oublier le caractère délictueux1 », sans qu’y soit2 : «Il n’y aura pas d’avenir viable

139

« Combien de divisions?»

1.

peines habituellement requises pour ce genre de délits, qui ont été prononcées, et qui plus est dans des conditions douteuses, à chaud, sur des dossiers mal préparés dans une contestable urgence, et en courant le risque permanent de dramatiques erreurs judiciaires.

Ce sont des centaines de lourdes condamnations, souvent à des peines de plusieurs mois d’emprisonnement ferme, sans commune mesure avec les

2.

Article cité.

pour la société, il n’y aura pas de chemin ouvert à

l’émancipation sociale, si cet avenir et ce chemin ne

sont pas construits par tous ceux et toutes celles qu’ils

concernent. Rien de solide ne se fera en politique par

l’exclusion de celles et ceux qui souffrent le plus de

l’état du monde. Le choix de l’amnistie pour les révoltés

de novembre, c’est le choix d’un avenir commun.

Tant que cela n’apparaîtra pas comme une évidence

publique, tant que les tenants autoproclamés de la

politique raisonnable refuseront de reconnaître la

dignité politique de cette jeunesse et de son exigence

d’égalité et de respect, l’avenir aura du souci à se

faire. »

La fracture interne à «la gauche» est ainsi à certains

égards une fracture entre les animateurs autoproclamés

et les exclus de la politique légitime. Et si elle

est loin d’être nette et uniforme, sa ligne générale est

celle de la posture républicaniste, mélange d’étatisme,

de culte de la loi, d’autoritarisme plus ou moins

paternaliste et de volonté de conserver un pré carré

à des organisations chargées de « représenter » des

citoyens, ainsi transformés en spectateurs, consommateurs,

ou objets d’une politique cantonnée aux

limites de la politique institutionnelle. Ce motif «républicain

» ne constitue sans doute pas en lui-même un

fossé aussi infranchissable que celui qui sépare, par

exemple, le choix de l’adaptation au système et celui

de son dépassement. Son usage est bien plus rhétorique

que conceptuel.

L’autre motif que nous avons rencontré est le motif

« nationaliste ». Ce second fossé semble plus large

que le premier, et s’il se conjugue avec lui, il devient

vite infranchissable. En effet, ce qui est en cause ici

n’est plus seulement une série de choix plus ou moins

techniques mais l’idée même d’un monde vivable. Il

ne s’agit plus seulement d’une tentative désespérée

140

la «gauche», les Noirs et les Arabes

pour maintenir l’appropriation par un cercle fermé

des instruments de l’organisation sociale, mais de la

soumission au principe de la guerre civile planétaire,

avec ses armes inégales.

Et le troisième motif apparaît ici : la guerre civile

en question est précisément celle qu’organise l’hégémonie

occidentale à travers la construction idéologique

de la « guerre des civilisations ».

Dans de nombreux mouvements sociaux, et plus particulièrement

lorsqu’ils s’organisent de manière autonome,

surgit parfois le thème de la trahison de « la

gauche » à l’égard de leurs revendications

thème comporte une impasse, c’est dans l’idée qu’il

existerait quelque chose de parfaitement identifiable

comme «la gauche ».

Sur le critère de la soumission au monde existant ou

de la résistance visant à le dépasser, on a ainsi distingué

la «gauche de gauche» de celle qui ne l’est pas.

Mais ceci n’est qu’une des dimensions de «la gauche»,

l’axe qui va du capitalisme à son au-delà. Il en existe

d’autres : celui qui va de l’uniformité à l’éclosion du

multiple, celui qui va du dirigisme à l’auto-organisation,

de l’universalisme toujours abstrait au multiculturalisme

concret, de l’écologie au productivisme, du

normativisme à la puissance des constructions autonomes,

de l’ordre à la création, du dogmatisme théoricien

à la prise en considération première et à l’analyse

patiente des réalités sociales, du fétichisme de la loi à

la recherche permanente de la justice. «La gauche»

n’a d’existence que multidimensionnelle.

Évoquer « la gauche » comme une réalité simple et

identifiable, c’est donc se soumettre à ce que la politique

représentative a construit sous ce terme. Et

1. Si ce

141

« Combien de divisions?»

1.

sociaux de l'immigration, qu’il s'agissedu Forum social des quartiers

populaires (FSQP), du MIB ou des Indigènes de la République.

Ce thème est particulièrement prégnant dans les mouvements

dans la France d’aujourd’hui, « la gauche » ne serait

rien d’autre que ce qui, d’une manière ou d’une autre,

demeure dans l’orbite des projets électoraux du parti

socialiste. Elle serait réduite à l’un des courants de

la politique politicienne qui cherchent à se succéder

indéfiniment aux commandes d’un pouvoir à jamais

confisqué.

Catherine Samary écrivait, à propos de l’affaire du

«foulard » et de ses conséquences politiques : « J’adhère

profondément, à la thèse de Saïd Bouamama

quant à “l’enjeu du débat […] fondamental : soit nous

réussirons à éviter la division dans le peuple de ce

pays, et le combat aura lieu contre notre ennemi commun,

soit la division raciste l’emportera pour le plus

grand bénéfice des dominants. Voilà pourquoi ces

derniers ont mis tant d’ardeur à cette manipulation

idéologique.” Il faut la prolonger et approfondir sous

l’angle plus “étroit” et délimité de ce qui tend à diviser

les “milieux” militants et associations progressistes

– y compris issus de l’immigration

Ni ceux qui expriment une juste rancoeur à l’égard

des forces politiques institutionnelles, ni ceux qui

entendent faire de la « politique autrement » ne sont

contraints à se soumettre à la définition classique de

« la politique », réduite à la politique représentative

et à la répétition de ses fractures infranchissables. Ils

peuvent ensemble fédérer leurs forces, leurs réflexions

et leurs aspirations pour s’organiser à la fois contre

les dominations qui structurent l’ordre économique

et social, contre celles qui structurent l’ordre national,

et contre celles qui structurent le champ de la

politique traditionnelle – dont la critique théorique

comme pratique reste largement à entreprendre. C’est

sans doute l’enseignement politique le plus important

1 ! »

142

la «gauche», les Noirs et les Arabes

1.

Op. cit.

de la fracture révélée dans « la gauche » par le projecteur indigène.

143

« Combien de divisions?»

Cet ouvrage a été reproduit et achevé d’imprimer par l’Imprimerie Floch à Mayenne en janvier 2010.

Dépôt légal : janvier 2010. Imprimé en France

Un point particulièrement remarquable des clivages

mis en évidence par notre « lumière rasante » est

1, sans oublier d’évoquer, même s’il ne s’agit pas de son principal souci, l’attitude et le positionnement du parti socialiste ou de telle ou telle de ses émanations, voire certaines opinions de droite.

Ces déchirements ont souvent été décrits, et parfois vécus, comme concernant d’abord et avant tout la question de la « laïcité », mais ils ont également traversé d’autres terrains, et surtout soulevé d’autres enjeux.

D’abord celui du féminisme, mais aussi celui

de la République, de l’ordre, de la loi et des politiques

sécuritaires, celui de l’État-nation, du colonialisme

et de l’antiracisme, celui des politiques de la ville, et

plus généralement celui de l’état du monde, de la

montée de ses périls réels ou supposés, au premier

rang desquels le « péril islamiste », objet en Occident

de toutes les peurs modernes et de bien des fantasmes.

Mais si les débats de la rentrée 2003 ont révélé ces divergences dans toute leur acuité, sur beaucoup de ces terrains elles étaient déjà patentes auparavant et parfois depuis de longues années; elles

1.

Les commentaires sont fermés.