26/07/2007

APPEL AUX PARTIS DEMOCRATIQUES- OPROEP

à  Monsieur Yves Leterme

Formateur

Angelica peut elle vivre parmis nous? 

Très cher Monsieur Leterme,
merci pour avoir répondu à la famille d'Angelica, cela prouve que vous êtes une personne respectable. Le sens de notre lettre est celui peut-être que disait un jésuite Belge décédé il y a peu en parlant du devoir de comprendre et de se faire comprendre. 
Nous voudrions attirer votre attention sur le non sens et le non droit de la politique d'immigration en Belgique. Pour faire une politique humaine
Mr Leterme vous parlez de juridiction, de réglementation et de refoulement correct . N'oubliez pas qu'il s'agit d'êtres humains, d'hommes, de femmes, d'enfants et d'un projet de société à construire. A construire ensemble.
Beaucoup parlent d'humaniser,
serions nous devenus inhumains?
Nous ne sommes pas une misère qu'il faut expulser, ni une sous catégorie d'être humains que l'on prive de ses droits les plus fondamentaux, comme c'est le cas d'Angelica. Nous ne sommes pas non plus un concept qu'il faut mettre "massivement" dans des livres, au choix, dans la colonne à expulser-éliminer ou la colonne à grâcier-supporter. Nous sommes des personnes, enfermables et expusables pour la seule "faute" de leur situation administrative. La politique est censée faire vivre des personnes ensemble, en oeuvrant à ce que chaque personne puisse donner le meilleur d'elle-même. C'est ce que nous recherchons dans notre exil vers la Belgique, trouver une vie meilleure dans une Belgique à laquelle nous puissions donner le meilleur de nous-mêmes. La condition de non droit qui est la nôtre et son corrolaire physique et malheureusement logique, le centre fermé, sont les fruits aussi d'une politique, celle-ci sans doute aussi faite d'équilibre, de respect de la sécurité juridique, ainsi qu’à une réglementation de séjour et de refoulement correcte. Même Marc dutroux a plus de droits qu'une enfant comme Angelica.
 Mr Leterme, l'avenir est entre vos mains. Vos valeurs se réclament de l'humanité et de la fraternité, les nôtres aussi, pouvons nous vivre ensemble?
Angelica peut elle vivre parmis nous? 
Nous ne sommes pas la misère du monde,
 nous sommes la richesse du monde.
Veuillez agréer monsieur le formateur, l'expression de nos sentiments les plus distingués.
LE CONSUL INTERPELLE LE GOUVERNEMENT,
IL PROPOSE DE PRENDRE ANGELICA CHEZ LUI POUR LUI EVITER LA RECLUSION
Monsieur Le Formateur,

Je vous écrivais le 20 juillet dernier pour vous exprimer mon inquiétude face à l'enfermement de la mineure Angelica Loja Cajamarca, Equatorienne agée de 11 ans, au centre 127bis à Steenockerzeel, et je vous faisais part de mon indignation face à son enfermement, contraire aux Droits de l'Enfant, Convention souscrite par la Belgique;
Vous n'êtes pas sans savoir que l'internement, la mise derrière des  barreaux et toute autre forme de réclusion de mineurs est parfaitement contraire à cette convention souscrite par la Belgique.
Je m'étonne dès lors, Monsieur le Formateur, que non seulement cette situation perdure, mais qu'apparemment ceci se passe avec le consentement du Gouvernement  et des autorités Belges, garantes du respect et des valeurs démocratiques auxquelles a souscrit le pays par mandat des citoyens qui les ont élus.
Je ne pense pas qu'une enfant de 11 ans puisse constituer une menace pour la sécurité du pays. Je ne conçois pas que nos autorités puissent agir à l'encontre des conventions auxquelles elles ont souscrit.
La petite Angelica a suivi l'école en Belgique depuis la première primaire. Je ne pense pas qu'elle ait jamais perturbé par sa présence "illégale" sur le territoire Belge, l'ordre public.
Monsieur le Formateur, je vous propose; afin de permettre à cette jeune fille de poursuivre paisiblement et hors toute forme d'enfermement et de litige juridique qui ne concerne que les adultes, un séjour serein en attendant un examen également serein et tranquille de l'examen de son dossier et de celui de sa maman, de m'offrir à l'accueillir au sein de ma famille, elle et si possible sa maman, où, j'en suis certain, l'une et ou l'autre seront dans des conditions plus convenables que dans un centre fermé.
J'ose espérer, Monsieur le Formateur, que dans vos hautes responsabilités vous pourrrez faire entendre raison en ce qui concerne le respect pris par la Belgique en matière de Droits de l'Enfant et que vous permettrez à Angelica et à sa maman de résider paisiblement dans notre pays. Vous pouvez compter sur mon entier dévouement pour la recherche d'une solution humaine et respectable à cette malheureuse affaire.
Je vous prie de croire, Monsieur le Formateur, en l'expression de mon plus profond respect.

Philippe van Heurck
Consul Honoraire de l'Equateur
--------------------------------------------------------------------

Bravo pour votre courage monsieur le consul!

Et pour Anji, merci. Vous êtes resté humain dans ce monde de considérations purement politiques et  pragmatiques où les valeurs humaines semblent ne plus avoir de place.


Wij zeggen “neen” tegen de opsluiting van kinderen !

Kinderpsychiaters en gespecialiseerde verenigingen starten een petitie op om de regering te vragen een einde te maken aan de opsluiting van vreemdelingenkinderen.

Het aantal opgesloten vreemdelingenkinderen in gesloten centra is het laatste jaar blijven groeien. Naast de centra 127 en 127 bis bij de luchthaven van Zaventem vangen sinds 2006 ook de centra van Vottem en van Merksplas kinderen met hun gezinnen op en soms niet-begeleide kinderen. Sommige weken werden er tot 70 opgesloten kinderen geteld. Hun opsluiting duurt soms meerdere maanden.

Meer dan 100 Belgische beroemdheden, waaronder universitairen, artsen, vakbondsvertegenwoordigers, advocaten, vertegenwoordigers van verschillende religies en kunstenaars hebben de oproep van de kinderpsychiater Jean-Yves Hayez, van de kinderpsychologe Francine Dal en van gespecialiseerde verenigingen (CIRE, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Jesuit Refugee Service Belgium) beantwoord om de petitie « Wij zeggen « neen » tegen de opsluiting van kinderen ! » te ondertekenen.

In deze oproep wordt opnieuw bevestigd dat detentie ernstige psychologische schade oplevert bij opgesloten kinderen. Alle burgers die hun afkeuring van detentie voor minderjarigen in gesloten centra willen kenbaar maken, kunnen dit doen door de petitie on-line te ondertekenen of te downloaden op de website http://www.cire.irisnet.be/opgeslotenkinderen

Les commentaires sont fermés.